Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 08:00
Un livre-mémorial, 25 ans après

Plus qu'un prêtre : un prophète, un martyr de la justice dans les terres de l'Espirito Santo : c'est ainsi, avec le lancement d'un livre commémoratif, qu'est rendu hommage au prêtre français Gabriel Maire, assassiné il y a 25 ans dans notre Etat de l'ES. L'œuvre intitulée "Je préfère mourir pour la Vie plutôt que vivre pour la mort" est composée d'une collection de textes écrits après son martyre. Dans ce livre on trouve principalement des témoignages, mais aussi la biographie du Père Gabriel, des poèmes et chants nés du sentiment d'indignation qui s'est emparé de la communauté de Vitória dans les jours qui ont suivi le 23 décembre 1989.

 

Non. Non ce n'est pas un hommage posthume d'un groupe de fidèles à son père décédé. Il s'agit d'une œuvre noble qui dirige notre regard vers les injustices de notre coin de terre. En tuant le Père Gabriel, ils ont voulu faire taire la voix de l'Eglise qui tentait de réaliser l'option pour les pauvres, pour ceux qui sont marginalisés par la société.

 

Padre Gabriel est arrivé à Vitória en 1980. Par les Communautés Ecclésiales de Base, il faisait prendre conscience au peuple des banlieues (Cariacica principalement) de ce que l'amour qui vient de Dieu, prêché par Jésus et par les prophètes qui l'ont précédé, n'est pas un amour seulement enseigné en chaire.  Cet amour doit être vécu d'une façon permanente dans la vie quotidienne en diffusant dans la société le message de Justice de Dieu en vue d'un monde de justice et d'égalité.

 

Ce message se propage en partant d'abord de ceux qui souffrent le plus dans notre société, les pauvres d'une manière générale.

 

Son action, sa façon particulière de réaliser ainsi l'annonce de l'Evangile a touché de nombreux participants à des groupes d'Eglise, politiques, sociaux, leur restituant le courage, la fierté de se savoir des personnes et des sujets de plein droit. Cependant, cette action ne s'est pas limitée à cette  tranche de la société, elle est arrivée aussi aux oreilles des riches et des puissants de cette ville (gros commerçants et marchands immobiliers) qui n'ont pas hésité à organiser son assassinat.

 

Le 23 décembre 1989, vers les 19 heures, un tir dans la poitrine faisait taire la voix du 'Prophète Gabriel" (ainsi l'appelaient ses amis) : crime commandité camouflé en crime crapuleux.

 

Le nom de ce prêtre-martyr s'est ajouté ainsi aux noms de tant d'autres témoins de l'Evangile qui, dans les années 1980-89 ont marqué de  leur sang le sol brésilien parce qu'ils proclamaient la venue d'un monde meilleur grâce à des changements sociaux, politiques et économiques en vue du bien commun. Parmi ces noms figurent celui de la syndicaliste Margarida Alvez (1983), de la religieuse de l'Espirito Santo dans l'Etat d'Amazonas : Sœur Cleusa (1984), du Père Ezequiel Ramin (1985), du padre Josimo (86), de Valdicio Barbosa (Pedro Canario, 89), de Francisco Domingos (Pancas, 89)…

 

"Je préfère mourir pour la Vie plutôt que vivre pour la mort" – phrase qui sert de titre à ce livre – a été prononcée par Gabriel pour répondre à des amis qui le poussaient à retourner en France suite à plusieurs menaces de mort qu'il recevait à cause de son action de mobilisation sociale des "tout-petits de Dieu".

 

A cette collecte de textes ont participé des personnes  qui ont vécu avec lui et ont été marquées par lui. Personnes aujourd'hui "notables" au niveau de l'Etat, comme le philosophe Mauricio Abdalla, le député d'Etat Claudio Vereza, le député fédéral et ex-maire de Cariacica Helder Salomão, et de personnes du milieu populaire comme des femmes au foyer, étudiants, ouvriers…

 

Le livre - sorti le 23 décembre dernier après une très belle célébration à l'APAE de Cariacica – côute seulement 15 reais, on ne le trouve dans aucune librairie de la ville. C'est une production indépendante et on peut le commander au Brésil à l'adresse électronique : padregabrielmaire@gmail.com, ou en France : amisgaby@yahoo.fr.

Jovanir Poleze,

Au nom du groupe Eco de Gaby

Trad : Claudette et Paul

 

Célébration et lancement du livre, le 23 décembre à l'APAE. Vidéo réalisée par Claudio Vereza

Repost 0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 11:00

No 12 de Janeiro, no dia após os importantes ajuntamentos que movimentaram os franceses, Latifa responde na entrevista com a revista Figaro-Madame. (em francès aqui)

Latifa , Mãe Coragem
Latifa Ibn Ziaten renunciou à própria vida. Após a morte de seu filho, um militar, ela percorre por diversas cidades para lutar contra os recrutamentos islamitas. E seu alvo são aqueles que justificam o terrorismo, até lhes convercer por sua emoção.

 

Seu filho, Imad, foi a primeira das sete vítimas de Mohamed Merah. A onda de ataques da semana passada, a quase três anos após os atentados em Toulouse e em Montauban, despertou os fantasmas de Latifa Ibn Ziaten. Ela que foi ao encontro de jovens de algumas cidades que idolatravam Merah e falavam dele como um « herói ». Ela se apoiou em seu filho e lhes escutou falar de sua trajetória. No dia seguinte ao da marcha do domingo, a fundadora da Assoociação Imad Ibn Ziaten para a juventude e a paz evoca a necessidade de se engajar em campo para encarnar o sobressalto republicano.

 

Lefigaro.fr/madame. – Como a senhora viveu os atentados da semana passada e a marcha do domingo ?

Latifa Ibn Ziaten. – Eu vivo o sofrimento todos os dias e eu sofrerei sempre. Quando se perde um filho de 30 anos, não se pode virar a página. Um pedaço de mim se foi junto com ele e esses atentados despertaram esse sentimento. Merah matou sete pessoas. Na semana passada foram 12 pessoas que foram mortas. É muito duro. É preciso tirar as lições disso. Eu me coloco no lugar dos outros pais. Ontem eu estava junto a conhecidos das vítimas do ataque ao Hyper Casher e eu senti novamente essa dor horrível. Foi um momento muito forte ver todos os franceses na rua, ouvir-lhes dizer « Não » ao terrorismo, e dizer « Nós não temos medo ». fiquei bastante tocada. Aquilo me fez recorda o momento em que perdi meuu filho ; foi a mesma emoção. Os terroristas queriam colocar a França de joelhos, mas eles foram vencidos. Os franceses ficarão sempre de pé. Hoje eu tenho o desejo de dizer às famílias de conservarem sua coragem. A vida continua e não se deve parar porque todos nós saímos para realizar essa marcha vibrante e solidária. É preciiso que o trabalho continue pela integração dos jovens.

 

Como ?

Os terroristas se aproveitam dessa geração frágil.

Há três anos eu vou às escolas, cidades e prisões de menores. É preciso ir até os jovens e não abandoná-los, eles que não tem trabalho nem formação. Els são tentados pelo radicalismo pois se sentem infelizes e não vêem como sair da situação em que se encontram. Alguns se dizem esqucidos pela República, deixados de lado, presos na cidade. Essas pessoas, os terroristas, se aproveitam dessa geração frágil. Os pais devem educar e cuidar de seus jovens. É preciso ajudar os pais para que seus filhos não abandonem a escola e se entreguem às ruas. E também ajudar os educadores a transmitir mais amor e amizade. O Governo vai tomar suas responsabilidades e a educação nacional terá um papel importante a desenvolver, pois a escola substituiu as armas e uma parte dos pais que baixaram seus braços. É na escola que devemos lhes fazer compreender sua identidade. A escola deve responder.

