Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 10:00

Rompendo o silêncio

É feriado Nacional no Brasil. No dia 7 de setembro comemora-se a Independência do Brasil de Portugal. É o rompimento da colônia da Metrópole. Os movimentos sociais e pastorais realizam o grito dos excluídos. Ainda precisamos fazer novas independências. Assim como uma outra Revolução francesa é preciso estar em curso (14/07). O fim dos privilégios feudais e coloniais devem ainda ser derrotados. Uma nova sociedade deve ser constituída sem exclusão. Na verdade, aqui no Brasil, no dia seguinte após o 7 de setembro de 1822 permaneceu a escravidão e a velha estrutura opressora colonialista.

 

Mas de repente...

Aqui do nosso lado ,no mesmo dia uma nuvem escura se formou.

O tempo fechou aqui no Espírito Santo. Uma chuva de vento forte assustou quem estava na praia de Camburi e na Ilha das Caieiras. Na região sul faltou energia, arvores foram derrubadas.

Uma virada de tempo em Vitória. Este tempo assustou moradores no ES...

Não consegui ficar na varanda de casa porque a ventania e a poeira me afastou da feliz concentração de ler o artigo do amigo Jovanir Poleze :”Jovens cidadãos do mundo em Cariacica ,Brasil “.

Fechei as janelas de casa lamentando ser justo hoje, dia da faxina, chegar este vendaval e mudança de tempo.

 

Mas abro o meu coração ...Retomo a leitura. E reflito o quanto o Movimento Popular do Cidadão do Mundo carrega em si uma imensa riqueza de significados na vida de Gabriel Maire. E mais ainda. Fazê-lo renascer em Cariacica é de uma importância história, 25 anos depois de seu assassinato. É a semente missionária que projetou Gabriel para a América Latina, para além de Port Lesney. Para ser semeador da boa nova tão necessária. Pela paz no mundo, por uma não violência ativa, contra o racismo e fim de todas as intolerâncias. E apoio as iniciativas de lutas de libertação no chamado terceiro mundo. Este é o caminho apontado pelo MPCDM.Ser luz no mundo. Sair de si mesmo e acreditar nas mudanças por uma vida melhor.

Assim surgem nomes de cidadãos que inspiraram Gabriel e nos motivam também :Mahatma Gandhi,Dom Helder Camara ,Bernard Clavel,Jean Jourdain e tantos outros.
Mas Gabriel entrou na galeria dos martires .Igualando aqueles que deram a vida pela vida. Romero,Santo Dias, Jozimo,Purinha,Paulo Vinhas, Chico Mendes Margarida Alves, Dorothy...
 

Então penso que :em uma sociedade tão estranha, reunir jovens e propor vivenciar a solidariedade e abertura de espirito para além das fronteiras que limitam e sufocam o espirito é algo de desafiador e estimulante. O MPCDM é a manifestação da inquietude de Gabriel diante da limitação que a igreja impõe aos cristãos. É a ligação fé e vida que na ação do MPCDM provocava a todos a não serem coniventes e acomodados diante da realidade e das injustiças. Lá na França e aqui no Brasil.

Mas na tentativa de entender este momento e o artigo do amigo Jovanir enfrento uma questão que é a crise imigratória na Europa.

A mídia informa que União Europeia deve adotar um plano para lidar com os refugiados de forma mais humana. O que está acontecendo no mundo? O que este a crise imigratória na Europa tem a ver com a nossa realidade?

Informações dão conta que:

“Centenas de famílias chegam na Europa diariamente em busca de segurança. Traumatizadas, perseguidas e sem perspectivas de paz em guerras como a da Síria, a escolha de atravessar o oceano muitas vezes é a única opção. Segundo a ONU, quase um milhão de pessoas precisam de ajuda urgente, e ampliar as rotas seguras e legais é a melhor maneira de reduzir o número de refugiados que arriscam suas vidas, além de coibir o violento tráfico humano.”

 

Daqui do nosso lado temos acompanhado este drama humano, uma tragédia.

As notícias que chegam é que a Europa vive a maior crise migratória desde a 2ª guerra mundial.

E assim diante da gravidade da questão de tantos refugiados chegando na Europa modificando a geopolítica mundial nos provoca várias reações...

Mas ficamos por aqui.

Já que amanhã, 8 de setembro, é o dia do aniversário da cidade de Vitória. Nossa Ilha de mel faz 464 anos. Feriadão para os que trabalham na capital.

Superando o nosso próprio umbigo e pensando de formar globalizada desejamos que os povos achem a sua terra e sua identidade aqui e ali.

Um abraço.

Dárcio.

 

Rompendo o silêncio  -  Briser le silence
Rompendo o silêncio  -  Briser le silence
Rompendo o silêncio  -  Briser le silence
Rompendo o silêncio  -  Briser le silence

Briser le silence

C'est fête nationale au Brésil, aujourd'hui 7 septembre. Nous commémorons l'indépendance de notre pays vis à vis du Portugal. C'est la rupture des liens coloniaux d'avec la métropole. Les mouvements sociaux et pastoraux organisent ce jour-là  "Le Cri des Exclus". Nous avons encore besoin de nous rendre indépendants d'autres choses encore. Tout comme une nouvelle Révolution française (14 juillet) doit se mettre en route. Ce qui reste des privilèges féodaux et coloniaux doit être aboli. Une nouvelle société doit être instaurée, sans que personne n'en soit exclus. Certes, ici au lendemain du 7 septembre 1882, l'esclavage et les vieilles structures d'oppression coloniale ont perduré.

 

Mais soudain…

Ici, chez nous, ce même jour, des masses noires sont apparues dans le ciel.

Le temps s'est arrêté ici dans l'Espirito Santo. Une tempête a épouvanté ceux qui se trouvaient sur la plage de Camburi et sur l'île des Caieiras. Dans le sud il y a eu des coupures d'électricité et des arbres ont été déracinés.

Le temps change à Vitória. Dans l'Espirito Santo, ce mauvais temps a effrayé les habitants.

Je n'ai pas pu rester sur le balcon. Bourrasque et poussière m'en ont éloigné alors que j'étais béatement concentré dans la lecture de l'article de notre ami Jovanir Poleze : "Jeunes Citoyens du Monde à Cariacica, Brésil."

J'ai fermé les fenêtres de la maison en regrettant que cette tempête et ce changement de temps arrivent justement aujourd'hui, jour de grand nettoyage...

 

Mais je vous ouvre mon cœur…Je reprends la lecture…et je réfléchis…Quelle immense richesse… tous ces messages, au détours de la vie de Gabriel Maire, portés par ce Mouvement Populaire des Citoyens du Monde. Le faire renaître à Cariacica est d'une importance historique, vingt-cinq ans après son assassinat. C'est la semence missionnaire qui, depuis Port-Lesney, a lancé Gabriel jusqu'en Amérique latine. Pour être le Semeur de la Bonne Nouvelle si précieuse. Pour la paix dans le monde, pour une non-violence active, contre le racisme et la fin de toutes les intolérances, pour un soutien actif aux initiatives de luttes pour la libération des peuples de ce qu'on appelle le "Tiers Monde". Etre la lumière dans le monde. Sortir de soi-même et croire aux changements en vue d'une vie meilleure.

Surgissent ainsi les noms de citoyens qui ont inspiré Gabriel et qui nous motivent également : Mahatma Gandhi, Dom Helder Camara, Bernard Clavel, Jean Jourdain et tant d'autres.

Mais Gabriel est entré dans la Galerie des Martyrs : à l'égal de ceux qui ont donné leur vie pour la Vie. Romero, Santo Dias, Jozimo, Purinha, Paulo Vinhas, Chico Mendes, Margarida Alves, Dorothy…

 

Alors voici ce que je pense : dans une société aussi étrange, réunir des jeunes et leur proposer de vivre la solidarité et l'ouverture de leur esprit au-delà des frontières qui bornent et étouffent l'esprit est une sorte de défi et de stimulant. Le MPCDM est la manifestation de l'inquiétude de Gabriel face aux limites que l'Eglise impose aux chrétiens. C'est le lien entre Foi et Vie qui, dans l'action du MPCDM nous a tous incités à refuser la réalité et les injustices. Chez vous en France et ici au Brésil.

Mais, en essayant de comprendre ce moment de l'histoire et en lisant l'article de l'ami Jovanir, je me heurte à la question de la crise des migrants en Europe.

Les médias nous informent que l'Union Européenne doit adopter un plan pour gérer les problèmes des réfugiés d'une manière plus humaine. Que se passe-t-il dans ce monde ? Qu'est-ce que cette crise migratoire en Europe a à voir avec notre réalité ?

