Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 20:34

Padre Josimo presente !

Padre Josimo Tavares tué le 10 mai 1986 : 30 ans

Nos amis brésiliens font mémoire de la mort du père Josimo, tué le 10 Mai 1986 dans l'état de Goïas.

Dans les Echos de Vitoria n°20, Gaby terminait son courrier en partageant ce poème de Pedro TIERRA écrit après la mort du Père Josimo. Il dédiait aussi ce poème à Joël Fieux tué le 28 juillet 1986 au Nicaragua.

 

Josimo, martyr de la terre et de la justice

 

Qui est cet enfant nègre

qui défie les limites ?

 

A peine un homme

Aux sandales élimées.

Patience et indignation.

Rire blanc

Miel nocturne

Rêve irrécusable.

 

Il a lutté contre les barières

Toutes les barrières

Les barrières de la peur

Les barrières de la haine

Les barrières de la terre

Les barrières de la faim

Les barrières du corps

Les barrières du latifundio.

 

J'apporte dans la paume de la main

Une poignée de terre

Qui t'a couvert

Elle est fraîche

Elle est sombre, mais elle n'est pas encore libre

Comme tu le voulais.

Pedro TIERRA 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Lettres de Gaby tente des martyrs Em Português
commenter cet article
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 06:00

Dans la tente des martyrs avec Gaby le 21 décembre : Martin Luther King

 

 

Le 4 avril 1968, le pasteur noir américain Martin Luther King est abattu d'une balle dans la tête devant son hôtel à Memphis aux Etats-Unis.

Le 28 août 1963, à Washington, après la marche contre les discriminations raciales et devant 250 000 personnes, il avait prononcé son discours dont voici des extraits :

l  have a dream - Je fais un rêve".

 

 

Martin Luther King

 

Je rêve qu'un jour, notre pays se lèvera et vivra pleinement la véritable réalité de son credo : “Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes que tous les hommes sont créés égaux ”.

 

Je rêve qu’un jour sur les collines rousses de Georgie les fils d’anciens esclaves et ceux d’anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

 

Je rêve que mes quatre petits-enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. Je fais aujourd’hui un rêve !

 

(…) Telle est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud.

 

Avec cette foi, nous serons capables de distinguer dans la montagne du désespoir une pierre d’espérance. Avec cette foi, nous serons capables de transformer les discordes criardes de notre nation en une superbe symphonie de fraternité.

 

Avec cette foi, nous serons capables de travailler ensemble, de prier ensemble, de lutter ensemble, d’aller en prison ensemble, de défendre la cause de la liberté ensemble, en sachant qu’un jour, nous serons libres. Ce sera le jour où tous les enfants de Dieu pourront chanter ces paroles qui auront alors un nouveau sens : “ Mon pays, c’est toi, douce terre de liberté, c’est toi que je chante. Terre où sont morts mes pères, terre dont les pèlerins étaient fiers, que du flanc de chacune de tes montagnes, sonne la cloche de la liberté ! ” Et, si l’Amérique doit être une grande nation, que cela devienne vrai.

 

(…) Que la cloche de la liberté sonne du haut des montagnes grandioses de l’Etat de New-York !

 

(…) Quand nous permettrons à la cloche de la liberté de sonner dans chaque village, dans chaque hameau, dans chaque ville et dans chaque Etat, nous pourrons fêter le jour où tous les enfants de Dieu, les Noirs et les Blancs, les Juifs et les non-Juifs, les Protestants et les Catholiques, pourront se donner la main et chanter les paroles du vieux Negro Spiritual : “ Enfin libres, enfin libres, grâce en soit rendue au Dieu tout puissant, nous sommes enfin libres ! ”.

 

  Dans les negros spirituals que chantait Martin Luther King, on devait trouver celui-ci :  He never said a mumbling word ( il n'a jamais dit le moindre mot) qui évoque le Christ. La tradition noire a retenu les silences de Jésus, alors que nous, nous avons retenu les dernières paroles du Christ… le premier des Martyrs !

