Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 22:09

 

Pour ce 1er août, je vous partage ce que Gaby écrivait en 1988 pour ses noces d'argent (EV n°24 :

 

25 ans de sacerdoce !

 

Les commémorations de mes « noces d'argent sacerdotales » se sont étalées du 19 juin au 21 août... Et ça, me diront certains, ce n'est pas du cléricalisme ? - Eh bien ! Je crois sincèrement que nous avons évité le péril, parce que tout a été dans la main des laïcs Ce fut l'occasion d'une plus grande prise en charge du travail pastoral dans les secteurs où je travaille.

 

Il est vrai que les gens des communautés ont fait preuve d'attentions extraordinaires, organisé des fêtes pleines de ferveur, d'amitié, d'humour. Chaque fois que j'allais dans une communauté pour une célébration ou une réunion, il y avait une « surprise » : chants, gâteau d'anniversaire, cadeaux... Le jour même de ces « noces d'argent » (le 29 juin), j'avais invité pour une célébration à la maison, pour l'apéritif et un repas ensemble, les prêtres de la zone pastorale dont je suis coordinateur, l'archevêque et 1'évêque auxiliaire.

 

Le plus fort de la fête, ce fut le 21 août à Porto de Santana, en présence des membres de ma famille et amis qui m'ont rendu visite en août. Une célébration de plus de trois heures, les gens debout courageusement sous le soleil. Tout était surprise pour moi, jusqu'aux petites pièces de théâtre qui jalonnaient la célébration (créées à partir de renseignements qu'ils ont réussi à obtenir sur ma vie). Une équipe de laïcs de la pastorale des vocations (jeunes et adultes) avait monté de toutes pièces quelques « cercles bibliques » sur la vocation, à partir de ma propre vocation, pour préparer spirituellement la grande fête du 21 août.

 

Je crois pouvoir dire en toute vérité que ces fêtes furent la célébration d'un peuple chrétien en communion avec son pasteur, et non à peine la fête en l'honneur d'un prêtre. C’est tout différent. 

J'ai évoqué la visite de Marie-Thérèse et Joseph Maire, de Madeleine et Jacques Marteau, de Maryse et Etienne Piard.

 

C'est toujours une grande joie pour moi, d'accueillir des gens qui acceptent de se mettre à l'écoute du peuple des pauvres (ce fut le cas) et apprendre (au lieu de ne faire que du tourisme). Vous pouvez encore profiter de ma présence ici ! Madeleine me disait avant de repartir :

 

Tu me connais : je ne suis pas une révolutionnaire, ni dans l’Église ni dans la vie politique. Mais maintenant, qu'on ne vienne pas me dire du mal de ton travail ici, ni me dire que les communautés de base c'est du communisme ou des choses comme ça ! Tu peux être sûr que je vous défendrai. C'est vraiment un travail formidable qui se fait ici ! ... Et quand on voit le courage et le sourire de ces gens vivant dans des conditions si misérables ! ...

 

Merci à ces six visiteurs (entre autres, car depuis, d'autres sont déjà passés). Merci du témoignage que vous voulez donner en Europe sur l'Eglise des communautés ecclésiales de base et de la théologie de la Libération. On a besoin de vous, surtout en ce moment où des chefs lointains jugent sans savoir la vérité.

 

En ce 1er août, date de l'anniversaire de la naissance de Gaby.

25 ANOS DE SACERDÓCIO !

As comemorações das minhas “bodas de prata sacerdotal” duraram do dia 19 de junho aos 21 de agosto... E isto – me dirão alguns – não é clericalismo? Bom... creio sinceramente que temos evitado o perigo, PORQUE TUDO ESTAVA NAS MÃOS DOS LEIGOS. Foi ocasião de uma maior tomada de compromisso do trabalho pastoral nos setores onde trabalho.

 

É verdade que as pessoas das comunidades deram provas de atenções extraordinárias, organizaram festas cheias de fervor, de amizade, de humor. Cada vez que ia a uma comunidade para uma celebração ou reunião, tinha uma “surpresa”: cantos, bolo de aniversário, presentes... No dia mesmo destas bodas de prata (no dia 29 de junho), convidei para uma celebração em casa, para um aperitivo e um jantar juntos, os padres da área pastoral da qual sou coordenador, o arcebispo e o bispo auxiliar.

 

O mais forte da festa foi no dia 21 de agosto em Porto de Santana, com a presença dos membros da minha família e amigos que me visitaram em agosto. Uma celebração de mais de três horas, as pessoas em pé corajosamente sob o sol. Sob o sol. Tudo foi surpresa para mim, até as pequenas peças de teatro que marcaram a celebração (criadas a partir de informações que eles conseguiram obter sobre minha vida). Uma equipe de leigos da pastoral vocacional (jovens e adultos) montou alguns círculos bíblicos sobre a vocação, a partir de minha própria vocação, para preparar espiritualmente a grande festa de 21 de agosto.

