Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 16:20

Trois massacres en moins d’une semaine, liés à une guerre entre deux factions criminelles, ont fait près de 100 morts au Brésil dans deux prisons du nord du pays.

Les mauvaises conditions de détention et la surpopulation carcérale sont pointées du doigt.

Dans le journal La Croix du 10/01/2017

Ci-dessous l'article écrit par Verônica Bezerra le 6 janvier, paru dans "A gazeta", traduit en français par Claudette et Paul.

“Não tinha nenhum santo...” essa foi a declaração do Governador do Amazonas ao se referir aos 56 presos mortos durante uma rebelião iniciada no dia 1º de Janeiro de 2017, no Complexo Penitenciário Anísio Jobim, em Manaus.

 

A história dos dois ladrões que foram crucificados com Jesus todos nós conhecemos e já ouvimos muitas vezes. Na narrativa dos evangelhos o personagem principal da história é o próprio Jesus e quase nenhuma atenção é dada a história destes coadjuvantes que ladeavam Jesus e eram figuras mal vistas pelos judeus, pois eram ladrões e malfeitores. Qualquer semelhança não será mera coincidência, pois a humanidade é repetitiva.

 

O nome destes dois personagens que ladeavam Jesus no momento de sua morte não estão citados nos Evangelhos. Coube ao Evangelho de Nicodemos, um livro apócrifo, não oficializado, considerado como não canônicos pela Igreja Católica, tendo surgido no século III, em seu capítulo 9, verso 5, a identificação dos dois malfeitores como sendo Dimas e Gestas.

 

Dimas e Gestas são: o bom e o mau ladrão, respectivamente. Eles eram considerados bandidos perigosos, o que explica crucificação, já que as leis romanas reservava esta punição somente aos grandes criminosos e aos escravos.

 

Atualizamos cotidianamente as crucificações, e nos acostumamos à elas, e não raro chancelamos as práticas romanas, como forma de resolução para o enfretamento à criminalidade e violência. Confirmado pelos dados levantados pelo G1 dando conta que o Brasil teve 392 mortes violentas registradas dentro dos presídios no ano de 2016 com base em dados fornecidos pelos governos dos 26 Estados e do Distrito Federal. O número equivale a uma média de mais de um morto por dia, e os dados se referem a todas as mortes consideradas não naturais – o que inclui homicídios e suicídios. Com essa contabilidade tivemos mais de três carandirus no ano de 2016.

 

Deixando no retrovisor os romanos e lançando luz na nossa realidade, convenhamos: se foi disputa de facções, má gestão e superfaturamento de recurso público, negligência, omissão ou ação deliberada, neste momento não me atrai a atenção. De certo, deverá ser apurada, individualizada e responsabilizada em sede de investigação e processo. O que temos agora são 56 pessoas mortas, com requintes de crueldade (algumas decapitadas), que experimentaram o inferno na terra, e que à exemplo de Dimas e Gestas, podem sim Senhor Governador, agora, serem santos. E nesta história, podemos também identificar Herodes e Pilatos, pois as Marias já estão ao pé da cruz.

 

Verônica Bezerra, Presidente da Comissão de Direitos Humanos da OAB-ES

À la prison de Manaus dimanche 8 décembre, des proches de détenus attendaient des informations après la mort de plusieurs d’entre eux. / Raphael Alves/AFP

À la prison de Manaus dimanche 8 décembre, des proches de détenus attendaient des informations après la mort de plusieurs d’entre eux. / Raphael Alves/AFP

"Il n'y avait aucun saint". Telle a été la déclaration du gouverneur de l'Etat d'Amazonas, se référant à la mort des 56 prisonniers tués au cours d'une rébellion qui avait débuté le 1er janvier 2017 , dans le Centre pénitencier Anisio Jobim de Manaus.

L'histoire des deux larrons crucifiés avec Jésus, nous la connaissons tous et l'avons entendu raconter de nombreuses fois. Dans les Evangiles, le personnage principal en est Jésus lui-même et peu d'attention a été portée à l'histoire de ces deux hommes qui se trouvaient de part et d'autre de Jésus (sur la croix) et étaient mal vus des Juifs car c'étaient des voleurs et des malfaiteurs. Toute ressemblance ne sera pas une simple coïncidence car l'humanité se répète.

Le nom de ces deux personnages qui encadraient Jésus au moment de sa mort ne sont cités dans aucun des quatre Evangiles. C'est Nicodème, dans son Evangile apocryphe, non officialisé, considéré comme non canonique par l'Eglise catholique, apparu au IIIème siècle, qui, au chapitre 9, verset 5, a identifié les deux larrons comme étant Dimas et Gestas

Dimas et Gestas sont, respectivement , le bon et le mauvais larron. Ils passaient pour être des bandits dangereux, ce qui explique leur crucifixion, les lois romaines réservant ce châtiment aux grands criminels et aux esclaves.

Nous entendons quotidiennement parler de crucifixion et nous nous y accoutumons, et il n'est pas rare que nous souscrivions à ces pratiques romaines destinées à venir à bout de la criminalité et de la violence. Selon des chiffres relevés sur le site G1, le Brésil a enregistré 392 morts violentes dans ses prisons en 2016 sur les bases de données fournies par les gouvernements des 26 Etats et du District fédéral. Ce nombre équivaut, en moyenne, à plus d'un mort par jour, et toutes se référant à des morts considérées comme non naturelles, ce qui inclut homicides et suicides. Ces chiffres correspondent à plus de trois "Carandiriu" (1) en 2016.

En oubliant les Romains et en portant le regard sur notre actualité, reconnaissons : S'il s'est agi d'une querelle de factions, de mauvaise gestion, de négligence, d'omission ou d'acte délibéré, ceci ne retient pas mon attention en ce moment. Assurément il faudra examiner, individualiser et responsabiliser dans le cadre d'une enquête et d'un procès. Ce que nous avons maintenant, ce sont 56 personnes tuées avec des raffinements de cruauté (certaines victimes ayant été décapitées) qui ont expérimenté l'enfer sur la terre et qui, oui, à l'exemple de Dimas et Gestas, peuvent maintenant, Monsieur le Gouverneur, être des saints. Et dans cette histoire, nous pouvons aussi identifier Hérode et Pilate, les "Marie" étant déjà au pied de la croix.

 

Verônica Bezerra, Presidente da Comissão de Direitos Humanos da OAB-ES

 

(1) Le massacre de Carandiru s'est produit en 1992 au pénitencier de Carandiru à São Paulo. La Police Militaire étant intervenue pour réprimer une rébellion, 111 prisonniers avaient été tués.

Nous vous invitons à lire l'article de la Croix dont nous emprunté l'introduction et la photo.

Un Clic et vous en saurez plus !

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Nouvelles des amis de Vitoria Em Português
commenter cet article
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 12:23

Ha veremos honrar todo aquele que caír lutando, contra os muroas morte e cercas da morte, jamais recuando.
Nous irons honorer tous ceux qui ont lutté contre les murs de la mort au péril de leur vie, sans jamais se décourager....

Invitation en mémoire des martyrs de la Caminhada : 27ème anniversaire du martyr du Père Gabriel.

18h30 : Rendez-vous dans le quartier Cobi de Cima à Vila Velha, lieu où le corps de Gaby a été retrouvé dans sa voiture.

Formation d'un cortège de voitures.

19h20 : Rendez-vous sur la place Padre Gabriel dans le quartier Vila Palestina à Cariacica

20h15 : lancement du livre "Echos de Vitoria" à l'APAE, quartier Campo Grande à Cariacica.

Convite : memória dos mártires da caminhada, 27° ano do martirio de Padre Gabriel
Convite : memória dos mártires da caminhada, 27° ano do martirio de Padre Gabriel
Repost 0
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 07:18

Jour férié le 8 septembre à Vitória pour l'anniversaire de sa fondation.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Nouvelles des amis de Vitoria
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 19:26

Quelques nouvelles de nos amis de Vitoria. Que de monde sur l'avenue qui longe la plage de Camburi ! 500 personnes ? un millier ?

On peut remarquer quelques amis de Gaby, certains avec le t-shirt réalisé à l'occasion du 25ème anniversaire de son assassinat.

La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio

La plupart des photos ont été prises par Dárcio

En plus des manifestants qui condamnaient le "coup d'Etat", s'en prenant surtout au président Temer, on en remarquait tout spécialement d'autres qui protestaient contre la gestion de la catastrophe qui a fait suite à la rupture du barrage dans l'Etat du Minas Gerais (qui touche celui de l'Espirito Santo). Des boues toxiques se sont répandues jusqu'à Vitória où elles se sont jetées à la mer avec le rio Doce. Mais sur leur passage, les dégâts ont été considérables : entre autres, pollution par les boues puis par la poussière noire et dévastation de la faune et de la flore, les pêcheurs étant alors tout spécialement touchés par le chômage qui risque de durer très longtemps. Sur le parcours de la manif,  on peut voir les noms des gens tués par cette catastrophe, inscrits sur des croix et précédés par le spectre de la mort, ...
 
Alors bien sûr, les victimes s'en prennent aux gouvernants qui n'ont pratiquement rien fait pour eux.
Le plus grave est que cette catastrophe aurait pû être évitée si l'on avait respecté les consignes de précaution.
Les manifestants réclament :
 - la condamnation des gérants de la Vale ainsi que deux autres compagnies dont la Sonarco et la présentation de leurs crimes à la Justice Fédérale.
 - des indemnisations justes pour les familles touchées par ce désastre.
 - que le droit au recours des entreprises minières soit utilisé pour revitaliser l'environnement.
 - et aussi de meilleures règles de sécurité pour le secteur minier.

 

Pour ceux qui ont un compte FB, vous pouvez visionner une vidéo qui partage l'ambiance de cette manifestation sous le soleil...

 

Et voici un petit CR en portuguais écrit par Patricia.

 

Hoje dia 07 de setembro foi celebrado o Grito dos Excluídos. Um evento que a Igreja promove há 21 anos, e ao longo desse tempo vem fazendo denúncias contra situações de injustiças e que não condizem com o Reino de Deus. O lema deste ano " Este sistema é insuportável: exclui, degrada, mata" é inspirado em um discurso do Papa Francisco, onde ele critica este sistema que só pensa em lucros, deixando o cuidado com Vida e a Casa Comum de lado. Neste contexto lembramos da tragédia de Mariana, onde por ações irresponsáveis e visando apenas o lucro, a Vida Humana e o Meio Ambiente foram ignorados.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Nouvelles des amis de Vitoria
commenter cet article
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 09:47

A cada 5 anos acontece a Romaria dos Mártires da Caminhada na Prelazia de São Felix do Araguaia, no município de Ribeirão Cascalheira, no Mato Grosso. Esse ano o tema escolhido foi Profetas do Reino. Na sexta-feira passada, 15, neste horário, inúmeras caravanas já haviam chegado ou estavam a caminho da terrinha de dom Pedro Casaldáliga. A programação da Romaria teve início na sexta-feira e foi até domingo, 17. Presença de Pedro, roda de conversa sobre os conflitos no Cerrado, caminhada dos romeiros e romeiras até o Santuário dos Mártires. Todos esses momentos acompanhados por alguns milhares de romeiros e romeiras. 

“Bem-aventurados/as as/os que são perseguidos/as por causa da justiça, porque deles/delas é o Reino do Céu”. (Cf. Mateus 5,10)

Confira o vídeo abaixo e sinta um pouco da energia dessa Romaria

 

Tous les 5 ans a lieu la Procession des Martyrs de la Caminhada* dans le diocèse de São Felix do Araguaia, à Ribeirão Cascalheira, (Mato Grosso). Cette année, le thème retenu était « prophètes du Royaume ». Vendredi 15 juillet, de nombreux groupes arrivaient sur la terre où avait œuvré Dom Pedro Casaldáliga. Le pélerinage a duré du 15 au 17 juillet. En présence de Dom Pedro, les carrefours portaient sur les conflits de la terre, et la marche de milliers de pélerins les a menés jusqu'au sanctuaire des martyrs.

"Bénis ceux qui sont persécutés pour la justice, le royaume de Dieu est à eux". (cf. Matthieu 5,10)

 

Ci-desssus une vidéo qui nous montre l'importance de cette Caminhada.
 

Caminhada : Action de marcher sur le Chemin qui est le Christ, les 1ers chrétiens disaient « nous sommes du Chemin, nous sommes du Christ !" (explicatons de Jovanir)

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Em Português martyrs Nouvelles des amis de Vitoria
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 21:50
Départ

Départ

Dárcio et Cleu, avec quelques amis du groupe du 23, participent ce WE au grand pélerinage des Martyrs du long chemin.  

Avec des nombreux amis du groupe du 23, ils sont partis à São Félix do Araguaia pour célébrer le martyre du père João Bosco Penido Burnier, abattu d’une balle par un policier en 1976, alors qu'il venait défendre avec Dom Pedro Casaldáliga, deux femmes qui se faisaient torturer. La balle était certainement destinée à Dom Pedro. 

Ce pèlerinage honore la mémoire de bien d’autres personnalités qui ont perdu la vie dans la lutte pour différentes causes sociales qui « ont donné leur vie pour le Royaume », comme on l’entend durant la célébration, qui a lieu tous les 5 ans.
 
Nos amis nous partageront quelques photos...
Romaria dos Mártires da Caminhada
Se aproxima o dia da Grande Romaria, mas ela segue acontecendo no coração e na vida de todos nós Romeiros da Esperança.
Para aquecer os corações segue a PROGRAMAÇÃO DA ROMARIA.
E para alimentar a Espiritualidade Martirial, foram reimpresso dois materiais: Ofício dos Mártires da Caminhada Latino-Americana e a Galeria dos Mártires.
Teremos também o CD Irmandade dos Mártires, com composições que trazem a memória dos Nossos Mártires, para animar as comunidades a Bem Celebrar as Mesmas Causas pelas quais Ele, o Mártir Jesus e tantos outros Mártires deram a VIDA.
 

Le jour du grand pèlerinage approche, mais il continue de se réaliser dans le cœur et dans la vie de nous tous, pèlerins de l'Espérance.

(Pour vous réchauffer le cœur, je vous joins le PROGRAMME DU PELERINAGE.) 

Et pour alimenter la spiritualité du Martyre, nous avons ré-imprimé deux documents : l'Office des Martyrs du Cheminement latino-américain ainsi que la Galerie des Martyrs.

Nous aurons aussi le CD de la Fraternité des Martyrs, avec des chants qui rappellent la mémoire de Nos Martyrs, afin d'inciter les communautés à Bien Célébrer les Mêmes Causes pour lesquelles Lui, le Martyr Jésus et tant d'autres Martyrs ont donné leur VIE. 

Romaria dos Mártires da Caminhada
Romaria dos Mártires da Caminhada
Romaria dos Mártires da Caminhada
Romaria dos Mártires da Caminhada

Pour en savoir plus sur Dom Pedro Casaldáliga et le martyr de Joao Bosco : consulter la page de ce blog : Clic ICI.

Regarder le film qui relate l'histoire de Dom Pedro Casaldáliga : "Descalço sobre a terra vermelha" (Pieds nus sur le sol rouge)

Ci-dessous une photo de Dom Pedro en compagnie de Dom Luis, évêque de Vitoria. Nous reconnaissons Claudio en bas à droite de la photo. (juillet 1996)

Encontro de fé e política durante o XIII congresso eucarístico em VITÓRIA, julho de 1996.