 

"Oh ils prirent mon Seigneur béni
Et pas une fois il ne dit le moindre mot
Pas un mot, pas un mot, pas un mot.
Ils l'emmenèrent au tribunal de Pilate…
Oh, ils le lièrent avec une corde pourpre…
Oh, ils lui tressèrent une couronne d'épines…
Oh, ils la lui mirent sur la tête…
Oh, et le sang se mit à ruisseler…
Oh, et ils le jugèrent toute la nuit…
Oh, et ils le fouettèrent jusqu'au sommet de la colline…
Alors ils le clouèrent sur la croix…
Et le sang se mit à dégouliner…
Et les étoiles refusèrent de briller…
Oh, n'était-ce pas un dommage et une honte !"

He never said a mumbling word (Il n'a jamais dit le moindre mot)

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 07:00

Le 21 décembre, dans la tente des martyrs avec Gaby,

 

 

les moines de Tibhirine.

 

Les Moines de Tibhirine

 

Ils étaient sept, sur les hauteurs de l'Atlas, dans la montagne de Médéa, en un lieu de grande solitude du nom de Tibhirine. On ne savait rien ou presque de leur existence jusqu'à cette nuit du  26 au 27 mars 1996 où ils furent arrachés à leur monastère. Ces moines faisaient soudain irruption dans la terrible actualité d'une Algérie en tourment.

Cinquante-six jours durant, on ne sut rien de leur sort. Le 23 mai, on apprenait leur mort dans d'atroces conditions. Ces moines ont alors bouleversé la conscience du monde, en Algérie bien sûr, mais bien au-delà.

 

Ces quelques lignes sont tirées de la présentation d'un des nombreux livres évoquant ce lieu, ce drame, les acteurs de ce drame, voici maintenant des extraits du  Testament spirituel de Christian de Chergé, le prieur du Monastère de Tibhirine     

Quand un A-DIEU s'envisage...

"Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre. Elle n'en a pas moins non plus. En tout cas, elle n'a pas l'innocence de l'enfance. J'ai suffisamment vécu pour me savoir complice du mal qui semble, hélas, prévaloir dans le monde et même de celui-là qui me frapperait aveuglément.

 

J'aimerais, le moment venu avoir ce laps de lucidité qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu et celui de mes frères en humanité, en même temps que de pardonner de tout cœur à qui m'aurait atteint.

 

Je sais le mépris dont on a pu entourer les Algériens pris globalement. Je sais aussi les caricatures de l'Islam qu'encourage un certain islamisme. Il est trop facile de se donner bonne conscience en identifiant cette voie religieuse avec les intégrismes de ses extrémistes. L'Algérie et l'Islam, pour moi, c'est autre chose, c'est un corps et une âme.

 

Ma mort, évidemment, paraîtra donner raison à ceux qui m'ont rapidement traité de naïf, ou d'idéaliste : « Qu'il dise maintenant ce qu'il en pense ! » Mais ceux-là doivent savoir que sera enfin libérée ma plus lancinante curiosité. Voici que je pourrai, s'il plaît à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père pour contempler avec Lui ses enfants de l'Islam tels qu'Il les voit, tout illuminés de la gloire du Christ, fruits de Sa Passion investis par le Don de l'Esprit dont la joie secrète sera toujours d'établir la communion et de rétablir la ressemblance en jouant avec les différences.

 

AMEN !  Inch'Allah ! "

 

 

 

On habite ensemble une terre d’espérance. On la travaille. On est les habitants de ta maison. On y vit. On y prie. On y demeure jusqu’à l’heure de mourir. Ensemble, on habite ta main.

De ce bonheur ouvert, qui pourrait nous déloger ?…

Frère Christophe

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 06:00

Mgr Romero avait sa place dans la tente des martyrs le 21 décembre à l'église St-Jean à Dole :

 

35 ans après son assassinat, Mgr Romero est reconnu "Bienheureux" !