 

 

Como falar aos jovens que recusaram o minuto de silêncio ?

Algumas alunas me chamaram para falar disso. Acho que alguns não compreendem, por ignorar. É preciso lhes explicaro que é o minuto de silêncio, perguntar-lhes o que eles fariam se fosse em sua família. Explicar-lhes o que é uma caricatura, o que é um desenho, que é preciso ter orgulho de estar em um país livre, com jornalistas que põem em risco a própria vida. Quando lhes explicamos o que é o islam, eles compreendem bem. Basta saber como transmitir, principalmente pelo testemunho e pela discussão. Para alguns deles o que falta é simplesmente amor.

 

 

Dizem que contra um opositor deve-se transmitir sua emoção até que ele seja vencido.

É verdade. Quando estou numa cidade ou numa casa e que duas ou três pessoas me enfrentam, eu continuo a falar e me mantenho minha serenidade. Eu ffalo de meu drama pessoal e pergunto « Ser´´a que é isto o islam?». No final sou aplaudida pelos jovens, nunca insultada. Recebo muitos agradecimentos. Com a associação abre-se o diálogo a respeito da vida, do islam, da humanidade. Eu lhes digo que se a gente não respeita a humanidade, como o que aconteceu na quarta-feira, a gente não é mais nada. Eu consegui fazer dois jovens mudar seu ponto de vista sobre juntarem-se à Síria ou ao Iraque. Aquilo me tomou três meses com meu advogado ; eu lhes chamava todos os dias para lhes dizer de não se deixarem cair nas armadilhas dos terroristas. Certa vez, eu trouxe jovens de bairros pobres do Marrocos para lhes mostrar e ensinar o respeito ao próximo, de como viver juntos. Aqueles que fizeram essa experiência mudaram completamente e voltaram para suas casas cheios de energia e ccoragem para continuar seus estudos. Hoje tenho convites para ir a escolas durante todo o mês de janeiro. Eu vou falar do drama, dos jornalistas, dos pliciais e das vítimas do mercado judeu. Em cada ação eu vejo meu filho crescer por meio da associação.

 

Trad Jovanir

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Em Português Actualités
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 13:02

Em português Clic aqui

D'après "Minorias são rejeitadas na França" diz Consuleza em S. P.

 

Alexandra Baldeh Loras, 37 ans, vit au Brésil depuis deux ans en tant que Consule de France à São Paulo. Elle est française bien sûr, d'origine musulmane (son père venait de Gambie) et juive.

Elle se pose des questions : "Un des terroristes est noir et français comme moi. Que s'est-il passé dans la vie de Amedy Coulibaly pour qu'il en vienne à ce degré de violence ? Elle-même a des cousins qui portent ce nom de Coulibaly …Pourquoi ces jeunes sont-ils devenus fous à ce point ? Pourquoi sont-ils tombés dans l'extrémisme ? " …

 

Alexandra a fait des études de sciences politiques et a étudié plus spécialement le problème de l'intégration. Elle a créé un blog sur les minorités (www.alexandraloras.com) .

 

Elle qui est aussi journaliste, affirme que "La France a besoin de s'assumer en tant que nation multiculturelle et multiraciale." Elle a lu, dans les réseaux sociaux, des réactions très violentes employant des mots tels que "animaux, sauvages, sales nègres, arabes immondes". Pour elle, "la mère patrie semble avoir oublié les 400 ans d'esclavage et les 300 ans de colonisation. (…) Et aujourd'hui elle ne veut plus reconnaître ces enfants. Je m'identifie à eux. Nous nous sentons rejetés. Je veux parler des Africains, des Arabes, des Asiatiques et des Juifs aussi."

 

Selon elle, quand un fils n'a pas de père, il peut trouver quelqu'un d'autre qui l'accueille et le valorise . Ce père "terrorisme" s'est emparé de quelques uns de ces fils et leur a donné le sentiment d'appartenance à un groupe et aussi une place, de quoi manger et de l'argent. "A nous de tenter de les racheter. " C'est ce qui s'est passé pour Amedy Coulibaly, "accueilli" par Al Qaeda alors qu'il venait d'être rejeté, atteint par la limite d'âge,  d'un centre d'accueil pour jeunes à problèmes. (Ndlt.)

 

Pour elle, il est important de rechercher pourquoi ces jeunes ont rejoint Al Qaeda, savoir ce qu'ils ont dans la tête, ce qui leur manque pour se sentir partie prenante du peuple français.

 

Elle rappelle que l'intégration est possible. Les artistes les plus aimés en France actuellement sont Omar Sy, acteur d'origine sénégalaise ("Les Intouchables") et Jamel Debbouze, acteur et comédien d'origine marocaine ( "Astérix et Obélix : ission Cléopâtre").

 

Elle a fait sa thèse à Sciences Pô sur les Noirs à la Télévision française. "Dans la France du pouvoir et de la TV où j'ai travaillé pendant sept ans en tant que présentatrice sur France 3 et TF1, j'étais l'unique femme noire."

 

Elle mentionne aussi que Charlie Hebdo est un journal de gauche qui a toujours publié des caricatures pouvant être interprétées comme xénophobes, racistes et antisémites  "Quelle liberté d'expression défendons-nous ? Peut-on manquer de respect à des prophètes révérés par une communauté qui n'a pas de pouvoir dans les médias pour s'exprimer ? "

 

A Folha de S. Paulo  13 janvier 2015

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Em Português
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 09:06

     Le point de vue d'El Rafo Saldanha (clic ici), le journaliste brésilien que cite Leonardo Boff dans son blog me semble inapproprié dans le cadre des événements tragiques que la France vient de traverser, si toutefois elle le resterait dans un contexte apaisé... Pas sûr !

 

        Soulignons d'abord, et cela a été fait en commentaire, que le journaliste s'exprime depuis son pays, c'est à dire hors du contexte géographique et historique d'événements tragiques auxquels son article se réfère.

      Sait-il ce qui se passe, ce jour même, dans certains lieux de vie en France, certaines banlieues, certains établissements scolaires dans lesquels des élèves musulmans s'expriment, eux aussi ? Leurs propos violents, leur déni parfois, sont à considérer avec gravité. Dounia Bouzar, directrice du Centre de prévention contre les dérives liées à l'islam, l'évoque régulièrement à l'antenne. Les propos de ces jeunes mettent en lumière les failles de l'autorité de leurs parents et la stagnation de ces derniers dans le communautarisme d'un islam figé depuis des siècles.
        C'est pourquoi ces familles, sans doute des citoyens honnêtes, ne doivent pas être confortées, selon moi, dans cet immobilisme que l'on encourage par, selon les cas, une compréhension, une acceptation, une commisération bienveillantes venant du reste de la population; cela dès qu'il s'agit du risque que ces familles puissent être stigmatisées à travers des événements tels que ces derniers.

        J'ai lu l'article de Jean-Marie Muller revenant sur ces événements et souscris à la quasi totalité de son analyse, notamment celle qu'il fait de leurs causes profondes dans l'histoire contemporaine. Partant, il pense que "La manière la plus efficace pour combattre le terrorisme est de priver leurs auteurs des raisons politiques et économiques qu'ils invoquent pour le justifier. C'est ainsi qu'il sera possible d'affaiblir durablement l'assise populaire dont le terrorisme a le plus grand besoin." C'est là que j’achoppe : je crois qu'il manque une troisième raison, fondamentale, qui est culturelle, civilisationnelle et qui grève considérablement la situation. En effet, le "groupe sunnite pour la prédication et le djihad", par exemple, qui sévit au Nigeria est dénommé Boko Haram en langue locale, ce qui peut être traduit par "l'éducation à l'occidentale est un péché". Ses coreligionnaires du Moyen-Orient qui s'attaquent à nous, en Occident, ne semblent pas démentir ! Cela ouvre des perspectives !
     Ce constat accrédite, pour moi, l'idée selon laquelle le traitement du problème est à entreprendre, comme une antidote à élaborer, au sein de nos sociétés occidentales, auprès des populations influencées, manipulées même, par les mouvances terroristes.