Les médias nous informent ainsi : Des centaines de familles arrivent chaque jour en Europe, recherchant la sécurité. Traumatisées, persécutées et sans perspective de paix dans des guerres comme celle de Syrie, le choix de traverser les mers est bien souvent  la seule solution. D'après l'ONU, près d'un million de personnes ont besoin d'aide urgente et la meilleure manière en est d'ouvrir davantage d'itinéraires sûrs et légaux afin de réduire le nombre de réfugiés qui risquent leur vie ; outre le fait de réprimer la barbarie du commerce d'êtres humains.

 

Ici, de notre côté, nous prenons part à ce drame, à cette tragédie pour des êtres humains.

Les nouvelles qui nous arrivent nous disent que cette crise migratoire est la plus importante que l'Europe ait eu à subir depuis la deuxième guerre mondiale.

La gravité de ce problème, tant de réfugiés arrivant en Europe et modifiant ainsi la géopolitique mondiale, provoque chez nous diverses réactions…

Mais nous sommes ici au Brésil…

Demain, 8 septembre, est le jour anniversaire de la ville de Vitória. Notre Ile de Miel a 464 ans. Jour férié pour ceux qui travaillent dans cette capitale.

Dépassant notre nombrilisme et élargissant notre pensée au niveau mondial, nous souhaitons que tous les peuples trouvent leur terre ici et là-bas.

Um abraço

 

Dàrcio

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Em Português Actualités
commenter cet article
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 12:15

Grâce à nos amis de Cariacica, le blog aussi reprend vie !

Le MPCDM renaît à Cariacica !

JOVENS CIDADÃOS DO MUNDO EM CARIACICA, BRASIL

 

Em Cariacica um grupo de jovens inicia um trabalho ousado, nos passos de Gabriel Maire: o Movimento Popular Cidadãos do Mundo (MPCDM).

25 anos após seu assassinato, Gaby continua vivo nos corações dos que o conheceram e com ele trabalharam. Jovanir Poleze (hoje com 48 anos de idade) foi uma dessas pessoas que tiveram esse privilégio; além do privilégio de ter feito, muito recentemente, com Dárcio Mosquem, a tradução dos “Ecos de Vitória”. Foi por meio da tradução dessas mais de 200 páginas de registros de uma fé engajada na vida do povo sofrido que Jovanir conheceu o MPCDM, ou ao menos o que lhe foi possível conhecer.

Jovanir é, há dez anos, coordenador de um Projeto Social no bairro Nova Rosa da Penha (Cariacica), um bairro que nasceu da luta de padre Gabriel e outras lideranças religiosas e lideranças políticas de esquerda, que se engajaram pelo direito à terra e moradia de centenas de famílias sem terra, na década de 80.

A Igreja no Brasil mudou muito nos últimos anos. Discurso e prática já não estão mais tão em sintonia. Incomodado com o fato de as pastorais e movimentos religiosos estarem muito voltados para si mesmos e para a vida interna da igreja, ao mesmo tempo em que percebe que o discurso sócio-político continua presente no jeito de se fazerem as homilias de cada domingo, ligando fé e vida, Jovanir reuniu um grupo de jovens, no último 26 de agosto, para lhes propor o MPCDM no intuito de proporcionar à comunidade a vivência do engajamento por um mundo melhor, à luz da Palavra de Deus.

Os jovens se entusiasmaram com a ideia. Imediatamente começaram a traçar os primeiros passos a serem dados: convidar mais jovens, formar um grupo por meio das redes sociais, descobrir movimentos populares de luta por direitos para se engajarem. E como primeira ação política, fazer parte do “Grito dos Excluídos” que se realizaria dali a uma semana no próprio bairro.

Na véspera do “Grito”, os jovens  - já em quantidade maior – elaboraram as próprias faixas e bandeiras, e no dia 04 de setembro, eles saíram às ruas, de cara pintada, denunciando à sociedade local problemas como os da violência e extermínio de jovens na comunidade.

Esses jovens já demonstram que querem participar de muito mais do que ações locais, querem se engajar mais na luta por um mudo melhor. Querem ser “Cidadãos do Mundo”.

 

Que tal “curtir” a página que eles criaram no facebook? Que tal enviar-lhes uma mensagem de encorajamento? O que mais poderíamos nós, amigos de Gaby aqui da França, fazer por eles? Vamos discutir esse assunto?

A página de facebook deles é 

https://www.facebook.com/cidadaosdomundocariacica2

1ère rencontre le 26 août 20151ère rencontre le 26 août 2015

1ère rencontre le 26 août 2015

Cariacica, Brésil : Jeunes Citoyens du Monde

A Cariacica, un groupe de jeunes a, avec audace, entrepris un travail "sur les pas de Gabriel Maire" : le Mouvement Populaire des Citoyens du Monde (MPCDM).

Vingt-cinq ans après son assassinat, Gaby demeure vivant dans le cœur de ceux qui l'ont connu et ont travaillé avec lui. Jovanir Poleze ( qui aujourd'hui a quarante-huit ans, a été une des personnes qui ont eu cette chance ; de plus, tout récemment, avec Dárcio Mosquem, il a eu le privilège de traduire les Echos de Vitória. C'est en traduisant ces 200 pages (et même plus), sorte de journal d'une foi engagée au cœur du peuple souffrant, que Jovanir a eu connaissance du MPCDM, tout au moins ce qui lui a été possible d'en connaître.

Depuis dix ans Jovanir est coordinateur d'un Projet Social dans le quartier Nova Rosa da Penha (Cariacica), quartier qui est né grâce aux luttes du Père Gabriel et d'autres responsables religieux et politiques de gauche, qui se sont engagés pour le droit à la terre et au logement de centaines de famille sans terre dans les années 80.

L'Eglise du Brésil a beaucoup changé au cours de ces dernières années. Discours et pratique ne sont plus autant à l'unisson. Incommodé par le fait que les pastorales et les mouvements religieux soient plutôt tournés vers eux-mêmes et vers la vie interne de l'Eglise, percevant aussi que le discours socio-politique se poursuit avec les homélies de chaque dimanche, faisant le lien entre la foi et la vie, Jovanir a réuni un groupe de jeunes, le 26 août dernier, pour leur proposer le MPCDM dans le but d'offrir à la communauté l'expérience d'un engagement en vue d'un monde meilleur, à la lumière de la Parole de Dieu.

Les jeunes ont été enthousiasmés. Immédiatement ils se sont mis en route : inviter plus de jeunes, former un groupe en utilisant les réseaux sociaux, partir à la découverte de mouvements populaires pour les droits dans le but de s'engager. Et, en tant que première action politique, prendre part au "Cri des Exclus" qui doit avoir lieu ici-même dans le quartier le 7 novembre.

A la veille du "Cri", les jeunes - maintenant en plus grand nombre –ont fabriqué leurs propres banderoles et drapeaux, et, le 4 septembre, sont sortis dans les rues, le visage peint, dénonçant aux habitants les problèmes tels que la violence et l'assassinat de jeunes de la communauté.

Ces jeunes montrent ainsi qu'ils veulent participer au-delà d'actions purement locales ; ils veulent s'engager davantage dans la lutte pour un monde meilleur. Ils veulent être "Citoyens du Monde".

Pourquoi ne visiteriez-vous pas la page qu'ils ont créé sur facebook , Pourquoi ne pas leur envoyer un "j'aime", un message d'encouragement ? Que pourrions-nous faire pour eux, nous, amis de Gaby ici en France ? Allons-nous en discuter ?

Leur page facebook est : https://www.facebook.com/cidadaosdomundocariacica2

Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015
Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015
Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015
Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015
Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015
Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015
Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015
Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015
Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015
Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015
Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015

Diaporama : Participation à la manifestation "le cri des exclus" le 4 septembre 2015

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Nouvelles des amis de Vitoria MPCDM
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 13:45
Dans le journal "le progrès" du 28 avril 2015

No jornal “Le progrès” do dia 28 de abril de 2015

Triângulo de ouro.

3 questões a Raymond Perrin –Presidente dos Amigos de Gabriel Maire.

PORT-LESNEY – ‘’ Apoiamos amigos brasileiros nas áreas educativa, social e cultural’’.

 

Quem foi Gabriel Maire?

Em 1989, com 53 anos, Gabriel Maire, nascido em Port Lesney foi, durante 9 anos, padre de uma paróquia de Vitória, a capital do Estado do Espírito Santo (ao lado do Estado do Rio), no Brasil. Ele estava lá, mas também na França através de uma carta intitulada: “Echos de Vitória”, ele não se cansava de lutar por uma Igreja engajada ao lado dos mais pobres, por justiça e na defesa dos direitos humanos, contra a demagogia, a corrupção e o assassinato. No Brasil, esses militantes têm a sua cabeça a prêmio...  A “sentença” foi executada em 23 de dezembro de 1989.