Encontro de fé e política durante o XIII congresso eucarístico em VITÓRIA, julho de 1996.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Nouvelles des amis de Vitoria martyrs Em Português
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 08:49

Des juristes, avocats, professeurs de droit brésiliens viennent de faire paraître un manifeste face à la demande de destitution de la Présidente Dilma Roussef par une grande partie des députés. En voici un résumé, mais vous pourrez le lire en entier, en français, en utilisant le lien ci-dessous :

 

https://drive.google.com/open?id=0B29oZHxtSdZZdEo3Ym5EaU1FMTA

 

En résumé, ces juristes, se basant sur des faits précis d'utilisation perverse des lois par des députés (entre autres) qui exigent la destitution de la Présidente de la République, affirment la nécessité de respecter les lois ainsi que l'impartialité de la Justice. La corruption doit être réprimée, mais d'une manière éthique, républicaine et transparente ; la lutte contre la corruption ne permet pas tout, ni de relativiser la présomption d'innocence par exemple, ni de délivrer des mandats d'amener coercitifs de simples témoins ou des ordres de détention provisoire sans base juridique fondée etc.

Le Brésil fait en ce moment l'expérience de la plus importante crise politique de sa récente démocratie. Les juristes rappellent que pendant les années de dictature (1964-1985) , nombre de citoyens ont souffert et se sont sacrifiés "pour que nous, Brésiliens puissions aujourd'hui exercer pleinement nos droits."

La Commission Spéciale du procès d'Impeachment  (destitution) contre Dilma est composée majoritairement d'hommes politiques ayant été mis en cause pour des détournements d'argent ou ayant reçu des donations frauduleuses pour leurs campagnes électorales, ce qui n'a pas été le cas pour Dilma Roussef.

La demande de destitution doit obligatoirement reposer sur un fondement juridique, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Dans le régime présidentiel, c'est le citoyen, par son vote lors d'élections régulières et directes, qui doit juger le bilan politique du président. Ce n'est jamais au Législatif de le faire, sinon nous ne sommes plus dans un Etat Démocratique de Droit.

 

Manifeste de Juristes brésiliens (avril 2016)

A Nova Campanha da Legalidade, formada por mais de oito mil juristas de todos os estados brasileiros passa, a partir de hoje, a enviar ao mundo o manifesto que denuncia o golpe em curso no Brasil. O Manifesto está em português traduzido para o inglês, italiano, francês, alemão e espanhol. Por favor, nos ajude, marque, envie por e-mail e compartilhe este post, fazendo chegar aos amigos estrangeiros.

*Espanhol:
https://drive.google.com/open?id=0B25Hqzc_ozMGTE1XcmlDUmpHWkU

*Italiano:
https://drive.google.com/open?id=0B25Hqzc_ozMGc2ZvakIya0NndVk

*Francês:
https://drive.google.com/open?id=0B29oZHxtSdZZdEo3Ym5EaU1FMTA

*Português:
https://drive.google.com/open?id=0B25Hqzc_ozMGVXRfMEcwMkVhNXM

*Inglês:
https://drive.google.com/open?id=0B25Hqzc_ozMGRXQ3Y0IyVnRGM2M

*Alemão:
https://drive.google.com/open?id=0B29oZHxtSdZZRHpwenphRy1RUVU

Repost 0
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 18:24

Nous avons reçu mercredi très tard ce message de Claudio, ami brésilien.

 

Amig@s, Irmã@s, Companheir@s,

 

Vivemos hoje no Brasil uma forte ameaça ao que foi conquistado com tanta luta:   a democracia. Uma democracia que conseguiu avançar na luta contra as desigualdades históricas e estruturais do Brasil e na busca de um pais mais justo, de todos, sobretudo dos mais empobrecidos, mais sofridos, mais  destituídos da possibilidade de participação. 

Vamos nos reunir num Encontro de Oração  Inter-religioso  pela Democracia e pela Paz, na sexta-feira, dia 15, às 19 horas, no pátio do Colégio Agostiniano, no Centro, ao lado do Parque Moscoso, para rezar  juntos e  fortalecer  nossa esperança e  certeza de que Deus caminha conosco.

#NãoVaiTerGolpe !

ATENÇÃO: Entrada pela Avenida República – ao lado do Parque Moscoso.

VAMOS TOD@S LÁ !

(assinam: grupo de leigos em defesa da democracia e a paz, contra o golpe)

Abração

Claudio Vereza e outros

 

 

En voici une traduction rapide :

 

"Amis, compagnons.

Aujourd'hui au Brésil, la démocratie pour laquelle nous avons tant lutté, est fortement menacée. Une démocratie qui a beaucoup avancé dans le combat contre les inégalités historiques et de structure du Brésil, et aussi dans la recherche d'un pays plus juste, qui appartienne à tous et surtout aux plus démunis qui n'ont pas la possibilité de participer à la vie de ce pays.

Nous nous réunirons pour une rencontre de prière inter-religieuse pour la Démocratie et pour la Paix, le vendredi 15 avril, à 19h, (donc à minuit en France) pour prier ensemble et fortifier notre espérance et notre certitude que Dieu chemine avec nous.

( IL N'Y AURA) PAS DE COUP D'ETAT NAO VAI TER GOLPE"

En union avec les Brésiliens - Juntos com os Brasileiros

Carlita, elle aussi, nous informe en ajoutant :

"Precisamos da colaboração de todos para que não morra a nossa frágil Democracia."

"Nous avons besoin de votre soutien à tous pour que ne meure pas notre fragile démocratie".

 
La situation est très grave, les Brésiliens sont divisés. Ils sont angoissés à l'idée qu'une nouvelle dictature s'installe (Ils en ont subi une de la part des militaires, très dure, de 1964 à 1985)
 
Nous ne pouvons pas rester impassibles devant cette éventualité de coup d'Etat.
Nous proposons,  de laisser en commentaire un message de soutien aux amis Brésiliens. Nous leur  transmettrons...
 
En attendant voici le message que nous leur envoyons :
 
 
 

En ces journées si dramatiques pour vous tous, amis brésiliens, nous nous associons à vous par la pensée, ou par la prière, en ces trois jours d'attente et aussi d'action pour vous.
Gardez courage et espérance. Nous sommes avec vous.

En union avec les Brésiliens - Juntos com os Brasileiros

Faire rentrer le Brésil dans le rang…

 

Résumé d'un article d'Adital du 13 avril 2016 que vous trouverez dans son ensemble ci-dessous

 

La destitution de la présidente Dilma Roussef doit être votée ce prochain dimanche, le 17 avril 2016..

Il s'agit en fait d'un processus qui vise à récupérer tous les Etats perdus pour la droite au cours des années précédentes, le Brésil restant, pour les puissances capitalistes, la bataille la plus urgente et importante. On a déjà vu, dans cette même démarche, l'élection de Mauricio Macri en Argentine, les pressions sur Nicolas Maduro au Venezuela, et, dans un passé moins récent l'éviction du président Fernando Lugo au Paraguay. Il semble dès lors logique que le Brésil soit le prochain Etat à faire tomber, lui qui, avec Lula, a beaucoup fait pour rassembler les Etats latino-américains.

Ensemble, ils disposent de plus de force et réussissent mieux, mais séparés, les pays d'Amérique latine sont à la merci des intérêts des plus puissants.

De plus ces pays possèdent des ressources naturelles non négligeables qui attirent les convoitises (Pétrole surtout pour le Brésil et le Venézuela).

Le remplacement de l'actuel gouvernement par un autre plus favorable à ces  puissances capitalistes et à un virage à droite signifierait en outre un retour en arrière historique sur ce continent latino-américain.

Il faut connaître ces facteurs pour bien comprendre la situation politique actuelle du Brésil.

Plus que la défense d'un gouvernement, la résistance aujourd'hui est absolument nécessaire pour défendre la Démocratie et la souveraineté des États latino-américains.

D'après Pedro Bocca (Carta Capital)

13.04.16 - América Latina

O impeachment e o realinhamento neoliberal na América Latina

Carta Capital Adital

Se juntos possuem mais força e condição de barganha, separados os países latino-americanos ficam à mercê dos interesses dos mais poderosos.

 

Eis o artigo.

 

A ser votado até o próximo dia 17 de abril, o impedimento da presidenta Dilma Rousseff não se trata de um fato isolado da conjuntura nacional. O fundo da disputa política dos últimos meses em nosso país é um processo continental de realinhamento neoliberal, em que o Brasil representa a mais urgente e importante batalha.O ciclo progressista que venceu a maior parte das eleições presidenciais latino-americanas nos últimos 15 anos, em reação ao desmonte dos Estados sob a égide do Consenso de Washington, chega a um momento de esgotamento não apenas pelos efeitos da ressaca da Crise de 2008, mas graças a uma nova ofensiva das frações de classe que ainda sustentam o projeto neoliberal em nosso continente.Este novo momento, que tem como pano de fundo a polarização política e o crescimento de movimentos conservadores organizados, visa não apenas retomar a hegemonia política interna, mas reavivar uma política externa subserviente e alinhada com os interesses das potências capitalistas.Neste sentido, a eleição de Mauricio Macri na Argentina, o acirramento da pressão ao governo Nicolás Maduro na Venezuela e a disputa em torno do impeachment de Dilma Rousseff não pode ser desconectado de um plano mais amplo: o enfraquecimento ou a dissolução dos atuais mecanismos de integração regional, frutos do ciclo progressista e que reposicionaram a América Latina no tabuleiro político e econômico mundial sob a liderança destes três países.O destino de instituições como a Unasul e a Celac, fundamentais para a consolidação da autonomia latino-americana no cenário regional e internacional, depende fundamentalmente do capital político das lideranças regionais em seguir confrontando a agenda estadunidense para a região, substituindo paulatinamente a OEA por novos espaços de decisão e articulação política. Importantes vitórias do campo progressista nesse espaço serão postas em xeque neste novo alinhamento econômico e ideológico do continente.As mais profundas ações, porém, se darão no campo econômico (que não deixa de nenhuma maneira de ser ideológico e político, claro). O fortalecimento do Mercosul, operado nos últimos anos a partir de políticas neodesenvolvimentistas e de empoderamento local, é o principal entrave às políticas neoliberais no continente – ea campanha de enfrentamento ao bloco protagonizada pela direita brasileira durante (e após) as eleições de 2014 não deixa dúvidas a este respeito.

 

A solução neoliberal para a crise segue o "modelo chileno”, de proliferação de tratados de livre-comércio pontuais, em especial com os países centrais da economia capitalista, criando uma complexa rede de supostas vantagens comerciaisque minam o desenvolvimento da América Latina enquanto região.O Mercosul é um profundo entrave à este tipo de política justamente porque garante aos países do bloco melhores condições de negociação, seja em acordos pontuais, seja nas rodadas de negociação multilaterais no âmbito da OMC.Se juntos possuem mais força e condição de barganha, separados os países latino-americanos – fundamentalmente economias dependentes e ainda muito frágeis – ficam à mercê dos interesses dos mais poderosos, em relações desbalanceadas e com profundos efeitos a longo prazo.Neste cenário, mais do que nunca o Brasil se torna peça central no jogo político-econômico regional. Se não bastasse ter sido responsável pelo sucesso destas iniciativas, o país, enquanto liderança política e econômica da região, é também o elo entre a integração latino-americana, suas relações para além do continente e o fortalecimento das relações Sul-Sul.É através do papel brasileiro nos últimos anos, por exemplo, que se tornou possível a aliança entre os países latino-americanos e os BRICS, cujo principal logro foi a criação do Acordo de Reservas de Contingência e o Banco de Desenvolvimento dos BRICS-Celac.O objetivo destas instituições é o financiamento de programas de infraestrutura e desenvolvimento na região, como alternativa ao financiamento predatório realizado pelo FMI e o Banco Mundial. Em um momento de disputa político-econômica mundial, o aumento da influência chinesa e russa na América Latina é uma profundaameaça aos interesses dos Estados Unidos e seus aliados na região, e o Brasil é o elemento fundamental desta balança.Em disputa também estão os recursos naturais, em especial o petróleo, questão fundamental no atual cenário internacional. O projeto de entrega do Pré-Sal, formulado por José Serra (autoproclamado articulador de um governo pós-Dilma) já em tramitação na institucionalidade brasileira é a ponta do iceberg de um processo de rapina de recursos coordenado internacionalmente.Não por coincidência, Brasil e Venezuela possuem duas das principais reservas de petróleo do mundo, e a Petrobras é a testa de frente do ataque ao governo Dilma Rousseff através do chamado "petrolão”.Assim, a substituição do atual governo brasileiro por uma composição mais simpática a este reordenamento neoliberal cumpre um papel complexo – ao mesmo tempo em que promove uma virada conservadora no plano interno, implode a construção de alternativas independentes no plano externo, causando um retrocessohistórico em nosso continente.

 

Ainda que o governo Dilma Rousseff, e em especial sua política externa, mereçam boa parte das críticas recebidas, é inegável o papel que o Brasil assume neste confuso contexto regional e internacional.A compreensão destes fatores é fundamental para o completo entendimento do momento político de nosso País.Ainda que boa parte da imprensa e dos analistas aponte que o processo de impeachment é oriundo de uma crise econômica, do questionamento da efetividade da gestão da máquina pública e do conflito entre "petralhas e coxinhas”, o que se apresenta neste golpe à paraguaia é o ataque a um projeto de desenvolvimento nacional e regional e a disputa de valores e ideias que visam um retrocesso desastroso aos povos de nosso continente.Mais do que a defesa de um governo, a resistência neste momento se faz necessária em defesa da democracia e da soberania dos Estados latino-americanos.O comentário é de Pedro P. Bocca, integrante do Grupo de Reflexão sobre RelaçõesInternacionais/GR-RI, em artigo publicado por CartaCapital, 13-04-3016

Repost 0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 23:19

Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

 

Por uma Igreja mais comprometida

Sábado, 16 de janeiro de 2016

 

Nathalie, amiga de Dárcio e Cléu, veio nos buscar para almoçar com seus pais (Ivette e Daniel ETIEVANT). No caminho fomos presenteados com lindas paisagens em neve. Difícil descrever tanta beleza.

Nathalie conheceu Gaby no ano de 1989 - exatamente o ano de seus assassinato - quando ela esteve no Brasil. Tendo ouvido do padre Joseph (irmão de Gabriel) sobre o trabalho realizado na Grande Vitória, ela foi conhecer de perto. Chegando à casa de Gaby, em Vila Palestina, ela soube que o bispo de Saint-Claude (Dom DOUCHÈNE) tinha pedido a ele de voltar, devido as ameaças que vinha sofrendo. Nathalie nos conta que Gabriel disse a ela que esse pedido do bispo muito o incomodava e que teimaria em continuar sua luta junto do povo.

Ela se lembra da simplicidade da casa onde Gaby morava; uma casa toda em madeira, inclusive o assoalho. No primeiro dia de sua chegada, ao se sentar junto à mesa, um dos pés da cadeira em que se sentou entrou num vão entre uma tábua e outra do assoalho, provocando um ligeiro susto e algumas risadas.

Nesta casa dos ETIEVANT ficamos apenas para o almoço. Tínhamos, na seqüência um encontro com o bispo da Diocese do Jura, na casa episcopal.

 

Ele, Monsenhor Vincent JORDY, já nos aguardava na porta; jovem, forte, sorridente, nos abraçou à moda brasileira, foi muito acolhedor. Éramos nós três, mais Elisabeth, Rachel e Jacques.

Em vez de nos levar a alguma sala destinada a reuniões, levou-nos a uma copa, tendo ao lado uma cozinha; e foi logo nos perguntando se queríamos chá ou café. Optamos todos pelo café; e, para nossa surpresa, foi ele para a cozinha preparar, ele mesmo, o café para a turma (!!!) Sem palavras. Pedi a ele se eu poderia fazer uma foto dele fazendo café. Aceitou sorridente. Eu lhe disse que a foto iria para o Papa Francisco. Rimos.  

Como bispo, ele se ocupa de toda a Diocese, é claro; mas também tem um trabalho macro-ecumênico especial na resolução de conflitos inter-religiosos, principalmente entre judeus e muçulmanos, em território francês; e também, junto com outros bispos, atua na correção do olhar dos fiéis cristãos em relação aos judeus.

Agradeceu nossa vinda. Disse que a casa era nossa e que estava ali para nos escutar.