        Soyons proches, soutenons nos amis musulmans personnels (J'en ai. L'un d'eux, Algérien, a été décapité par le Fis) mais accordons à leurs frères et sœurs - sans les gêner aujourd’hui, sauf drame, par une sensibilité compassionnelle hâtive et contre productive - mieux: permettons-leur l'obligatoire et urgente responsabilité, à travers leurs cadres, de faire un aggiornamento (voir l'exemple de Vatican II) et d'être acteurs de l'évolution indispensable de l'Islam, de France pour ce qui nous concerne. Qu'ils en prennent l'initiative. Soyons éveillés à cela. Encourageons-les avec une attention fraternelle et restons vigilant pour le reste.
        Je m'appuie notamment sur les analyses de Malek Chebel, anthropologue musulman, de Ghaleb Bencheikh, présentateur de l’émission Islam sur France 2, ainsi que sur la parole de certains imams dont, par exemple, l'imam de Bordeaux et celui de Lille.
  
        Pour étoffer la réflexion, voici 2 liens intéressants : Sur geopolis, et sur france TV info.

    Mohamed Moussaoui, président de l’Union des mosquées de France (UmF), ancien président du Conseil français du culte musulman (Cfcm), disait récemment que l'injonction de ne pas représenter et de ne pas caricaturer le prophète ne doit s'adresser qu'aux musulmans de France et non pas au reste de la population dans un contexte législatif où le blasphème n'est pas reconnu (sauf en Alsace et Moselle).
        Sachons que la représentation du prophète était répandue en Perse dans les enluminures jusqu'à ce qu'au dix-huitième siècle les wahhabites et les salafistes ne s'en mêlent. L'interdiction ne figure pas dans le Coran mais a été, certes, figée dans les usages.
      Pour moi comme pour beaucoup, succomber à l'injonction serait tourner le dos à notre spécificité, à la loi de séparation de l'Église et de l'État, à notre culture, celle de Voltaire et des Lumières, et à notre impertinence.
        C'est la liberté républicaine qui est en jeu.

       Cette impertinence a donné Charlie, pour le pire et pour le meilleur. Pour ma part, je n'ai pas aimé certaines caricatures, en particulier celles qui touchent à la foi mise en dérision: celle du prophète ou du pape, ou des juifs ou des chrétiens lesquels subissent le même traitement. Je n'aime pas l'outrance de certains dessins qui frise l’obscène. Question de bon goût ? En tout cas question de goût personnel. Mais dans ce cas, je ne lis pas le journal, que je n'achète d'ailleurs que rarement, et tout simplement je passe à autre chose ! Pourquoi une attitude différente chez certains musulmans ?
       Souhaitons qu'ils apprennent à faire de même, comme la majorité des citoyens de France dont ils sont la partie, c'est-à-dire qu'ils tournent la page sans camper sur le sentiment d'avoir été blessés à outrance. Ce n'était pas le projet des dessinateurs assassinés qui devaient, certes sans souci du reste, avoir simplement pour devise cette phrase de Rabelais: "Le rire est le propre de l'homme".
       Dérisoire, justement, la fin des terroristes meurtriers, ces tristes pantins sans gloire aucune: ils s'en sont pris aux mots et dessins de Charlie mais ont été abattus dans le lieu même où ils sont fabriqués, une imprimerie ! Juste retournement des choses !

        Pour revenir à notre association, à Gabriel Maire, artisan d'amour et de paix, assassiné lui aussi par la barbarie, voici une page dont le thème correspond à l'une de mes inquiétudes, laquelle est derrière ma réserve sur l'article du journaliste : Clic ICI

        Parmi les pratiquants au sein des religions, les catholiques sont les plus persécutés et les plus exterminés dans le monde et peu de personnes ne commentent ce drame, rarement les médias, alors que nous, en France, nous défendons assez souvent, voire systématiquement, les juifs et les musulmans mal traités. Nous chrétiens, qui nous soutient ?

        Raymond Perrin

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités
commenter cet article
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 16:56

Suite aux attentats qui ont bouleversé la France et bien au-delà... il convient de trouver des chemins pour construire un avenir de paix.

 

Au milieu du déferlement médiatique, un témoignage a retenu notre attention...

 

Celui de Latifa Ibn Ziaten, maman de Imad, militaire français, première victime du fanatisme de Merah il y a 3 ans. Après l'assassinat de son fils, Latifa a créé "l'Association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix" avec l’objectif d’aller à la rencontre des jeunes dans les écoles, les prisons, les maisons de quartiers. Ecoutez son témoignage sur TVFIL78...

Cette semaine, elle a accordé une interview au journal Figaro Madame. Ce témoignage  est à lire dans son intégralité, mais voici un extrait :

 

- Je vis la souffrance tous les jours et je souffrirai toujours. Quand on perd un enfant de 30 ans, on ne peut pas tourner la page. Une partie de moi est partie avec lui et ces attentats ont réveillé ce sentiment. Merah a tué 7 personnes. La semaine dernière, ce sont 17 personnes qui sont mortes. C'est trop dur, il faut en tirer les leçons. Je me mets à la place des autres parents. Hier, j'étais auprès des proches des victimes de l'attaque de l'Hyper Casher et j'ai ressenti cette douleur horrible. Cela a été un moment très fort de voir tous les Français dans la rue, de les entendre répondre « non » au terrorisme et dire : « On n'a pas peur. » J'ai été très touchée. Cela m’a beaucoup rappelé le moment où j’ai perdu mon fils, c'est la même émotion. Les terroristes voulaient mettre la France à genoux, mais ils ont échoué, les Français resteront toujours debout. Aujourd'hui, j'ai envie de dire aux familles de garder du courage. La vie continue et il ne faut pas s'arrêter parce qu'on est tous sortis faire cette marche chaleureuse et solidaire. Il faut que le travail continue pour l'intégration des jeunes.

 

Pour découvrir l'association Imad, c'est ici. Une association à aider si on croit à cette lutte !

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 09:12

"Je ne suis pas Charlie" 

 

Sur le blog de Leonardo BOFF (em português aqui)

 

Extraits

 

8 janvier 2015

(…) Une de mes devises  est une phrase de John Donne (poète anglais du XVIIème siècle Ndlt) : "La mort de chaque homme m'amoindrit parce que je fais partie de l'humanité. Voilà pourquoi je ne cherche pas à savoir pour qui sonne le glas : il sonne pour moi." Je ne pense pas qu'aucun des caricaturistes ait mérité ce tir mortel, personne ne le mérite, je crois au changement, à l'évolution, à la conversion. A aucun moment je n'ai voulu que les caricaturistes de Charlie Hebdo meurent. Mais je voulais qu'ils évoluent, qu'ils changent…

(…) Comme 90% des gens dans le monde, je n'ai connu Charlie Hebdo qu'en 2006, et, déjà à ce moment là, d'une façon plutôt négative : la revue avait reproduit les caricatures du journal danois Jyllands – Posten (classé comme libéral – conservateur, soit de la droite européenne). Et pourquoi a-t-il fait cela ? Officiellement au nom de la "Liberté d'Expression", mais il y a plus …

A l'époque, l'éditeur en était Philippe Val. Le même qui, en 2000 avait traité les  Palestiniens (oui, le peuple entier) de "non – civilisés", ce qui avait suscité des critiques de la part de sa collègue Mona Chollet (critiques qui se sont terminées par le départ rapide de celle-ci). Val est demeuré aux commandes jusqu'en 2009, remplacé alors par Stéphane Charbonnier, connu seulement sous le nom de Charb. C'est sous sa direction que l'hebdomadaire a grossi le trait de ses "charges" concernant l'Islam et encore plus après l'attentat qui a touché Charlie Hebdo en 2011.

