Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 22:09

 

Pour ce 1er août, je vous partage ce que Gaby écrivait en 1988 pour ses noces d'argent (EV n°24 :

 

25 ans de sacerdoce !

 

Les commémorations de mes « noces d'argent sacerdotales » se sont étalées du 19 juin au 21 août... Et ça, me diront certains, ce n'est pas du cléricalisme ? - Eh bien ! Je crois sincèrement que nous avons évité le péril, parce que tout a été dans la main des laïcs Ce fut l'occasion d'une plus grande prise en charge du travail pastoral dans les secteurs où je travaille.

 

Il est vrai que les gens des communautés ont fait preuve d'attentions extraordinaires, organisé des fêtes pleines de ferveur, d'amitié, d'humour. Chaque fois que j'allais dans une communauté pour une célébration ou une réunion, il y avait une « surprise » : chants, gâteau d'anniversaire, cadeaux... Le jour même de ces « noces d'argent » (le 29 juin), j'avais invité pour une célébration à la maison, pour l'apéritif et un repas ensemble, les prêtres de la zone pastorale dont je suis coordinateur, l'archevêque et 1'évêque auxiliaire.

 

Le plus fort de la fête, ce fut le 21 août à Porto de Santana, en présence des membres de ma famille et amis qui m'ont rendu visite en août. Une célébration de plus de trois heures, les gens debout courageusement sous le soleil. Tout était surprise pour moi, jusqu'aux petites pièces de théâtre qui jalonnaient la célébration (créées à partir de renseignements qu'ils ont réussi à obtenir sur ma vie). Une équipe de laïcs de la pastorale des vocations (jeunes et adultes) avait monté de toutes pièces quelques « cercles bibliques » sur la vocation, à partir de ma propre vocation, pour préparer spirituellement la grande fête du 21 août.

 

Je crois pouvoir dire en toute vérité que ces fêtes furent la célébration d'un peuple chrétien en communion avec son pasteur, et non à peine la fête en l'honneur d'un prêtre. C’est tout différent. 

J'ai évoqué la visite de Marie-Thérèse et Joseph Maire, de Madeleine et Jacques Marteau, de Maryse et Etienne Piard.

 

C'est toujours une grande joie pour moi, d'accueillir des gens qui acceptent de se mettre à l'écoute du peuple des pauvres (ce fut le cas) et apprendre (au lieu de ne faire que du tourisme). Vous pouvez encore profiter de ma présence ici ! Madeleine me disait avant de repartir :

 

Tu me connais : je ne suis pas une révolutionnaire, ni dans l’Église ni dans la vie politique. Mais maintenant, qu'on ne vienne pas me dire du mal de ton travail ici, ni me dire que les communautés de base c'est du communisme ou des choses comme ça ! Tu peux être sûr que je vous défendrai. C'est vraiment un travail formidable qui se fait ici ! ... Et quand on voit le courage et le sourire de ces gens vivant dans des conditions si misérables ! ...

 

Merci à ces six visiteurs (entre autres, car depuis, d'autres sont déjà passés). Merci du témoignage que vous voulez donner en Europe sur l'Eglise des communautés ecclésiales de base et de la théologie de la Libération. On a besoin de vous, surtout en ce moment où des chefs lointains jugent sans savoir la vérité.

 

En ce 1er août, date de l'anniversaire de la naissance de Gaby.

25 ANOS DE SACERDÓCIO !

As comemorações das minhas “bodas de prata sacerdotal” duraram do dia 19 de junho aos 21 de agosto... E isto – me dirão alguns – não é clericalismo? Bom... creio sinceramente que temos evitado o perigo, PORQUE TUDO ESTAVA NAS MÃOS DOS LEIGOS. Foi ocasião de uma maior tomada de compromisso do trabalho pastoral nos setores onde trabalho.

 

É verdade que as pessoas das comunidades deram provas de atenções extraordinárias, organizaram festas cheias de fervor, de amizade, de humor. Cada vez que ia a uma comunidade para uma celebração ou reunião, tinha uma “surpresa”: cantos, bolo de aniversário, presentes... No dia mesmo destas bodas de prata (no dia 29 de junho), convidei para uma celebração em casa, para um aperitivo e um jantar juntos, os padres da área pastoral da qual sou coordenador, o arcebispo e o bispo auxiliar.

 

O mais forte da festa foi no dia 21 de agosto em Porto de Santana, com a presença dos membros da minha família e amigos que me visitaram em agosto. Uma celebração de mais de três horas, as pessoas em pé corajosamente sob o sol. Sob o sol. Tudo foi surpresa para mim, até as pequenas peças de teatro que marcaram a celebração (criadas a partir de informações que eles conseguiram obter sobre minha vida). Uma equipe de leigos da pastoral vocacional (jovens e adultos) montou alguns círculos bíblicos sobre a vocação, a partir de minha própria vocação, para preparar espiritualmente a grande festa de 21 de agosto.