 

O que faz a associação?

A associação foi criada em 12 de maio de 1990 em Port Lesney depois do assassinato de Gaby. Seus objetivos são acompanhar toda a ação tendendo a fazer a verdade sobre este assassinato, de levar um apoio moral aos adultos engajados na associação brasileira “Padre Gabriel em defesa da vida”, que encaminha ações junto à população, para que eles façam valer seus direitos por moradia, saúde, educação, trabalho, enfim de levar um apoio material para as ações bem direcionadas.

Onde vocês estão atualmente?

No que se refere ao assassinato de Gaby, desde 2007 o juiz brasileiro reconheceu como sendo crime comandado e não mais como crime comum. O provável culpado foi enfim convocado diante do tribunal, mas como ele se apresentou sem advogado, o processo foi adiado sine die (sem data fixa) para reabertura. Enfrentamos problemas de distâncias, é claro, mas também de língua. No entanto, o conselho de administração votou continuar a apoiar o trabalho dos advogados e remunerá-los, na medida das possibilidades da associação. Nosso engajamento vai além do julgamento (processo), nós apoiamos sempre nossos amigos brasileiros nas áreas educativa, social, cultural e é claro financeiramente. Nos comunicamos por troca de correspondências, nós perpetuamos os Echos de Vitória e um blog em Francês e Português.

Mais informações em htp://amisgaby.over.blog.com

 

Merci à Jovanir et Darcio pour la traduction.

Repost 0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 15:17

Le groupe du 23 se réunit à Vitoria, chaque 23 du mois. Nous nous associons à eux pour faire mémoire du Padre Gabriel assassiné le 23 décembre 1989. Merci à Darcio qui a envoyé ce texte pour Pâques et à Claudette qui l'a traduit.

 

Creio em ti companheiro

Cristo humano, Cristo obreiro 

que da morte és vencedor.

 

Com o teu sacrifício imenso

criaste o homem novo 

para a libertação.

 

E estás ressuscitando 

em cada braço que se levanta

para defender o povo 

do domínio explorador.

 

Porque estás vivo no rancho, 

na fábrica na escola.

Creio na tua luta sem trégua 

creio na tua ressurreição.

Photo prise le 23 novembre 2014

Photo prise le 23 novembre 2014

Le Credo de la Missa Campesina

 

Je crois en toi, compagnon

Christ homme, Christ ouvrier

Qui de la mort est vainqueur.

 

Avec ton sacrifice incommensurable

Tu as créé l'homme nouveau

Pour le libérer,

 

Et tu continues à ressusciter

En chaque bras qui se lève

Pour défendre le peuple

Contre la domination de ceux qui l'exploitent.

 

Parce que tu es vivant dans la masure,

A l'usine et à l'école

Je crois en ta lutte sans trêve

Je crois en ta résurrection.

Repost 0
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 10:26

ASSEMBLEE GENERALE

Samedi 25 avril 2015

Salle des Fêtes de Port-Lesney

 

 

14 heures, assemblée statutaire

Présentation des différents rapports

Débat

 

 

Vers 15 heures, Elisabeth Lamy nous partagera les témoignages recueillis lors de son voyage au Brésil en novembre :

Jovanir : Citoyenneté

Penha : Lutte contre la violence faite aux femmes,

Helena et Ana : La prison des jeunes,

Veronica : Protection des témoins de crime.

 

Vers 17 heures, recueillement sur la tombe de Gaby.

 

Un pique-nique est prévu à midi à la maison Maire,

rue du Port à Port-Lesney ou à la salle des fêtes en cas de pluie.

 

 

Lors de cette journée, vous pourrez acheter le livre de Gaby "Un prêtre français assassiné au Brésil"

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans L'association "Les amis de Gabriel MAIRE"
commenter cet article
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 06:00

Dans la tente des martyrs avec Gaby le 21 décembre : Martin Luther King

 

 

Le 4 avril 1968, le pasteur noir américain Martin Luther King est abattu d'une balle dans la tête devant son hôtel à Memphis aux Etats-Unis.

Le 28 août 1963, à Washington, après la marche contre les discriminations raciales et devant 250 000 personnes, il avait prononcé son discours dont voici des extraits :

l  have a dream - Je fais un rêve".

 

 

Martin Luther King

 

Je rêve qu'un jour, notre pays se lèvera et vivra pleinement la véritable réalité de son credo : “Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes que tous les hommes sont créés égaux ”.

 

Je rêve qu’un jour sur les collines rousses de Georgie les fils d’anciens esclaves et ceux d’anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

 

Je rêve que mes quatre petits-enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. Je fais aujourd’hui un rêve !

 

(…) Telle est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud.

 

Avec cette foi, nous serons capables de distinguer dans la montagne du désespoir une pierre d’espérance. Avec cette foi, nous serons capables de transformer les discordes criardes de notre nation en une superbe symphonie de fraternité.

 

Avec cette foi, nous serons capables de travailler ensemble, de prier ensemble, de lutter ensemble, d’aller en prison ensemble, de défendre la cause de la liberté ensemble, en sachant qu’un jour, nous serons libres. Ce sera le jour où tous les enfants de Dieu pourront chanter ces paroles qui auront alors un nouveau sens : “ Mon pays, c’est toi, douce terre de liberté, c’est toi que je chante. Terre où sont morts mes pères, terre dont les pèlerins étaient fiers, que du flanc de chacune de tes montagnes, sonne la cloche de la liberté ! ” Et, si l’Amérique doit être une grande nation, que cela devienne vrai.

 

(…) Que la cloche de la liberté sonne du haut des montagnes grandioses de l’Etat de New-York !

 

(…) Quand nous permettrons à la cloche de la liberté de sonner dans chaque village, dans chaque hameau, dans chaque ville et dans chaque Etat, nous pourrons fêter le jour où tous les enfants de Dieu, les Noirs et les Blancs, les Juifs et les non-Juifs, les Protestants et les Catholiques, pourront se donner la main et chanter les paroles du vieux Negro Spiritual : “ Enfin libres, enfin libres, grâce en soit rendue au Dieu tout puissant, nous sommes enfin libres ! ”.

 

  Dans les negros spirituals que chantait Martin Luther King, on devait trouver celui-ci :  He never said a mumbling word ( il n'a jamais dit le moindre mot) qui évoque le Christ. La tradition noire a retenu les silences de Jésus, alors que nous, nous avons retenu les dernières paroles du Christ… le premier des Martyrs !

 

"Oh ils prirent mon Seigneur béni
Et pas une fois il ne dit le moindre mot
Pas un mot, pas un mot, pas un mot.
Ils l'emmenèrent au tribunal de Pilate…
Oh, ils le lièrent avec une corde pourpre…
Oh, ils lui tressèrent une couronne d'épines…
Oh, ils la lui mirent sur la tête…
Oh, et le sang se mit à ruisseler…
Oh, et ils le jugèrent toute la nuit…
Oh, et ils le fouettèrent jusqu'au sommet de la colline…
Alors ils le clouèrent sur la croix…
Et le sang se mit à dégouliner…
Et les étoiles refusèrent de briller…
Oh, n'était-ce pas un dommage et une honte !"

He never said a mumbling word (Il n'a jamais dit le moindre mot)

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 07:00

Le 21 décembre, dans la tente des martyrs avec Gaby,

 

 

les moines de Tibhirine.

 

Les Moines de Tibhirine

 

Ils étaient sept, sur les hauteurs de l'Atlas, dans la montagne de Médéa, en un lieu de grande solitude du nom de Tibhirine. On ne savait rien ou presque de leur existence jusqu'à cette nuit du  26 au 27 mars 1996 où ils furent arrachés à leur monastère. Ces moines faisaient soudain irruption dans la terrible actualité d'une Algérie en tourment.

Cinquante-six jours durant, on ne sut rien de leur sort. Le 23 mai, on apprenait leur mort dans d'atroces conditions. Ces moines ont alors bouleversé la conscience du monde, en Algérie bien sûr, mais bien au-delà.

 

Ces quelques lignes sont tirées de la présentation d'un des nombreux livres évoquant ce lieu, ce drame, les acteurs de ce drame, voici maintenant des extraits du  Testament spirituel de Christian de Chergé, le prieur du Monastère de Tibhirine     

Quand un A-DIEU s'envisage...

"Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre. Elle n'en a pas moins non plus. En tout cas, elle n'a pas l'innocence de l'enfance. J'ai suffisamment vécu pour me savoir complice du mal qui semble, hélas, prévaloir dans le monde et même de celui-là qui me frapperait aveuglément.