(…) La France a 6,2 millions de musulmans qui, en majorité ont émigré d'anciennes colonies françaises. Ils ne sont pas insérés en tant qu'égaux dans la société française. La grande majorité est pauvre, vouée à une condition de "citoyen de seconde classe". (…)

(…) Retour à Charlie Hebdo : Sur Twitter, beaucoup ont parlé de "martyrs de la liberté d'expression". Je mettrai cette formule sur le compte de l'émotion du moment. Les caricatures polémiques de Charlie Hebdo sont de très mauvais goût, mais là n'est pas la question. Le fait est qu'elles sont dangereuses, criminelles même, pour deux raisons.

La première est l'intolérance. Dans la religion musulmane, un principe dit qu'on ne doit pas faire le portrait du prophète Mahomet, quelle qu'en soit la forme. C'est un précepte central de la croyance islamique, et manquer de respect à ce précepte, c'est manquer de respect à tous les musulmans. Pour faire un parallèle, c'est comme si un pasteur évangélique shootait dans la statue de la Vierge Marie pour attaquer les catholiques.

(…) Charb lui-même a dit : "Il faut que l'Islam soit banalisé autant que le catholicisme". OK, le catholicisme a été banalisé. Mais, de l'intérieur vers l'extérieur. Cela ne nous a pas été imposé du dehors. Notons qu'il ne parle pas d'attaquer quelques individus radicaux, quelques points spécifiques de la doctrine islamique, ou bien le fanatisme religieux. La cible, c'est l'Islam, en tant que tel. Il y a des décennies, les "culturalistes" parlaient déjà de la tentative d'imposer les valeurs occidentales au monde entier. Attaquer la culture des autres est toujours un acte impérialiste. A l'époque des premières publications (de Charlie Hebdo) plusieurs associations islamiques se sont senties offensées et ont décidé de porter plainte. Les tribunaux français – réputés depuis plus d'un siècle pour leur xénophobie et leur intolérance -  (voir l'affaire Dreyfus) ont donné gain de cause à la revue. Cela a agi comme une incitation dont Charlie Hebdo s'est emparé pour renforcer les caricatures et les textes contre l'Islam.

Mais il y a un autre problème encore plus grave. La manière dont le journal dessinait les musulmans était toujours offensante, leurs vêtements étant typiques, ils portaient toujours des armes ou bien des calambours faisaient allusion à leur violence…Certains argumentaient en faisant valoir que la cible était seulement les "extrémistes" mais à partir du moment où l'on ne montre que ces individus, il se crée  une généralisation. (…)

(…) La phrase de Charb : "Avec un stylo, je n'égorge personne", est hypocrite. Avec un stylo on prêche la haine qui tue des personnes.

(…) Cogner contre la population islamique est lâche. C'est cogner sur la plus fragile.

(…) Il aurait suffi que la justice française punisse Charlie Hebdo pour le premier abus. Elle aurait tracé une ligne disant : "Vous ne devez pas dépasser ce point-là." 

(…) Cela ne signifie pas que je défende la censure. Ce que je dis, c'est que chaque cas devrait être étudié. Les excès doivent être punis. Ce n'est pas : "Ne parle pas." C'est : "Parle, mais supportes-en les conséquences." Il vaut mieux que les conséquences viennent sous forme de procès en justice que de balles de fusil.

(…) Pour toutes ces raisons, tout en déplorant et récusant l'acte barbare d'hier : "Je ne suis pas Charlie".

Sur Twitter, un mouvement – bien moindre que celui "Je suis Charlie" commence à apparaître. Il parle du policier musulman qui a été tué en défendant la "liberté d'expression" qui a permis aux caricaturistes de l'offenser (lui musulman). Ce mouvement représente l'énorme majorité de la communauté musulmane qui, même si elle est attaquée par les caricaturistes français, même si elle ressent quotidiennement la haine des xénophobes et islamophobes, a rejeté cette attaque.

Je ne suis pas Charlie. Je suis Ahmed.

El Rafo Saldanha, journaliste

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Em Português
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 21:30

Para se entender o terrismo contra o Charlie Hebbo de Paris

 

Uma coisa é se indignar, com toda razão, contra o ato terrorisa que dizimou os melhores chargistas franceses. Trata-se de ato abominável e criminoso, impossível de ser apoiado por quem quer que seja.

 

Outra coisa é procurar analiticamente entender porque tais eventos terroristas acontecem. Eles não caem do céu azul. Atrás deles há um céiu escuro, feito de histórias trágicas, matanças massivas, humilhações e discriminações, quando não, de verdadeiras guerras preventivas que sacrificaram vidas de milhares e milhares de pessoas.

 

Nisso os USA e em geral o Ocidente são os primeiros. Na França vivem cerca de cinco milhões de muçulmanos, a maioria nas periferias em condições precárias. São altamente discriminados a ponto de surgir uma verdadeira islamofobia.

 

Logo após o atentado aos escritórios do Charlie Hebdo, uma mesquita foi atacada com tiros, um restaurante muçulmano foi incendiado e uma casa de oração islâmica foi atingida também por tiros.

 

Que signfica isso? O mesmo espírito que provocou a tragédia contra os chargistas, está igualmente presente nesses franceses que cometeram atos violentos às instituições islâmicas. Se Hannah Arendt estivesse viva, ela que acompanhou todo o julgamento do criminoso nazista Eichmann, faria semelhante comentário, denunciando este espírito vingativo.

 

Trata-se de superar o espírito de vingança e de renunciar à estratégia de enfrentar a violência com mais violência. Ela cria uma espiral de violência interminável, fazendo vítimas sem conta, a maioria delas inocentes.

 

Paradigmático foi o atentado terrorista de 11 de setembro de 2001 contra os Estados Unidos. A reação do Presidente Bush foi declarar a “guerra infinita” contra o terror; instituir o “ato patriótico” que viola direitos fundamentais ao permitir prender, sequestrar e submeter a afogamentos a suspeitos; criar 17 agências de segurança em todo o país e começar a espionar todo mundo no mundo inteiro, além de submeter terroristas e suspeitos em Guantánamo a condições desumanas e a torturas.

 

O que os USA e aliados ocidentais fizeram no Iraque foi uma guerra preventiva com uma mortandade de civis incontável. Se no Iraque houvesse somente ampla plantação de frutas e cítricos, nada disso ocorreria. Mas lá há muitas reservas de petróleo, sangue do sistema mundial de produção.

 

Tal violência barbárica, porque destruíu os monumentos de uma das mais antigas civilizações da humanidade, deixou um rastro de raiva, de ódio e de vontade de vingança.

 

A partir deste transfundo, se entende que o atentado abominável em Paris é resultado desta violência primeira e não causa originária. O efeito deste atentado é instalar o medo em toda a França e em geral na Europa. Esse efeito é visado pelo terrorismo: ocupar as mentes das pessoas e mantê-las reféns do medo.

 

O significado principal do terroismo não é ocupar territórios, como o fizeram os ocidentais no Afeganistão e no Iraque, mas ocupar as mentes. Essa é sua vitória sinistra.

 

A profecia do autor intelectual dos atentados de 11 de setembro, o então ainda não assassinado Osama Bin Laden, feita no dia  8 de outubro de 2001, infelizmente, se realizou: “Os EUA nunca mais terão segurança, nunca mais terão paz”.