 

 

source : http://info.catho.be/

source : http://info.catho.be/

Dans l'avion qui le ramenait de Corée du Sud, lundi 18 août, le pape François a affirmé qu'il n'y avait plus d'obstacle à une rapide béatification de Mgr Oscar Romero, l'archevêque de San Salvador, assassiné en 1980 par un commando d'extrême droite. 

Le Monde du 22 août 2014

 

Le 24 mars 1980, Oscar Romero était assassiné alors qu'il célébrait la messe dans une chapelle de l'hôpital. L'archevêque de San Salvador payait ainsi de sa vie son action en faveur de la justice sociale aux côtés des plus pauvres. Voici quelques citations de cet homme qui a su traduire dans sa vie les paroles de l'Evangile :

 

"N'ayez pas peur d'eux ! Non, rien ne se trouve voilé qui ne doive être dévoilé et rien de caché qui ne doive être connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le au grand jour ; et ce que vous entendez dans le creux de l'oreille, proclamez-le sur les toits." (Mt 10, 26-27)

 

"Il est très facile d'être porteur de la parole et de ne jamais troubler personne en restant dans le spirituel pur, en refusant de s'engager dans l'histoire, en disant des mots qui pourraient être dits n'importe où parce qu'ils ne seraient de nulle part."

 

"Une Eglise qui prend à son compte tout l'humain et qui cherche à faire siennes la douleur, l'espérance et l'angoisse de tous ceux qui souffrent, c'est l'Eglise du Christ aimé et attendu, l'Eglise du Christ présent."

 

"Je crois que l'évêque a beaucoup à apprendre de son peuple. En particulier ce sont les charismes accordés au peuple par l'Esprit qui deviennent, pour l'évêque, la pierre de touche de son humilité et de son authenticité."

 

C'est Gustavo Gutierez, un des "Pères" de la Théologie de la Libération qui présente ces phrases de Mgr Romero dans Témoignage Chrétien du 24 décembre 1984.

 

Et, en restant encore dans les pays Amérique latine / Caraïbes, voici, pris dans le même numéro de TC de 1984, des extraits d'une prière des Communautés Ecclésiales de Base :

 

Le Psaume des Fraternités en Haïti :

Seigneur, pose ton regard sur nous aujourd'hui,
Et vois comment ceux qui tiennent le pouvoir,
La puissance et les armes,
Achèvent de détruire les merveilles de tes mains,
Créées pour que vivent tous tes enfants.
Ils accaparent toutes les terres à cultiver
Et ne nous laissent plus rien à nous, les méprisés.
Eux, ils dominent, eux, ils font la fête.
A nous les cris et les grincements de dents.

(…) Aujourd'hui, Seigneur,
Notre vie s'éteint.
Nous sommes sans force pour T'appeler.
La mort s'installe dans nos cœurs.
C'est pourquoi je lance vers Toi ma question :
Est-ce Toi qui as créé la haine et la mort ?
Es-Tu définitivement absent ?
Et nous, écrasés, sans espérance ?
Quand vas-Tu nous délivrer ?

DIAL

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 07:00

Dans la tente des martyrs du 21 décembre, avec Gaby,  

 

 

Chico Mendes

 

Formé dans la culture chrétienne des Communautés de base, Chico Mendes, était un jeune paysan brésilien qui vivait de la récolte de l'arbre à caoutchouc (un seringueiro). Né en 1944 il découvre le communisme dans les années 60 et fonde alors les premiers syndicats de travailleurs ruraux en Amazonie, dans le nord-ouest du Brésil. Il va alors inaugurer, avec ses camarades du syndicat, une forme de lutte non violente inédite dans le monde : des centaines de seringueiros, avec leurs épouses et enfants, se donnent les mains et affrontent, sans arme, les bulldozers des grandes entreprises interessées par la déforestation. Parfois les travailleurs sont vaincus, mais souvent ils réussissent à arrêter, à mains nues, les tracteurs, les bulldozers et les scies éléctriques des destructeurs de la forêt.