* Creio poder dizer com toda a verdade que estas festas foram a celebração de um povo cristão em comunhão com seu pastor, e não apenas a festa em honra de um padre. É BEM DIFERENTE.

 

*** Evoquei a visita de Marie-Thérèse e Joseph Maire, de Madeleine e Jacques Marteau, de Marisa e Etienne Piard.

Para mim, é sempre uma grande alegria acolher as pessoas que aceitam se colocar à escuta dos pobres (este foi o caso) e APRENDER (no lugar de fazer apenas turismo). Vocês podem ainda aproveitar de minha presença aqui! Madeleine me dizia antes de partir: “Você me conhece: não sou uma revolucionária, nem na Igreja, nem na vida política. Mas agora, que não me venham falar mal de seu trabalho aqui, nem me dizer que as comunidades de base são do comunismo ou de coisas assim! Você pode estar certo que eu os defenderei. É verdadeiramente um trabalho formidável que se faz aqui!... E quando vemos a coragem e o sorriso destas pessoas que vivem em condições tão miseráveis...!”. (Madeleine)

 

*** Obrigado a estes seis visitantes (entre outros, porque outros já passaram). Obrigado pelo testemunho que vocês quiseram dar na Europa sobre a Igreja das Comunidades Eclesiais de Base e a teologia da Libertação. Necessitamos de vocês, sobretudo neste momento em que os chefes longínquos julgam SEM SABER A VERDADE.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Gabriel MAIRE Echos de Vitoria Em Português
commenter cet article
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 08:53

Aujourd'hui 23 décembre, commémoration du 27ème anniversaire de l'assassinat de Gaby.

En attendant les photos que nos amis de Vitoria nous partageront, voici l'acrostiche écrit par Dárcio pour le 80ème anniversaire de la naissance de Gaby. (Dans sa version originale et en français sous la photo.)

 

Guerreiro

Amigo

Brasileiro de coração

Resistente

Incansável

Evangelizador

Legitimo

 

 

1-Guerreiro:

Lutou contra a ligadura de tropas com fins eleitoreiros. Incentivou a criação de grupos de mulheres buscando a libertação.

Lutou em várias frentes e levantou muitas bandeiras.

Levantou a voz pela PAZ e democracia em Cariacica, respeitem o voto do POVO. Denunciou a politicagem suja e conclamou o povo a ir as ruas. Não se calou. Foi profeta em tempos de desespero!

Apoiou os sem teto no direito de uma casa para morar.

Na pastoral operária conscientizava os trabalhadores e estimulava a sua organização por melhores salários e trabalho sem exploração. No boletim ferramenta ajudava a refletir sobre a realidade socioeconômica e política. Abria espaço para divulgar as greves e os avanços da classe trabalhadora.

Na pastoral da juventude provocava que ela fosse missionária e solidária.

Defendia e agia para que os cristãos e não cristãos lutassem pela transformação da sociedade e pelo fim das injustiças. Era preciso se comprometer na comunidade e na vida da sociedade através dos movimentos, partidos e sindicatos.

Não se acovardou diante da violência e chamou o povo a sair para a Rua da Boa Esperança, em via sacra e espantar o medo que se instalava no Bairro de Flexal em Cariacica. Os bandidos haviam tomado as casas e as pessoas estavam ameaçadas.O povo respondeu ao apelo e uma multidão se manifestou e orou.

Levantou a voz contra a violência institucionalizada, praticada pelo estado contra o povo. Violência nas cadeias, assassinatos de jovens e negros. Violência do poder ,o crime organizado...Meu Deus.

 

E cantamos:

“NOSSA ALEGRIA É SABER QUE UM DIA”

 

2-Amigo:

Você amava estar perto dos amigos e fez dos seus “paroquianos”, os seus amigos. Tanto aqui como na França tinha muitos amigos. Mas foi no Brasil, em Cariacica que conseguiu estar mais a vontade e entre os seus confiar e abrir o seu coração e conquistar tantos para uma causa comum. Não havia quem resistisse, quem não parasse para ouvir. Afinal era o AMIGO que estava falando.