 

Ocupar as mentes das pessoas, mantê-las desestabilizadas emocionalmente, obrigá-las a desconfiar de qualquer gesto ou de pessoas estranhas, eis o que o terrorismo almeja e nisso reside sua essência. Para alcançar seu objetivo de dominação das mentes, o terrorismo persegue a seguinte estratégia:

(1) os atos têm de ser  espetaculares, caso contrário, não causam comoção generalizada;

(2) os atos, apesar de odiados, devem provocar admiração pela sagacidade empregada;

(3) os atos devem sugerir que foram minuciosamente preparados;

(4) os atos devem ser imprevistos para darem a impressão de serem incontroláveis;

(5) os atos devem ficar no anonimato dos autores (usar máscaras) porque quanto mais suspeitos, maior o medo;

(6) os atos devem provocar permanente medo;

(7) os atos devem distorcer a percepção da realidade: qualquer coisa diferente pode configurar o terror. Basta ver alguns rolezinhos entrando nos shoppings e já se projeta a imagem de um assaltante potencial.

 

Formalizemos um conceito do terrorismo: é toda  violência espetacular, praticada com o propósito de ocupar as mentes com  medo e pavor.         

 

O importante não é a violência em si,  mas seu caráter espetacular, capaz de dominar as mentes de todos. Um dos efeitos mais lamentáveis do terrorismo foi ter suscitado o Estado terrorista que são hoje os EUA. Noam Chomsky cita um funcionário dos órgãos de segurança norte-americano que confessou: “Os USA são um Estado terrorista e nos orgulhamos disso”.

 

Oxalá não predomine no mundo, especialmente, no Ocidente este espírito. Aí sim, iremos ao encontro do pior. Leonardo

 

Boff é colunista do JBonline e escreveu: Fundamentalismo, terrorismo, religião e paz,  Vozes,  Petrópolis 2009.

 

no blog de Leonardo BOFF

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Em Português Actualités
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 21:20

Le point de vue de Leonardo BOFF :

 

Pour que l'on comprenne l'attentat contre Charlie Hebdo de Paris

 

Une chose est de s'indigner, à juste titre, contre l'acte terroriste qui a décimé les meilleurs caricaturistes français. Il s'agit d'un crime abominable, impossible à approuver par qui que ce soit.

 

Autre chose est de vouloir analyser pour comprendre pourquoi de tels actes terroristes surviennent. Ils n'arrivent pas comme un éclair dans un ciel bleu. En toile de fond il y a un ciel sombre, fait d'histoires tragiques, de massacres, d'humiliations et de discriminations et même de véritables guerres préventives qui ont sacrifié des milliers et des milliers de vies.

 

En cela les Etats-Unis et en général l'Occident sont champions. En France vivent environ cinq millions de musulmans, la majorité d'entre eux habitant les banlieues dans des conditions précaires. Ils sont l'objet d'une forte discrimination qui fait surgir une véritable islamophobie.

 

Peu après l'attentat dans les bureaux de Charlie Hebdo, une mosquée a été attaquée par des coups de feu, un restaurant musulman a été incendié et une maison de prière islamique atteinte aussi par des tirs.

 

Qu'est-ce que cela signifie ? Le même état d'esprit qui a provoqué la tragédie contre les caricaturistes, est également présent chez ces Français qui ont attaqué des institutions islamiques. Si Hannah Arendt était encore de ce monde, elle qui a suivi jusqu'au bout le jugement du criminel nazi Eichmann, elle ferait un commentaire semblable, dénonçant cet esprit de vengeance.

 

Il s'agit de dépasser cet esprit de vengeance et de renoncer à affronter la violence avec encore plus de violence. Cette stratégie crée une spirale interminable, faisant des victimes innombrables, la plupart étant innocentes.

 

L'attentat terroriste du 11 septembre 2001 contre les USA a été emblématique. La réaction du Président Bush a été de déclarer une "guerre sans fin" contre la terreur ; d'instituer la loi patriote qui viole les droits fondamentaux en permettant d'arrêter, séquestrer et soumettre les suspects à des sévices ; de créer 17 agences de sécurité dans tout le pays et se mettre à espionner tout le monde dans le monde entier, et en outre soumettre les terroristes et suspects de Guantánamo à des conditions inhumaines et à des tortures.

 

Ce que les USA et leurs alliés ont fait en Irak a été une guerre préventive avec d' innombrables victimes civiles. Si en Irak il y avait eu seulement de grandes plantations de fruits et d'agrumes, rien de cela ne serait arrivé. Mais il y a là-bas beaucoup de réserves de pétrole, véritable sang qui alimente le système mondial de production.

 

Une telle violence barbare, parce qu'elle a détruit les monuments d'une des plus anciennes civilisations de l'humanité, a laissé des séquelles de haine, de rage et de volonté de vengeance.

 

(…) On comprend alors que l'attentat abominable de Paris est la résultante de cette violence originelle et non la cause première. La conséquence de cet attentat est de plonger dans la peur toute la France et en général l'Europe. C'est l' effet que vise le terrorisme : envahir l'esprit des gens et les maintenir en tant qu'otages de la peur.

 

La signification principale du terrorisme n'est pas d'investir les territoires, comme l'ont fait les Occidentaux en Afghanistan et en Irak, mais d'investir les esprits. Là est leur sinistre victoire.

 

La prophétie du cerveau des attentats du 11 septembre, Ben Laden, alors qu'il n'avait pas encore été assassiné, le 8 octobre 2001, s'est hélas, réalisée : "Les USA ne seront plus jamais en sécurité, ils n'auront plus jamais la paix".

 

Occuper les esprits des gens, les déstabiliser psychologiquement, les obliger à se méfier du moindre geste ou d'un individu insolite , voilà ce que vise le terrorisme et en quoi réside son essence. Pour atteindre son objectif de domination des esprits, le terrorisme poursuit la stratégie suivante :

 

 

  • 1 Les actions doivent être spectaculaires, sinon elles ne provoquent pas de choc généralisé.
  • 2 Bien qu'odieuses, ces actions doivent provoquer l'admiration pour leur astuce.
  • 3 Elles doivent suggérer qu'elles ont été minutieusement préparées.
  • 4 Elles doivent arriver à l'improviste pour donner l'impression d'être incontrôlables.
  • 5 Les auteurs doivent rester anonymes (utiliser des masques) car, plus il y a de suspects, plus grande est la peur.
  • 6 Ces actions doivent provoquer une peur permanente.
  • 7 Elles doivent déformer la perception du réel : tout ce qui paraît différent peut engendrer la terreur. Il suffit de voir quelques jeunes des banlieues entrant ensemble dans les magasins et alors l'image d'une attaque possible se présente.

 

Formulons une définition du terrorisme : C'est toute violence spectaculaire pratiquée dans le but de remplir les esprits de peur et d'épouvante.

 

L'important n'est pas la violence en soi, mais son caractère spectaculaire, capable de dominer les esprits de tout le monde. Un des effets les plus lamentables du terrorisme est d'avoir suscité l'Etat terroriste que sont aujourd'hui les USA. Noam Chomsky cite un fonctionnaire des organes de sécurité nord-américains qui a reconnu : "Les Etats- Unis sont un Etat terroriste et nous en sommes fiers".

 

Plaise à Dieu que ne prédomine pas dans le monde, et tout spécialement en Occident, cet état d'esprit. Sinon, nous allons au devant du pire.

 

Dans le blog de Leonardo BOFF

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 08:40

Le message de Dilma Roussef transmis par Claudio :

 

Foi com profundo pesar e indignação que tomei conhecimento do sangrento e intolerável atentado terrorista ocorrido nesta quarta-feira, 7 de janeiro, contra a sede da revista “Charlie Hebdo”, em Paris.

 

Esse ato de barbárie, além das lastimáveis perdas humanas, é um inaceitável ataque a um valor fundamental das sociedades democráticas – a liberdade de imprensa.