 

J'aimerais, le moment venu avoir ce laps de lucidité qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu et celui de mes frères en humanité, en même temps que de pardonner de tout cœur à qui m'aurait atteint.

 

Je sais le mépris dont on a pu entourer les Algériens pris globalement. Je sais aussi les caricatures de l'Islam qu'encourage un certain islamisme. Il est trop facile de se donner bonne conscience en identifiant cette voie religieuse avec les intégrismes de ses extrémistes. L'Algérie et l'Islam, pour moi, c'est autre chose, c'est un corps et une âme.

 

Ma mort, évidemment, paraîtra donner raison à ceux qui m'ont rapidement traité de naïf, ou d'idéaliste : « Qu'il dise maintenant ce qu'il en pense ! » Mais ceux-là doivent savoir que sera enfin libérée ma plus lancinante curiosité. Voici que je pourrai, s'il plaît à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père pour contempler avec Lui ses enfants de l'Islam tels qu'Il les voit, tout illuminés de la gloire du Christ, fruits de Sa Passion investis par le Don de l'Esprit dont la joie secrète sera toujours d'établir la communion et de rétablir la ressemblance en jouant avec les différences.

 

AMEN !  Inch'Allah ! "

 

 

 

On habite ensemble une terre d’espérance. On la travaille. On est les habitants de ta maison. On y vit. On y prie. On y demeure jusqu’à l’heure de mourir. Ensemble, on habite ta main.

De ce bonheur ouvert, qui pourrait nous déloger ?…

Frère Christophe

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 06:00

Mgr Romero avait sa place dans la tente des martyrs le 21 décembre à l'église St-Jean à Dole :

 

35 ans après son assassinat, Mgr Romero est reconnu "Bienheureux" !

 

 

source : http://info.catho.be/

source : http://info.catho.be/

Dans l'avion qui le ramenait de Corée du Sud, lundi 18 août, le pape François a affirmé qu'il n'y avait plus d'obstacle à une rapide béatification de Mgr Oscar Romero, l'archevêque de San Salvador, assassiné en 1980 par un commando d'extrême droite. 

Le Monde du 22 août 2014

 

Le 24 mars 1980, Oscar Romero était assassiné alors qu'il célébrait la messe dans une chapelle de l'hôpital. L'archevêque de San Salvador payait ainsi de sa vie son action en faveur de la justice sociale aux côtés des plus pauvres. Voici quelques citations de cet homme qui a su traduire dans sa vie les paroles de l'Evangile :

 

"N'ayez pas peur d'eux ! Non, rien ne se trouve voilé qui ne doive être dévoilé et rien de caché qui ne doive être connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le au grand jour ; et ce que vous entendez dans le creux de l'oreille, proclamez-le sur les toits." (Mt 10, 26-27)

 

"Il est très facile d'être porteur de la parole et de ne jamais troubler personne en restant dans le spirituel pur, en refusant de s'engager dans l'histoire, en disant des mots qui pourraient être dits n'importe où parce qu'ils ne seraient de nulle part."

 

"Une Eglise qui prend à son compte tout l'humain et qui cherche à faire siennes la douleur, l'espérance et l'angoisse de tous ceux qui souffrent, c'est l'Eglise du Christ aimé et attendu, l'Eglise du Christ présent."

 

"Je crois que l'évêque a beaucoup à apprendre de son peuple. En particulier ce sont les charismes accordés au peuple par l'Esprit qui deviennent, pour l'évêque, la pierre de touche de son humilité et de son authenticité."

 

C'est Gustavo Gutierez, un des "Pères" de la Théologie de la Libération qui présente ces phrases de Mgr Romero dans Témoignage Chrétien du 24 décembre 1984.

 

Et, en restant encore dans les pays Amérique latine / Caraïbes, voici, pris dans le même numéro de TC de 1984, des extraits d'une prière des Communautés Ecclésiales de Base :

 

Le Psaume des Fraternités en Haïti :

Seigneur, pose ton regard sur nous aujourd'hui,
Et vois comment ceux qui tiennent le pouvoir,
La puissance et les armes,
Achèvent de détruire les merveilles de tes mains,
Créées pour que vivent tous tes enfants.
Ils accaparent toutes les terres à cultiver
Et ne nous laissent plus rien à nous, les méprisés.
Eux, ils dominent, eux, ils font la fête.
A nous les cris et les grincements de dents.

(…) Aujourd'hui, Seigneur,
Notre vie s'éteint.
Nous sommes sans force pour T'appeler.
La mort s'installe dans nos cœurs.
C'est pourquoi je lance vers Toi ma question :
Est-ce Toi qui as créé la haine et la mort ?
Es-Tu définitivement absent ?
Et nous, écrasés, sans espérance ?
Quand vas-Tu nous délivrer ?

DIAL

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 20:06

Ce soir, le groupe du 23 se retrouve chez Rogerio. Pour être en lien avec ce groupe, j'ai feuilleté le livre "Un prêtre français assassiné au Brésil", et j'ai trouvé le début de la dernière lettre que Gaby nous adressait le 10 septembre 1989. Une réflexion pour aujourd'hui aussi !

 

Psaumes

J’aimerais commencer ce numéro en citant un certain nombre de psaumes de la Bible parmi lesquels les psaumes 55, 56,58, 59… et tant d’autres. Croyants ou non, tous pourront y découvrir l’état d’esprit du croyant devant les agressions du monde. Quelques citations du psaume 55 (versets 13, 16, 20, 23, 24…) :

Ce n'est pas un ennemi qui m'insulte,

Car je le supporterais.

Ce n'est pas un adversaire qui triomphe de moi…

Mais c'est toi, mon compagnon, mon collègue, mon intime.

Nous allions ensemble adorer dans le temple avec le peuple

Et nous conversions en toute liberté !

...La méchanceté est chez eux; elle est en eux.

...Que Dieu entende et qu'il les humilie !

Ils ne changeront pas,

Ils ne craignent pas Dieu !...

Rejette ton fardeau, mets-le sur le Seigneur,

Il te réconfortera,

Il ne laissera jamais le juste chanceler.

Et toi, Dieu, tu les feras descendre dans un charnier géant,

Ces traites et assassins,

Ils ne vivront pas la moitié de leurs jours.

Mais moi, je compte sur toi, Seigneur.

 

Je veux répondre à quelques correspondants qui m’ont trouvé un peu tendu et nerveux dans certaines lettres. Ce sont des choses qui arrivent !Et le chrétien qui lutte se retrouve parfaitement dans les sentiments exprimés par le psalmiste. C’est vrai qu’il est écrit : « Si Dieu ne construit la maison, c’est en vain que travaille le maçon ». Croire à l’action de Dieu et pas suement en notre travail, et que ceux qui s’inquiètent soient tranquilles : je n’ai pas perdu la foi. Au contraire ! Je crois de toutes mes forces au Dieu qui défend la cause du pauvre, au Dieu qui chemine avec le peuple, au Dieu qui vomit l’oppression, l’hypocrisie, le mensonge, la violence de tout genre, etc… Ces choses sont graves ; bien pire encore quand elles sont le fait de personnes qui se dient croyantes, voire qui assument des responsabilités d’Eglise : cela devient alors IN-TO-LE-RA-BLE.

 

 

Groupe du 23 - Grupo 23

Salmos

Gostaria de começar este número citando certo número de salmos da Bíblia, dentre os quais os salmos 55, 56, 58, 59... e tantos outros. Crentes ou não, todos poderão descobrir nos salmos o estado de espírito do crente diante das agressões deste mundo. Algumas citações do salmo 55 (versículo 13, 16, 20, 23, 24...):

“Não é um inimigo que me insulta.

Se fosse, eu o suportaria.

Não é um adversário que triunfa sobre mim...

Mas és tu, meu companheiro,

Meu colega, meu amigo íntimo.

Nós íamos juntos adorar no Templo com o povo,

E conversávamos com toda liberdade

...  A maldade está com eles; neles ela está.

... Que Deus ouça e os humilhe!

Eles não mudarão;

Eles não temem a Deus.

Deixe o teu fardo, confia-o ao Senhor.

Ele te reconfortará.

Ele jamais deixará o justo vacilar.

E tu, Deus, tu os farás descer a um ossuário escancarado,

Esses traidores e assassinos.

Eles não viverão a metade de seus dias.

Mas eu, eu confio em ti, Senhor.”