 

Então... “amigo é coisa pra se guardar”

 

3-Brasileiro de coração: Adotou o Brasil como seu país e chegou a ficar um período estudando a língua portuguesa para melhor se comunicar. Fez curso de reciclagem em Brasília para conhecer os problemas brasileiros. Viajou no nordeste para conhecer a seca e a morte precoce de tantas crianças, enterradas em covas rasas. Viu de perto o poder do latifúndio e os contrastes entre as regiões muito pobres e outras bem ricas. Conheceu Crateús, terra de Dom fragoso e do querido Zé Vicente. Esteve em Goiás com Dom Tomas Balduino. Amava o Brasil mas não a sua pobreza. Não se conformava com o fatalismo resignação que os brasileiros tinham. Expressões do tipo: “foi Deus quem quis”, ou ainda : “é vontade de Deus” o incomodava muito. Dizia que Deus não queria a miséria do povo. Provocava em nós, brasileiros que lutássemos e não aceitássemos passivamente as regras que vinham de cima.

Nos momentos de descontração, Não recusava uma caipirinha brasileira, com muito limão e gelo.

Era um devoto de Nossa Senhora da Penha e todo participava a pé da Romaria dos homens junto a tantos peregrinos. Sabia da religiosidade popular dos brasileiros e respeitava.

 

4-Resistente: Gabriel não teve medo da morte e sua frase tão nossa conhecida:” prefiro morrer pela vida” o coloca a favor da resistência pacifica e o define como um padre de atitude frente as injustiças e a exploração que o sistema nos impõe. Resistiu bravamente contra o poder opressor, o comodismo, o egoísmo, o clericalismo. Sobretudo Gabriel resistiu contra o medo. Não fugiu. Caiu. Mas caiu lutando. Resistiu a morte. Preferiu ficar do lado da vida. Escolheu ficar do lado certo da história: do lado do povo. Da utopia que ora adormece, ora renasce em nossos corações.

 

5-Incansável: A agenda de padre Gabriel era intensa. Nos finais de semana costumava sair bem cedo de casa para celebrar e só voltava a noite. E entre uma missa e outra, muitas reuniões com o conselho da comunidade, com equipes de serviço...e ainda achava um tempo para visitar um enfermo, uma idosa, um amigo. Não dizia não para uma reunião. Divulgava uma agendinha da juventude operária católica e ele mesmo fazia uso dela. Mas ela era pequena para tantos compromissos.

De uma reunião nascia várias outras. Brotavam encontros de formação, assembleias, na comunidade, no setor, na área e a nível de arquidiocese. Gabriel não parava. No início de ônibus, depois com o seu fusca. Parecia que tinha pressa.

 

6-Evangelizador:

Dizia que todo membro de comunidade deveria ser missionário.

Anunciava um Jesus Cristo ligado a vida do povo e que morreu lutando pela libertação.

Defendia uma igreja de comunidade de base com equipes de serviços e conselhos organizados.

Dizia que uma igreja que não incomoda é uma igreja acomodada.

Preocupava-se com a organização das comunidades eclesiais de base. Mas a comunidade não pode ficar fechada em si mesma, afirmava ele. É o anuncio da palavra a todos para reafirmar a fé. Os cristãos devem transmitir a esperança. Mas lembrava que em vários lugares pessoas, leigos, lideres, religiosos, padres por assumirem a causa do evangelho são perseguidos, mortos, torturados. São pessoas que ao assumirem a cruz em sua totalidade doam a sua vida até a morte. Parece que Gabriel sabia o que ia acontecer com ele.

 

7-Legitimo:

Gabriel deixou uma marca única no jeito de celebrar a fé e a vida. Não se acovardou diante das ameaças sofridas. Muito atento aos acontecimentos de seu tempo, provocava nas comunidades reações e ações concretas no sentido de mudar aquele estado de coisas. Gabriel é legitimo, verdadeiro, irmão de Jesus Cristo encarnado, e com certeza é digno de estar na galeria dos mártires.

Acrostiche de GABRIEL

1 - GUERRIER (sans arme)

Il a lutté contre la ligature des trompes des femmes, organisée à des fins électorales. Il a encouragé la création de groupes de femmes cherchant à se rendre plus libres.

Il a lutté sur de nombreux fronts et a brandi beaucoup de drapeaux.

Il a élevé la voix pour établir la PAIX et la démocratie à Cariacica : "Respectez le vote du PEUPLE". Il a dénoncé la "sale" politique et réclamé à haute voix que le peuple descende dans la rue. Il ne s'est pas tu. Il a été prophète en des temps de désespérance !

Il a aidé les sans toit à obtenir leur droit à un logement.

A la Pastorale Ouvrière, il conscientisait les travailleurs et les stimulait dans leur recherche pour des salaires plus importants et un travail sans exploitation. Dans le bulletin "Ferramenta" il aidait à réfléchir sur la réalité socioéconomique et politique. Ce bulletin ouvrait ses colonnes aux appels à la grève ainsi qu'aux comptes-rendus des avancées de la classe ouvrière.

A la Pastorale des Jeunes, il les incitait à être missionnaires et solidaires.

Il luttait et agissait pour que les chrétiens et les non chrétiens luttent pour la transformation de la société et pour la fin des injustices. Il fallait s'engager dans la communauté et dans la vie de la société par le biais des mouvements, partis et syndicats.