* Creio poder dizer com toda a verdade que estas festas foram a celebração de um povo cristão em comunhão com seu pastor, e não apenas a festa em honra de um padre. É BEM DIFERENTE.

 

*** Evoquei a visita de Marie-Thérèse e Joseph Maire, de Madeleine e Jacques Marteau, de Marisa e Etienne Piard.

Para mim, é sempre uma grande alegria acolher as pessoas que aceitam se colocar à escuta dos pobres (este foi o caso) e APRENDER (no lugar de fazer apenas turismo). Vocês podem ainda aproveitar de minha presença aqui! Madeleine me dizia antes de partir: “Você me conhece: não sou uma revolucionária, nem na Igreja, nem na vida política. Mas agora, que não me venham falar mal de seu trabalho aqui, nem me dizer que as comunidades de base são do comunismo ou de coisas assim! Você pode estar certo que eu os defenderei. É verdadeiramente um trabalho formidável que se faz aqui!... E quando vemos a coragem e o sorriso destas pessoas que vivem em condições tão miseráveis...!”. (Madeleine)

 

*** Obrigado a estes seis visitantes (entre outros, porque outros já passaram). Obrigado pelo testemunho que vocês quiseram dar na Europa sobre a Igreja das Comunidades Eclesiais de Base e a teologia da Libertação. Necessitamos de vocês, sobretudo neste momento em que os chefes longínquos julgam SEM SABER A VERDADE.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Gabriel MAIRE Echos de Vitoria Em Português
commenter cet article
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 10:52

Alors que le Brésil entrait dans une semaine d’incertitude quant à l’avenir politique du président Temer, dont l’élection aurait pu être invalidée dans les jours suivants, les religieux et religieuses du diocèse de Marabá (état du Pará, au nord du Brésil) ont écrit début juin le communiqué suivant qui a été transmis par un missionnaire français de Palestina.

Mais il n’y a pas d’incertitude en ce qui concerne la permanence de la corruption, de la violence, des assassinats. Les travailleurs sans terre continuent à être tués dans les nombreuses opérations d’expulsion menées par la police militaire.

 

(Information tirée du site de la Mission Universelle de l'Eglise : Clic !)

Brésil : les religieux dénoncent

Note de la Conférences des Religieux du Brésil, Pôle Marabá-PA.

Aux hommes et aux femmes de bonne volonté !

 

“Je suis venu pour qu’ils aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance” (Jn 10, 10).

 

Nous, religieux et religieuses réunis les 29 et 30 mai 2017 à la Maison de retraite du Sacré-Cœur de Jésus à Marabá (Para), imprégnés de la mystique du prophétisme, de la mission et de la suite du Christ, qui traverse toute la réalité de l’Amazonie, conscients du moment difficile que vit notre pays et qui marque l’Église, nous manifestons notre indignation devant le système corrompu qui blesse et menace la vie du peuple, en particulier les plus pauvres et ceux qui osent se battre pour défendre leurs droits.

 

Face à cette réalité, nous sommes solidaires des organisations et mouvements sociaux et ecclésiaux qui défendent la vie ; nous sommes une “Église en sortie” où, “lorsque des chemins se ferment, le prophète ranime l’espérance du peuple en frayant de nouveaux sentiers”. À partir de l’Évangile, le pape François nous provoque à la rencontre et à la défense de la vie dans toutes ses dimensions, depuis la conception jusqu’à la mort naturelle.

 

En défense de la vie, nous rejetons le système politique, social, économique et religieux qui cause morts et injustices ; les répressions violentes des manifestations populaires qui assurent les droits déjà acquis ; les morts de travailleurs, indigènes, noirs, afro descendants, religieux, écologistes, leaders communautaires et syndicalistes, provoquées par ce système qui privilégie le marché/capital.

 

Nous luttons pour une société de droit, de paix, de justice et de vie en plénitude pour tous

En tant que citoyens brésiliens et missionnaires étrangers, venus d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, cette situation provoque en nous honte et indignation face au mépris de la vie et au manque d’éthique dans les relations, et nous nous engageons à intensifier notre prière, particulièrement en cette semaine où nous prions pour l’unité des chrétiens et nous préparons pour une nouvelle Pentecôte. Avec la force de l’Esprit de Dieu, nous luttons pour une société de droit, de paix, de justice et de vie en plénitude pour tous. Que Notre-Dame d’Aparecida nous bénisse et nous protège.