Conversamos sobre o profetismo de Gabriel; o profetismo na igreja que ele encontrou aqui no Jura e também no Brasil, pelas vozes de Dom Helder Câmara, Dom Pedro Casaldáliga, Dom João Batista da Mota, padres e irmãs inseridos no meio popular, leigos e gente simples do povo. Falamos dos anos em que a Igreja sofria muitas perseguições por causa de seu testemunho vivo em vista de amenizar a dor do povo, vendo no rosto do pobre o rosto do próprio Cristo.

Dom Jordy perguntou se a Igreja ainda tem sofrido ameaças e se ainda há casos de padres e irmãs sendo assassinados. Respondi que não. A Igreja já não incomoda, como antes, o poder instituído.

Após o monsenhor nos fazer um resgate da Igreja de João Paulo II e dos motivos que o levaram a diminuir o avanço da Teologia da Libertação, lembrou-nos que o Papa Francisco, em sua recente encíclica Evagelii Gaudium, retoma o Espírito de uma Igreja mais comprometida, a partir do centro, que é o Evangelho.

Também falamos de outros assuntos, tais como a crise de fé e de vocações na Europa; que no tempo de Gabriel havia 200 padres; hoje - 25 anos depois - esse quantitativo foi dividido por 8. Há também o problema do envelhecimento da população; a questão da laicidade que é bastante forte na França; mas que também há jovens bastante engajados, tais como Rachel, que não vêem o dinheiro e o sucesso como uma meta. E disse que ainda acredita que a Igreja vai conseguir sair dessa situação.

Dárcio o convidou para uma visita a nós em Vitória. O bispo disse que talvez vá em até dois anos, com o vigário geral da diocese.

Ele nos presenteou com o livro "Jura, Terre Mariale" (Jura, Terra Mariana)

Finalizando, rezamos - primeiro em português e depois em francês - a mais preferida das orações de Gabriel:

Ave Maria, cheia de graça                                          Je vous salue, Marie, pleine de grâce

O Senhor é convosco                                                   Le Seigneur est avec vous

Bendita sois vós entre as mulheres                        Vous êtes bénie entre toutes les femmes

E bendito é o fruto do vosso ventre: Jesus.            Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

Santa Maria, Mãe de Deus                                         Sainte Marie, Mère de Dieu

Rogai por nós, pecadores                                           Priez pour nous, pauvres pécheurs

agora e na hora de nossa morte.                             Maintenat et à l'heure de notre mort.

Amém.                                                                               Amen.

 

Nosso último compromisso do dia ainda nos aguardava: testemunhar o trabalho de Gabriel para um grupo de escoteiros que tem o nome Gaby Maire mas que não sabe muita coisa acerca deste seu patrono. O Dárcio foi muito criativo nesse encontro cuja maioria da assembleia era formada por menores de 10 anos; embora houvesse também um bom número de jovens e adultos.

O Centro Nova Geração e o MPCDM se tornaram uma certa referência nesse momento com os escoteiros, devido a idade da maioria; enfatizando a luta pela vida, pela paz, contra toda forma de injustiça e violência.

Ensinamos o refrão de "Profeta Gabriel" em português; cantamos todos juntos; depois eles cantaram também a tradução francesa. Foi muito bom ter vindo a esse encontro.

Os escoteiros também mostraram o trabalho que realizam, suas viagens, acampamentos, modo de integração e de partilha.

...

Voltamos para a casa de Jacques e Elisabeth LAMY.

Sem a atuação de Elisabeth teria sido impossível toda essa ação.

A partir do domingo, 17, também tivemos momentos de troca de experiência com outras que pessoas que nos procuraram ou de quem fomos ao encontro; mas foram dias mais dedicados ao passeio, ao turismo. Então, fiquemos por aqui.

 

Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12
Diário de Viagem - Journal de voyage #12

Cleunice, Dárcio et Jovanir

11 jours sur les pas de Gaby en France

Par: Jovanir

Pour une Eglise plus engagée

 

Samedi 16 janvier 2016

 

Nathalie, amie de Dárcio et Cléu, est venue nous chercher pour déjeuner avec ses parents (Yvette et Daniel Etievant) . Le long du chemin, nous avons devant les yeux de très beaux paysages de neige : un vrai cadeau ! Difficile de décrire tant de beauté.

Nathalie a connu Gabriel en 1989 – exactement l'année de son assassinat – alors qu'elle était au Brésil. Ayant entendu le Père Joseph (frère de Gabriel) parler du travail réalisé dans le Grand Vitória, elle est allée voir de près. Arrivant à la maison de Gaby, à Vila Palestina, elle a appris que l'évêque de Saint-Claude (Mgr Duchêne) lui avait demandé de revenir, à cause des menaces dont il était l'objet. Nathalie nous raconte que Gabriel lui avait dit que cette demande de l'évêque l'avait beaucoup perturbé et qu'il poursuivrait obstinément son combat avec le peuple.

Elle se souvient de la maison toute simple où vivait Gaby ;  elle était tout en bois, y compris le sol. Le premier jour de son arrivée, en s'asseyant à la table, un des pieds de sa chaise s'est coincé dans un trou entre deux planches du sol, provoquant une légère frayeur et quelques éclats de rire.

Nous sommes restés seulement pour le repas chez les Etievant. Nous avions ensuite une rencontre avec l'évêque du diocèse du Jura, à l'évêché.

 

Lui, Mgr Vincent Jordy, nous attendait à la porte ; jeune, fort, souriant, il nous a embrassés à la mode brésilienne, il a été très accueillant. Nous étions nous trois, plus Elisabeth, Rachel et Jacques.

Au lieu de nous emmener vers quelque salle de réunion, il nous a conduits dans une petite pièce attenante à une cuisine ; et il nous a tout de suite demandé si nous voulions du thé ou du café. Nous avons tous opté pour le café ; et, à notre grande surprise, c'est lui-même qui est allé le préparer à la cuisine pour notre équipe (!!!) Sans rien dire. Je lui ai demandé si je pourrais prendre une photo de lui en train de faire le café. Il a accepté en souriant. Je lui ai dit que la photo irait jusqu'au Pape François. Nous avons ri.

En tant qu'évêque, il s'occupe de tout le diocèse, bien sûr ; mais il a aussi un travail œcuménique particulier pour résoudre, en territoire français, les conflits inter-religieux, principalement entre juifs et musulmans ; et aussi, avec d'autres évêques,  il s'efforce de modifier le regard des fidèles chrétiens sur les juifs.

Il nous a remerciés d'être venus le voir. Il a dit que cette maison était la nôtre et qu'il était ici pour nous écouter.

Nous avons parlé du prophétisme de Gabriel ; le prophétisme qu'il a rencontré ici dans le Jura et aussi au Brésil, par les voix de Dom Helder Câmara, Dom Pedro Casaldaliga, Dom João Batista da Mota, prêtres et religieuses insérés dans le milieu populaire, laïcs et gens du peuple. Nous avons parlé des années pendant lesquelles l’Église a subi beaucoup de persécutions à cause de son témoignage vivant en vue de diminuer les souffrances du peuple, en voyant dans le visage du pauvre le visage même du Christ.

Dom Jordy a demandé si l’Église souffrait encore de menaces et s'il y a encore des cas de prêtres et de religieuses assassinés. J'ai répondu que non. L’Église ne dérange pas, comme auparavant, le pouvoir établi.

Après avoir tenté de réhabiliter  l’Église de Jean Paul II et nous avoir exposé les motifs qui l'ont porté à freiner les avancées de la Théologie de la Libération, il nous a rappelé que le Pape François, dans sa récente encyclique Evangelii Gaudium, retrouve l'Esprit d'une Eglise plus engagée, à partir de son centre, l'Evangile.

Nous avons aussi abordé d'autres sujets, tels que la crise de la foi et des vocations en Europe ; du temps de Gabriel il y avait 200 prêtres (dans le Jura) ; aujourd'hui -  vingt-cinq ans après – ce nombre a été divisé par huit. Il y a aussi le problème du vieillissement de la population ; la question de la laïcité qui est relativement importante en France ; mais il y a aussi pas mal de jeunes engagés, comme Rachel, qui ne voient pas comme but dans la vie l'argent ou le succès. Il a dit aussi qu'il croit encore que l’Église va parvenir à sortir de cette situation.

Dárcio l'a invité à venir nous voir à Vitória. L'évêque a dit que peut-être, d'ici deux ans il viendrait avec le vicaire général du diocèse.

Il nous a offert le livre "Jura, Terre Mariale"

Pour terminer, nous prions – d'abord en portugais, puis en français – la prière que Gabriel préférait :

 

Ave Maria, cheia de graça                                          Je vous salue, Marie, pleine de grâce

O Senhor é convosco                                                   Le Seigneur est avec vous

Bendita sois vós entre as mulheres                          Vous êtes bénie entre toutes les femmes

E bendito é o fruto do vosso ventre: Jesus.             Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

Santa Maria, Mãe de Deus                                         Sainte Marie, Mère de Dieu

Rogai por nós, pecadores                                           Priez pour nous, pauvres pécheurs

agora e na hora de nossa morte.                             Maintenant et à l'heure de notre mort.

Amém.                                                                               Amen.

 

Un dernier rendez-vous de cette journée nous attendait encore : témoigner du travail de Gabriel devant un groupe de scouts portant le nom de Gaby Maire mais qui ne savaient pas grand chose de leur patron. Dárcio a été très créatif pendant cette rencontre, la majorité de l'assemblée ayant moins de dix ans ; il y avait aussi tout de même un bon nombre de jeunes et d'adultes.

Le Centre Nouvelle Génération et le MPCDM se sont avérés de bonnes références  pendant ce moment passé avec les scouts, étant donné l'âge de la plupart d'entre eux ; ces deux mouvements mettent en valeur la lutte pour la vie, pour la paix et contre toute forme d'injustice et de violence.

Nous leur apprenons le refrain de "Profeta Gabriel" en portugais ; nous chantons tous ensemble ; ensuite, ils ont chanté aussi la traduction française. Nous étions très heureux d'être venus à cette rencontre.

Les scouts aussi nous ont montré le travail qu'ils réalisent, leurs voyages, leurs camps, leur mode d'intégration et de partage.

Nous retournons chez Jacques et Élisabeth.

Sans le travail d'Elisabeth tout ceci aurait été impossible.

A partir du dimanche 17, nous aurons aussi des moments de partage d'expérience avec d'autres personnes que celles qui sont venues nous voir ou que nous avons rencontrées ; mais ces jours ont été plus spécialement consacrés au passé, au tourisme. Alors nous nous en tiendrons là.

Ave Maria, cheia de graça                                          Je vous salue, Marie, pleine de grâce

O Senhor é convosco                                                   Le Seigneur est avec vous

Bendita sois vós entre as mulheres                        Vous êtes bénie entre toutes les femmes

E bendito é o fruto do vosso ventre: Jesus.        Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

Santa Maria, Mãe de Deus                                         Sainte Marie, Mère de Dieu

Rogai por nós, pecadores                                           Priez pour nous, pauvres pécheurs

agora e na hora de nossa morte.                             Maintenat et à l'heure de notre mort.

Amém.                                                                               Amen.

 

Repost 0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 21:00

Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

 

"tomada de posição... a partir do anúncio do Cristo"

Sexta, 15 de janeiro de 2016

 

O dia amanheceu mais frio (-2°). E como havia chovido um pouquinho durante a madrugada, o frio intenso fez com que uma fina camada de gelo no chão exigisse de nós maior cuidado ao caminhar.

Chegamos a uma empresa da região: ECCOFOR. Na entrada encontramos Paul e Claudette. Foi muito bom encontrar este casal pois sabemos o quanto eles tem colaborado com a Associação francesa, principalmente na tradução de diversos textos brasileiros relacionados a Gabriel.

A ECCOFOR não é apenas uma empresa mas uma empresa-escola cujo trabalho principal é a serralheria. Atualmente há 16 alunos. Chama a atenção o fato de serem, quase todos, estrangeiros. Todos eles não estão em escola formal; houve alguma coisa diferente na história de cada um deles que fez com que não se adaptassem ao ensino formal.

Como se trata não só de trabalho, mas também de ensino, fomos até uma das salas , onde encontramos um grupo de cerca de 8 jovens de diferentes nacionalidades: 3 franceses, 1 congolês, 2 indianos, 1 nigeriano, 1 senegalês. A aula era de filosofia. Os professores são contratados, mas também tem voluntários. Conversamos por cerca de 40 minutos, entre apresentações pessoais e a forma como se vêem na sociedade.

"Na escola os alunos aprendem a fazer. Aqui a gente aprende fazendo".

"Antes de entrar aqui a gente ouvia que a gente não era nada; que não seria capaz de fazer nada".

Dali fomos - no mesmo bairro - ao CADA (Centre d'Accueil aux Demandeurs d'Asile), um centro de acolhida aos refugiados políticos que procuram asilo na região. Não fomos ali para conversar com nenhuma das famílias (eles acolhem preferencialmente famílias); fomos apenas para o almoço com outros amigos de Gabriel.

Paul: "Com Gabriel participei de lutas contra a violência, contra a tortura,..."

Cristiane: "Gabriel foi para mim como um raio de luz na tomada de posição, na conscientização acerca da defesa dos direitos humanos, a partir do anúncio do Cristo".

...

Saindo do CADA nos dirigimos para o asilo onde está hospedado padre Joseph MAIRE, um dos irmãos de Gaby. Ali estava também Marie Thérèse nos aguardando para esse encontro. Paul foi conosco. Foi um momento de grande alegria para eles e para nós. Ele fala muito do Brasil; repetiu algumas vezes seu apreço por algumas particularidades das terras brasileiras. Disse, por exemplo, que a visita ao Pantanal é ainda a sua lembrança mais intensa. Esse agradável encontro se deu num espaçoso hall do - muito bem cuidado - asilo. Visitamos seu quarto, onde há fotos de Gabriel, imagens do Brasil, um presépio que o Gabriel tinha em sua casa em Cariacica, e mesmo um entalhe em madeira (Maria com o Menino Jesus) do monge Pedro RECROIX, de quem fui confrade no Mosteiro de Goiás.

 

PS : ECCOFOR facebook clic

 

Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth
Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth

Photos : Jovanir Darcio et Elisabeth

Cleunice, Dárcio et Jovanir

11 jours sur les pas de Gaby en France

Par: Jovanir

 

"Prises de position… à partir de l'annonce du Christ"

 

Vendredi 15 janvier 2016

 

Le jour s'est levé plus froid (-2°). Et comme, à l'aube, il avait plu un petit peu, le froid intense avait déposé une fine couche de verglas sur le sol, ce qui exigeait de nous une plus grande attention en marchant.

Nous arrivons dans une entreprise de la région : ECCOFOR. A l'entrée nous rencontrons Paul et Claudette. Nous étions contents de rencontrer ce couple car nous savions combien ils ont collaboré avec l'association française, principalement pour la traduction de divers textes relatifs à Gabriel.

 

ECCOFOR n'est pas seulement une entreprise, mais une entreprise-école dont le travail principal est la serrurerie-métallerie, et sur un autre lieu la pneumatique avec un garage "pneus et services". Actuellement il y a seize élèves. On remarque le fait qu'ils sont, presque tous, étrangers. Aucun d'eux n'est dans une école ordinaire ; dans le parcours de chacun d'eux il y a quelque chose de différent qui a fait qu'ils ne se sont pas adaptés à l'enseignement normal.

Comme il s'agit, non pas seulement de travail, mais aussi d'enseignement, nous sommes allés dans une des salles où nous avons rencontré un groupe d'environ huit jeunes de nationalités différentes : trois Français, un Congolais, deux Indiens, un Nigérian et un Sénégalais. C'était un cours de philosophie. Les professeurs sont sous contrat, mais il y a aussi des bénévoles. Nous avons eu environ quarante minutes d'échange,  ils se sont présentés personnellement, ou nous ont dit comment ils sont perçus par la société. 

« A l'école les élèves apprennent à faire. Ici on apprend en faisant ».

« Avant d'entrer ici, nous entendions dire  qu'on n'était rien ; qu'on ne serait pas capable de rien faire ».