Il ne s'est pas démonté face à la violence et a appelé le peuple à descendre dans la rue de Bonne Espérance, dans la voie sacrée et à faire fuir la peur qui s'installait dans le quartier de Flexal à Cariacica. Les "bandits" s'étaient emparés des maisons et les personnes étaient menacées. Le peuple a répondu à son appel et une multitude a manifesté et a prié.

Il a élevé la voix contre la violence institutionnalisée, pratiquée par l'Etat contre le peuple. Violence dans les prisons, assassinats de jeunes et de noirs. Violence du pouvoir, le crime organisé… Mon Dieu !

Et nous chantons :

"Notre joie est de savoir qu'un jour…"

 

2 - AMI

Tu aimais être près des amis et tu as fait de tes "paroissiens" tes amis. Aussi bien ici qu'en France, tu avais beaucoup d'amis. Mais c'est au Brésil, à Cariacica, que tu as réussi à être le plus à l'aise et parmi tes amis, à ouvrir ton cœur et rassembler tant de gens pour une cause commune. Il n'y avait personne qui te résistait ou qui refusait de s'arrêter pour t'écouter. En fin de compte, c'était l'AMI qui parlait.

Alors…"un ami est une chose à conserver"

 

3 – BRESILIEN DE CŒUR

Il a adopté le Brésil comme son pays et il a passé quelque temps à étudier la langue portugaise afin de pouvoir mieux communiquer. Il a suivi un cours de recyclage à Brasilia afin de connaître les problèmes brésiliens. Il a voyagé dans le Nordeste pour apprendre à connaître la sécheresse et la mort précoce de tant d'enfants, enterrés dans des fosses pleines à ras bord. Il a vu de près le pouvoir des grands propriétaires ruraux et les contrastes entre les régions très pauvres et d'autres bien riches. Il a découvert Crateus, terre de Dom Fragoso et du cher Zé Vicente. Il est allé à Goiás avec Dom Tomas Balduino. Il aimait le Brésil mais pas sa pauvreté. Il n'adhérait pas à la résignation fataliste des Brésiliens. Des expressions telles que : "C'est Dieu qui le veut", ou encore "C'est la volonté de Dieu" le dérangeait beaucoup. Il disait que Dieu ne voulait pas la misère du peuple. Il nous incitait, nous Brésiliens, à lutter et ne pas accepter passivement les règles qui venaient d'en haut.

Dans les moments de détente, il ne refusait pas une caipirinha brésilienne, avec beaucoup de citron et des glaçons.

Il était un fidèle de Notre Dame da Penha et participait à pied à chaque pèlerinage des hommes avec de nombreux pèlerins. Il connaissait la religiosité populaire des Brésiliens et la respectait.

 

4 – RESISTANT :

Gabriel n'avait pas peur de la mort et sa phrase que nous connaissons bien : "je préfère mourir pour la vie…" le place dans le camp des militants de la résistance non violente et le définit comme un prêtre qui s'oppose aux injustices et à l'exploitation que le système nous impose. Il a résisté courageusement à l'oppression du pouvoir, aux compromis, à l'égoïsme, au cléricalisme. Surtout, Gabriel a résisté à la peur. Il n'a pas fui. Il est tombé. Mais il est tombé en luttant. Il a résisté à la mort. Il a préféré rester du côté de la vie. Il a choisi de rester du vrai côté de l'histoire : du côté du peuple. Du côté de l'utopie qui, tantôt sommeille, tantôt renaît dans nos cœurs.

 

5 - INFATIGABLE :

Les journées du père Gabriel étaient très chargées. En fin de semaine il avait l'habitude de sortir très tôt pour célébrer la messe et il revenait seulement à la nuit. Et entre deux messes, beaucoup de réunions avec le conseil de la communauté, avec des équipes de service…et il trouvait encore du temps pour visiter un malade, une femme âgée, un ami. Il ne refusait jamais une réunion. Il distribuait un petit agenda de la jeunesse ouvrière et lui-même l'utilisait. Mais il était bien petit pour tant de rendez-vous.

D'une réunion en naissaient diverses autres. On voyait germer des rencontres de formation, des assemblées, dans la communauté, dans le secteur, dans celui de l'archidiocèse et à ce niveau. Gabriel ne s'arrêtait pas. Au début en bus, ensuite, avec sa Fusca. Il semblait pressé.

 

6 - EVANGELISATEUR

Il disait que tout membre d'une communauté devrait être missionnaire.

Il annonçait un Jésus Christ attaché à la vie du peuple et qui est mort en luttant pour la libération.

Il défendait une Eglise des communautés de base avec des équipes de services et des conseils organisés.

