Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 20:25
Cleunice, Dárcio e Jovanir

11 dias nos passos de Gaby, na França

Por: Jovanir

Encontros Insólitos

Terça, 12 de janeiro de 2016

Nesta manhã ficamos em casa. Nossos compromissos seriam à tarde e à noite. Blandine, a quarta filha de Elisabeth e Jacques, veio almoçar conosco. Foi muito simpático de sua parte, uma vez que sentia fortes dores na coluna desde o natal passado.

Nosso primeiro compromisso foi na cidade de Lons le Saunier. Importante para o nosso roteiro por ser onde Gabriel fez seus estudos de Teologia e conheceu padres que muito lhe influenciaram no olhar voltado para os mais necessitados. Gabriel conheceu aqui, por exemplo, o modo de agir dos "padres operários", aqueles que exerciam seu ministério no meio operário, sendo um deles, seja na metalurgia ou numa das fábricas diversas. Vale, porém, lembrar que desde antes do seminário ele já desejava exercer seu ministério no sentido de amenizar a dor dos mais sofridos do povo.

Nossa tarefa em Lons era conceder uma entrevista à RCF - Rádio Cristã da França. Eu e Cléo estávamos bem tensos. Dárcio demonstrava maior segurança (Dárcio foi muito bem no dia anterior quando falou na Abadia de Acey sobre a atuação de Gabriel em Cariacica e os motivos que o teriam levado ao assassinato).

Para minha surpresa - pois eu ainda não tinha entendido que seria assim - a RCF funciona onde exatamente no antigo seminário onde estudou Gaby, Lulu e companheiros.

 

Na ante-sala do estúdio fomos recebidos por Nicole, uma jovem senhora, talvez uns 55 anos, que de um jeito todo próprio nos foi envolvendo mansamente, agradavelmente e - sem que sequer uma vez pedisse de nós que ficássemos tranqüilos - a tranqüilidade e segurança foi chegando sem que as percebêssemos.

Por meio de um bate-papo inicial ela foi projetando a entrevista. Claro que Elisabeth colaborou muito nesse seu projeto.

Hora de entrar no estúdio. Sabíamos que seriam somente 12 minutos de duração. Foi só quando a porta se fechou que nos demos conta de que seriam 3 etapas de doze minutos cada. Nos entreolhamos, sorrimos, e seguimos. E olha que não foi preciso fazer nenhuma parada ao longo de cada etapa. Seguimos direto, sem nos atrapalhar.

 

Os primeiros 12 minutos foram dedicados a nos apresentarmos e dizer como conhecemos Gabriel; abordamos também um pouco sobre sua maneira de ser junto ao povo.

Na segunda etapa aprofundamos mais sobre as ações de Gabriel no Brasil, de como ele nos ensinava a contemplar Deus em nossa vida e o que Deus quer de nós, de como ele nos dava oportunidades de encontrarmos nós mesmos soluções para os nossos problemas (sociais, políticos,...) por meio do método Ver, Julgar e Agir.

O terceiro momento foi o de mostrar os frutos a partir do que vivemos e aprendemos com Gabriel. Falamos da existência da Associação Padre Gabriel em Defesa da Vida (Porto de Santana), do "Grupo do 23", do grupo "Ecos de Gaby" que publicou o livro pela passagem do 25º ano do assassinato ("Prefiro morrer pela vida a viver pela morte") e que pretende publicar as 26 longas cartas que  Gaby escreveu para os amigos da França, e falamos do MPCDM (Movimento Popular dos Cidadãos do Mundo) que acaba de nascer (agosto de 2015) também em Cariacica. Ao final disso tudo, Nicole fez um desabafo que nos impressionou, sendo bastante direta ao exigir das autoridades eclesiais locais que também eles devessem realizar algo que trouxesse à tona a memória desse jurassiano (quem nasceu no Jura) que tanto fez, que foi assassinado em nome da justiça social, e que sua voz continua a ser ouvida e interpelando realidades. Encerrando essa entrevista, cantamos e traduzimos o refrão do canto "Profeta Gabriel". Deixamos de presente um CD da Raquel Passos para a RCF.

 

Foi tudo tão forte e um tanto surpreendente - além do fato de que nem sempre nosso francês não era exatamente o bom francês - que perguntamos se ela não gostaria de regravar alguma parte. Respondeu-nos entusiasmada sobre o quanto esta entrevista teve tudo a ver com o nome e o jeito de ser de seu programa. Qual nome? "Encontros Insólitos". Rimos juntos e dissemos: Tudo a ver.

 

Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7
Diário de Viagem - Journal de voyage #7

Cleunice, Dárcio et Jovanir

 

Onze jours sur les pas de Gaby, en France

Par Jovanir

Rencontres insolites

 

Mardi 12 janvier 2016

 

Ce matin nous sommes restés à la maison. Nos rendez-vous allaient être l'après-midi et le soir. Blandine, la quatrième fille d’Élisabeth et Jacques, est venue déjeuner avec nous. Ça a été très sympathique de sa part, car elle ressentait de fortes douleurs dans la colonne vertébrale depuis Noël dernier.