 

Source : Wikipédia

Source : Wikipédia

Je dois crier, je dois prendre des risques,

Malheur à moi si je ne le fais pas

 

C'est à partir de cette époque que Chico Mendes commence à recevoir les premières menaces de mort ; en 1980, son camarade de luttes, Wilson Pinheiro, sera assassiné. Au cours de ces années, le combat des paysans et travailleurs qui vivent de l'extraction - du caoutchouc, de la chatâigne, des noix de babaçu - va converger avec celui des communautés indigènes et d'autres groupes de paysans, pour former l'Alliance des Peuples de la Forêt. Pour la première fois, seringueiros et indigènes, qui souvent s'étaient affrontés dans le passé, unissent leurs forces contre l'ennemi commun. Chico Mendes a défini avec solennité les bases de cette alliance :

 

 

Plus jamais un de nos camarades ne va verser le sang de l'autre ; ensemble nous pouvons protéger la nature qui est le lieu où nos gens ont appris à vivre, à élever leurs enfants et à développer leurs capacités, dans une esprit d'harmonie avec la nature, avec l'environnement et les êtres qui vivent ici.

 

Chico Mendes était parfaitement conscient : pour les gros propriétaires terriens, il est un "cabra marcado para morrer", "un gars destiné à la mort". Peu après, en décembre 1988, Mendes est assassiné, devant sa maison, par des tueurs à gages.

 

Le combat de Chico Mendes est un mouvement exemplaire, qui continue à inspirer de nouvelles luttes, au Brésil et ailleurs.

Texte inspiré d'un article de Frei Betto

J'ose croire, toujours et malgré tout,

à l'homme nouveau.

J'ose croire au rêve de Dieu lui-même

un ciel nouveau, une terre nouvelle

où la justice habitera.

Dom Helder Câmara

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 07:00

Pour cette journée de la femme, 2 femmes

​Dans la tente des martyrs du 21 décembre, avec Gaby,  

 

 

deux Franc-comtoises

Léonie Duquet et Alice Domon

Léonie Duquet et Alice Domon

 

Ces deux religieuses françaises des Missions étrangères venaient toutes les deux du Haut Doubs. Alice fut la première sœur à aller vivre et travailler dans un quartier très pauvre de Buenos Aires en Argentine.

Elle et Léonie "tournaient" sur la place de Mai, tous les jeudis après-midi pendant une demie-heure, en signe de protestation, avec les mères des jeunes disparus, enlevés par la dictature.

C'est le 8 décembre qu'Alice a été arrêtée et Léonie le 10.  Elles ont ensuite été séquestrées et torturées. La dictature argentine ne supportait pas les opposants. Les deux femmes avaient pris pour devise : "Se taire aujourd'hui serait une lâcheté". Elles étaient partie prenante de l'option pour les pauvres définie à Medellin (Colombie) en 1968 par la Théologie de la Libération.

Quelques jours plus tard plus tard, le 14 décembre, après avoir reçu la bénédiction d'un prêtre, elles étaient embarquées dans un avion, droguées puis jetées à la mer. Seuls les restes de Léonie ont été retrouvés, par hasard, sur une plage, bien des années plus tard en 2005.

Toutefois, en 2011, Astiz leur tortionnaire a été condamné à la perpétuité.

Leur attitude face à la répression :

 

 

 

"Je ne peux pas dire que cela m'angoisse, je suis au contraire bien tranquille puisque je suis convaincue d'être dans le droit chemin et que cela vaut la peine de donner sa vie si nécessaire."

" Je crois que le plus triste serait d'accepter de ne pas s'engager par peur ou bien parce que l'on n'a pas l'habitude."

"C'est notable comme la souffrance peut faire grandir les gens autant qu'elle peut les détruire."

Alice DOMON

Léonie Duquet et Alice Domon

 

De Mgr Casaldaliga, évêque brésilien :"Ils les ont tuées et pensaient les enterrer…en réalité, ils en ont fait des semences."