Il disait qu'une Eglise qui ne dérange pas est une Eglise d'arrangements.

Il se souciait de l'organisation des communautés ecclésiales de base. Mais la communauté ne peut pas rester fermée sur elle-même, affirmait-il. Elle doit annoncer la Parole à tous pour réaffirmer la foi. Les chrétiens doivent transmettre l'espérance. Mais il rappelait qu'en beaucoup de lieux, des personnes, des laïcs, des leaders, des religieux, des prêtres, sont persécutés, tués, torturés pour avoir défendu la cause de l'Evangile. Ce sont des personnes qui, en assumant la Croix dans sa totalité font don de leur vie jusqu'à la mort. Il semble que Gaby savait ce qui allait lui arriver.

 

7 - LEGITIME

Gabriel a laissé une trace unique dans sa façon de célébrer la foi et la vie. Il ne s'effrayait pas des menaces qu'il recevait. Très attentif aux événements de son temps, il provoquait dans les communautés des réactions et des actions concrètes en vue de changer cet état de choses. Gabriel est le frère légitime, véritable, de Jésus Christ incarné, et assurément, il est digne de figurer dans la galerie des martyrs.

Dárcio

Repost 1
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 17:00

Gabriel Maire, un prêtre assassiné au Brésil, il y a 26 ans.

Le crime commandité restera-t-il impuni ?

(historique réalisé par Raymond Perrin, président de l'association "les amis de Gabriel Maire", novembre 2016)

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Gabriel MAIRE
commenter cet article
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 11:08

Hoje,1° de agosto Gaby completaria 80 anos  Seu assassinato não apagou a sede de Justiça.

Aujourd'hui, 1er août, Gaby aurait 80 ans. Son assassinat n'a pas effacé la soif de justice. 

 

Padre Gabriel ! Presente !

 

Pour le 80ème anniversaire de la naissance de Gaby, nous vous invitons à livrer votre témoignage : 

- Comment avez-vous connu Gaby ?

- Comment a-t-il marqué votre vie ?

 

 

Para o 80º aniversário do nascimento de Gaby, nós te convidamos a deixar aqui o seu testemunho:
- Como você conheceu Gaby ?
- Como ele marcou sua vida ?

 

Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936

Voici quelques photos de Gaby.

Peut-être avez-vous aussi des photos à partager.

Témoignages et photos sont à envoyer à l'adresse : amisgaby@yahoo.fr. Merci !

 

Eis algumas fotos de Gabi.
Tem outras ?
Obrigados por enviá-las para amisgaby@yahoo.fr.

Dans le sanctuaire des martyrs de la Caminhada. On voit Gaby à 6:46

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Gabriel MAIRE
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 09:06

O vídeo conta parte da história de Padre Gabriel, de acordo com relatos de pessoas que conviveram com ele durante anos.

Vale a pena conferir o material que conta um pouco da história de um dos melhores seres humanos que já conheci. Graças a Deus eu pude conhecer e conviver com Padre Gabriel. Com ele aprendi muitas coisas, principalmente a não tolerar injustiças e sempre lutar pelos os que mais precisam.

Padre Gabriel foi assassinado, mas sempre estará vivo em nossas mentes e nossos corações.

Repost 0
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 22:02
Em França, na missa do 21 de Dezembro, na igreja São João em Dole, ouviremos este canto durante a processão das oferendas e juntaremo-nos ao refrão "Profeta Gabriel". Os retratos dos mártires estarão trazidos e colocados na "Tenda dos Mártires".
 
En France, lors de la célébration le 21 décembre à l'Eglise Saint-Jean de Dole, nous écouterons ce chant lors de la procession des offrandes. Les portraits de martyrs seront apportés et placés dans la tente des martyrs. 

 

por Raquel PASSOS

Partitura da musica "Profeta Gabriel"
Partitura da musica "Profeta Gabriel"
Partitura da musica "Profeta Gabriel"

Partitura da musica "Profeta Gabriel"

Profeta Gabriel  (Helder Salomão)

 

"Prefiro morrer pela vida do que viver pela morte"

No meio da gente sofrida, sua voz ainda ecoa forte

Não merre o seu sonho de paz

Democracia, é a gente que faz (bis)

Profeta Gabriel, sua luta não foi em vao

Seu sangue é semente de vida

E vira o dia da libertação

 

Sua fé, comprometida, poderosos incomodou.

Na defesa do direito a vida, ou na luta do trabalhador

Não morre o seu sonho teimoso :

Reino de Deus na história do povo (bis)

 

Calaram o nosso profeta. Tombaram mais um irmão.