 

De là nous sommes allés – dans un quartier proche- au CADA (Centre d'Accueil des Demandeurs d'Asile) pour les réfugiés politiques qui cherchent à être accueillis dans la région. Nous n'avons pu parler avec aucune des familles (on héberge en priorité les familles) Nous avons seulement pris le repas avec d'autres amis de Gabriel.

Paul : "J'ai participé avec Gabriel à des manifestations contre la violence et la torture…"

Christiane : Gabriel a été pour moi comme un rayon de lumière. Il m'a conscientisé  lorsqu'il s'est agi de prendre position sur les droits de l'homme et ceci à partir de l'annonce du Christ".

En sortant du CADA nous nous dirigeons vers  la maison de retraite où est hébergé Joseph Maire, un des frères de Gaby. Marie Thérèse nous attendait là pour cette rencontre. Paul aussi était avec nous. Cela a été un moment de grande joie pour eux et pour nous. Joseph a beaucoup parlé du Brésil ; il a répété plusieurs fois comme il avait apprécié certaines particularités de la terre brésilienne. Il a dit par exemple  que sa visite au Pantanal est encore son souvenir le plus vif. Cette agréable rencontre s'est faite dans le hall spacieux  - et très bien entretenu – de la maison de retraite. Nous sommes allés voir sa chambre, où il y a des photos de Gabriel, des images du Brésil, une crèche que Gabriel avait chez lui à Cariacica, et même une sculpture en bois (Marie avec l'Enfant Jésus) du moine Pedro Recroix, dont j'ai été le confrère au Monastère de Goiás.

 

PS : ECCOFOR facebook clic

Repost 0
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 20:27
Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

 

"Padre Gabriel..." "Presente"

Quinta, 14 de janeiro de 2016

 

Com alegria, Joelle e Serge, seu marido, nos vieram buscar em Mont sous Vaudrey (chegamos de Saint-Claude na noite anterior). Eles nos levariam até Arbois, ao encontro do presidente da Associação Les Amis de Gaby, Raymond PERRIN. A associação existe desde 1990, ou seja, desde o ano seguinte do ano do assassinato de Gabriel. Dentre suas ações destacam-se as de acompanhar o processo de busca da verdade em relação ao assassinato; dar um sustento moral às pessoas engajadas na luta pela defesa da vida a partir da associação brasileira dos amigos de Gabriel; dar sustento material para algumas ações (oficinas de costura, por exemplo) da associação brasileira; e continuar os Ecos de Vitória (cartas que Gaby escrevia para os amigos franceses a partir de Vitória). Raymond é o presidente desta Associação francesa desde 2014 (Elisabeth é a vice-presidente).

 

Antes de chegar à casa de Raymond, fizemos rápido tour pela bela cidade. Só então soubemos ser a cidade onde Luis PASTEUR - o pesquisador que desenvolveu os estudos da microbiologia - viveu grande parte de sua vida. Os cidadãos de Arbois têm, com toda razão, grande orgulho desse seu filho ilustre, e isso se percebe por onde quer que se ande.

 

Chegamos ao endereço de Raymond no mesmo momento quando ele voltava da padaria; tinha ido comprar pão para o almoço (o baguette - o famoso pão francês - acompanha todas as refeições: que sorte a nossa!). Ele nos acolheu com imensa alegria. O "abraço brasileiro" (porque os franceses não costumam se abraçar da mesma forma que nós) se fez presente mais uma vez (já vínhamos abraçando à brasileira desde a chegada, e isso agrada os amigos de cá).

O apartamento de Raymond tem recordações do Brasil em cada canto. Almoçamos com ele enquanto uma boa conversa ia se desenvolvendo. Raymond também ganhou um CD de Raquel Passos, e nos presenteou com um belíssimo livro contendo imagens do Jura.

 

Mais tarde saímos juntos para mais uma volta por Arbois, chegando às 16h30 à casa de Monique e Constant CHAUVIN, para um lanche: mais um formidável encontro, com assuntos diversos, tais como a política atual do Brasil (Constant já foi prefeito de Arbois), a teologia da libertação, a Igreja de João Paulo II e Ratzinger, a Igreja do Papa Francisco, e tudo isso em relação também à tendência de Gabriel.

 

À noite, de volta aos LAMY e após um rápido jantar, nos dirigimos a mais um compromisso, um encontro com 32 pessoas do entorno de Mont sous Vaudrey que vieram para nos encontrar e ouvir nossa palavra, nossa experiência.

A partir da experiência que tivemos em Saint-Claude, abrimos um tempo maior para que as pessoas da assembleia dessem também sua palavra, seu testemunho. Uma senhora (Jeannette) nos disse: "Vocês vieram, aqui, refazer os passos de Gaby; mas ao mesmo tempo vocês também nos fizeram percorrer os passos dele, lá, no meio de vocês. Que bom saber que a história dele continua por meio de vocês, da APAE, das comunidades...". E um homem (Gérard) também nos dirigiu este testemunho: "Conheci Gabriel quando eu tinha uns 13 ou 14 anos; foi para mim um momento excepcional. Anos após nós nos reuníamos de tempos em tempos para refletir nossa vida, falar da guerra, das torturas, das prisões... Nós nos manifestamos publicamente exigindo o fim das torturas, o fim de tantos sofrimentos".

Ao final cantamos todos o refrão de "Profeta Gabriel". E fizemos a chamada (tal como fazemos, em Cariacica, ao final dos encontros relacionados a Gaby:

- Padre Gabriel

- PRESENTE.

- Padre Gabriel

- PRESENTE.

- Padre Gabriel

- PRESENTE.

 

Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth
Photos Darcio Jovanir et Elisabeth

Photos Darcio Jovanir et Elisabeth

Cleunice, Dárcio et Jovanir

Onze jours sur les pas de Gaby, en France

Par Jovanir

 

"Padre Gabriel"… "Présent"

Jeudi 14 janvier 2016

 

Avec joie, Joëlle et Serge, son mari, sont venus nous chercher à Mont-sous-Vaudrey (nous étions revenus de Saint-Claude la veille au soir). Ils vont nous emmener à Arbois rencontrer le président de l'association Les Amis de Gaby, Raymond Perrin. L'Association existe depuis 1990, l'année suivant l'assassinat de Gabriel. Parmi ses actions on distingue l'accompagnement du procès pour rechercher la vérité sur l'assassinat ; un soutien moral donné aux personnes de l’association brésilienne des "Amis de Gabriel" engagées dans la lutte pour la "défense de la vie" ; le soutien matériel pour quelques actions (atelier de couture par exemple) de cette association ; et poursuivre la rédaction et le suivi des Échos de Vitória (lettres que Gaby écrivait aux amis français à partir de Vitória). Raymond est le président de cette association française depuis 2014, et Élisabeth en est la vice-présidente.

 

Avant d'arriver dans la maison de Raymond nous avons fait un tour rapide de cette belle cité. C'est seulement alors que nous avons appris que c'était la ville où Louis Pasteur – Le scientifique qui a développé les études de microbiologie – a vécu une grande partie de sa vie. Les habitants d'Arbois sont très fiers, et à juste titre, de ce fils illustre, et cela se perçoit où que nous marchions.

 

Nous arrivons chez Raymond au moment même où il revient de la boulangerie ; il était allé acheter du pain pour le déjeuner (la baguette – le fameux pain français – accompagne tous les repas : quelle chance nous avons ! ). Il nous accueille avec une immense joie. C'est une fois de plus l '« abraço brésilien » (les Français n'ayant pas la même façon de s'embrasser que nous ; dès le début nous avions déjà embrassé "à la brésilienne", et cela plaît aux amis d'ici).

Dans tous les coins de l'appartement de Raymond on peut voir des souvenirs du Brésil. Nous déjeunons avec lui tout en menant une conversation fournie. Raymond aussi reçoit un CD de Raquel Passos et nous offre un très beau livre de photos du Jura.

 

Plus tard, nous sortons ensemble pour faire encore un tour dans Arbois et nous nous trouvons à 16h30 dans la maison de Monique et Constant Chauvin, pour un goûter : encore une rencontre  formidable, avec différents sujets  tels que la politique actuelle du Brésil (Constant a été maire d'Arbois), la théologie de la libération, l’Église de Jean-Paul II et de Ratzinger, l’Église du Pape François et tout ceci aussi en relation avec la sensibilité de Gabriel.

 

Le soir, de retour chez les Lamy et après un repas rapide, nous allons encore à un rendez-vous, avec trente-deux personnes des environs de Mont-sous-Vaudrey venues pour nous rencontrer, nous écouter raconter notre expérience.

A partir de ce que nous avons vécu à Saint-Claude, nous laissons aux assistants un temps plus long pour qu'ils puissent prendre eux aussi la parole, nous donner leurs témoignages. Une dame, Jeannette, nous a dit : « Vous êtes venus ici sur les pas de Gaby ; mais en même temps vous aussi nous avez conduit sur ses pas, là-bas, au milieu de vous. Que c'est bon de savoir que son histoire continue au milieu de vous tous, de l'APAE, des communautés… ». Et un homme (Gérard) a témoigné ainsi : "j'ai connu Gabriel quand il avait treize ou quatorze ans ; pour moi, cela a été un moment exceptionnel. Des années après nous nous réunissions de temps en temps pour réfléchir sur notre vie, parler de guerre, de torture, de prison… Nous manifestions publiquement pour exiger la fin de la torture, la fin de tant de souffrance". (1954- 1962,(ndlt).

Pour terminer nous avons tous chanté le refrain de "Profeta Gabriel". Et nous avons fait l"appel" comme nous le faisons à Cariacica, en terminant les rencontres se référant à Gaby :

- Padre Gabriel

- PRESENTE.

- Padre Gabriel

- PRESENTE.

- Padre Gabriel

- PRESENTE. 

 

(1954- 1962,(ndlt) : Gérard parlait des manifestations qui ont eu lieu partout en France pour demander l'arrêt de la guerre d'Algérie qui a eu lieu entre 1954 et 1662 et qui a profondément perturbé ceux qui s'y trouvaient (Lulu par exemple)…

Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 21:31
Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

 

"...mas eu tenho pressa de partir"

Quarta, 13 de janeiro de 2016

Dormimos em Saint-Claude: ainda havia um programa a realizar ali: um tanto turístico, um tanto engajado.

A claridade da manhã nos mostrou a neve no alto das montanhas ali pertinho.

 

Café da manhã com Elisabeth e Maryse; e preparação para ir de encontro à neve. Marie Joseph HUGON - ou simplesmente Marie-Jo - (uma das amigas de Gaby que estava na soiré anterior) nos acompanharia nessa aventura.

Para brasileiros do meio popular, ver a neve que cai, ver paisagens totalmente cobertas por cerca de 10 cm de neve, tocar e brincar na neve, é sempre um evento. E foi.

Paramos no mais alto da montanha, onde um chalé nos receberia - por ser o chalé de Genéviève, irmã de Marie-Jo, num local super bucólico chamado Septmoncel.

 

Ao descermos (por volta das 11h) nos dirigimos a uma Associação que atua com crianças e adultos com Síndrome de Down. O prédio que visitamos era o dos adultos. Estes, que nos pareceram bem adaptados ao que fazem, trabalham numa fábrica da própria Associação, cada um com sua tarefa bem definida. A fábrica produz peças pequenas de madeira para montagem de brinquedos, peças grandes para brinquedos maiores, cordões de sustentação de óculos, partes de um material usado em construção civil e em pedreiras, dentre outros. Impressionou-nos. Eles recebem seu salário por esse ofício. O trabalho atua em suas vidas como uma forma de integração à sociedade e de se sentirem úteis e respeitados.

Almoçamos também ali, num restaurante onde há a atuação de uma dezena deles.

 

Uma passadinha pela Maison du Peuple (Casa do Povo); e pela Catedral, que reúne um acervo bem especial.

Saint-Claude é afamada por ser a terra do cachimbo e também do diamante. À tarde visitamos um museu que reúne essas duas tradições.

 

Saint-Claude é também onde Gaby viveu cerca de 8 anos como padre, de 1972 a 80 (Gabriel chegou ao Brasil em agosto de 1980). Nesta vila desenvolveu o MPCDM com um grupo de fiéis. Com esse grupo Gabriel manteve, mesmo do Brasil, uma estreita relação de comunhão entre si e com o mundo. Quanto mais se engajava, mais tinha vontade de ir além-fronteiras. Quanto ao destino, o Brasil, só foi definido quando conheceu Dom Helder Câmara (todos por aqui conhecem Dom Helder) e seu engajamento por um mundo mais humano, com menos desigualdades. Foi o próprio D. Helder quem lhe teria feito o convite de exercer seu ministério em terras brasileiras.

Gabriel anunciou para sua mãe, Dona Genéviève, seu desejo de ir para o Brasil. Dona Genéviève se sentia bem adoentada e pediu ao filho que esperasse que ela morresse antes. Gaby, amavelmente, lhe respondeu "Mamãe, você não tem pressa de morrer, mas eu tenho pressa de partir".

Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo
Photos Elisabeth, Marie-Jo

Photos Elisabeth, Marie-Jo

Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 jours sur les pas de Gaby en France

Par: Jovanir

 

"… mais j'ai hâte de partir"

 

Mercredi 13 janvier 2016

 

Nous avons dormi à Saint-Claude : nous avions encore un programme à réaliser là : …touristique…engagé.

La clarté du matin nous a montré la neige au sommet des montagnes …tout près.

 

Petit-déjeuner avec Élisabeth et Maryse ; et nous nous préparons à aller à la rencontre de la neige. Marie-Josèphe Hugon – ou simplement Marie-Jo – (une des Amis de Gaby qui était à la soirée de la veille) nous accompagnera dans cette aventure.

Pour les Brésiliens du milieu populaire, voir tomber la neige, voir des paysages complètement recouverts de dix cm de neige, toucher la neige, jouer dans la neige, est toujours un événement. Et c'en fut un.

Nous nous arrêtons au plus haut de la montagne, là où un chalet nous recevra – le chalet de Geneviève, sœur de Marie-Jo, dans un lieu super bucolique appelé Septmoncel.

 

En redescendant (vers les onze heures) nous nous dirigeons vers une Association qui travaille avec des enfants et adultes porteurs de handicaps mentaux. Le bâtiment que nous avons visité était celui des adultes. Ceux-ci, qui nous ont paru bien adaptés à ce qu'ils font, ils travaillent dans une usine qui appartient à l'association, chacun ayant une tâche bien définie. (Travaux de tabletterie, petite menuiserie, jouets. Commercialisation de composteurs de déchets organiques. Sous-traitance : cordons de lunettes, ensachage, etc…) Cela nous a impressionnés. Ils reçoivent un salaire pour ce travail. Le travail leur permet de s'intégrer à la société et de se sentir utiles et respectés.

Nous déjeunons là aussi, dans un restaurant où une dizaine d'entre eux travaillent.

 

Un petit passage à la Maison du Peuple ; et à la Cathédrale, qui rassemble des pièces d'art bien spéciales.

Saint-Claude est réputée pour être le pays de la pipe et aussi du diamant. Le soir, nous visitons un musée qui réunit ces deux traditions.

 

Saint-Claude est aussi là où Gaby a été prêtre pendant près de huit ans, de 1972 à 1980 (Il est arrivé au Brésil en août 1980). C'est dans cette ville qu'il a développé le MPCDM avec un groupe de fidèles. Même depuis le Brésil, Gabriel a maintenu avec ce groupe une étroite relation de communion entre eux et avec le monde. Plus il s'engageait, plus il avait la volonté de passer les frontières. Quant à sa destination, le Brésil, il en a seulement décidé quand il a connu Dom Helder Câmara (tous ici connaissent Dom Helder) et son engagement pour un monde plus humain, avec moins d'inégalités. C'est Dom Helder lui-même qui l'aurait invité à exercer son ministère en terre brésilienne.