 

De Mgr Stenger : "Leur engagement et leur témoignage ont nourri la résistance de beaucoup d'autres et nous disent qu'aujourd'hui c'est à nous d'assumer la cause de l'humanité jusqu'à la fin."

 

Bénédicte, petite-nièce de Léonie, qui a entendu, là-bas, le verdict condamnant Astiz à la perpétuité, explique que le devoir de mémoire est un souci  primordial chez une majorité d'Argentins ; d'où les plaques posées dans les rues ou bien les fresques à l'effigie des disparus comme celle dont vous pouvez voir un détail ci-dessus. : "Nunca mas !" "Plus jamais ça !" est le slogan des Argentins.

"Je suis convaincue que cette situation de Passion est profondément unie à celle du Christ et qu'elle précède la Résurrection."

Alice DOMON

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 07:00

Dans la tente des martyrs le 21 décembre à Dole, 

un prêtre des Missions étrangères de Paris et martyr d'un groupe de 117 martyrs du Vietnam canonisés en 1988.

 

Pierre-François NERON

source : http://alexandrina.balasar.free.fr/

source : http://alexandrina.balasar.free.fr/

Pierre-François Néron né le 21 septembre 1818 à Bornay dans le Jura, ordonné prêtre à Paris pour les Missions étrangères le 17 juin 1848 ; 2 mois plus tard, il embarque pour le Tonkin... Il y enseigne les mathématiques, les sciences et la philosophie au collège dont il devient rapidement le supérieur. Ensuite, il s’installe comme responsable au village de Ta Xa, centre du district du Son Tay, où vivent 16.000 chrétiens, persécutés par les mandarins...

 

Début août 1860, Pierre-François est arrêté par le maire de Ta-Xa, un ami ! Il est alors livré au mandarin local, malgré l’intervention de ses paroissiens. Placé dans une cage où il ne peut ni se lever, ni s’étendre, il subit interrogatoires et bastonnades de rotin. Le 3 novembre 1860, l’édit du Roi confirmant la sentence de mort revient de Hué. Pierre-François Néron est alors décapité dans la journée.

 

Actuellement il est le seul martyr reconnu du Jura.

 

Durant sa captivité qui dura près de trois mois, il se priva volontairement de toute nourriture pendant 21 jours, et à l'étonnement général il n'en ressentit aucun mal. Il subit plusieurs interrogatoires, et déclara hautement devant les juges qu'il était venu au Tonkin dans le but d'y prêcher l'Evangile ; pour ce motif il fut condamné à mort. Le 3 novembre 1860, il fut décapité près de Son-tay.

 

Béatifié en 1909 par Pie X, il fut canonisé le 19 juin 1988 à Rome par Jean Paul II.

 

Viens, Seigneur

Ne souris pas, disant que Tu es déjà avec nous.
Il y a des millions de gens qui ne Te connaissent pas.
et d'autres à qui il suffit de Te connaître.
En quoi avance ta venue, si pour les tiens,
la vie reste la même – continue de la même façon ?
Convertis-nous ! Retourne-nous !
Que Ton message se fasse chair de notre chair,
sang de notre sang,
raison d'être de notre vie.
Qu'il nous arrache à notre confort, à la bonne conscience !
Sois exigeant,
Dérange-nous ,
car c'est seulement ainsi
que Tu nous apporteras la paix profonde,
la paix différente,
TA paix,

Récife, la nuit du 29 au 30 novembre 1969

Dom Helder Câmara

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 03:00

Suite des portraits ayant pris place dans la tente des martyrs du 21 décembre.

 

Frei Tito était un religieux brésilien, torturé sous la dictature et mort en exil en France en 1974 au couvent dominicain d'Eveux à L'Arbresle dans le Rhône.

Il a été dirigeant de la Jeunesse Etudiante Catholique au Brésil, a été fait prisonnier, avec beaucoup d'autres,  lors d'un Congrès de l'Union Nationale des Etudiants (il avait caché, avec d'autres frères dominicains, des opposants à la dictature) et a été soumis alors à des séances de tortures infernales et interminables.