 

Nesse momento de dor e sofrimento, desejo estender aos familiares das vítimas minhas condolências. Quero expressar, igualmente ao Presidente Hollande e ao povo francês a solidariedade de meu governo e da nação brasileira.

 

Dilma Rousseff
Presidente da República - Brasil

Foto o Globo

Foto o Globo

Message traduit par Claudette et Paul :

 

C'est avec une profonde peine et avec indignation que j'ai pris connaissance de l'horrible et sanglant attentat terroriste survenu ce mercredi 7 janvier, à l'encontre du siège du journal Charlie Hebdo à Paris.

 

Cet acte de barbarie, outre les intolérables pertes humaines, est une attaque inacceptable d'une valeur fondamentale des sociétés démocratiques : la liberté de la presse.

 

En ce moment de douleur et de souffrance, je désire transmettre mes condoléancesà tous les parents et amis des victimes. Je veux également exprimer au Président Hollande et au peuple français la solidarité de mon gouvernement et de la nation brésilienne.

 

Dilma Roussef Présidente de la République

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Em Português Actualités
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 10:15

Dans un journal de Vitoria daté du 22 octobre 2014.

Em um jornal datado de 22 de outubro de 2014.

Droit des femmes / Direitos das mulheres

L'Association lutte pour le droit des femmes

A Cariacica, l'Association de Femmes Unies pour leur Libération a été inspirée par les idées du Père Gabriel Maire, qui est mort en 1989.

 

Maria da Penha Calaça, retraitée, 60 ans, qui habite dans le quartier Jardin Botanique à Cariacica depuis 39 ans a participé à la création de l'Association des Femmes de Cariacica Unies pour leur Libération (Amucabuli) qui réunit les habitantes de la région afin de débattre et lutter pour les droits des femmes.

 

Selon Maria da Penha, l'idée de créer l'Amucabuli a été inspirée par le Père Gabriel, curé de la première église catholique du quartier, fondée en 1988.

"Padre Gabriel n'était pas seulement un prêtre, c'était un ami. Un de ses enseignements le plus précieux a été la défense de nos droits. Principalement ceux des femmes. La reconnaissance de nos valeurs comme base, implique qu'une famille doit toujours être unie dans l'égalité, sans que la femme soit soumise à  l'homme." C'est ce qu'affirmait la propriétaire de la troisième maison du quartier.

 

La retraitée a dit qu'au début, l'idée était de créer une association comportant seulement des femmes adultes mais le prêtre a insisté pour qu'elle représente aussi les femmes de tous âges.

"Les premières actions de l'Amucabuli ont eu lieu en 1988, alors que le prêtre était encore vivant. Il nous avait dit que ce serait bien que l'association touche aussi les jeunes femmes", ajouta-t-elle.

 

Depuis la fondation de l'association les femmes de Jardin Botanique s'organisent pour améliorer la vie des habitants de la région.

"Nous avons lutté pour obtenir les droits fondamentaux pour le quartier, tels que l'eau et l'électricité. Maintenant, nos demandes sont différentes, comme par exemple aider une sœur qui est dans le besoin, qui a des problèmes, ou un voisin qui est dans la misère" nous a dit la retraitée.

 

Padre Gabriel Maire a été une figure très importante, pas seulement sur le plan religieux, mais aussi pour le développement de Jardin Botanique et de la commune de Cariacica.

Il a été assassiné en 1989, alors qu'il passait en voiture dans l'avenue Carlos Lindenberg à Vila Velha, et il nous a laissé en héritage un comportement de lutte et d'amour du prochain.

"Il gênait. Il luttait pour les pauvres, contre les politiciens et les puissants de l'époque. Il savait guider le peuple avec amour, justice et équité" a conclu Maria da Penha.

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Nouvelles des amis de Vitoria Em Português
commenter cet article
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 18:00

23 décembre, pour commémorer les 25 ans du martyr de Gabriel : Messe au Sanctuaire du Bon Pasteur – Quartier de Campo Grande – Cariacica – présidée par Dom Rubens Sevilha, suivie d'un récital de Noël.

Campo Grande : messe avec Mgr SevilhaCampo Grande : messe avec Mgr Sevilha
Campo Grande : messe avec Mgr SevilhaCampo Grande : messe avec Mgr SevilhaCampo Grande : messe avec Mgr Sevilha
Campo Grande : messe avec Mgr SevilhaCampo Grande : messe avec Mgr Sevilha
Campo Grande : messe avec Mgr SevilhaCampo Grande : messe avec Mgr SevilhaCampo Grande : messe avec Mgr Sevilha
Repost 0
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 09:27

Em 2015, continuam a construir pontes ! Feliz ano novo !

En 2015, continuons à construire des ponts ! Bonne année !

 

Abaixo extratos da 1a carta de Gaby : Ecos de Vitória

Ci-dessous des extraits de la 1ère lettre de Gaby  : Echos de Vitoria

 

Roberto, Darcio, Gaby

Roberto, Darcio, Gaby

Minha partida é, inicialmente, como uma ocasião de uma nova ponte entre nossos continentes. Para que compreendamos bem, nós europeus, que nós temos tanto a receber quanto a dar: Nós somos mais ricos materialmente que os pobres do terceiro mundo... Mas, do mais, o que nós sabemos? Por outro lado, nós começamos aqui a nos dar conta de nossa responsabilidade coletiva diante dos povos pudicamente chamados “em vias de desenvolvimento”; temos a certeza de que não podemos com uma mão dar dinheiro “aos pobres”, e com a outra apoiar aqueles que os oprimem e os mantem sob tutela.
Eu desejo que esta circular escrita de Vitória (3 ou 4 vezes por ano) seja verdadeiramente um meio de comunicação entre nós. Importante para vocês, mas também para mim: pois se eu desejo chegar a Vitória como aquele que tem tudo a aprender, eu não quero me colocar sob o olhar de vocês como aquele que quer dar lições. Não. Deve se tratar verdadeiramente de uma troca, da qual eu terei necessidade durante os anos passados lá, mas também no meu retorno (em 5 anos?).
Sobre a importância da escolha do título desta circular: ECOS DE VITÓRIA
fizemos nas sessões ou retiros ou simplesmente nas férias.
Quanto ao propósito: para além de grandes considerações que muitos podem achar por aí, eu queria, para começar, dar um testemunho sobre aquilo que eu verei e ouvirei: mais precisamente os testemunhos de vida do povo. É a vida deles que deve interessar a vocês, não a minha...

Tradução : Jovanir Poleze e Dárcio Mosquem

Gaby : Ecos de Vitoria n°1

Pont de Vitoria

Pont de Vitoria

Mon départ se veut d’abord comme l’occasion d’un nouveau « petit pont » entre nos continents. Pour que nous comprenions bien, nous Européens, que nous avons autant à recevoir qu’à donner : nous sommes plus riches matériellement que les peuples du tiers-monde… mais pour le reste ,que savons-nous ? D’autre part, nous commençons ici à nous rendre un peu compte de notre responsabilité collective à l’égard des peuples pudiquement appelés « en voie de développement » : nous sentons bien que nous ne pouvons pas, d’une main donner de l’argent « aux pauvres et de l’autre soutenir ceux qui les oppriment et les maintiennent en tutelle.
Je souhaite que cette circulaire adressée depuis Vitoria soit vraiment un moyen de communication entre nous. Important pour vous, mais aussi pour moi : car je désire arriver à Vitoria comme celui qui a tout à apprendre, je ne veux pas me situer à votre égard comme celui qui veut « donner des leçons ». Non, il doit s’agir véritablement d’un échange dont j’aurai besoin j’aurai besoin pendant les années passées là-bas, mais aussi à mon retour (dans 5 ans ?)
D’où l’importance du choix du titre de cette circulaire « Echos de Vitoria »
Quand au « fond » plutôt que de grandes considérations que beaucoup peuvent trouver ailleurs, je voudrais donner d’abord un témoignage sur ce que je verrai et entendrai, plus exactement des témoignages de la vie des gens. C’est « leur vie » qui doit vous intéresser, pas d’abord la mienne !...