Gabriel a annoncé à sa maman, Geneviève, son désir de partir pour le Brésil. Geneviève se sentait bien malade et a demandé à son fils d'attendre sa mort auparavant. Gaby, délicatement, lui a répondu « Maman, tu n'es pas pressée de mourir, mais moi je suis pressé de partir ».

Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 17:00
Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

 

"Vocês me trouxeram de volta o Gaby"

(Ainda) Terça, 12 de janeiro de 2016

 

De Lons le Saunier fomos para Saint-Claude (cerca de 1h30 de viagem), onde chegamos às 18h30 para nosso segundo compromisso. Primeiramente nos dirigimos para o apartamento de Eliane (quem nos recebeu foi Maryse, sua irmã) para deixar nossa bagagem, jantar brevemente, e partir para o encontro.

Saint-Claude é uma região ainda mais fria. O vento passa como que arranhando nossas faces. O encontro seria numa sala anexa à igreja para pessoas que conheceram Gabriel e talvez faziam parte do MPDCM de Saint-Claude.

Eu esperava umas 12 pessoas; chegaram entre 35 e 40. Antes de começar concedemos entrevista para um jornal local. Rachel veio especialmente para estar conosco. Veio de carro da divisa com a Suíça, cerca de 40 minutos dali. Que pessoa especial!

Elisabeth... Ah, Elisabeth... preparou três excelentes apresentações em power-point para nos ajudar a ilustrar nossas falas. A primeira continha fotos de Vitória e Cariacica; cenas da Associação Gabriel Maire; do bairro que leva seu nome; da escola e da APAE de Campo Grande, que também tem o nome do Gabriel; do grupo do 23; do grupo Ecos de Gaby. A segunda trazia o trabalho desenvolvido no Centro Nova Geração, projeto que coordeno há 10 anos em Nova Rosa da Penha e que ela e Rachel conheceram quando estiveram recentemente no Brasil e que muito lhes marcou. A terceira trazia fotos e filmes relacionados ao 25º aniversário do assassinato.

Nossa fala foi se somando a tudo isso em vista das expectativas das pessoas que ali vieram (vale lembrar que os franceses apreciam muito participar de "soirés" - encontros ao final do dia destinados a conferências, apresentações de algum estudo, debate, etc). entre eles, um padre e um ex-padre, ambos muito tocados por estarem ali. Um deles nos disse: vocês me trouxeram de volta o Gaby. Parecia longe, mas agora o vejo tão perto!

 

Diário de Viagem - Journal de voyage #8
Diário de Viagem - Journal de voyage #8
Diário de Viagem - Journal de voyage #8
Diário de Viagem - Journal de voyage #8
Diário de Viagem - Journal de voyage #8
Diário de Viagem - Journal de voyage #8
Diário de Viagem - Journal de voyage #8

Cleunice, Dárcio et Jovanir

Onze jours sur les pas de Gaby, en France

Par Jovanir

« Vous m'avez ramené Gaby »

 

Mardi (encore) 12 janvier 2016

 

De Lons le Saunier nous sommes allés à Saint-Claude (environ 1h00 de route) ; nous y sommes arrivés à 18h30 pour notre deuxième rendez-vous. Tout d'abord nous nous dirigeons vers l’appartement d’Éliane (c'est Maryse, sa sœur, qui nous reçoit) pour y laisser nos bagages, prendre un bref repas et partir pour la rencontre.

Saint-Claude est une région encore plus froide. Le vent passe comme en raclant nos visages. La rencontre allait être dans une salle annexe de l'église, pour les personnes qui ont connu Gabriel et ont peut-être fait partie du MPCDM de Saint-Claude.

J'attendais environ douze personnes ; il en est arrivé entre trente-cinq et quarante. Avant de commencer nous accordons une interview à un journal local. Rachel est venue spécialement pour être avec nous. Elle est venue en voiture depuis la frontière suisse, à environ quarante minutes d'ici, malgré la neige. Quelle personne extraordinaire !

Élisabeth…Ah, Élisabeth…avait préparé trois excellentes présentations en power-point pour nous aider à illustrer notre exposé. La première comportait des  photos de Vitória et Cariacica ; certaines prises dans les locaux de l'Association Padre Gabriel ; du quartier qui porte son nom ; de l'école et de l'APAE (Association de Parents d'Enfants Exceptionnels de Campo Grande, qui porte aussi le nom de Gabriel ; du groupe du 23 ; du groupe des Échos de Gaby. La seconde rendait compte du travail entrepris  au Centre Nouvelle Génération, projet que je coordonne depuis dix ans à Nova Rosa da Penha et que Élisabeth et Rachel ont connu quand elles sont venues récemment au Brésil et qui les a beaucoup marquées. La troisième montrait des photos et des films en rapport avec le vingt-cinquième anniversaire de l'assassinat.

Notre exposé comportait tout cela vu les attentes des personnes qui étaient venues là (il faut se souvenir que les Français apprécient beaucoup les « soirées » - rencontres en fin de journée, conférences, présentation d'une recherche, débat, etc.). parmi les personnes présentes, un prêtre et un ex-prêtre, tous deux très touchés de se trouver là. L'un d'eux nous a dit : « Vous m'avez ramené Gaby. Il me paraissait loin, mais maintenant je le vois de si près ! »

 

NOTE :Au Brésil, les enfants dits "inadaptés" en France sont dits Exceptionnels au Brésil. Fort Intéressant !

 

Repost 0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 21:19

Artigo da conselheira Verônica Bezerra:

É tempo de colher tâmaras

11 de Fevereiro de 2016

 

Foi anunciada a criação, pelo Governo do Estado, da Secretaria de Direitos Humanos do Espírito Santo. 

Um provérbio árabe diz que quem planta tâmaras, não colhe tâmaras. Isso porque antigamente as tamareiras demoravam até um século para dar seus primeiros frutos. 

Conta a lenda que um senhor de idade avançada plantava tâmaras no deserto, quando um jovem lhe perguntou o porquê de ele perder tempo cultivando algo de que ele não desfrutaria. O senhor, calmo, respondeu: Se todos pensassem como você, ninguém colheria tâmaras. 

Essa resposta nos ensina que devemos construir ações que possam servir para todos, e para o futuro. 

O anúncio dado pelo Governo abre caminho para a efetivação das políticas públicas de direitos humanos, e nos aproxima de uma realidade que – embora desafiadora – é a desejada. Oxalá sua estrutura seja alicerçada no Programa Estadual de Direitos Humanos e do Plano de Educação Estadual de Direitos Humanos. 

Efetivar políticas públicas de direitos humanos é um desafio. Ainda vivemos violações de direitos das mais diversas. Ainda temos que secar lágrimas e ouvir soluços de vítimas de tortura. Ainda temos que recorrer aos tribunais internacionais para garantir os direitos mais elementares. Por isso, ainda temos que repisar o óbvio, declarado em 1948 pela Declaração Universal dos Direitos Humanos e positivado pela Constituição Federal. 

O despontar da Secretaria a que referimos nos indica que tudo valeu e vale a pena, e para enfrentar a violação de direitos precisamos de resistência e diálogo. 

Em sendo assim, agradecemos a Pe. Gabriel Maire; Valdício Barbosa dos Santos; Ewerton Montenegro Guimaraes; João Batista Herkenhoff; Pe. Saverio Paollilo; Isabel Borges; Isaias Santana da Rocha; Ana Maria Caracoche; Hugo Cesar Guangirole; Pedro José Bussinger e a outros tantos, por terem plantado as tâmaras que nós continuaremos a tratar com carinho !

 

in OAB ES

Secretaria de Direitos Humanos do Espírito Santo

Article de la conseillère Verônica Bezerra :  11 février 2016

Il est temps de cueillir les dattes

 

On a annoncé que le gouvernement de l'Etat de l'Espirito Santo a créé un secrétariat des Droits de l'Homme.

Un proverbe arabe dit que celui qui plante des palmiers- dattiers n'en cueille pas les dattes. Parce que, autrefois, ces arbres mettaient jusqu'à un siècle avant de donner leurs premiers fruits.

Une légende raconte qu'un homme d'un âge avancé plantait des dattes dans le désert, quand un jeune lui a demandé pourquoi il perdait son temps à cultiver quelque chose qu'il ne récolterait pas. L'homme, calmement, lui a répondu : Si tous pensaient comme toi, personne ne cueillerait de dattes.

Cette réponse nous enseigne que nous devons mettre en route des actions qui puissent servir à tous, et pour l'avenir.

L'annonce faite par le gouvernement ouvre une voie pour que les politiques publiques des droits de l'homme soient effectivement réalisées ; elle nous rapproche d'une réalité qui – bien que ce soit un défi – est celle que nous désirons. Dieu veuille que cette structure ait pour fondement dans l'Espirito Santo le Programme d'Etat des Droits de l'Homme et son Plan d'Education.

Concrétiser les politiques publiques est un défi. Des violations de droits de toutes sortes subsistent. Il nous faut encore sécher des larmes et entendre les sanglots des victimes de torture. Il nous faut encore recourir aux tribunaux internationaux pour garantir les droits les plus élémentaires. Il nous faut à cet effet réaffirmer les évidences énoncées en 1948 dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  et qui ont été explicitées par la Constitution Fédérale.

La création du Secrétariat auquel nous nous référons démontre que tout ce qui a été  fait a valu et vaut la peine, et pour affronter les violations de droit, nous avons besoin de résister et de dialoguer.

En l'occurrence, nous remercions le Père Gabriel Maire ; Valdício Barbosa dos Santos ; Ewerton Montenegro Guimaraes ; João Batista Herkenhoff ; Pe. Saverio Paollilo ; Isabel Borges ; Isaias Santana da Rocha ; Ana Maria Caracoche ; Hugo Cesar Guangirole ; Pedro José Bussinger et tant d'autres, d'avoir planté les dattiers que nous continuerons à soigner avec amour !

Repost 0
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 20:25
Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

Encontros Insólitos

Terça, 12 de janeiro de 2016

Nesta manhã ficamos em casa. Nossos compromissos seriam à tarde e à noite. Blandine, a quarta filha de Elisabeth e Jacques, veio almoçar conosco. Foi muito simpático de sua parte, uma vez que sentia fortes dores na coluna desde o natal passado.

Nosso primeiro compromisso foi na cidade de Lons le Saunier. Importante para o nosso roteiro por ser onde Gabriel fez seus estudos de Teologia e conheceu padres que muito lhe influenciaram no olhar voltado para os mais necessitados. Gabriel conheceu aqui, por exemplo, o modo de agir dos "padres operários", aqueles que exerciam seu ministério no meio operário, sendo um deles, seja na metalurgia ou numa das fábricas diversas. Vale, porém, lembrar que desde antes do seminário ele já desejava exercer seu ministério no sentido de amenizar a dor dos mais sofridos do povo.

Nossa tarefa em Lons era conceder uma entrevista à RCF - Rádio Cristã da França. Eu e Cléo estávamos bem tensos. Dárcio demonstrava maior segurança (Dárcio foi muito bem no dia anterior quando falou na Abadia de Acey sobre a atuação de Gabriel em Cariacica e os motivos que o teriam levado ao assassinato).

Para minha surpresa - pois eu ainda não tinha entendido que seria assim - a RCF funciona onde exatamente no antigo seminário onde estudou Gaby, Lulu e companheiros.

 

Na ante-sala do estúdio fomos recebidos por Nicole, uma jovem senhora, talvez uns 55 anos, que de um jeito todo próprio nos foi envolvendo mansamente, agradavelmente e - sem que sequer uma vez pedisse de nós que ficássemos tranqüilos - a tranqüilidade e segurança foi chegando sem que as percebêssemos.

Por meio de um bate-papo inicial ela foi projetando a entrevista. Claro que Elisabeth colaborou muito nesse seu projeto.

Hora de entrar no estúdio. Sabíamos que seriam somente 12 minutos de duração. Foi só quando a porta se fechou que nos demos conta de que seriam 3 etapas de doze minutos cada. Nos entreolhamos, sorrimos, e seguimos. E olha que não foi preciso fazer nenhuma parada ao longo de cada etapa. Seguimos direto, sem nos atrapalhar.

 

Os primeiros 12 minutos foram dedicados a nos apresentarmos e dizer como conhecemos Gabriel; abordamos também um pouco sobre sua maneira de ser junto ao povo.

Na segunda etapa aprofundamos mais sobre as ações de Gabriel no Brasil, de como ele nos ensinava a contemplar Deus em nossa vida e o que Deus quer de nós, de como ele nos dava oportunidades de encontrarmos nós mesmos soluções para os nossos problemas (sociais, políticos,...) por meio do método Ver, Julgar e Agir.

O terceiro momento foi o de mostrar os frutos a partir do que vivemos e aprendemos com Gabriel. Falamos da existência da Associação Padre Gabriel em Defesa da Vida (Porto de Santana), do "Grupo do 23", do grupo "Ecos de Gaby" que publicou o livro pela passagem do 25º ano do assassinato ("Prefiro morrer pela vida a viver pela morte") e que pretende publicar as 26 longas cartas que  Gaby escreveu para os amigos da França, e falamos do MPCDM (Movimento Popular dos Cidadãos do Mundo) que acaba de nascer (agosto de 2015) também em Cariacica. Ao final disso tudo, Nicole fez um desabafo que nos impressionou, sendo bastante direta ao exigir das autoridades eclesiais locais que também eles devessem realizar algo que trouxesse à tona a memória desse jurassiano (quem nasceu no Jura) que tanto fez, que foi assassinado em nome da justiça social, e que sua voz continua a ser ouvida e interpelando realidades. Encerrando essa entrevista, cantamos e traduzimos o refrão do canto "Profeta Gabriel". Deixamos de presente um CD da Raquel Passos para a RCF.

 

Foi tudo tão forte e um tanto surpreendente - além do fato de que nem sempre nosso francês não era exatamente o bom francês - que perguntamos se ela não gostaria de regravar alguma parte. Respondeu-nos entusiasmada sobre o quanto esta entrevista teve tudo a ver com o nome e o jeito de ser de seu programa. Qual nome? "Encontros Insólitos". Rimos juntos e dissemos: Tudo a ver.

 

Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7

Cleunice, Dárcio et Jovanir

 

Onze jours sur les pas de Gaby, en France

Par Jovanir

Rencontres insolites

 

Mardi 12 janvier 2016

 

Ce matin nous sommes restés à la maison. Nos rendez-vous allaient être l'après-midi et le soir. Blandine, la quatrième fille d’Élisabeth et Jacques, est venue déjeuner avec nous. Ça a été très sympathique de sa part, car elle ressentait de fortes douleurs dans la colonne vertébrale depuis Noël dernier.

Notre premier rendez-vous a été dans la ville de Lons le Saunier. Point important  de notre parcours car c'est là que Gabriel a fait ses études de théologie et a connu des prêtres qui l'ont beaucoup marqué en orientant son regard vers les plus démunis.  Gabriel a connu ici par exemple la manière d'agir des « prêtres-ouvriers », ceux qui exerçaient leur ministère en milieu ouvrier, en étant l'un d'eux, soit dans la métallurgie, soit dans diverses autres usines. Il est important cependant, de rappeler que, dès avant le séminaire, il désirait tenter de diminuer les souffrances des populations les plus pauvres en exerçant son  ministère .

Notre tâche à Lons était d'accorder une entrevue à RCF - Radio Chrétienne de France – Moi et Cléu étions très tendus. Dárcio apparaissait plus sûr de lui (Dárcio s'en était bien tiré la veille quand, à l'Abbaye d'Acey, il avait parlé du travail de Gabriel à Cariacica et des motifs qui auraient conduit à son assassinat.)

A ma grande surprise – car je n'avais jamais compris qu'il en serait ainsi – RCF fonctionne sur l'emplacement exact de l'ancien séminaire où avaient étudié Gaby, Lulu et leurs camarades.