Jusqu'à sa mort, pendant toutes les années de l'exil en France, la voix de son tortionnaire ne s'est plus jamais tue dans la tête de Tito, aucun de ses gestes n'échappait plus à cette emprise. Celui qui assénait cette torture à la fois physique et psychologique (il voulait détruire l'homme tout entier) s'était immiscé dans sa victime, faisait corps avec le sien, l'assujettissant totalement. Un film Baptême de sang témoigne de tout ce que Tito a vécu et permet de comprendre son suicide au Couvent Le Corbusier.

Cliché internet

Cliché internet

Ce sont des nuits de silence.
Des voix qui clament
dans un espace infini
Un silence de l'homme
et un silence de Dieu
Les preuves des tortures
nous les portons dans notre corps.

Poème de Frei Tito

 

Notre Père des Martyrs

 

Notre Père des pauvres qui sont marginalisés

Notre Père des martyrs et des torturés.

 

Ton nom est sanctifié par ceux qui meurent en défendant la vie

Ton nom est glorifié quand c'est la justice qui est notre critère

Ton règne est fait de liberté, de fraternité, de paix et de communion.

 

Maudite soit toute violence qui détruit la vie en la réprimant.

Nous te demandons le pain de la vie, le pain de la sécurité,

le pain des multitudes

Le pain qui apporte avec lui l'humanité, la bienveillance,

qui construit l'homme et non les canons.

 

Pardonne notre peur quand nous nous taisons face à la mort

Pardonne et détruis les pouvoirs où règne la corruption

Protège nous de la cruauté, des escadrons de la mort.

D'après Cirineu Kubri

 

Je vous le dis, si eux se taisent, alors les pierres crieront…

St Luc 19, 40

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 20:44

Le 21 décembre 2014 à Dole, lors de la célébration du 25ème anniversaire de la mort de Gaby, la tente des martyrs a interpellé beaucoup de monde. Dans cette tente, on pouvait retrouver Gabriel, mais aussi d'autres personnes qui ont donné leur vie par amour pour les autres. Nous publions ces portraits en commençant par Soeur Dorothy, assassinée il y a 10 ans le 12 février.

 

 

Rien à faire, sinon oublier la peur

 

Rien à faire, sinon oublier la peur

Sa mort, le 12 février 2005, était programmée, tout comme celle de Gabriel Maire.

La veille présumée de sa mort, elle est allée visiter les tueurs dans leur cachette et a tenté de les dissuader, leur a lu un court passage de la Bible. Le lendemain elle voit les deux hommes, va à leur rencontre… l’un d’eux s’éloigne de quelques pas et tire neuf balles qui l’atteignent à la tête, au cœur et dans l’abdomen (l’intelligence, le cœur, la vie).

A l'enterrement les Indiens chantaient :

 

"Elle n'est pas enterrée, elle est semée"

 

Sœur Dorothy, religieuse nord-américaine, naturalisée brésilienne, défendait les paysans pauvres contre ceux qui s'approprient illégalement de vastes parcelles de forêt. Sa lutte rejoignait celle de la préservation de la forêt. La crainte des habitants était que cette "dernière frontière" du Brésil dans l'Etat du Para, ne se transforme en un champ infini de soja, comme dans un Etat voisin.

 

Elle luttait aussi contre le travail-esclave et voulait démontrer aux peuples de la forêt qu'ils avaient autant de valeur que les autres : "J'étais une femme, analphabète, je ne valais rien, mais maintenant je sais que je suis un être humain" disait après sa mort, une femme de la région.

 

"Elle nous a encouragés à nous organiser, nous a donné des cours, nous a poussés à agir ensemble pour faire et obtenir ce que nous n'avions pas. Nous avons construit une école."

 

On pourrait prononcer pour elle ces vers qui ont été dits lors de l'enterrement du padre Josimo, autre martyr brésilien, assassiné le 10 mai 1986 :

 

Elle a lutté contre les barrières.