 

Eu quero responder a alguns correspondentes que me acharam um pouco tenso e nervoso em certas cartas. Isto são coisas que acontecem! E o cristão que luta se reencontra perfeitamente nos sentimentos expressos pelo salmista. É verdade que está escrito: “Se Deus não constrói a casa, é em vão que trabalha o operário”. Crer na ação de Deus e não somente no nosso trabalho, e aqueles que se preocupam fiquem tranquilos: eu não perdi a fé. Ao contrário! Eu creio com todas as minhas forças no Deus da justiça, no Deus que não aceita que a gente compactue com o mal, no Deus que defende a causa do pobre, no Deus que caminha com o povo, no Deus que vomita a opressão, a hipocrisia, a mentira, a violência de todo gênero, etc... essas coisas são graves; pior ainda quando elas são feitas por pessoas que se dizem crentes, visto que assumem responsabilidades na Igreja: isto se torna então IN-TO-LE-RÁ-VEL.

 

Repost 0
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 07:00

Dans la tente des martyrs du 21 décembre, avec Gaby,  

 

 

Chico Mendes

 

Formé dans la culture chrétienne des Communautés de base, Chico Mendes, était un jeune paysan brésilien qui vivait de la récolte de l'arbre à caoutchouc (un seringueiro). Né en 1944 il découvre le communisme dans les années 60 et fonde alors les premiers syndicats de travailleurs ruraux en Amazonie, dans le nord-ouest du Brésil. Il va alors inaugurer, avec ses camarades du syndicat, une forme de lutte non violente inédite dans le monde : des centaines de seringueiros, avec leurs épouses et enfants, se donnent les mains et affrontent, sans arme, les bulldozers des grandes entreprises interessées par la déforestation. Parfois les travailleurs sont vaincus, mais souvent ils réussissent à arrêter, à mains nues, les tracteurs, les bulldozers et les scies éléctriques des destructeurs de la forêt.

 

Source : Wikipédia

Source : Wikipédia

Je dois crier, je dois prendre des risques,

Malheur à moi si je ne le fais pas

 

C'est à partir de cette époque que Chico Mendes commence à recevoir les premières menaces de mort ; en 1980, son camarade de luttes, Wilson Pinheiro, sera assassiné. Au cours de ces années, le combat des paysans et travailleurs qui vivent de l'extraction - du caoutchouc, de la chatâigne, des noix de babaçu - va converger avec celui des communautés indigènes et d'autres groupes de paysans, pour former l'Alliance des Peuples de la Forêt. Pour la première fois, seringueiros et indigènes, qui souvent s'étaient affrontés dans le passé, unissent leurs forces contre l'ennemi commun. Chico Mendes a défini avec solennité les bases de cette alliance :

 

 

Plus jamais un de nos camarades ne va verser le sang de l'autre ; ensemble nous pouvons protéger la nature qui est le lieu où nos gens ont appris à vivre, à élever leurs enfants et à développer leurs capacités, dans une esprit d'harmonie avec la nature, avec l'environnement et les êtres qui vivent ici.

 

Chico Mendes était parfaitement conscient : pour les gros propriétaires terriens, il est un "cabra marcado para morrer", "un gars destiné à la mort". Peu après, en décembre 1988, Mendes est assassiné, devant sa maison, par des tueurs à gages.

 

Le combat de Chico Mendes est un mouvement exemplaire, qui continue à inspirer de nouvelles luttes, au Brésil et ailleurs.

Texte inspiré d'un article de Frei Betto

J'ose croire, toujours et malgré tout,

à l'homme nouveau.

J'ose croire au rêve de Dieu lui-même

un ciel nouveau, une terre nouvelle

où la justice habitera.

Dom Helder Câmara

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 07:00

Pour cette journée de la femme, 2 femmes

​Dans la tente des martyrs du 21 décembre, avec Gaby,  

 

 

deux Franc-comtoises

Léonie Duquet et Alice Domon

Léonie Duquet et Alice Domon

 

Ces deux religieuses françaises des Missions étrangères venaient toutes les deux du Haut Doubs. Alice fut la première sœur à aller vivre et travailler dans un quartier très pauvre de Buenos Aires en Argentine.

Elle et Léonie "tournaient" sur la place de Mai, tous les jeudis après-midi pendant une demie-heure, en signe de protestation, avec les mères des jeunes disparus, enlevés par la dictature.

C'est le 8 décembre qu'Alice a été arrêtée et Léonie le 10.  Elles ont ensuite été séquestrées et torturées. La dictature argentine ne supportait pas les opposants. Les deux femmes avaient pris pour devise : "Se taire aujourd'hui serait une lâcheté". Elles étaient partie prenante de l'option pour les pauvres définie à Medellin (Colombie) en 1968 par la Théologie de la Libération.

Quelques jours plus tard plus tard, le 14 décembre, après avoir reçu la bénédiction d'un prêtre, elles étaient embarquées dans un avion, droguées puis jetées à la mer. Seuls les restes de Léonie ont été retrouvés, par hasard, sur une plage, bien des années plus tard en 2005.

Toutefois, en 2011, Astiz leur tortionnaire a été condamné à la perpétuité.

Leur attitude face à la répression :

 

 

 

"Je ne peux pas dire que cela m'angoisse, je suis au contraire bien tranquille puisque je suis convaincue d'être dans le droit chemin et que cela vaut la peine de donner sa vie si nécessaire."

" Je crois que le plus triste serait d'accepter de ne pas s'engager par peur ou bien parce que l'on n'a pas l'habitude."

"C'est notable comme la souffrance peut faire grandir les gens autant qu'elle peut les détruire."

Alice DOMON

Léonie Duquet et Alice Domon

 

De Mgr Casaldaliga, évêque brésilien :"Ils les ont tuées et pensaient les enterrer…en réalité, ils en ont fait des semences."

 

De Mgr Stenger : "Leur engagement et leur témoignage ont nourri la résistance de beaucoup d'autres et nous disent qu'aujourd'hui c'est à nous d'assumer la cause de l'humanité jusqu'à la fin."

 

Bénédicte, petite-nièce de Léonie, qui a entendu, là-bas, le verdict condamnant Astiz à la perpétuité, explique que le devoir de mémoire est un souci  primordial chez une majorité d'Argentins ; d'où les plaques posées dans les rues ou bien les fresques à l'effigie des disparus comme celle dont vous pouvez voir un détail ci-dessus. : "Nunca mas !" "Plus jamais ça !" est le slogan des Argentins.

"Je suis convaincue que cette situation de Passion est profondément unie à celle du Christ et qu'elle précède la Résurrection."

Alice DOMON

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 07:00

Dans la tente des martyrs le 21 décembre à Dole, 

un prêtre des Missions étrangères de Paris et martyr d'un groupe de 117 martyrs du Vietnam canonisés en 1988.

 

Pierre-François NERON

source : http://alexandrina.balasar.free.fr/

source : http://alexandrina.balasar.free.fr/

Pierre-François Néron né le 21 septembre 1818 à Bornay dans le Jura, ordonné prêtre à Paris pour les Missions étrangères le 17 juin 1848 ; 2 mois plus tard, il embarque pour le Tonkin... Il y enseigne les mathématiques, les sciences et la philosophie au collège dont il devient rapidement le supérieur. Ensuite, il s’installe comme responsable au village de Ta Xa, centre du district du Son Tay, où vivent 16.000 chrétiens, persécutés par les mandarins...

 

Début août 1860, Pierre-François est arrêté par le maire de Ta-Xa, un ami ! Il est alors livré au mandarin local, malgré l’intervention de ses paroissiens. Placé dans une cage où il ne peut ni se lever, ni s’étendre, il subit interrogatoires et bastonnades de rotin. Le 3 novembre 1860, l’édit du Roi confirmant la sentence de mort revient de Hué. Pierre-François Néron est alors décapité dans la journée.

 

Actuellement il est le seul martyr reconnu du Jura.

 

Durant sa captivité qui dura près de trois mois, il se priva volontairement de toute nourriture pendant 21 jours, et à l'étonnement général il n'en ressentit aucun mal. Il subit plusieurs interrogatoires, et déclara hautement devant les juges qu'il était venu au Tonkin dans le but d'y prêcher l'Evangile ; pour ce motif il fut condamné à mort. Le 3 novembre 1860, il fut décapité près de Son-tay.

 

Béatifié en 1909 par Pie X, il fut canonisé le 19 juin 1988 à Rome par Jean Paul II.

 

Viens, Seigneur

Ne souris pas, disant que Tu es déjà avec nous.
Il y a des millions de gens qui ne Te connaissent pas.
et d'autres à qui il suffit de Te connaître.
En quoi avance ta venue, si pour les tiens,
la vie reste la même – continue de la même façon ?
Convertis-nous ! Retourne-nous !
Que Ton message se fasse chair de notre chair,
sang de notre sang,
raison d'être de notre vie.
Qu'il nous arrache à notre confort, à la bonne conscience !
Sois exigeant,
Dérange-nous ,
car c'est seulement ainsi
que Tu nous apporteras la paix profonde,
la paix différente,
TA paix,

Récife, la nuit du 29 au 30 novembre 1969

Dom Helder Câmara

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 20:24

Tous les 23 du mois, en union avec Gabriel assassiné le 23 décembre 1989, des amis se réunissent pour prier ensemble, quelque part du côté de Vitoria.