Não muda a nossa meta : mundo novo transformação

Não morre o teu sonho, Gabi :

Reino de Deus construimos aqui

Traduction en français

Prophète Gabriel (Helder Salomão)

 

"J'aime mieux mourir pour la vie que vivre pour la mort"

Parmi les gens qui souffrent, ta voix résonne encore très fort.

Ton rêve de paix ne meurt point.

La démocratie, ce sont les gens qui la font. (bis)

 

Prophète Gabriel, ta lutte n'a pas été vaine

Ton sang est semence de vie

Et viendra le jour de la libération

 

Ta foi, engagée, a dérangé les puissants.

Dans la défense du droit à la vie, ou dans la lutte du travailleur

Ton rêve obstiné ne meurt pas :

Le Royaume de Dieu dans l'Histoire du peuple. (bis)

 

Ils ont fait taire notre prophète. Ils ont jeté à terre encore un de nos frères.

Notre horizon ne change pas : du monde nouveau, la transformation.

Ton rêve ne meurt pas, Gaby :

Le Royaume de Dieu, c'est ici-bas que nous le construisons.

Repost 0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 10:21

Livre Gaby

 

 

Pourquoi Gabriel Maire est-il parti au Brésil en 1980 ?

Ce départ répond à deux motivations : la foi vivante en Jésus et son engagement politique à travers le « Mouvement populaire des citoyens du monde » dont il est le fondateur.

Ces deux lignes de force s’accompagnèrent d’une rencontre avec Dom Helder Camara, évêque de Recife au Brésil qui l’amènera à se mettre au service des plus pauvres du Brésil. Partisan infatigable de la justice sociale il devint insupportable aux yeux de ceux qui écrasaient le peuple et qui finirent par l’assassiner après neuf ans de présence dans les favelas.

Pour l’essentiel, ce livre reprend les écrits de Gabriel. D’abord, ceux qui éclairent son action en France et ses raisons de partir au Brésil (1re  partie). Puis l’ensemble des circulaires qu’il envoya régulièrement à sa famille et à ses nombreux amis du Jura (2e partie). Enfin, quelques documents qui retracent l’impact de sa vie et de sa mort dans le diocèse de Vitória, et la lutte de ses amis au Brésil et en France pour faire reconnaître sa mort comme un assassinat, et non un crime crapuleux comme les commanditaires et la justice locale ont voulu le présenter.

 

Pour vous le procurer, vous pouvez demander à votre libraire habituel, et s'il ne l'a pas, de le commander aux éditions Karthala et de le mettre dans ses rayons. Merci !

 

Editions Karthala , 22-24 boulevard Arago, 75013 Paris. Téléphone : 01.43.31.15.59. Fax : 01.45.35.27.05. karthala@orange.fr

Repost 0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 09:43

Il y a un an, à la création de ce blog, nous avons publié une page avec quelques extraits de cet interview et un lien vers la vidéo de l'entretien de Gaby accordé à la télévision brésilienne le 21/12/89. Entretien en portugais bien évidemment. 

 

Après son assassinat, cet entretien avait été traduit et diffusé en VHS.

Aujourd'hui, nous sommes en mesure de vous présenter cette vidéo avec la traduction en français.

Pour accèder à ce lien cliquez sur la photo.

 

Video.jpg

Repost 0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 08:33

Gaby

 

Né le 1er août 1936 à Port-Lesney (Jura), de parents agriculteurs.

 

Après des études au petit et grand séminaire du Diocèse de Saint-Claude, il est ordonné prêtre en 1963.

 

Il exerce son ministère, d'abord à la Paroisse Saint-Jean à Dole, de 1963 à 1969, puis à la Cathédrale de Saint-Claude de 1969 à 1980.

 

Aumônier de lycée et de J.O.C., animateur de quartiers populaires, dynamique, chaleureux, homme de contact, sa simplicité naturelle, son humour attirent et il devient très vite l'apôtre écouté des jeunes et des moins jeunes, croyants, incroyants qui, maintes fois, ont exprimé tout ce qu'ils avaient reçu de ce prêtre. Il crée dans le Jura le "Mouvement Populaire des Citoyens du Monde" (M.P.C.D.M) dans lequel il s'engage à fond contre le racisme, l'armement, pour la paix et les Droits de l'homme.

 

Son amour passionné pour la Paix et la Justice lui feront prendre des positions et des risques.

 

Le 2 octobre 1980, c'est le départ pour le Brésil, comme "Prêtre Fidei Donum".

 

Arrivé à Vitoria, ville de 1 200 000 habitants, il s'intègre très vite à la population. Il soutien le peuple chrétien des quartiers populaires organisé en Communautés Ecclésiales de base. Il anime les équipes, écoute et valorise les plus défavorisés. Il finit par s'installer au milieu d'eux pour mieux les comprendre et tout partager avec eux. Il dénonce la violence et l'oppression dont le peuple est victime, conscientisant sans relâche, appuyant les mouvements pour la Paix et la Démocratie et pour plus de Justice.