Toutes les barrières.

Les barrières de la peur.

Les barrières de la haine.

Les barrières de la terre.

Les barrières de la faim.

Les barrières du corps.

Les barrières des grandes propriétés.

 

Tu savais, Dorothy, et tu as continué, déterminée et courageuse ; tu as parlé, tu as dénoncé, tu as espéré…sans faire demi-tour !

 

 

Lire l'article de Radio Vatican qui se termine ainsi :

"La justice brésilienne reste peu efficace face à la violence commise en Amazonie. Des données recueillies par la Commission pastorale de la terre et citées par le journal brésilien O Globo rapportent que les 768 enquêtes lancées entre 1985 et 2013 pour des assassinats liés à des conflits agraires n’ont abouti qu’à 19 condamnations."

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 17:20

25 ans après l'assassinat du Père Gabriel MAIRE :

Une journée pleine d'émotion ce dimanche à Dole à l'église Saint-Jean... 

Monseigneur Vincent JORDY présidant la célébration eucharistique le matin, reprenant les mots de Gabriel pour son mot d'accueil et son homélie, (Textes que nous partagerons dans le blog dès que nous les aurons).

Les scouts nous apportant la "lumière de Bethléem", lumière allumée dans la grotte de la Nativité et qui se transmet dans toute l'Europe.

Une belle collabaration avec les acteurs de la communauté paroissiale : Christiane, Mireille, Monique, Gérard, et tous les autres.

Une "tente des martyrs" en bambou, posée sur un patchwork réalisée par des femmes brésiliennes, et accueillant les portraits de Gaby, soeur Dorothée, Frei Tito, Léonie Duquet et Alice Domon, les Moines de Thibirine, Mgr Romero, Bx Pierre-François Néron, Chico Mendes, Les martyrs de Syrie, pendant que nous écoutions "Profeta Gabriel" le chant interprété par Raquel Passos.

Un repas partagé toujours dans une belle convivialité.

Une après-midi consacrée à rendre compte de la visite faite aux amis brésiliens par le père Bernard COLOMBE, et par Elisabeth et Rachel LAMY...

Un diaporama présentant Vitoria, et les lieux qui font mémoire de Gaby, mais aussi le visage de toutes les pierres vivantes d'aujourd'hui.

Un film rassemblant 12 témoignages choisis parmi de nombreux autres, nous faisant comprendre combien le padre Gabriel est toujours vivant dans le coeur, et la vie de nos amis brésiliens...

Voici quelques photos, nous en attendons d'autres...

Restez en contact... nous partagerons d'autres nouvelles des commémorations de ces 25 ans du martyr de Gabriel, particulièrement à Vitoria !

 

25ème anniversaire à Dole
25ème anniversaire à Dole25ème anniversaire à Dole
25ème anniversaire à Dole25ème anniversaire à Dole
25ème anniversaire à Dole25ème anniversaire à Dole25ème anniversaire à Dole

Diaporama sur le site du diocèse de Saint-Claude : CLIC !

Repost 0

Présentation

  • : Les amis de Gabriel MAIRE
  • Les amis de Gabriel MAIRE
  • : L'association "Les amis de Gabriel MAIRE" a été créée après l'assassinat de Gaby au Brésil le 23 décembre 1989. . A associação "les Amis de Gabriel Maire" foi criada depois da morte do Padre Gabriel em Brasil o 23 de dezembro de 1989.
  • Contact

A partir de novembre 2014, le blog devient bilingue. Les pages pour nos amis brésiliens sont visibles à partir du lien "Em portuguès" N'hésitez pas à vous inscrire ci-dessous pour être informé des mises à jour. Merci !

A partir de novembro de 2014 o blog se torna bílingue. As páginas para os nossos amigos brasileiros ficarão disponíveis com o "vínculo "Em português". Não hesitem em inscriverem-se para serem informados das notícias actualizadas.Obrigada !

Recherche