Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 16:20

Trois massacres en moins d’une semaine, liés à une guerre entre deux factions criminelles, ont fait près de 100 morts au Brésil dans deux prisons du nord du pays.

Les mauvaises conditions de détention et la surpopulation carcérale sont pointées du doigt.

Dans le journal La Croix du 10/01/2017

Ci-dessous l'article écrit par Verônica Bezerra le 6 janvier, paru dans "A gazeta", traduit en français par Claudette et Paul.

“Não tinha nenhum santo...” essa foi a declaração do Governador do Amazonas ao se referir aos 56 presos mortos durante uma rebelião iniciada no dia 1º de Janeiro de 2017, no Complexo Penitenciário Anísio Jobim, em Manaus.

 

A história dos dois ladrões que foram crucificados com Jesus todos nós conhecemos e já ouvimos muitas vezes. Na narrativa dos evangelhos o personagem principal da história é o próprio Jesus e quase nenhuma atenção é dada a história destes coadjuvantes que ladeavam Jesus e eram figuras mal vistas pelos judeus, pois eram ladrões e malfeitores. Qualquer semelhança não será mera coincidência, pois a humanidade é repetitiva.

 

O nome destes dois personagens que ladeavam Jesus no momento de sua morte não estão citados nos Evangelhos. Coube ao Evangelho de Nicodemos, um livro apócrifo, não oficializado, considerado como não canônicos pela Igreja Católica, tendo surgido no século III, em seu capítulo 9, verso 5, a identificação dos dois malfeitores como sendo Dimas e Gestas.

 

Dimas e Gestas são: o bom e o mau ladrão, respectivamente. Eles eram considerados bandidos perigosos, o que explica crucificação, já que as leis romanas reservava esta punição somente aos grandes criminosos e aos escravos.

 

Atualizamos cotidianamente as crucificações, e nos acostumamos à elas, e não raro chancelamos as práticas romanas, como forma de resolução para o enfretamento à criminalidade e violência. Confirmado pelos dados levantados pelo G1 dando conta que o Brasil teve 392 mortes violentas registradas dentro dos presídios no ano de 2016 com base em dados fornecidos pelos governos dos 26 Estados e do Distrito Federal. O número equivale a uma média de mais de um morto por dia, e os dados se referem a todas as mortes consideradas não naturais – o que inclui homicídios e suicídios. Com essa contabilidade tivemos mais de três carandirus no ano de 2016.

 

Deixando no retrovisor os romanos e lançando luz na nossa realidade, convenhamos: se foi disputa de facções, má gestão e superfaturamento de recurso público, negligência, omissão ou ação deliberada, neste momento não me atrai a atenção. De certo, deverá ser apurada, individualizada e responsabilizada em sede de investigação e processo. O que temos agora são 56 pessoas mortas, com requintes de crueldade (algumas decapitadas), que experimentaram o inferno na terra, e que à exemplo de Dimas e Gestas, podem sim Senhor Governador, agora, serem santos. E nesta história, podemos também identificar Herodes e Pilatos, pois as Marias já estão ao pé da cruz.

 

Verônica Bezerra, Presidente da Comissão de Direitos Humanos da OAB-ES

À la prison de Manaus dimanche 8 décembre, des proches de détenus attendaient des informations après la mort de plusieurs d’entre eux. / Raphael Alves/AFP

À la prison de Manaus dimanche 8 décembre, des proches de détenus attendaient des informations après la mort de plusieurs d’entre eux. / Raphael Alves/AFP

"Il n'y avait aucun saint". Telle a été la déclaration du gouverneur de l'Etat d'Amazonas, se référant à la mort des 56 prisonniers tués au cours d'une rébellion qui avait débuté le 1er janvier 2017 , dans le Centre pénitencier Anisio Jobim de Manaus.

L'histoire des deux larrons crucifiés avec Jésus, nous la connaissons tous et l'avons entendu raconter de nombreuses fois. Dans les Evangiles, le personnage principal en est Jésus lui-même et peu d'attention a été portée à l'histoire de ces deux hommes qui se trouvaient de part et d'autre de Jésus (sur la croix) et étaient mal vus des Juifs car c'étaient des voleurs et des malfaiteurs. Toute ressemblance ne sera pas une simple coïncidence car l'humanité se répète.

Le nom de ces deux personnages qui encadraient Jésus au moment de sa mort ne sont cités dans aucun des quatre Evangiles. C'est Nicodème, dans son Evangile apocryphe, non officialisé, considéré comme non canonique par l'Eglise catholique, apparu au IIIème siècle, qui, au chapitre 9, verset 5, a identifié les deux larrons comme étant Dimas et Gestas

Dimas et Gestas sont, respectivement , le bon et le mauvais larron. Ils passaient pour être des bandits dangereux, ce qui explique leur crucifixion, les lois romaines réservant ce châtiment aux grands criminels et aux esclaves.

Nous entendons quotidiennement parler de crucifixion et nous nous y accoutumons, et il n'est pas rare que nous souscrivions à ces pratiques romaines destinées à venir à bout de la criminalité et de la violence. Selon des chiffres relevés sur le site G1, le Brésil a enregistré 392 morts violentes dans ses prisons en 2016 sur les bases de données fournies par les gouvernements des 26 Etats et du District fédéral. Ce nombre équivaut, en moyenne, à plus d'un mort par jour, et toutes se référant à des morts considérées comme non naturelles, ce qui inclut homicides et suicides. Ces chiffres correspondent à plus de trois "Carandiriu" (1) en 2016.

En oubliant les Romains et en portant le regard sur notre actualité, reconnaissons : S'il s'est agi d'une querelle de factions, de mauvaise gestion, de négligence, d'omission ou d'acte délibéré, ceci ne retient pas mon attention en ce moment. Assurément il faudra examiner, individualiser et responsabiliser dans le cadre d'une enquête et d'un procès. Ce que nous avons maintenant, ce sont 56 personnes tuées avec des raffinements de cruauté (certaines victimes ayant été décapitées) qui ont expérimenté l'enfer sur la terre et qui, oui, à l'exemple de Dimas et Gestas, peuvent maintenant, Monsieur le Gouverneur, être des saints. Et dans cette histoire, nous pouvons aussi identifier Hérode et Pilate, les "Marie" étant déjà au pied de la croix.

 

Verônica Bezerra, Presidente da Comissão de Direitos Humanos da OAB-ES

 

(1) Le massacre de Carandiru s'est produit en 1992 au pénitencier de Carandiru à São Paulo. La Police Militaire étant intervenue pour réprimer une rébellion, 111 prisonniers avaient été tués.

Nous vous invitons à lire l'article de la Croix dont nous emprunté l'introduction et la photo.

Un Clic et vous en saurez plus !

Partager cet article

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Nouvelles des amis de Vitoria Em Português
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les amis de Gabriel MAIRE
  • Les amis de Gabriel MAIRE
  • : L'association "Les amis de Gabriel MAIRE" a été créée après l'assassinat de Gaby au Brésil le 23 décembre 1989. . A associação "les Amis de Gabriel Maire" foi criada depois da morte do Padre Gabriel em Brasil o 23 de dezembro de 1989.
  • Contact

A partir de novembre 2014, le blog devient bilingue. Les pages pour nos amis brésiliens sont visibles à partir du lien "Em portuguès" N'hésitez pas à vous inscrire ci-dessous pour être informé des mises à jour. Merci !

A partir de novembro de 2014 o blog se torna bílingue. As páginas para os nossos amigos brasileiros ficarão disponíveis com o "vínculo "Em português". Não hesitem em inscriverem-se para serem informados das notícias actualizadas.Obrigada !

Recherche