 

 

"Le groupe du 23" le 23 novembre 2014

"Le groupe du 23" le 23 novembre 2014

 

A cette occasion, et parce que les vacances d'été se terminent avec le carnaval, voici les paroles d'un chant "le droit d'être enfant" traduit du portugais :

 

Le droit d'être enfant

 

Je veux un lieu où je puisse jouer

Je veux un sourire de la part de quelqu'un qui sache  aimer

Je veux un père qui me tienne bien fort dans ses bras

Je veux un baiser et la tendresse d'une maman (bis)

 

Je veux le droit d'être un enfant

Et d'être l'espérance d'un monde meilleur

Je veux grandir pour être un homme

Je veux un monde différent

Est-ce que je pourrai compter sur vous ?  (3x)

 

Je veux que mes pas laissent leur trace sur ce sol

Je veux le droit d'avoir mon pain

Je veux une main qui me montre le chemin

Je veux la vie, c'est seulement l'amour que je veux (bis)

 

 

Je veux des hommes qui se tiennent par la main

Je veux un monde plus juste et fraternel

Je veux des jeunes vivant l'espérance

Je veux que les enfants chantent ainsi : (bis)

 

 

 

 

CRAS quartier Padre Gabriel

CRAS quartier Padre Gabriel

 

Direito de ser criança

 

Eu quero um lugar onde eu possa brincar/

eu quero um sorriso de quem sabe amar

eu quero um pai que me abrace bem forte

eu quero o beijo e o carinho de mãe (bis)

 

Eu quero o direito de ser criança

E ser esperança de um mundo melhor

Eu quero crescer como gente

Eu quero um mundo diferente

Será que posso contar com você? (3x)

 

Eu quero meus passos marcando este chão

Eu quero o direito de ter o meu pão

Eu quero uma mão que me mostre o caminho

Eu quero a vida, eu só quero o amor (bis)

 

Eu quero os homens unindo as mãos

Eu quero um mundo mais justo e irmão

Eu quero os jovens vivendo a esperança

Eu quero as crianças cantando assim: (bis)

 

Repost 0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 03:00

Suite des portraits ayant pris place dans la tente des martyrs du 21 décembre.

 

Frei Tito était un religieux brésilien, torturé sous la dictature et mort en exil en France en 1974 au couvent dominicain d'Eveux à L'Arbresle dans le Rhône.

Il a été dirigeant de la Jeunesse Etudiante Catholique au Brésil, a été fait prisonnier, avec beaucoup d'autres,  lors d'un Congrès de l'Union Nationale des Etudiants (il avait caché, avec d'autres frères dominicains, des opposants à la dictature) et a été soumis alors à des séances de tortures infernales et interminables.

Jusqu'à sa mort, pendant toutes les années de l'exil en France, la voix de son tortionnaire ne s'est plus jamais tue dans la tête de Tito, aucun de ses gestes n'échappait plus à cette emprise. Celui qui assénait cette torture à la fois physique et psychologique (il voulait détruire l'homme tout entier) s'était immiscé dans sa victime, faisait corps avec le sien, l'assujettissant totalement. Un film Baptême de sang témoigne de tout ce que Tito a vécu et permet de comprendre son suicide au Couvent Le Corbusier.

Cliché internet

Cliché internet

Ce sont des nuits de silence.
Des voix qui clament
dans un espace infini
Un silence de l'homme
et un silence de Dieu
Les preuves des tortures
nous les portons dans notre corps.

Poème de Frei Tito

 

Notre Père des Martyrs

 

Notre Père des pauvres qui sont marginalisés

Notre Père des martyrs et des torturés.

 

Ton nom est sanctifié par ceux qui meurent en défendant la vie

Ton nom est glorifié quand c'est la justice qui est notre critère

Ton règne est fait de liberté, de fraternité, de paix et de communion.

 

Maudite soit toute violence qui détruit la vie en la réprimant.

Nous te demandons le pain de la vie, le pain de la sécurité,

le pain des multitudes

Le pain qui apporte avec lui l'humanité, la bienveillance,

qui construit l'homme et non les canons.

 

Pardonne notre peur quand nous nous taisons face à la mort

Pardonne et détruis les pouvoirs où règne la corruption

Protège nous de la cruauté, des escadrons de la mort.

D'après Cirineu Kubri

 

Je vous le dis, si eux se taisent, alors les pierres crieront…

St Luc 19, 40

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 20:44

Le 21 décembre 2014 à Dole, lors de la célébration du 25ème anniversaire de la mort de Gaby, la tente des martyrs a interpellé beaucoup de monde. Dans cette tente, on pouvait retrouver Gabriel, mais aussi d'autres personnes qui ont donné leur vie par amour pour les autres. Nous publions ces portraits en commençant par Soeur Dorothy, assassinée il y a 10 ans le 12 février.

 

 

Rien à faire, sinon oublier la peur

 

Rien à faire, sinon oublier la peur

Sa mort, le 12 février 2005, était programmée, tout comme celle de Gabriel Maire.

La veille présumée de sa mort, elle est allée visiter les tueurs dans leur cachette et a tenté de les dissuader, leur a lu un court passage de la Bible. Le lendemain elle voit les deux hommes, va à leur rencontre… l’un d’eux s’éloigne de quelques pas et tire neuf balles qui l’atteignent à la tête, au cœur et dans l’abdomen (l’intelligence, le cœur, la vie).

A l'enterrement les Indiens chantaient :

 

"Elle n'est pas enterrée, elle est semée"

 

Sœur Dorothy, religieuse nord-américaine, naturalisée brésilienne, défendait les paysans pauvres contre ceux qui s'approprient illégalement de vastes parcelles de forêt. Sa lutte rejoignait celle de la préservation de la forêt. La crainte des habitants était que cette "dernière frontière" du Brésil dans l'Etat du Para, ne se transforme en un champ infini de soja, comme dans un Etat voisin.

 

Elle luttait aussi contre le travail-esclave et voulait démontrer aux peuples de la forêt qu'ils avaient autant de valeur que les autres : "J'étais une femme, analphabète, je ne valais rien, mais maintenant je sais que je suis un être humain" disait après sa mort, une femme de la région.

 

"Elle nous a encouragés à nous organiser, nous a donné des cours, nous a poussés à agir ensemble pour faire et obtenir ce que nous n'avions pas. Nous avons construit une école."

 

On pourrait prononcer pour elle ces vers qui ont été dits lors de l'enterrement du padre Josimo, autre martyr brésilien, assassiné le 10 mai 1986 :

 

Elle a lutté contre les barrières.

Toutes les barrières.

Les barrières de la peur.

Les barrières de la haine.

Les barrières de la terre.

Les barrières de la faim.

Les barrières du corps.

Les barrières des grandes propriétés.

 

Tu savais, Dorothy, et tu as continué, déterminée et courageuse ; tu as parlé, tu as dénoncé, tu as espéré…sans faire demi-tour !

 

 

Lire l'article de Radio Vatican qui se termine ainsi :

"La justice brésilienne reste peu efficace face à la violence commise en Amazonie. Des données recueillies par la Commission pastorale de la terre et citées par le journal brésilien O Globo rapportent que les 768 enquêtes lancées entre 1985 et 2013 pour des assassinats liés à des conflits agraires n’ont abouti qu’à 19 condamnations."

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans tente des martyrs
commenter cet article
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 22:25
A gazetta 31 de janeiro 2015

A gazetta 31 de janeiro 2015

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Em Português
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 08:00
Um livro-memorial, 25 anos depois

Mais que um sacerdote: um profeta, um mártir da justiça em terras capixabas: assim o padre francês Gabriel Maire, assassinado há 25 anos em nosso Estado do Espírito Santo é homenageado com o lançamento de um livro-memorial. A obra intitulada “Prefiro morrer pela Vida a viver pela morte” é composta de uma coletânea de textos escritos após o seu martírio. Nessa obra encontram-se principalmente testemunhos, mas encontram-se também a biografia de padre Gabriel, além de poemas e canções nascidos do sentimento de indignação que tomou a comunidade capixaba nos dias que sucederam ao dia 23 de dezembro de 1989.