Gaby dans les Echos de Vitoria n°1

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Echos de Vitoria Lettres de Gaby Em Português
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 15:49

C'est au siège de l'association qu'a eu lieu une veillée pour faire mémoire du Padre Gabriel...

Célébration à Porto Novo le 23 décembreCélébration à Porto Novo le 23 décembre
Célébration à Porto Novo le 23 décembreCélébration à Porto Novo le 23 décembre
Célébration à Porto Novo le 23 décembreCélébration à Porto Novo le 23 décembre
Célébration à Porto Novo le 23 décembreCélébration à Porto Novo le 23 décembreCélébration à Porto Novo le 23 décembre
Photos empruntées à nos amis brésiliensPhotos empruntées à nos amis brésiliens
Photos empruntées à nos amis brésiliensPhotos empruntées à nos amis brésiliens

Photos empruntées à nos amis brésiliens

Repost 0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 21:33

Après la célébration de la croix à Cobi, (voir article précédent), c'est à Campo Grande que les amis de Gabriel MAIRE, se sont rendus en cortège de voitures, et plus précisément à l'APAE qui porte la nom de Gabriel. (Un centre d'éducation spécialisé qui accueille 800 personnes, enfants, jeunes ou adultes.)

Merci Claudio pour cette vidéo qui nous met dans cette ambiance festive pour la célébration du feu.

Avec le chant "Ciranda do Menino-Deus, de Zé Vicente

Un clic sur une photo pour voir le diaporamaUn clic sur une photo pour voir le diaporama
Un clic sur une photo pour voir le diaporamaUn clic sur une photo pour voir le diaporamaUn clic sur une photo pour voir le diaporama
Un clic sur une photo pour voir le diaporamaUn clic sur une photo pour voir le diaporama
Un clic sur une photo pour voir le diaporamaUn clic sur une photo pour voir le diaporamaUn clic sur une photo pour voir le diaporama

Un clic sur une photo pour voir le diaporama

Célébration à Campo Grande ce 23 décembre
Célébration à Campo Grande ce 23 décembreCélébration à Campo Grande ce 23 décembre
Célébration à Campo Grande ce 23 décembre

Chaque participant a reçu le livre qui a été édité pour cette occasion par une équipe d'amis dont Jovanir et Darcio (clic ici). Des t-shirts ont aussi été réalisés comme la jaquette du livre. Une brocante avait été organisée pour financer ce livre.

Célébration à Campo Grande ce 23 décembreCélébration à Campo Grande ce 23 décembre
Célébration à Campo Grande ce 23 décembreCélébration à Campo Grande ce 23 décembreCélébration à Campo Grande ce 23 décembre

Je préfère une mort qui conduit à la Vie à une vie qui conduit à la mort.

Gabriel MAIRE

Photos partagées par les amis brésiliens... Obrigada amigos brasilieros
Photos partagées par les amis brésiliens... Obrigada amigos brasilierosPhotos partagées par les amis brésiliens... Obrigada amigos brasilieros
Photos partagées par les amis brésiliens... Obrigada amigos brasilierosPhotos partagées par les amis brésiliens... Obrigada amigos brasilieros
Photos partagées par les amis brésiliens... Obrigada amigos brasilierosPhotos partagées par les amis brésiliens... Obrigada amigos brasilierosPhotos partagées par les amis brésiliens... Obrigada amigos brasilieros

Photos partagées par les amis brésiliens... Obrigada amigos brasilieros

Message de Claudio ce dimanche 28 décembre :

"A celebração foi muito forte , significativa e emocionante, terminando com o lançamento do Livro e partilha de caldos e frutas!
Há outro vídeo que fiz, ao redor do centro do salão, onde estavam os principais símbolos da celebração: fotos dos mártires do ES, mapa do Brasil, a Bíblia, a grande vela.
Da cerimônia de instalação da Cruz, no local em que Gaby foi encontrado, não participamos, por isto, não temos fotos. (Também das outras celebrações).
O livro ficou lindo e muito bem organizado! E já existe projeto de outras publicações!
Esperamos que tenham Boas Festas e um Ano Novo muito feliz!
Abraço fraterno."
Repost 0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 09:17

Quelques photos partagées par Ailton.

Cobi : une nouvelle croix est placée là où la voiture de Gaby a été déplacée après son assassinat.Cobi : une nouvelle croix est placée là où la voiture de Gaby a été déplacée après son assassinat.
Cobi : une nouvelle croix est placée là où la voiture de Gaby a été déplacée après son assassinat.Cobi : une nouvelle croix est placée là où la voiture de Gaby a été déplacée après son assassinat.
Cobi : une nouvelle croix est placée là où la voiture de Gaby a été déplacée après son assassinat.Cobi : une nouvelle croix est placée là où la voiture de Gaby a été déplacée après son assassinat.

Cobi : une nouvelle croix est placée là où la voiture de Gaby a été déplacée après son assassinat.

Beaucoup d'émotions pour ses amis, 25 ans après.Beaucoup d'émotions pour ses amis, 25 ans après.
Beaucoup d'émotions pour ses amis, 25 ans après.Beaucoup d'émotions pour ses amis, 25 ans après.
Beaucoup d'émotions pour ses amis, 25 ans après.Beaucoup d'émotions pour ses amis, 25 ans après.

Beaucoup d'émotions pour ses amis, 25 ans après.

Cette célébration de la croix a débuté avec le chant "Se Calarem A Voz Dos Profetas"

Repost 0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 22:11

1 – Minha pobreza tal é

Que não trago presente melhor

Trago um sorriso amigo

Que mesmo em meio à dor

Gabriel compartilhava comigo

Na fé em Nosso Senhor.

 

2 – Minha pobreza tal é

Que não tenho presente caro

Trago minhas mãos unidas

Num gesto cada vez mais raro

O gesto da oração

Que movia Gabriel Missionário.

 

3 – Minha pobreza tal é

Que coisa alguma posso ofertar

Trago então minhas mãos calejadas

De tanto querer transformar

Minhas mãos unidas às suas

Vão este mundo humanizar.

 

4 – Minha pobreza tal é

Que não trago presente grande

Trago meu suor e meu cansaço

Testemunhos de um dom constante

De uma entrega total

Numa missão desafiante.

 

5 – Minha pobreza tal é

Que minha oferta não é rica

Trago meu amor por este chão

De Vitória, Vila Velha,

Serra, Viana, Cariacica...

 

6 – Minha pobreza tal é

Que não sei quem a suporte

Mas se mantém na fé e na certeza

De um Deus que me fez forte

Prefiro morrer pela vida

A viver pela morte.

Groupe du 23 : le 23 novembre 2014 et une photo de Gaby avec Roberto et Darcio.Groupe du 23 : le 23 novembre 2014 et une photo de Gaby avec Roberto et Darcio.

Groupe du 23 : le 23 novembre 2014 et une photo de Gaby avec Roberto et Darcio.

Ma pauvreté est telle que

Je ne puis apporter un plus beau cadeau

Que mon sourire d'ami

Que, même en pleine souffrance

Gabriel a partagé avec moi

Dans la foi en Notre Seigneur.

 

Ma pauvreté est telle que

Je n'ai pas de cadeau de grand prix

J'apporte mes mains unies

Dans un geste de plus en plus rare

Le geste de la prière

Qui inspirait Gabriel le Missionnaire.