De plus en plus connu, aimé et suivi par le peuple, il devient gênant pour ceux qui tiennent à leurs privilèges. Alors commencent pour lui la persécution et les menaces de mort afin qu'il cesse ce travail, qu'il se taise et se tienne tranquille.

Mais, ferme et déterminé, il poursuit sa tâche, soutient la cause du Peuple au service duquel il s'est mis et qu'il ne veut pas abandonner.

Le 21 décembre 1989, interviewé par la télévision locale, il explique le travail de l'Eglise au Brésil, il affirme sa foi. Il donne son dernier message de Paix à l'occasion de Noël. 

 

 Et le samedi 23 décembre 1989, une balle tirée en plein cœur l'arrête dans son élan. Gaby est lâchement assassiné.

 

 

 

Repost 0
Published by amisgaby.over-blog.com - dans Gabriel MAIRE
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 08:30
                              

 

... Etre chrétien, c'est être quelqu'un d'actif, quelqu'un qui travaille au service du peuple.

... Dès 15-16 ans, j'ai compris qu'être prêtre, c'est être au service de Dieu, au service du peuple.

... J'avais choisi le Brésil car j'avais conscience d'y trouver une Eglise très combative, une Eglise qui ne se laissait pas décourager, qui ne se laissait pas commander.

... Le Brésil est un pays qui a toutes les possibilités pour être un pays avec un peuple heureux. Mais malheureusement, malheureusement, un pays qui ne sait pas respecter le peuple le plus pauvre.

... Alors je me sens parfaitement à l'aise dans l'Eglise que je connais au Brésil, cette partie de l'Eglise qui veut vraiment vivre la vie de Jésus-Christ et travailler à la libération du peuple.

... L'engagement dans les communautés, c'est indispensable, indispensable, et je ne vois pas comment une Eglise peut rester en dehors d'un processus de libération du peuple.

... Noël : c'est Jésus-Christ incarné dans l'Eglise, dans la réalité. Ce n'est pas un choix, c'est une réalité que le chrétien vive à l'intérieur de la réalité. Notre Seigneur a vécu à l'intérieur de la réalité... prisonnier au milieu de la lutte du peuple.

... Ce qui est important, ce n'est pas le nombre de personnes, c'est la conscience de ces personnes, ces personnes qui peuvent transformer le milieu de vie.... Le capitalisme est universel ; il sait très bien faire dévier le sentiment religieux des gens, occuper l'espace, profiter de toutes les fêtes religieuses pour faire de ces fêtes un négoce.

... L'Eglise n'est pas faite pour réunir tout le monde, l'Eglise est faite pour parler à tout le monde.

... Dans ma vie personnelle, j'ai eu envie de laisser, il y a quelques années... Le découragement, Jésus en a eu... Mais je suis resté : ce qui m'a aidé c'est l'amour passionné pour Jésus-Christ et des milliers et des milliers d'amitiés là-bas et surtout ici.

... Ce qui est important, c'est que le prêtre puisse vivre l'amitié.

... Si un prêtre est engagé, il va être persécuté... Bien sûr Jésus est mort, accusé par tous les chefs politiques et religieux de l'époque... On ne doit pas avoir peur de la persécution ; c'est normal. Une Eglise qui ne connaît pas la persécution, c'est qu’elle s'est rangée ; elle n 'est déjà plus prophétique. L'Eglise doit être prophétique.

... Le peuple manque d'autonomie... Beaucoup veulent utiliser et exploiter le peuple. Le jour où il y aura une alphabétisation générale, une éducation, le peuple va penser à son compte. Les choses vont changer. Il y a des gens qui ont peur de cela... Pour la classe dominante, Jésus-Christ est seulement celui qui est utilisé pour défendre leurs intérêts à eux.

... Mon message est que tout le monde puisse vivre libre, connaisse la liberté, réfléchisse lui-même, que l'Evangile soit annoncé, le véritable Evangile, libérateur de la personne entière et de toutes les personnes. Que chacune puisse s'exprimer, pas tout seul, mais avec le peuple entier, que le peuple puisse s'organiser parce que nous, nous sommes le peuple de Dieu, nous sommes les acteurs de l'Histoire et cela parce que Dieu est avec nous pour faire l'Histoire. Et ça c'est totalement biblique.

... Il y en a assez de l'individualisme d'une religion où chacun cherche à résoudre ses propres petits problèmes.

... Nous ce que nous voulons, c'est une Eglise au service du peuple qui se libère, du peuple auteur de son Histoire.

Repost 0
Published by amisgaby.over-blog.com - dans Gabriel MAIRE
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 08:00

Trait d’union entre leur Eglise d’origine et leur Eglise d’accueil...