 

Não. Não é uma homenagem póstuma de um grupo de fiéis ao seu padre falecido. Trata-se uma obra sublime que nos faz voltar o nosso olhar aos injustiçados deste nosso chão. Ao matarem padre Gabriel, almejavavam calar a voz da Igreja que tentava fazer opção pelos pobres, pelos marginalizados sociais.

 

Padre Gabriel chegou a Vitória em 1980. Por meio das Comunidades Eclesiais de Base conscientizava o povo da periferia (Cariacica, principalmente) de que o amor que vem de Deus, apregoado por Jesus e os pelos profetas que o antecederam não é um amor para ser anunciado nos púlpitos apenas, mas, sobretudo, para ser vivido por meio do anúncio vivo e permanente no cotidiano das pessoas, a começar por difundir na sociedade a mensagem da Justiça de Deus, que se traduz em um mundo justo e igualitário. E o ponto de partida são aqueles que mais sofrem em nossa sociedade: o pobre de uma maneira geral.

 

Sua atuação, seu jeito peculiar de realizar assim o anúncio do Evangelho mexeu com milhares de pessoas participantes dos diversos grupos eclesiais, políticos, sociais, devolvendo-lhes o ânimo, o orgulho de sentir-se gente, e sujeitos de plenos direitos.

 

Porém, além de mexer com essa parcela da sociedade, mexeu também com ricos poderosos do lugar (grandes comerciantes e donos de imobiliárias) que não hesitaram em planejar seu assassinato.

 

No dia 23 de dezembro de 1989, por volta das 19 horas, um tiro no peito calava a voz do “Profeta Gabriel” (assim o chamam seus amigos): um crime de mando mascarado de latrocínio.

 

O nome deste padre-mártir juntava-se assim aos nomes de outras tantas Testemunhas do Evangelho que nos anos 1980-89 marcaram com seu sangue o solo brasileiro por proclamarem um mundo melhor por meio de mudanças sociais, políticas e econômicas em vista do bem comum. Figuram entre esses nomes o da sindicalista Margarida Alves (1983), da religiosa capixaba no Amazonas irmã Cleusa (1984), do padre Ezequiel Ramin (85), do padre Josimo (86), Valdício Barbosa (Pedro Canário, 89), Francisco Domingos (Pancas, 89)...

 

“Prefiro morrer pela Vida a viver pela morte” – frase-título do livro – foi uma frase proferida por padre Gabriel em resposta aos amigos que o incentivavam a voltar para a França por causa das diversas ameaças que vinha sofrendo em consequência de sua atuação de mobilização social entre os “pequeninos de Deus”.

 

Esta coletânea tem a participação de pessoas que com ele conviveram e por ele foram marcados. Pessoas hoje notáveis em âmbito estadual, como o filósofo Maurício Abdalla, o Deputado Estadual Claudio Vereza, o Deputado Federal e ex-prefeito de Cariacica Helder Salomão, e pessoas do meio popular dentre donas de casa, estudantes, operários,...

 

O livro – lançado no último dia 23 de dezembro após um marcante momento celebrativo na APAE de Cariacica – custa apenas 15 reais, e não se encontra em nenhuma livraria da cidade. É uma produção independente, e pode ser encomendado pelo endereço eletrônico padregabrielmaire@gmail.com .

Jovanir Poleze,

em nome do Grupo Ecos de Gaby

lançado do livro (video : Claudio Vereza)

Repost 0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 08:00
Un livre-mémorial, 25 ans après

Plus qu'un prêtre : un prophète, un martyr de la justice dans les terres de l'Espirito Santo : c'est ainsi, avec le lancement d'un livre commémoratif, qu'est rendu hommage au prêtre français Gabriel Maire, assassiné il y a 25 ans dans notre Etat de l'ES. L'œuvre intitulée "Je préfère mourir pour la Vie plutôt que vivre pour la mort" est composée d'une collection de textes écrits après son martyre. Dans ce livre on trouve principalement des témoignages, mais aussi la biographie du Père Gabriel, des poèmes et chants nés du sentiment d'indignation qui s'est emparé de la communauté de Vitória dans les jours qui ont suivi le 23 décembre 1989.

 

Non. Non ce n'est pas un hommage posthume d'un groupe de fidèles à son père décédé. Il s'agit d'une œuvre noble qui dirige notre regard vers les injustices de notre coin de terre. En tuant le Père Gabriel, ils ont voulu faire taire la voix de l'Eglise qui tentait de réaliser l'option pour les pauvres, pour ceux qui sont marginalisés par la société.

 

Padre Gabriel est arrivé à Vitória en 1980. Par les Communautés Ecclésiales de Base, il faisait prendre conscience au peuple des banlieues (Cariacica principalement) de ce que l'amour qui vient de Dieu, prêché par Jésus et par les prophètes qui l'ont précédé, n'est pas un amour seulement enseigné en chaire.  Cet amour doit être vécu d'une façon permanente dans la vie quotidienne en diffusant dans la société le message de Justice de Dieu en vue d'un monde de justice et d'égalité.

 

Ce message se propage en partant d'abord de ceux qui souffrent le plus dans notre société, les pauvres d'une manière générale.

 

Son action, sa façon particulière de réaliser ainsi l'annonce de l'Evangile a touché de nombreux participants à des groupes d'Eglise, politiques, sociaux, leur restituant le courage, la fierté de se savoir des personnes et des sujets de plein droit. Cependant, cette action ne s'est pas limitée à cette  tranche de la société, elle est arrivée aussi aux oreilles des riches et des puissants de cette ville (gros commerçants et marchands immobiliers) qui n'ont pas hésité à organiser son assassinat.

 

Le 23 décembre 1989, vers les 19 heures, un tir dans la poitrine faisait taire la voix du 'Prophète Gabriel" (ainsi l'appelaient ses amis) : crime commandité camouflé en crime crapuleux.

 

Le nom de ce prêtre-martyr s'est ajouté ainsi aux noms de tant d'autres témoins de l'Evangile qui, dans les années 1980-89 ont marqué de  leur sang le sol brésilien parce qu'ils proclamaient la venue d'un monde meilleur grâce à des changements sociaux, politiques et économiques en vue du bien commun. Parmi ces noms figurent celui de la syndicaliste Margarida Alvez (1983), de la religieuse de l'Espirito Santo dans l'Etat d'Amazonas : Sœur Cleusa (1984), du Père Ezequiel Ramin (1985), du padre Josimo (86), de Valdicio Barbosa (Pedro Canario, 89), de Francisco Domingos (Pancas, 89)…

 

"Je préfère mourir pour la Vie plutôt que vivre pour la mort" – phrase qui sert de titre à ce livre – a été prononcée par Gabriel pour répondre à des amis qui le poussaient à retourner en France suite à plusieurs menaces de mort qu'il recevait à cause de son action de mobilisation sociale des "tout-petits de Dieu".

 

A cette collecte de textes ont participé des personnes  qui ont vécu avec lui et ont été marquées par lui. Personnes aujourd'hui "notables" au niveau de l'Etat, comme le philosophe Mauricio Abdalla, le député d'Etat Claudio Vereza, le député fédéral et ex-maire de Cariacica Helder Salomão, et de personnes du milieu populaire comme des femmes au foyer, étudiants, ouvriers…

 

Le livre - sorti le 23 décembre dernier après une très belle célébration à l'APAE de Cariacica – côute seulement 15 reais, on ne le trouve dans aucune librairie de la ville. C'est une production indépendante et on peut le commander au Brésil à l'adresse électronique : padregabrielmaire@gmail.com, ou en France : amisgaby@yahoo.fr.

Jovanir Poleze,

Au nom du groupe Eco de Gaby

Trad : Claudette et Paul

 

Célébration et lancement du livre, le 23 décembre à l'APAE. Vidéo réalisée par Claudio Vereza

Repost 0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 11:00

No 12 de Janeiro, no dia após os importantes ajuntamentos que movimentaram os franceses, Latifa responde na entrevista com a revista Figaro-Madame. (em francès aqui)

Latifa , Mãe Coragem
Latifa Ibn Ziaten renunciou à própria vida. Após a morte de seu filho, um militar, ela percorre por diversas cidades para lutar contra os recrutamentos islamitas. E seu alvo são aqueles que justificam o terrorismo, até lhes convercer por sua emoção.

 

Seu filho, Imad, foi a primeira das sete vítimas de Mohamed Merah. A onda de ataques da semana passada, a quase três anos após os atentados em Toulouse e em Montauban, despertou os fantasmas de Latifa Ibn Ziaten. Ela que foi ao encontro de jovens de algumas cidades que idolatravam Merah e falavam dele como um « herói ». Ela se apoiou em seu filho e lhes escutou falar de sua trajetória. No dia seguinte ao da marcha do domingo, a fundadora da Assoociação Imad Ibn Ziaten para a juventude e a paz evoca a necessidade de se engajar em campo para encarnar o sobressalto republicano.