 

Ma pauvreté est telle que

Cette chose que je peux offrir

Je la tiens entre mes mains devenues calleuses

A force d'avoir tant voulu transformer

En les unissant aux siennes

pour humaniser ce monde.

 

Ma pauvreté est telle que

Je n'apporte pas un gros cadeau

J'apporte ma sueur et ma fatigue

Témoignages d'un don constant

D'un engagement total

Dans une mission difficile.

 

Ma pauvreté est telle que

Je n'ai pas de riche cadeau

J'offre mon amour pour cette terre

De Vitória, Vila Velha,

Serra, Viana, Cariacica…

 

Ma pauvreté est telle que

Que je ne sais qui l'endure

Mais on se maintient  dans la foi et la certitude

D'un Dieu qui me rend fort

 

Repost 0
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 20:58
Programme des commémorations au Brésil

Programme

 

Journée du dimanche 21 décembre :

7h30 - Marche pour la Vie. Petite place du quartier Porto Santana.

 

Lundi 22 décembre :

19h30 – Soirée de l'Histoire. Au siège de l'APGM (Association Padre Gabriel MAIRE pour la défense de la vie). Quartier Porto Novo.

 

Mardi 23 décembre :

19h – Moment de Célébration. Rassemblement au quartier Cobilandia et procession jusqu'à l'APAE 5centre d'Education Spécialisée) – lancement du Livre : "J'aime mieux mourir pour la vie que vivre pour la mort" Cariacica ES.

19h30 – Messe à la Communauté de l'Immaculée Conception – Quartier Porto Novo.

19h30 – Messe au Sanctuaire du Bon Pasteur – Quartier de Campo Grande – Cariacica – présidée par Dom Rubens Sevilha, suivie d'un récital de Noël, autres hommages (ou dévotions).

 

Phrases de Padre Gabriel

 

 

 

"Le prêtre doit être en communion intime avec Jésus et le peuple"

"L'Option Préférentielle pour les Pauvres n'est pas seulement une option de l'Eglise d'Amérique latine, mais c'est l'option de Jésus Christ. Qui ne fait pas cette option n'a pas encore compris ce qu'est être chrétien."

"La véritable Eglise sera toujours prophétique et persécutée."

"Quand tous seront alphabétisée, la réalité changera."

"Le capitalisme est universel et sait détourner le sentiment religieux du peuple et transformer la fête de Noël en commerce et en consommation."

"Nous avons besoin de connaître et de vivre la liberté."

"Dieu est avec son peuple pour faire l'Histoire."

Et nous rappelons le programme propre au "groupe du 23" qui se croise avec celui-ci.

Repost 0
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 11:00
Dans le journal "le Progrès" daté du 22/12/2014
Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Journées anniversaire 25ème anniversaire
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 17:20

25 ans après l'assassinat du Père Gabriel MAIRE :

Une journée pleine d'émotion ce dimanche à Dole à l'église Saint-Jean... 

Monseigneur Vincent JORDY présidant la célébration eucharistique le matin, reprenant les mots de Gabriel pour son mot d'accueil et son homélie, (Textes que nous partagerons dans le blog dès que nous les aurons).

Les scouts nous apportant la "lumière de Bethléem", lumière allumée dans la grotte de la Nativité et qui se transmet dans toute l'Europe.

Une belle collabaration avec les acteurs de la communauté paroissiale : Christiane, Mireille, Monique, Gérard, et tous les autres.

Une "tente des martyrs" en bambou, posée sur un patchwork réalisée par des femmes brésiliennes, et accueillant les portraits de Gaby, soeur Dorothée, Frei Tito, Léonie Duquet et Alice Domon, les Moines de Thibirine, Mgr Romero, Bx Pierre-François Néron, Chico Mendes, Les martyrs de Syrie, pendant que nous écoutions "Profeta Gabriel" le chant interprété par Raquel Passos.

Un repas partagé toujours dans une belle convivialité.

Une après-midi consacrée à rendre compte de la visite faite aux amis brésiliens par le père Bernard COLOMBE, et par Elisabeth et Rachel LAMY...

Un diaporama présentant Vitoria, et les lieux qui font mémoire de Gaby, mais aussi le visage de toutes les pierres vivantes d'aujourd'hui.

Un film rassemblant 12 témoignages choisis parmi de nombreux autres, nous faisant comprendre combien le padre Gabriel est toujours vivant dans le coeur, et la vie de nos amis brésiliens...

Voici quelques photos, nous en attendons d'autres...

Restez en contact... nous partagerons d'autres nouvelles des commémorations de ces 25 ans du martyr de Gabriel, particulièrement à Vitoria !

 

25ème anniversaire à Dole
25ème anniversaire à Dole25ème anniversaire à Dole
25ème anniversaire à Dole25ème anniversaire à Dole
25ème anniversaire à Dole25ème anniversaire à Dole25ème anniversaire à Dole

Diaporama sur le site du diocèse de Saint-Claude : CLIC !

Repost 0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 23:10

Sobre a página Facebook de Seu Pedro :

 

A Sessão Solene de entrega da Comenda Padre Gabriel Maire foi simplesmente emocionante. Me sinto honrado em poder criar uma comenda com o nome daquele que me ensinou a dar os primeiros passos dentro das lutas sociais, em favor daqueles que precisam.

Padre Gabriel Maire não está mais no mundo dos vivos, mas continua presente em nossas ações e continua servindo de exemplo para muitas pessoas que vivem para fazer o bem, como os 19 homenageados que receberam a Comenda. Eles representam tantas outras pessoas que estão sempre dispostas a lutar pelas injustiças sociais.

Muito obrigado a todos que estiveram presentes e a todos aqueles que ajudaram a promover esse evento.

 

Distinction "padre Gabriel MAIRE" remise à 19 citoyens de Cariacica et à Marlène, présidente de l'association "Padre Gabriel pour la défense de la vie".
Distinction "padre Gabriel MAIRE" remise à 19 citoyens de Cariacica et à Marlène, présidente de l'association "Padre Gabriel pour la défense de la vie".

Distinction "padre Gabriel MAIRE" remise à 19 citoyens de Cariacica et à Marlène, présidente de l'association "Padre Gabriel pour la défense de la vie".

Traduction en français :

 

La remise solennelle du prix "Padre Gabriel Maire" a été tout simplement émouvante. Je suis honoré d'avoir pu créer cette distinction au nom de celui qui m'a appris à faire les premiers pas dans les luttes sociales, en faveur de ceux qui en ont besoin.

Père Gabriel Maire n'est plus dans le monde des vivants, mais est toujours présent dans nos actions et continue à servir d' exemple pour beaucoup de gens qui vivent pour faire le bien, comme les 19 lauréats qui ont reçu cette mention élogieuse. Ils représentent beaucoup d'autres personnes qui sont toujours prêtes à lutter contre les injustices sociales.

Merci beaucoup à tous ceux qui ont participé et à tous ceux qui ont aidé à promouvoir cet événement.

 

Seu Pedro

Repost 0

Présentation

  • : Les amis de Gabriel MAIRE
  • Les amis de Gabriel MAIRE
  • : L'association "Les amis de Gabriel MAIRE" a été créée après l'assassinat de Gaby au Brésil le 23 décembre 1989. . A associação "les Amis de Gabriel Maire" foi criada depois da morte do Padre Gabriel em Brasil o 23 de dezembro de 1989.
  • Contact

A partir de novembre 2014, le blog devient bilingue. Les pages pour nos amis brésiliens sont visibles à partir du lien "Em portuguès" N'hésitez pas à vous inscrire ci-dessous pour être informé des mises à jour. Merci !

A partir de novembro de 2014 o blog se torna bílingue. As páginas para os nossos amigos brasileiros ficarão disponíveis com o "vínculo "Em português". Não hesitem em inscriverem-se para serem informados das notícias actualizadas.Obrigada !

Recherche