 

Dans l'anti-chambre du studio nous avons été reçus par Nicole, une dame encore jeune, de quelque cinquante-cinq ans qui, de sa manière bien à elle, a pris soin de nous calmement, agréablement, sans que, même une seule fois, elle nous ait demandé de nous tenir tranquilles – la tranquillité et la sécurité s'étant installées sans que nous nous en apercevions.

C'est en commençant par un échange détendu qu'elle a préparé l'interview. Il est évident qu’Élisabeth avait beaucoup collaboré à son projet.

Il est l'heure d'entrer dans le studio. Nous savions que cela ne durerait que douze minutes. C'est seulement quand la porte s'est refermée que nous nous sommes rendus compte qu'il s'agissait de trois phases de douze minutes chacune. Nous nous regardons, sourions, et poursuivons. Et notez qu'il n'y a eu besoin d'aucune interruption au cours de chaque étape. Nous avons poursuivi directement, sans nous troubler.

 

Les premières douze minutes ont été consacrées à notre présentation et pour dire comment nous avions connu Gabriel ; nous avons aussi un peu parlé de sa manière de vivre avec le peuple.

A la seconde étape nous avons approfondi les initiatives de Gabriel au Brésil, comment il nous apprenait à contempler Dieu dans notre vie, ce que Dieu attend de nous, comment il nous donnait des occasions de trouver nous-mêmes des solutions à nos problèmes (sociaux, politiques,...) par la méthode Voir, Juger et Agir.

Pendant le troisième moment nous en avons montré les fruits à partir de ce que nous avons vécu et appris avec Gabriel. Nous avons parlé de l'existence de l'Association Padre Gabriel pour la Défense de la Vie (Porto de Santana), du « Groupe du 23 », du groupe « Echos de Gaby » qui a publié le livre « J'aime mieux mourir pour la Vie que Vivre pour la Mort » au moment du vingt-cinquième anniversaire de l'assassinat ; ce groupe va aussi publier les vingt-six longues lettres que Gaby a écrites à ses amis français. Nous avons parlé du MPCDM (Mouvement Populaire des Citoyens du Monde) qui vient de voir le jour en août 2015, lui aussi à Cariacica. Au final, Nicole  nous a impressionnés en affirmant, d'une façon assez directe, qu'il fallait exiger des autorités ecclésiastiques  locales qu'elles fassent quelque chose pour rappeler la mémoire de ce Jurassien (qui est né dans le Jura) : lui qui a tant fait pour la justice sociale qu'il a été assassiné à ce titre et que sa voix est toujours actuelle quand elle interpelle les réalités du monde. Pour clore cet  entretien, nous chantons et traduisons le refrain du chant « Profeta Gabriel ». Nous laissons en cadeau pour RCF un CD de Raquel Passos.

 

Tout ceci a été un moment très fort et si surprenant - en plus du fait que notre français n'était pas toujours exactement un bon français – que nous lui avons demandé si elle n'aimerait pas réenregistrer l'une ou l'autre partie. Elle nous a répondu avec enthousiasme combien cet entretien répondait au nom et au style de son émission. Quel nom ? : « Rencontres insolites » Nous nous sommes mis à rire tous ensemble : Il y répond parfaitement.

 

Les liens pour écouter les émissions de radio enregistrées :

La première ici ! Clic !

La deuxième là.... Clac !

Et la troisième...

Repost 0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 17:48
Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

Com os asnos de Lulu

Segunda, 11 de janeiro de 2016

 

Que dia maravilhoso ao lado de pessoas tão especiais! Hoje vivemos uma muito gostosa experiência. Saímos de casa por volta das 9h; dirigimo-nos a Saligney (casa de Dominique e Josette LAVRY) ao encontro de Lulu, alguns de seus amigos, e seus dois asnos: Rameaux e Gamin (Rameaux quer dizer Ramos - como o burrinho que conduziu Jesus no Domingo de Ramos; quanto a Gamin acho que podemos traduzir para Guri, ou Piá, ou Moleque, algo assim) para uma caminhada até a Abadia de Acey. Quem nos levou ao seu encontro foi Elisabeth, mas Joelle também estava lá conosco, serelepe como na antevéspera.

 

Lulu é padre, mas seu ministério é vivido de maneira bem especial: caminha com seus asnos. Ficou famoso na França e outros países quando resolveu que faria uma viagem a pé para Belém ao lado do asno Isidore. Levou meses e meses nessa aventura de fé, de partilha, de abertura à cultura do outro, de riscos pelo caminho, de surpresas indescritíveis. Eu soube que seu jeito de viver o ministério faz com que muitos padres lhe virem a cara (não me surpreende; já era de se esperar); e que é querido por todos que encontra pelo caminho: fiéis e não fiéis (não me surpreende; já era de se esperar).

 

Tem duas  particularidades nesse nosso encontro com Lulu: Ele, ao saber de nossa vinda, provocou essa caminhada com os asnos e amigos: É sua maneira de dizer o quanto alguém lhe é querido. Lulu soube de nossa vinda ao Jura para andar por caminhos de Gaby. Lulu conheceu Gaby; foi seu colega de Seminário; eram muito próximos; seus ideais se conectavam, Gaby era também um defensor dele pois Lulu sofria gozação (bullying) dos colegas e era Gaby quem intervinha em seu favor. Quanto sofreu com o assassinato do amado companheiro de caminhada! Lulu chorou hoje ao falar de Gaby, ao ouvir sobre Gaby, e quebra nossas resistências aflorando também nossas emoções.

 

Lulu convocou alguns amigos mais próximos para estarem conosco e andarmos 5km com seus asnos até a Abadia de Acey. E é aí que vem mais uma particularidade deste encontro: Gabriel admirava muito a vida monástica, vinha com freqüência a esta mesma Abadia, e soubemos, na véspera, por Marie Thérèse, sua irmã, que foi aqui que ele teria tomado sua decisão de partir em missão (sem ainda saber para onde; sem ainda saber que seria para o Brasil, para o Estado do Espírito Santo, para Cariacica).

 

Tomamos a estrada. Lulu é como Gaby: um articulador. Num instante fez com que todos estivessem à vontade, e misturados, e conversando, e se conhecendo. Logo colocou Cléu e Elisabeth na charrete puxada por Rameaux. Rameaux tinha a condução do amável Gilbert; Gamin estava à frente de tudo, tendo ao seu lado o contemplativo e dedicado François. Lulu me colocou próximo a Rameaux e Gilbert, que descobri ter sido piloto de boeing. Também vieram Beatriz (chefe de escoteiros), Caroline (uma jovem que se fez batizar após conhecer a experiência de Lulu) e mais outros que vão me perdoar por lhes ter esquecido o nome. Dárcio ficou extremamente feliz, indo de um lado para o outro, para frente e para trás, registrando tudo com seu celular; como dizemos no Brasil: parecia um pinto na chuva. E ela, a chuva, também veio; acompanhou-nos por cerca de 1 km e meio; foi mais uma companheira no caminho. O sol também deu as caras, e chegamos à Abadia secos e felizes.

 

Chegamos à hora do ofício do meio-dia. Rezamos e cantamos com o monges (cerca de 15 deles). E eles nos surpreenderam rezando pelos Amigos de Gaby e pela Igreja do Brasil.

Lulu - tal como Gabriel faria - tomou de súbito a palavra e, nos surpreendendo, pediu aos três brasileiros que encerassem o momento celebrativo com o canto "Profeta Gabriel", cuja letra é de Helder Salomão. Os monges acolheram a proposta com um sorriso de quem já conhece o jeito de ser do Lulu. Obedecemos, cantando o refrão:

"Profeta Gabriel, sua luta não foi em vão,

seu sangue é semente de vida, e virá o dia da libertação".

 

Entre o frio e vento intensos, nos dirigimos para a casa de Joelle, onde seu marido Serge nos aguardava, e ainda Paul e padre Gabriel. Isso mesmo! Para nossa surpresa o pároco do lugar era um Congolês chamado Gabriel, e veio conosco participar dessa refeição festiva. Éramos 15 à mesa. Joelle e Serge deram um jeito de tudo ficar especial. Prepararam um almoço que - não fosse o fato de que tínhamos compromisso às 16h -  certamente duraria até o anoitecer.

 

Da casa de Joelle e Serge voltamos de carro para a Abadia de Acey; os monges nos aguardavam: queriam também um encontro com os amigos de Gaby. Estava também lá Marie Thérèse e Frédéric. Apresentamo-nos para os monges respondendo-lhes perguntas tais como "Como conhecemos Gabriel? e como vivemos hoje os frutos dessa relação?" A resposta a essa segunda pergunta provocava no grupo admiração, respeito, entusiasmo.

 

Quando o abade perguntou pelo processo (julgamento dos assassinos, investigação acerca dos mandantes do assassinato), a irmã de Gabriel tomou a palavra mostrando-se contrária a algumas posições do grupo amigos de Gaby. Evidente que isso causou certo desconforto. ela tem suas razões, bem embasadas, justas até, segundo seu ponto de vista; e o grupo "Les Amis de Gaby" também tem suas razões para continuar dando passos evidentes em vista do andamento do processo, razões também justas. Lulu, sabiamente, soube contornar o desconforto.

Um breve cafezinho com alguns quitutes foi servido pelos monges. Já era noite quando nos despedimos.

 

Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth
Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth

Photos de Jovanir Cleu Darcio et Elisabeth

Cleunice, Dárcio et Jovanir

 

Onze jours sur les pas de Gaby, en France

Par Jovanir

 

Avec les ânes de Lulu

 

Lundi 11 janvier 2016

 

Quelle journée merveilleuse en présence de personnes si  particulières. Nous vivons aujourd'hui une expérience très agréable. Nous quittons la maison vers neuf heures et nous nous dirigeons vers Saligney, chez Dominique et Josette Lavry, à la rencontre de Lulu, de quelques uns de ses amis, et de ses deux ânes : Rameaux et Gamin (Rameaux signifie Ramos, (...) comme l'ânon que chevauchait Jésus le dimanche des Rameaux ; pour une balade jusqu'à l'abbaye d'Acey. C'est Élisabeth qui nous a conduits jusqu'à ce lieu de rencontre , mais Joëlle était elle aussi avec nous, très gracieuse comme l'avant-veille.

 

Lulu est prêtre, mais il vit son ministère d'une manière bien à lui : il chemine avec ses ânes. Il est devenu célèbre en France et ailleurs quand il a entrepris un voyage à pied jusqu'à Bethléem avec son âne Isidore. Ce sont des mois et des mois qu'a duré cette aventure de foi, de partage, d'ouverture à la culture de l'autre, de dangers en chemin, de surprises indescriptibles. J'ai appris que la manière de vivre son ministère avait fait se détourner de lui beaucoup de prêtres (cela ne me surprend pas, il fallait s'y attendre) ; j'ai appris aussi qu'il est aimé de tous ceux qu'il rencontre en chemin : croyants et incroyants (cela ne me surprend pas non plus, il fallait s'y attendre).

 

Il y a deux particularités dans notre rencontre avec Lulu : Lui, apprenant notre venue, a décidé de faire cette marche avec les ânes et les amis. C'est sa manière à lui de dire combien quelque chose lui est cher. Lulu a appris notre venue dans le Jura pour marcher sur les chemins de Gaby. Lulu connaissait Gaby ; il était avec lui au séminaire ; ils étaient très proches l'un de l'autre ; ils avaient un idéal commun, Gaby était aussi son défenseur quand leurs copains se moquaient de Lulu, il intervenait alors en sa faveur. Combien il a souffert de l'assassinat du compagnon tant aimé avec qui il avait cheminé ! Lulu a pleuré aujourd'hui en parlant de Gaby, en entendant parler de Gaby, et il  brise nos résistances en laissant affleurer aussi nos émotions à nous.

 

Lulu avait convié quelques amis parmi les plus proches à nous accompagner et à marcher sur cinq km avec ses ânes jusqu'à l'abbaye d'Acey .Et c'est là qu'intervient  une autre particularité de cette rencontre : Gabriel admirait beaucoup la vie monastique, il venait fréquemment dans cette même abbaye, et nous avons appris, le soir même, par Marie Thérèse, sa sœur, que c'est ici qu'il aurait pris sa décision de partir en mission (sans encore savoir où ; sans encore savoir que ce serait pour  le Brésil, pour l’État de l'Espírito Santo, pour Cariacica).

 

Nous prenons la route. Lulu est comme Gaby : il sait créer des liens. D'emblée, il a fait en sorte que tous se sentent à l'aise, qu'ils se mêlent les uns aux autres, conversant et faisant connaissance. Bientôt il a installé Cléu et Élisabeth dans la charrette tirée par Rameaux. Rameaux était guidé par l'aimable Gilbert ; Gamin était tout en avant, aux côtés de  François absorbé dans sa méditation. Lulu m'a rapproché de Rameaux et de Gilbert, j'ai découvert que celui-ci avait été pilote de Boeing. Béatrice était venue aussi (cheftaine scoute), Caroline, une jeune femme qui s'est fait baptiser après avoir eu connaissance de l'expérience de Lulu et d'autres encore qui me pardonneront d'avoir oublié leur nom. Dárcio était extrêmement heureux, allant de droite à gauche, d'avant en arrière, enregistrant tout dans son téléphone ; comme nous disons au Brésil : comme un canard sous la pluie ; (nous en France nous disons : comme un poisson dans l'eau) ; Elle est venue, elle  aussi, la pluie ; elle nous a accompagné sur environ un km et demi ; c'était une compagne de plus sur le chemin. Le soleil, également s'est montré, et nous sommes arrivés à l'Abbaye, secs et heureux.

 

Nous arrivons à l'heure de l'office de midi. Nous prions et chantons avec les moines (une quinzaine). Et ils nous ont surpris en priant pour les Amis de Gaby et pour l’Église du Brésil.

Lulu - tout comme Gabriel aurait fait – a pris tout de suite la parole et, à notre grande surprise, a demandé aux trois Brésiliens de clore ce moment de célébration en entonnant « Profeta Gabriel », dont les paroles sont de Helder Salomão* (un ami de Gaby qui fut ensuite maire de Cariacica, aujourd'hui député fédéral). Les moines ont accueilli cette proposition avec le sourire de qui connaît bien la façon d'être de Lulu. Nous acquiésçons, en chantant le refrain :

« Prophète Gabriel, ta lutte n'a pas été vaine,

Ton sang est semence de vie, et le jour viendra de la libération »

 

Dans le vent et le froid intense, nous nous sommes dirigés vers la maison de Joëlle où son mari Serge nous attendait, ainsi que Paul et le Père Gabriel. Oui vraiment ! A notre grande surprise le curé de cette paroisse était un Congolais du nom de Gabriel, et il venait partager avec nous ce repas festif. Nous étions quinze convives. Joëlle et Serge avaient fait en sorte que tout soit « spécial ». Ils avaient préparé un déjeuner qui - n'était-ce le fait que nous avions un rendez-vous à seize heures – durerait certainement jusqu'à la tombée de la nuit.

 

De la maison de Joëlle et Serge nous retournons à l'Abbaye, en voiture ; les moines nous attendaient ; ils voulaient aussi rencontrer les Amis de Gaby Maire. Marie-Thérèse était là aussi avec Frédérique. Nous nous sommes présentés aux moines en répondant à leurs questions telles que celles-ci : « Comment avez-vous connu Gabriel ? Et comment vivez-vous aujourd'hui les fruits de cette relation ? » La réponse à cette seconde question suscitait dans le groupe étonnement, respect et enthousiasme.

 

Quand le Père Abbé a  posé des questions à propos du procès (jugement des assassins, enquête sur les commanditaires), la sœur de Gabriel a pris la parole, montrant son désaccord avec certaines positions du groupe des Amis de Gaby. Il est évident que cela a créé une certaine gêne, elle a ses raisons, bien fondées, et même justes, selon son point de vue ; et le groupe des Amis de Gaby a aussi ses raisons de continuer, par des démarches qui s'imposent, à faire avancer le  procès, raisons justes elles aussi. Lulu, avec sagesse, a su contourner cette gêne.