 

Lefigaro.fr/madame. – Como a senhora viveu os atentados da semana passada e a marcha do domingo ?

Latifa Ibn Ziaten. – Eu vivo o sofrimento todos os dias e eu sofrerei sempre. Quando se perde um filho de 30 anos, não se pode virar a página. Um pedaço de mim se foi junto com ele e esses atentados despertaram esse sentimento. Merah matou sete pessoas. Na semana passada foram 12 pessoas que foram mortas. É muito duro. É preciso tirar as lições disso. Eu me coloco no lugar dos outros pais. Ontem eu estava junto a conhecidos das vítimas do ataque ao Hyper Casher e eu senti novamente essa dor horrível. Foi um momento muito forte ver todos os franceses na rua, ouvir-lhes dizer « Não » ao terrorismo, e dizer « Nós não temos medo ». fiquei bastante tocada. Aquilo me fez recorda o momento em que perdi meuu filho ; foi a mesma emoção. Os terroristas queriam colocar a França de joelhos, mas eles foram vencidos. Os franceses ficarão sempre de pé. Hoje eu tenho o desejo de dizer às famílias de conservarem sua coragem. A vida continua e não se deve parar porque todos nós saímos para realizar essa marcha vibrante e solidária. É preciiso que o trabalho continue pela integração dos jovens.

 

Como ?

Os terroristas se aproveitam dessa geração frágil.

Há três anos eu vou às escolas, cidades e prisões de menores. É preciso ir até os jovens e não abandoná-los, eles que não tem trabalho nem formação. Els são tentados pelo radicalismo pois se sentem infelizes e não vêem como sair da situação em que se encontram. Alguns se dizem esqucidos pela República, deixados de lado, presos na cidade. Essas pessoas, os terroristas, se aproveitam dessa geração frágil. Os pais devem educar e cuidar de seus jovens. É preciso ajudar os pais para que seus filhos não abandonem a escola e se entreguem às ruas. E também ajudar os educadores a transmitir mais amor e amizade. O Governo vai tomar suas responsabilidades e a educação nacional terá um papel importante a desenvolver, pois a escola substituiu as armas e uma parte dos pais que baixaram seus braços. É na escola que devemos lhes fazer compreender sua identidade. A escola deve responder.

 

 

Como falar aos jovens que recusaram o minuto de silêncio ?

Algumas alunas me chamaram para falar disso. Acho que alguns não compreendem, por ignorar. É preciso lhes explicaro que é o minuto de silêncio, perguntar-lhes o que eles fariam se fosse em sua família. Explicar-lhes o que é uma caricatura, o que é um desenho, que é preciso ter orgulho de estar em um país livre, com jornalistas que põem em risco a própria vida. Quando lhes explicamos o que é o islam, eles compreendem bem. Basta saber como transmitir, principalmente pelo testemunho e pela discussão. Para alguns deles o que falta é simplesmente amor.

 

 

Dizem que contra um opositor deve-se transmitir sua emoção até que ele seja vencido.

É verdade. Quando estou numa cidade ou numa casa e que duas ou três pessoas me enfrentam, eu continuo a falar e me mantenho minha serenidade. Eu ffalo de meu drama pessoal e pergunto « Ser´´a que é isto o islam?». No final sou aplaudida pelos jovens, nunca insultada. Recebo muitos agradecimentos. Com a associação abre-se o diálogo a respeito da vida, do islam, da humanidade. Eu lhes digo que se a gente não respeita a humanidade, como o que aconteceu na quarta-feira, a gente não é mais nada. Eu consegui fazer dois jovens mudar seu ponto de vista sobre juntarem-se à Síria ou ao Iraque. Aquilo me tomou três meses com meu advogado ; eu lhes chamava todos os dias para lhes dizer de não se deixarem cair nas armadilhas dos terroristas. Certa vez, eu trouxe jovens de bairros pobres do Marrocos para lhes mostrar e ensinar o respeito ao próximo, de como viver juntos. Aqueles que fizeram essa experiência mudaram completamente e voltaram para suas casas cheios de energia e ccoragem para continuar seus estudos. Hoje tenho convites para ir a escolas durante todo o mês de janeiro. Eu vou falar do drama, dos jornalistas, dos pliciais e das vítimas do mercado judeu. Em cada ação eu vejo meu filho crescer por meio da associação.

 

Trad Jovanir

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Em Português Actualités
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 13:02

Em português Clic aqui

D'après "Minorias são rejeitadas na França" diz Consuleza em S. P.

 

Alexandra Baldeh Loras, 37 ans, vit au Brésil depuis deux ans en tant que Consule de France à São Paulo. Elle est française bien sûr, d'origine musulmane (son père venait de Gambie) et juive.

Elle se pose des questions : "Un des terroristes est noir et français comme moi. Que s'est-il passé dans la vie de Amedy Coulibaly pour qu'il en vienne à ce degré de violence ? Elle-même a des cousins qui portent ce nom de Coulibaly …Pourquoi ces jeunes sont-ils devenus fous à ce point ? Pourquoi sont-ils tombés dans l'extrémisme ? " …

 

Alexandra a fait des études de sciences politiques et a étudié plus spécialement le problème de l'intégration. Elle a créé un blog sur les minorités (www.alexandraloras.com) .

 

Elle qui est aussi journaliste, affirme que "La France a besoin de s'assumer en tant que nation multiculturelle et multiraciale." Elle a lu, dans les réseaux sociaux, des réactions très violentes employant des mots tels que "animaux, sauvages, sales nègres, arabes immondes". Pour elle, "la mère patrie semble avoir oublié les 400 ans d'esclavage et les 300 ans de colonisation. (…) Et aujourd'hui elle ne veut plus reconnaître ces enfants. Je m'identifie à eux. Nous nous sentons rejetés. Je veux parler des Africains, des Arabes, des Asiatiques et des Juifs aussi."

 

Selon elle, quand un fils n'a pas de père, il peut trouver quelqu'un d'autre qui l'accueille et le valorise . Ce père "terrorisme" s'est emparé de quelques uns de ces fils et leur a donné le sentiment d'appartenance à un groupe et aussi une place, de quoi manger et de l'argent. "A nous de tenter de les racheter. " C'est ce qui s'est passé pour Amedy Coulibaly, "accueilli" par Al Qaeda alors qu'il venait d'être rejeté, atteint par la limite d'âge,  d'un centre d'accueil pour jeunes à problèmes. (Ndlt.)

 

Pour elle, il est important de rechercher pourquoi ces jeunes ont rejoint Al Qaeda, savoir ce qu'ils ont dans la tête, ce qui leur manque pour se sentir partie prenante du peuple français.

 

Elle rappelle que l'intégration est possible. Les artistes les plus aimés en France actuellement sont Omar Sy, acteur d'origine sénégalaise ("Les Intouchables") et Jamel Debbouze, acteur et comédien d'origine marocaine ( "Astérix et Obélix : ission Cléopâtre").

 

Elle a fait sa thèse à Sciences Pô sur les Noirs à la Télévision française. "Dans la France du pouvoir et de la TV où j'ai travaillé pendant sept ans en tant que présentatrice sur France 3 et TF1, j'étais l'unique femme noire."

 

Elle mentionne aussi que Charlie Hebdo est un journal de gauche qui a toujours publié des caricatures pouvant être interprétées comme xénophobes, racistes et antisémites  "Quelle liberté d'expression défendons-nous ? Peut-on manquer de respect à des prophètes révérés par une communauté qui n'a pas de pouvoir dans les médias pour s'exprimer ? "

 

A Folha de S. Paulo  13 janvier 2015

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Em Português
commenter cet article

Présentation

  • : Les amis de Gabriel MAIRE
  • Les amis de Gabriel MAIRE
  • : L'association "Les amis de Gabriel MAIRE" a été créée après l'assassinat de Gaby au Brésil le 23 décembre 1989. . A associação "les Amis de Gabriel Maire" foi criada depois da morte do Padre Gabriel em Brasil o 23 de dezembro de 1989.
  • Contact

A partir de novembre 2014, le blog devient bilingue. Les pages pour nos amis brésiliens sont visibles à partir du lien "Em portuguès" N'hésitez pas à vous inscrire ci-dessous pour être informé des mises à jour. Merci !

A partir de novembro de 2014 o blog se torna bílingue. As páginas para os nossos amigos brasileiros ficarão disponíveis com o "vínculo "Em português". Não hesitem em inscriverem-se para serem informados das notícias actualizadas.Obrigada !

Recherche