Notre premier rendez-vous a été dans la ville de Lons le Saunier. Point important  de notre parcours car c'est là que Gabriel a fait ses études de théologie et a connu des prêtres qui l'ont beaucoup marqué en orientant son regard vers les plus démunis.  Gabriel a connu ici par exemple la manière d'agir des « prêtres-ouvriers », ceux qui exerçaient leur ministère en milieu ouvrier, en étant l'un d'eux, soit dans la métallurgie, soit dans diverses autres usines. Il est important cependant, de rappeler que, dès avant le séminaire, il désirait tenter de diminuer les souffrances des populations les plus pauvres en exerçant son  ministère .

Notre tâche à Lons était d'accorder une entrevue à RCF - Radio Chrétienne de France – Moi et Cléu étions très tendus. Dárcio apparaissait plus sûr de lui (Dárcio s'en était bien tiré la veille quand, à l'Abbaye d'Acey, il avait parlé du travail de Gabriel à Cariacica et des motifs qui auraient conduit à son assassinat.)

A ma grande surprise – car je n'avais jamais compris qu'il en serait ainsi – RCF fonctionne sur l'emplacement exact de l'ancien séminaire où avaient étudié Gaby, Lulu et leurs camarades.

 

Dans l'anti-chambre du studio nous avons été reçus par Nicole, une dame encore jeune, de quelque cinquante-cinq ans qui, de sa manière bien à elle, a pris soin de nous calmement, agréablement, sans que, même une seule fois, elle nous ait demandé de nous tenir tranquilles – la tranquillité et la sécurité s'étant installées sans que nous nous en apercevions.

C'est en commençant par un échange détendu qu'elle a préparé l'interview. Il est évident qu’Élisabeth avait beaucoup collaboré à son projet.

Il est l'heure d'entrer dans le studio. Nous savions que cela ne durerait que douze minutes. C'est seulement quand la porte s'est refermée que nous nous sommes rendus compte qu'il s'agissait de trois phases de douze minutes chacune. Nous nous regardons, sourions, et poursuivons. Et notez qu'il n'y a eu besoin d'aucune interruption au cours de chaque étape. Nous avons poursuivi directement, sans nous troubler.

 

Les premières douze minutes ont été consacrées à notre présentation et pour dire comment nous avions connu Gabriel ; nous avons aussi un peu parlé de sa manière de vivre avec le peuple.

A la seconde étape nous avons approfondi les initiatives de Gabriel au Brésil, comment il nous apprenait à contempler Dieu dans notre vie, ce que Dieu attend de nous, comment il nous donnait des occasions de trouver nous-mêmes des solutions à nos problèmes (sociaux, politiques,...) par la méthode Voir, Juger et Agir.

Pendant le troisième moment nous en avons montré les fruits à partir de ce que nous avons vécu et appris avec Gabriel. Nous avons parlé de l'existence de l'Association Padre Gabriel pour la Défense de la Vie (Porto de Santana), du « Groupe du 23 », du groupe « Echos de Gaby » qui a publié le livre « J'aime mieux mourir pour la Vie que Vivre pour la Mort » au moment du vingt-cinquième anniversaire de l'assassinat ; ce groupe va aussi publier les vingt-six longues lettres que Gaby a écrites à ses amis français. Nous avons parlé du MPCDM (Mouvement Populaire des Citoyens du Monde) qui vient de voir le jour en août 2015, lui aussi à Cariacica. Au final, Nicole  nous a impressionnés en affirmant, d'une façon assez directe, qu'il fallait exiger des autorités ecclésiastiques  locales qu'elles fassent quelque chose pour rappeler la mémoire de ce Jurassien (qui est né dans le Jura) : lui qui a tant fait pour la justice sociale qu'il a été assassiné à ce titre et que sa voix est toujours actuelle quand elle interpelle les réalités du monde. Pour clore cet  entretien, nous chantons et traduisons le refrain du chant « Profeta Gabriel ». Nous laissons en cadeau pour RCF un CD de Raquel Passos.

 

Tout ceci a été un moment très fort et si surprenant - en plus du fait que notre français n'était pas toujours exactement un bon français – que nous lui avons demandé si elle n'aimerait pas réenregistrer l'une ou l'autre partie. Elle nous a répondu avec enthousiasme combien cet entretien répondait au nom et au style de son émission. Quel nom ? : « Rencontres insolites » Nous nous sommes mis à rire tous ensemble : Il y répond parfaitement.

 

Les liens pour écouter les émissions de radio enregistrées :

La première ici ! Clic !

La deuxième là.... Clac !

Et la troisième...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les amis de Gabriel MAIRE
  • Les amis de Gabriel MAIRE
  • : L'association "Les amis de Gabriel MAIRE" a été créée après l'assassinat de Gaby au Brésil le 23 décembre 1989. . A associação "les Amis de Gabriel Maire" foi criada depois da morte do Padre Gabriel em Brasil o 23 de dezembro de 1989.
  • Contact

A partir de novembre 2014, le blog devient bilingue. Les pages pour nos amis brésiliens sont visibles à partir du lien "Em portuguès" N'hésitez pas à vous inscrire ci-dessous pour être informé des mises à jour. Merci !

A partir de novembro de 2014 o blog se torna bílingue. As páginas para os nossos amigos brasileiros ficarão disponíveis com o "vínculo "Em português". Não hesitem em inscriverem-se para serem informados das notícias actualizadas.Obrigada !

Recherche