 

Environ 150 prêtres de différents diocèses de France, sont engagés au service de l’Eglise en Afrique, Amérique latine, Asie et Europe dans l’esprit de l’encyclique “Fidei Donum”.

 

Que signifie “Fidei Donum” ?

« Le don de la foi » (en latin : « Fidei donum ») : c’est le titre de la lettre que Pie XII a envoyée à tous les évêques du monde le 21 avril 1957. Le pape les invitait à porter avec lui, « le souci de toutes les Eglises » (2 Cor 11,28). Et cela non seulement par la prière et l’entraide, mais aussi « en mettant certains de leurs prêtres, pour une durée limitée, à la disposition des évêques d’Afrique ».

 

Du côté français, un bon nombre de prêtres diocésains répondirent aussitôt à cet appel : dès 1960, on en comptait déjà 81, travaillant dans 27 diocèses africains.

Le 25 septembre 1961, le Pape Jean XXIII demandait aux évêques de réaliser le même effort en faveur des Eglises d’Amérique Latine. Là aussi, la réponse fut dynamique : cinq ans plus tard, 75 prêtres français étaient déjà à l’œuvre en pays latino-américain.

 

Mais c’est durant le Concile Vatican II que fut affirmée plus clairement et unanimement la collégialité des évêques dans la Mission Universelle. Tous et chacun – et leurs Eglises avec eux – sont solidairement responsable de l’évangélisation du monde. Tous et chacun doivent donc avoir à cœur « d’envoyer certains de leurs prêtres dans ces missions ou ces diocèses pour y exercer le ministère sacré de façon durable ou transitoire ». « Le Concile souhaite vivement que les évêques, réfléchissant à la très grave pénurie de prêtres qui empêche l’évangélisation de nombreuses régions, envoient à des diocèses manquant de clergé quelques-uns de leurs meilleurs prêtres qui se proposent pour l’œuvre missionnaire ».

 

Depuis lors, l’effort continue. La courbe est montée régulièrement jusqu’à atteindre le chiffre de 564 en 1971. Par la suite, le nombre a baissé de moitié en trente ans. Il se maintient actuellement aux environs de 150 prêtres diocésains en activité au-delà de nos frontières, mais leur âge moyen est beaucoup plus élevé que jadis.

Soulignons aussi que, depuis 1957, de nombreuses congrégations ont envoyés des équipes de religieux et de religieuses dans l’esprit de Fidei donum. C’est également à cette époque, et dans la même perspective, que se sont mis en place des organismes de volontariat laïc pour la coopération. Citons en particulier la Délégation Catholique à la Coopération (DCC), le Service de Coopération au Développement (SCD), le Centre de Formation pour le Développement (CEFODE), la FIDESCO (Communauté de l’Emmanuel), etc.

 

Durant ces 50 ans après l’Encyclique « Fidei donum », c’est plus de mille prêtres français qui ont été ainsi envoyés principalement en Afrique et en Amérique Latine.

Et ceci, non sans risque : le 5 février 2006 : le P. Andréa Santoro, prêtre italien Fidei donum, 61 ans, a été tué de deux balles dans le dos alors qu’il priait dans son église à Trabzon, en Turquie. Parmi les français, plusieurs payèrent de leur vie leur solidarité avec les populations les plus fragiles : le P. Gabriel Maire, prêtre Fidei donum de Saint Claude au Brésil, assassiné le 23 décembre 1990, et le P. André Jarlan, Fidei donum au Chili, assassiné le 4 septembre 1984 alors qu’il lisait la Bible chez lui.

 

Article tiré du site des OPM

 

 

 

 

Repost 0
Published by amisgaby.over-blog.com - dans Gabriel MAIRE
commenter cet article
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 22:00

Article paru dans Témoignage Chrétien et publié sur Alterinfos...

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Gabriel MAIRE
commenter cet article

Présentation

  • : Les amis de Gabriel MAIRE
  • Les amis de Gabriel MAIRE
  • : L'association "Les amis de Gabriel MAIRE" a été créée après l'assassinat de Gaby au Brésil le 23 décembre 1989. . A associação "les Amis de Gabriel Maire" foi criada depois da morte do Padre Gabriel em Brasil o 23 de dezembro de 1989.
  • Contact

A partir de novembre 2014, le blog devient bilingue. Les pages pour nos amis brésiliens sont visibles à partir du lien "Em portuguès" N'hésitez pas à vous inscrire ci-dessous pour être informé des mises à jour. Merci !

A partir de novembro de 2014 o blog se torna bílingue. As páginas para os nossos amigos brasileiros ficarão disponíveis com o "vínculo "Em português". Não hesitem em inscriverem-se para serem informados das notícias actualizadas.Obrigada !

Recherche