Lors d'une courte pause-café, les moines nous ont servi quelques gâteaux. Il faisait déjà nuit quand nous avons fait nos adieux.

 

Helder Salomão* est un ami de Gaby. Il a écrit ce chant juste après l'assassinat de Gaby.

Helder a été maire de Cariacica, aujourd'hui il est député fédéral

Repost 0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 18:00
Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

 

"Minha vida foi dada quando eu parti"

Domingo, 10 de janeiro de 2016

Elisabeth, Jacques e Rachel conseguiram fazer com que nos sentíssemos à vontade desde a véspera. O café da manhã foi também um momento de boas relações e bem-estar.

Por volta das 10h30  Lucien, um conhecido da família MAIRE, veio nos buscar para nos encontrarmos com Marie Thérèse MAIRE, irmã de Gabriel  (por aqui todos o chamavam Gaby).

O encontro seria numa igreja, para a missa das 11h. Tão logo chegamos, o Dárcio já havia reconhecido Marie Thérèse e já se cumprimentavam afetuosamente. Com ela também estava uma outra amiga, Frédérique.

A missa logo começou. Era festa do Batismo do Senhor. Eu olhava cada detalhe da igreja sabendo que Gabriel já havia passado por ali; era como se tudo trouxesse Gabriel à lembrança; inclusive um dos textos bíblicos desse dia, que dizia "levante a voz, não tenha medo".

 

Saímos dali em direção à casa de MThérèse, em Port-Lesney - terra da família de Gabriel -. Lucien e Frédérique agora faziam parte do grupo deste dia. No caminho, uma parada no cemitério da sepultura do Gabriel. Silêncio. Indescritível a sensação de estar nesse lugar. Novamente a impressão de que não se passou tanto tempo assim (26 anos). Vivemos ali um grande silêncio, um lamento profundo, oração, saudades, comunhão com todos os que o conheceram, lágrimas...

Do cemitério fomos para a igreja onde o corpo de Gabriel foi velado mediante uma missa que reuniu grande número de amigos. Um lugar especial desta igreja traz na parede uma faixa do dia da caminhada que realizamos em Vitória um ano depois do assassinato, e também cartazes e notícias de jornais sobre o fato. Tudo como se tivesse sido há poucos dias. A faixa trazia a frase "Se calarem a voz dos profetas, as pedras gritarão. Obrigado Padre Gabriel por nunca se calar".

 

Dessa igreja passamos numa capela, no alto de uma colina, onde Gaby realizou uma última missa para a família no ano de 1988, com um piquenique após a missa. Sua irmã nos diz que durante essa missa ele rezou por todos os que sofrem perseguição: padres, irmãs, sindicalistas, advogados... e que dão a sua vida pela causa do povo. Ao final da missa ela o teria interpelado dizendo que as palavras dele a deixavam muito preocupada uma vez que também ele era padre nessa situação de perseguição. Gabriel lhe respondeu: "Quanto a mim, minha vida foi dada quando parti".

 

Chegamos à casa de M. Thérèse onde recordações de Gabriel se espalham pelos móveis e paredes.  Tivemos ali um almoço festivo, que só foi acabar às 17h45 (os almoços aqui podem levar uma tarde inteira; e este foi um desses).

Presenteamos a irmã de Gaby com o livro que o grupo"Ecos de Gaby" - do qual fazemos parte eu, o Dárcio, Cleunice, Raquel, Penha Joana e Rogério - conseguiu publicar em ocasião do 25º aniversário do assassinato do Gabriel  (nome do livro: "Prefiro morrer pela Vida a Viver pela Morte") e um CD da Raquel Passos ("Seguir Sempre").

Voltamos para os LAMY conduzidos por Frédérique.

Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5
Diário de Viagem - Journal de voyage #5

Ma vie, je l'ai donnée quand je suis parti.

 

Dimanche 10 janvier 2016

 

Élisabeth, Jacques et Rachel ont fait en sorte que nous nous sentions à l'aise dès la veille au soir. Le petit déjeuner a aussi été un moment où nous avons pu parler agréablement.

Vers 10h30 Lucien, une connaissance de la famille Maire, est venu nous chercher pour rencontrer Marie Thérèse Maire, sœur de Gabriel (ici, tout le monde l'appelle Gaby).

La rencontre allait être dans une église, pour la messe de 11h. A  peine étions-nous arrivés, que Dárcio avait déjà  reconnu Marie Thérèse et qu'ils se saluaient affectueusement. Avec elle il y avait aussi une autre amie, Frédérique.

La messe a bientôt commencé. C'était la fête du baptême de Jésus. Je regardais chaque détail de l'église, sachant que Gabriel était passé par là ; c'était comme si tout me ramenait au souvenir de Gabriel ; y compris l'un des textes bibliques du jour qui disait :« élevez la voix, n'ayez pas peur ».

 

Nous sommes sortis de l'église pour aller dans la maison de Marie-Thérèse , à Port-Lesney – terre de la famille de Gabriel. Lucien et Frédérique font maintenant partie  du groupe de ce jour. En chemin, un arrêt au cimetière, sur la tombe de Gabriel. Silence. Impossible de décrire ce que l'on ressent en ce lieu. De nouveau l'impression qu'il ne s 'est pas passé autant de temps  (vingt six ans). Nous vivons là un grand silence, une lamentation profonde, prière, nostalgie, communion avec tous ceux qui l'ont connu, larmes...

Du cimetière nous sommes allés à l'église où le corps de Gabriel a été veillé lors d'une messe qui a rassemblé un grand nombre d'amis. A un certain endroit  de l' église était suspendue au mur une banderole, celle de la  procession de Vitória, un an après l'assassinat, ainsi que des affiches et des coupures de journaux sur l'événement. On aurait dit que cela venait de se passer peu de jours auparavant. La banderole portait cette phrase : «Si la voix des prophètes se tait, les pierres crieront. Merci Père Gabriel, pour ne t'être jamais tu».

 

De cette église nous passons à une chapelle, en haut d'une colline, où Gaby avait célébré une dernière messe pour la famille en 1988, messe suivie d'un pique-nique. Sa sœur nous dit que pendant cette messe il avait prié pour tous ceux qui souffrent persécution : prêtres, religieuses, syndicalistes, avocats... et qui donnent leur vie pour la cause du peuple. A la fin de la messe elle l'avait interpellé en disant que ses paroles l'avaient laissée très préoccupée étant donné qu'il était prêtre  dans cette situation de persécution, Gabriel lui avait répondu : « Quant à moi, j'avais déjà donné ma vie quand je suis parti ».

 

Nous arrivons à la maison de Marie Thérèse où les souvenirs de Gabriel sont étalés sur les meubles et contre les murs. Nous avons eu là un repas festif qui s'est terminé seulement à 17h45 ( ici, les déjeuners peuvent durer un après-midi entier ; et ce fut le cas pour celui-là).

Nous avons offert à la sœur de Gaby le livre que le groupe « Échos de Gaby »- dont je fais partie avec Dárcio, Cleunice, Raquel, Penha, Joana et Rogério – a réussi à publier à l'occasion du vingt-cinquième  anniversaire de l'assassinat de Gabriel. (Titre du livre : « J'aime mieux mourir pour la Vie que Vivre pour la Mort ») ainsi qu'un CD de Raquel Passos (« Seguir Sempre »).

C'est Frédérique qui nous reconduit chez les Lamy.

Repost 0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 20:37
Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

 

Na fraternidade de Taizé

Sábado, 09 de janeiro de 2016

 

Chegou a hora de deixar Lyon. Fomos todos para o encontro de Elisabeth Lamy e Rachel - sua filha -, onde a equipe de Lyon nos deixaria, e passaríamos ao grupo do Jura (Mont sous Vaudrey). Que felicidade ao saber que esse local de encontro seria a Fraternidade de Taizé.

Na viagem éramos eu, Dárcio, Cléu, pe. Colombe, Max, Françoise, Marielle e Irmã Raquel da comunidade N. Sra. das Dores.

No caminho deixamos Marielle em um encontro do grupo Pax Christi. O grupo estava para começar um encontro de estudos sobre a nova encíclica do papa Francisco com relação à defesa da natureza. Um assunto bastante atual e necessário.

Mas Taizé nos esperava.

 

Taizé é uma comunidade religiosa, tal como um mosteiro, que tem uma missão bem particular que é a de reunir pessoas de diferentes identidades cristãs (e até mesmo religiosas) num só lugar, vivendo juntos, rezando juntos. Essa experiência deu tão certo que por Taizé passam milhares de pessoas ao longo de cada ano, já há vários anos. O jeito de rezar, de cantar, de reunir os fiéis, de dinamizar os encontros de jovens, parece trazer somente benefícios a todos que dessa fraternidade se aproximam.

Conheci Taizé a partir da minha vida monástica (de 2000 a 2006) no Mosteiro da Anunciação, em Goiás Velho - GO. Primeiramente por meio dos cantos (refrões meditativos), segundo pela forma, terceiro por fotos e site internet, quarto pela própria experiência quando alguns de nós monges colaboramos na preparação de uma  jornada de Taizé na Cidade de Goiás.

 

Foi grande a alegria em reencontrar Rachel e Elisabeth. Junto com elas estava a elétrica Joelle. Que doce de pessoa! Um sotaque bem desafiador para nós; mas nada que não pudéssemos dar um jeitinho.

Depois de um tempo juntos fui caminhado sozinho. Quando percebi, estava diante da entrada da igreja. Pensei em voltar para me juntar aos outros. Faltava ainda meia hora para a oração do meio-dia. Entrei. Arrepiei-me ao ver praticamente a mesma decoração que vi há tantos anos por meio de fotos e sites. Fui entrando devagarinho; as velas estavam sendo acesas por alguns dos irmãos; ajoelhei-me à moda Taizé (um banquinho de cerca de 12 cm de altura, que permite estar ajoelhado sobre os pés sem comprometer a circulação sanguínea das pernas; algo bem particular). Admirando e maravilhando-me por estar ali, fui entrando em oração. Os sinos anunciaram que a oração teria início em poucos minutos. Os fiéis iam entrando silenciosa e contempletivamente; os monges foram entrando (cerca de 30) todos em hábito branco; o momento celebrativo começou. Era bom estar ali. Seria bom também compartilhar um pouco daquilo para mais gente; então gravei um trecho de canto via celular para postar em redes sociais (um aperitivo,  digamos).

Almoçamos em Taizé. Visitamos o túmulo do Irmão Roger. Quanta simplicidade! O silêncio toma conta daquele lugar onde seu corpo foi sepultado. Taizé ainda está muito marcada com a trágica morte desse que era o prior da comunidade.

 

De Taizé nos dirigimos para Cluny, uma impressionante abadia. Impressionante pelo seu tamanho e pela sua história. Não pudemos visitar o interior do que restou desta que foi uma das mais importantes abadias monásticas da cristandade. Cluny rendeu ao mundo alguns papas, muitos padres e não poucas outras abadias e mosteiros.

Um café num bom endereço ali perto marcou as despedidas do grupo, entre os que voltariam para Lyon e os que seguiriam para o Jura.

Despedidas feitas, fomos para Mont sous Vaudrey, para nos hospedarmos na casa dos LAMY (Elisabeth, Jacques e Rachel). Que simpatia o Jacques! Também estavam lá o Claude e a Brigitte - também "Amigos de Gaby". Após um jantar festivo, que terminou lá pelas 23h30, foi hora de dar um pouco de descanso ao corpo. 

 

Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Diário de Viagem - Journal de voyage #4
Cleunice, Dárcio et Jovanir

11 jours sur les pas de Gaby en France

Par: Jovanir

 

A la Fraternité de Taizé

Samedi 9 janvier 2016

 

L'heure est arrivée de quitter Lyon. Nous allions retrouver Elisabeth Lamy et Rachel - sa fille – là où l'équipe de Lyon nous laisserait, et nous passerions alors au groupe du Jura (Mont-sous-Vaudrey). Quel bonheur de savoir que ce lieu de rencontre serait la Fraternité de Taizé.

Pour ce voyage nous étions, moi, Dárcio, Cléu, le Père Colombe, Max, Françoise, Marielle et Sœur Rachel de la Communauté Notre Dame des Douleurs.

En chemin nous laissons Marielle pour une rencontre du groupe Pax Christi. Ce groupe devait commencer à étudier la nouvelle encyclique du Pape François sur la défense de la nature. Un sujet très actuel et incontournable.

Mais Taizé nous attendait.

 

Taizé est une communauté religieuse, comme un monastère, qui a la mission bien particulière de rassembler des personnes de différentes identités chrétiennes (et même religieuses) en un seul lieu, vivant ensemble, priant ensemble. Cette expérience a si bien réussi que des milliers de personnes passent chaque année par Taizé, depuis déjà de nombreuses années. La façon de prier, de chanter, de rassembler les fidèles, d'animer les rencontres de jeunes, semble n'apporter que des bienfaits à tous ceux qui se rapprochent de cette fraternité.

J'ai appris à connaître Taizé depuis ma vie au Monastère de l'Annonciation (de 2000 à 2006) à Goiás le Vieux – GO – Tout d'abord par les chants (refrains méditatifs), deuxièmement par le style, troisièmement par les photos et le site Internet, et quatrièmement par une expérience personnelle quand quelques uns de nous, les moines, avons participé à la préparation d'une journée "Taizé" dans la Cité de Goiás.

 

Grande a été la joie de retrouver Rachel et Élisabeth. Avec elles il y avait aussi la pétulante Joëlle. Quel amour de personne ! Un accent bien difficile pour nous à affronter ; mais pas question de l'aider un tant soit peu.

Après un moment passé avec les autres, je suis allé marcher seul. Je me suis rendu compte bientôt que je me trouvais devant l'entrée de l'église. J'ai songé alors à rejoindre les autres. Il y avait encore une demi-heure avant la prière de midi, Je suis entré. J'ai eu un frisson en voyant pratiquement le même décor que j'avais vu sur des photos ou des sites, il y a tant d'années. Je suis entré lentement ; quelques uns des frères étaient en train d'allumer les bougies ; je me suis agenouillé à la mode de Taizé (un petit banc d'environ douze cm de hauteur permet de s’agenouiller au-dessus des pieds sans gêner la circulation sanguine des jambes ; c'est quelque chose de très particulier). En admirant et en m'émerveillant d'être là, je suis entré en prière. Les cloches annonçaient que la prière  allait commencer dans quelques minutes. Les  fidèles entraient en silence et en contemplation ; les moines entraient (environ trente), tous en habit blanc ; la célébration a commencé. C'était bon d'être là. Ce serait bon également  de pouvoir partager cela avec plus de gens ; alors j'ai enregistré un extrait de chant sur mon téléphone afin de le mettre sur des réseaux sociaux (en guise d « apéritif », disons).

Nous avons mangé à Taizé. Nous avons visité la tombe de Frère Roger. Quelle simplicité ! Le silence s'empare de ce lieu où son corps a été enseveli. Taizé demeure très marqué par la mort tragique de celui qui était le prieur de la Communauté.

 

Depuis Taizé nous nous dirigeons vers Cluny, une impressionnante abbaye. Impressionnante à la fois par sa taille et par son histoire. Nous n'avons pas pu visiter l'intérieur de ce qui reste de  l'une des plus importantes abbayes monastiques de la chrétienté. Cluny a fourni au monde quelques papes, beaucoup de prêtres et nombre d'autres abbayes et monastères.

Un café à une bonne adresse toute proche a marqué la séparation des deux groupes, ceux qui retournaient à Lyon et ceux qui continuaient sur le Jura,

Après les adieux nous avons gagné Mont sous Vaudrey pour être accueillis dans la maison des Lamy (Elisabeth, Jacques et Rachel) ; qu'il est sympathique, ce Jacques ! Il y avait là Claude et Brigitte, eux aussi Amis de Gaby, Après un repas festif, qui s'est terminé vers 23h30, le moment est arrivé d'accorder un peu de repos à notre corps.

Repost 0
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 21:09
Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

"... Eu te mostrarei o caminho do céu"

Sexta-feira, 08 de janeiro de 2016

 

Saímos pela manhã, muito animados, para nossa jornada. Nosso grupo cresceu com a presença amável de Max e Françoise. Nos dirigimos à Vila de Ars. O caminho nos reservou belas paisagens, como sempre. Com exceção dos pinheiros, todas as árvores deixam cair suas folhas nesse período de frio.

O caminho para Ars vai margeando o grande Rio Rhône. Chama-nos a atenção os patos e gansos sobre águas tão geladas.

As ruas de Ars estavam totalmente vazias devido o frio intenso (4°). Fomos direto para a igreja, sem, no entanto, deixar de notar as estátuas e quadros do Santo Cura D'Ars pelo caminho.

 

São João Maria Vianney - o Santo Cura d'Ars - é o patrono de todos os padres diocesanos. Sua notoriedade não se deve a nenhum brilhantismo intelectual mas ao seu desapego e intensa entrega aos mais humildes. Viveu também humildemente (visitamos sua casa, seus aposentos e pensamos: como era possível com tamanho frio?).

Participamos de uma missa na igreja local. O pequeno corpo do santo está conservado, numa urna de vidro. Somente seu rosto precisou ser reconstituído - em cera.

Numa capela externa dedicada ao Santo há um livro onde se pode escrever o nome de algum padre diocesano pedindo a intercessão desse humilde Patrono. Escrevi em intenção de "todos os padres diocesanos da Arquidiocese de Vitória". E não nos esqueçamos que Gaby Maire era também diocesano, claro.

 

Almoçamos numa casa religiosa ali perto sob a regência animadora dos POURQUÉ (sobrenome de Max e Françoise), e nos dirigimos a um monumento fora da cidade, sobre uma suave colina, onde o então padre Vianney, procurando a Vila de Ars, encontrou um menino e lhe pediu: "Mostre-me o caminho de Ars; eu te mostrarei o caminho do Céu".

 

Por volta das 15h chegamos a Rillieux, um bairro "pobre" de Lyon (as aspas se devem ao fato de em nada parecer exatamente pobre, segundo nossos padrões brasileiros). Nesse bairro alguém nos esperava ansiosamente: Céline GAUTHE, do Benin (África).

Céline parece ter uns 45 anos (no final do nosso encontro vamos descobrir ter mais de 60 - !!!). Forte, plena de vida e de alegria, mora com seu jovem filho. Tem um sotaque bem particular, muito gostoso de se ouvir. Cristã fervorosa, seu apartamento está cheio de símbolos. Creio que a maior parte seja de coisas que lhe recordam o Benin. Na parede, diante de mim, uma foto me chama a atenção devido o tamanho especial. Pensei ser sua mãe; era sua sogra. Ao lado desta, uma foto, um pouco menor,  do marido de Céline, já falecido.

O assunto principal - atendendo a suas expectativas - foi africanidades, a partir da experiência nossa em território capixaba. Enquanto a conversa rolava ela ia preparando algo para o jantar, algo bem característico de seu país natal.

Em homenagem a ela e ao Movimento Negro, cantamos, antes da refeição:

"Um abraço negro,

um sorriso negro

traz felicidade.

Negro sem direitos

fica sem sossego.

Negro é á raiz da liberdade.

Um abraço negro..."

Céline reagia a tudo demonstrando ora surpresa, ora espanto, ora alegria,... mas tudo com uma vibração bem particular que nos encantou. Percebemos que o Pe. Bernard estava muito satisfeito de ter proporcionado esse encontro a ela e a nós.

 

Photos Darcio
Photos Darcio
Photos Darcio
Photos Darcio
Photos Darcio
Photos Darcio
Photos Darcio
Photos Darcio
Photos Darcio

Photos Darcio

Cleunice, Dárcio et Jovanir

11 jours sur les pas de Gaby en France

Par: Jovanir

 

"…Je te montrerai le chemin du Ciel"

 

Vendredi 8 janvier 2016

 

Nous sortons le matin, pleins d'entrain, pour notre journée. Notre groupe s'est augmenté de la présence agréable de Max et Françoise. Nous nous dirigeons vers la bourgade d'Ars. Le chemin nous a réservé de beaux paysages, comme toujours. A l'exception des conifères, tous les arbres laissent tomber leurs feuilles en cette période de froid.

La route en direction d'Ars longe le grand fleuve, le Rhône. Notre attention est attirée par les canards et les oies sur les eaux glacées.

Les rues d'Ars étaient totalement désertes à cause du froid intense (4°). Nous sommes allés directement à l'église sans, cependant, négliger de remarquer les statues et portraits du Saint Curé d'Ars le long du chemin.

 

Saint Jean Marie Vianney – le Saint Curé d'Ars- est le patron de tous les prêtres diocésains. Sa notoriété ne lui est pas due en tant que brillant intellectuel mais à cause de son détachement des biens de ce monde et de son attention aux plus humbles. Il a aussi vécu pauvrement (nous avons visité sa maison, sa chambre et pensons : comment était-ce possible par un tel froid ?).

Nous avons participé à une messe dans l'église du lieu. Le corps, tout petit, du saint y est conservé derrière une vitrine. Seul son visage a dû être reconstitué en cire.

Dans une chapelle extérieure dédiée au Saint, il y a un livre où l'on peut écrire le nom de quelque prêtre diocésain demandant l'intercession de cet humble Patron. J'ai écrit à l'intention de « tous les prêtres diocésains de l'archidiocèse de Vitória ». Et nous n'oublions pas  que Gaby Maire était lui aussi prêtre diocésain, c'est évident.

 

Nous déjeunons tout près dans une maison  religieuse, sous la gestion enthousiaste des Pourqué (nom de famille de Max et Françoise) et nous nous dirigeons vers un monument en dehors du village, sur une douce colline où, celui qui était alors le Père Vianney, cherchant le village d'Ars, rencontra un petit garçon et lui demanda : « Montre-moi le chemin d'Ars ; je te montrerai le chemin du Ciel ».

 

Vers les 15 heures nous arrivons à Rilleux, un quartier « pauvre » de Lyon (les guillemets sont dus au fait que ce quartier ne paraît en rien pauvre, selon nos critères brésiliens). Dans ce quartier, quelqu'un nous attendait anxieusement : Céline GAUTHE, du Bénin (Afrique)

Céline semble avoir dans les quarante-cinq ans (à la fin de notre rencontre nous allons découvrir qu'elle en a plus de soixante- !!!). Forte, pleine de vie et d'allégresse, elle vit avec son jeune fils. Elle a un accent bien particulier, très savoureux à écouter. Fervente chrétienne, son appartement est plein de symboles. .Je crois que la plupart sont des choses qui lui rappellent le Bénin. Sur le mur, devant moi, une photo attire mon attention à cause de sa taille importante. Je pensais que c'était sa mère ; c'était sa belle-mère. A côté, une photo un peu plus petite, du mari de Céline, décédé.

Le sujet principal – répondre à ses attentes – était « ce qui tourne autour de l'Afrique » à partir de notre expérience sur le territoire de l'Espírito Santo. Pendant que nous conversions elle préparait quelque chose à manger pour le souper, quelque chose de bien caractéristique de son pays natal.

En hommage à elle-même et au Mouvement Noir, nous chantons, avant le repas :

« Un abraço noir,

Un sourire noir

Apporte le bonheur.

Un Noir sans droits

N'est pas tranquille

Noir, c'est la racine de la liberté.

Un abraço noir… »

Céline a réagi à tout, montrant tantôt de la surprise, tantôt de l'épouvante, tantôt de la joie,…mais tout avec des vibrations bien particulières qui nous ont charmés. Nous avons pris conscience que le Père Bernard était très satisfait  de nous avoir réservé cette rencontre, à elle et à nous.

(traduction en français : Claudette et Paul)

 

Pour Céline...

Repost 0
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 13:03
Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

 

Entre ruas, igrejas... e amigos

Quinta-feira, 07 de janeiro de 2016

 

O dia demora a "acordar" por aqui. O tempo frio não permite a entrada imediata da luz do sol para clarear o dia. somente pelas 9 horas é que se sente que está amanhecendo.

 

Da janela vejo que operários trabalham numa grande obra a poucas quadras dali. Pe. Colombe me informou que eles entram às 7, ou seja, quando a noite ainda toma conta de tudo (Não estou exagerando, o horário das 7h aqui, nesse período do ano, corresponde à escuridão das 4h da madrugada em nossa região sudeste brasileira).

 

Saímos ao encontro de Dárcio, Cléo e Mariette. Pela manhã fomos até o Centro de Pastoral da Diocese, onde fomos recebidos por Solange, responsável pela Pastoral dos Surdos (Pe. Bernard celebra uma missa quinzenal para os surdos de forma bastante dinâmica e participativa. Em sua casa vi alguns cartazes, feitos de forma simples, com fundo de papelão, e bastante expressivos).

 

Solange estava mais na expectativa de saber como é o trabalho com os surdos no Brasil. Como Cleunice tem se formado nessa área, e como eu também fiz recentemente na UFES - por um semestre - o curso de LIBRAS (Linguagem Brasileira de Sinais), tínhamos um certo conhecimento de políticas públicas brasileiras e de avanços e dificuldades nesse campo.

 

Tendo nos despedido do agradável encontro com Solange, visitamos a Fourvière, dedicando-nos mais aos lugares sagrados. As construções em pedra nos chamam muito a atenção ao longo do caminho. Sinais do período do Império Romano estão por toda parte. A enorme igreja no alto do morro (subimos até lá numa espécie de bonde: funicoulaire) é impressionante. O forte vento lá do alto faz com que a sensação térmica seja ainda menor (O interior da igreja é bastante gelado). A igreja é dedicada a Nossa Senhora. Ao longo das enormes paredes  de um dos andares (são dois andares preparados para celebrações) estão réplicas de imagens de Nossa Senhora de diversos lugares do mundo. Cheguei a procurar Nossa Senhora Aparecida, é verdade,  mas me contentei em ter encontrado uma réplica do famoso quadro de Nossa Senhora de Guadalupe.

 

Da igreja saímos para o almoço. Eu e Pe. Colombe fomos recebidos na casa das irmãs de Nossa Senhora das Dores (três brasileiras nos recebem afetuosamente); Cléo, Dárcio e Mariette foram para a casa de Max e Françoise -  um simpático e vigoroso casal que viaja muito e que esteve conosco, no ano de 2014, andando pelas ruas do bairro Flexal 2, em Cariacica, e conhecendo o Estado do Espírito Santo, dentre outros. A história desse casal, bem como a história das irmãs de N. Sra. da Dores, renderiam muito mais que um capítulo à parte; renderiam, ao menos, um  impressionante livro.

 

O almoço durou cerca de 2h30 na casa das irmãs. Às 15h fomos nos juntar a Dárcio e Cléu na casa de Max e Françoise onde o almoço ainda duraria mais uma hora.

 

Descemos o morro visitando ainda outros interessantes endereços locais e uma famosa rua comercial, a rua Saint-Jean, com diversas lojinhas que impressionam pela forma de exposição de produtos. Uma grande variedade em gastronomia e cultura. 

Photos Dárcio
Photos Dárcio
Photos Dárcio
Photos Dárcio
Photos Dárcio
Photos Dárcio
Photos Dárcio
Photos Dárcio
Photos Dárcio

Photos Dárcio

Cleunice, Dárcio et Jovanir

11 jours sur les pas de Gaby en France

Par: Jovanir

 

Entre rues, églises…et amis

Jeudi 7 janvier 2016

 

Le jour met du temps à « se réveiller » par ici. Le temps froid ne permet pas l'arrivée immédiate de la lumière du soleil pour éclairer le jour. C'est seulement vers les neuf heures qu'on sent que le matin s'installe. 

 

De la fenêtre je vois que des ouvriers travaillent à un grand bâtiment à seulement quelques pâtés de maisons de là. Le Père Colombe m'a dit qu'ils arrivaient à sept heures, c'est à dire, quand la nuit enveloppe encore tout. (Je n'exagère pas, sept heures ici, en cette période de l'année, correspond à l'obscurité de quatre heures du matin dans notre région du sud-est brésilien).

 

Nous sortons à la rencontre de Dárcio, Cléu et Marielle. Le matin nous sommes allés jusqu'au Centre de Pastorale du Diocèse, où nous avons été reçus par Solange, responsable de la Pastorale des Sourds et Personnes handicapées. (Le Père Bernard célèbre une messe pour eux tous les quinze jours, sous une forme bien dynamique et participative. Chez lui, j'ai vu plusieurs affiches, très simples, sur carton, très expressives.)

 

Solange essayait de savoir de quelle façon nous travaillons avec les sourds au Brésil. Comme Cléunice a eu une formation dans ce secteur, et comme moi-même, ai récemment suivi pendant un semestre, à l'UFES le cours de LIBRAS (Langage des Signes au Brésil), nous avions une certaine connaissance des politiques publiques du Brésil ainsi que des avancées et des difficultés dans ce domaine.

 

Ayant pris congé de Solange après cette agréable rencontre, nous sommes allés visiter Fourvière, choisissant plus spécialement les lieux sacrés. Les constructions en pierre attirent notre attention tout au long du chemin. Partout on trouve des vestiges de l'Empire romain. La vaste église au sommet de la colline est impressionnante, (nous y sommes montés dans une espèce de tramway : un funiculaire). Le vent fort qui souffle tout en haut accentue encore la sensation de froid. (L'intérieur de l'église est plutôt glacial). L'église est dédiée à Notre-Dame. Tout au long des énormes murs de l'un des niveaux (deux niveaux sont préparés pour les célébrations – l'église elle-même et la crypte -) on peut voir des reproductions d'images de Notre Dame de diverses parties du monde. J'ai cherché Notre Dame d'Aparecida, c'est vrai, mais il m'a suffi de trouver une réplique du fameux tableau de Notre Dame de Guadalupe.

 

Nous sommes sortis de l'église pour aller déjeuner. Moi et le Père Colombe avons été reçus chez les Sœurs Notre Dame des Douleurs (trois Brésiliennes nous ont reçus avec affection) ; Cléu, Dárcio et Marielle sont allés chez Max et Françoise – un couple sympathique et dynamique qui voyage beaucoup et qui, en 2014, déambulait avec nous dans les rues du quartier Flexal 2, à Cariacica, et qui connaît bien l'Etat de l'Espírito Santo, entre autres. L'histoire de ce couple, tout comme l'histoire des Sœurs N.D. des Douleurs, demanderait beaucoup plus qu'un chapitre à part ; il y faudrait au moins, un livre impressionnant.

 

Le repas a duré environ deux heures chez les Religieuses. A quinze heures nous sommes allés rejoindre Dárcio et Cléu chez Max et Françoise où le repas allait durer encore plus d'une heure.

 

Nous sommes descendus de la colline en visitant d'autres lieux intéressants dont une fameuse rue commerçante, la rue St Jean, avec diverses boutiques qui nous ont impressionnés par la manière de présenter leurs produits. Une grande variété gastronomique et culturelle. 

 

(Traduction par Claudette et Paul)

Repost 0

Présentation

  • : Les amis de Gabriel MAIRE
  • Les amis de Gabriel MAIRE
  • : L'association "Les amis de Gabriel MAIRE" a été créée après l'assassinat de Gaby au Brésil le 23 décembre 1989. . A associação "les Amis de Gabriel Maire" foi criada depois da morte do Padre Gabriel em Brasil o 23 de dezembro de 1989.
  • Contact

A partir de novembre 2014, le blog devient bilingue. Les pages pour nos amis brésiliens sont visibles à partir du lien "Em portuguès" N'hésitez pas à vous inscrire ci-dessous pour être informé des mises à jour. Merci !

A partir de novembro de 2014 o blog se torna bílingue. As páginas para os nossos amigos brasileiros ficarão disponíveis com o "vínculo "Em português". Não hesitem em inscriverem-se para serem informados das notícias actualizadas.Obrigada !

Recherche