 

Congrégation des Missionnaires du Christ (Goianesia do Pará, Nova Ipixuna, Morada Nova)

Frères Missionnaires des Campagnes (Palestina)

Sœurs de la Divine Providence (Jacundá, São Felix)

Sœurs Filles de l’Amour Divin (Curionopolis, Parauapebas, Canaã dos Carajas)

Sœurs Catéchistes Franciscaines (Marabá)

Sœurs Thérésiennes (Itupiranga)

Ordre des Frères Mineurs Capucins (Marabá)

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 08:17

Frère Irénée est brésilien, il a terminé sa vie à l'abbaye de Tournay. Frère Joël avec une équipe continue d'envoyer la lettre de la paix chaque mois. Voici celle de juillet. (Un clic ici pour en savoir plus sur frère Irénée.)

Lettre de la paix de frère Irénée

A vous tous qui cherchez la paix en ce mois de Juillet 2017

Intention de prière : les peuples indigènes du Brésil

A vocês que buscam a paz neste mês de julho 2017

Intenção de oração: os povos indígenas no Brasil 

 

Nommé le 31 août 2016 en remplacement de Dilma Rousseff, le nouveau président brésilien, Michel Temer, incarne le retour d'un conservatisme économique et politique. De quoi remettre en question les droits acquis, notamment ceux des petits agriculteurs et des peuples indigènes. L’annonce en mai dernier de la suppression du Ministère de Soutien à l'Agriculture familiale provoque l'inquiétude ; en effet, 70 % des aliments consommés par les brésiliens proviennent de l'agriculture familiale.

Nomeado no dia 31 de agosto para assumir o lugar de Dilma Roussef, o novo presidente do Brasil, Michel Temer, inscreve o retorno de um conservadorismo econômico e político. Razão para se colocar novamente em questão os direitos adquiridos, especialmente os direitos dos pequenos agricultores e povos indígenas . O anúncio, em maio, do fim da Secretaria Especial de Agricultura Familiar provoca inquietação; Com efeito, 70% dos alimentos consumidos pelos brasileiros provêm da agricultura familiar.

 

Les peuples indigènes sont parmi les autres grands perdants de cette nouvelle orientation économique ; des coupes franches ont été faites dans le budget de la Fondation Nationale de l'Indigène du fait que le Front parlementaire de l'agriculture (FPA) a diminué le budget alloué. Aux paysans sans terre et aux peuples indigènes qui tenteraient de s'opposer à cette politique en faisant valoir leurs droits, le FPA a suggéré à Michel Temer d'envoyer l'armée brésilienne pour faire de la « médiation » sur les sites « envahis » ! De quoi renforcer le sentiment partagé par l'opinion publique brésilienne que le géant sud-américain fait un retour en arrière de plus de trente ans. Bien que reconnus et protégés par la constitution de 1988, les peuples indigènes d'Amazonie sont de plus en plus menacés par l'exploitation des matières premières. Le programme d'accélération de la croissance, destiné à développer les infrastructures liées à l'énergie et les transports, a été conçu pour exploiter au mieux les ressources naturelles du Brésil. Les peuples indigènes qui vivent en Amazonie, région riche en matières premières, veulent préserver leurs terres, seule richesse qu’ils peuvent exploiter. Or les violences ne cessent d'augmenter : la déforestation sans limite, la création de complexes hydroélectriques et l'exploitation du pétrole menacent directement les populations indigènes. Privés de leur terre, ils ne peuvent plus cultiver manioc, riz et haricots qui sont les aliments de bases de leur nourriture, ni continuer l'élevage de cochons et de volailles ou s’adonner à la pêche de mars à septembre. Mgr Roque Paloschi (1) depuis octobre 2015 archevêque de Porto Velho, en Amazonie brésilienne déclare au CCFD «  qu'il existe au Brésil des groupes radicaux, très actifs au Parlement qui, alimentés par l'opportunisme de l'agrobusiness et du capital international, détruisent tout, en commençant par ce qu'il y a de plus sacré c'est à dire la vie des peuples et de la planète . »

Os povos indígenas estão entre os grandes perdedores desta nova orientação econômica. Cortes drásticos foram feitos no orçamento da FUNAI (Fundação Nacional do Índio), de forma que a Frente Parlamentar da Agropecuária (FPA) diminuiu o orçamento que havia sido destinado. Contra os trabalhadores sem terra e contra os povos indígenas que tentaram se opor a essa política fazendo valer os seus direitos, a FPA sugeriu ao presidente Temer enviar a Polícia Federal para fazer a « mediação » nas áreas « invadidas » ! Motivo para reforçar o sentimento expresso pela opinião pública brasileira de que o gigante sulamericano vive um retrocesso de mais de trinta anos. Apesar de reconhecidos e protegidos pela Constituição de 1988, os povos indígenas estão, cada vez mais, ameaçados pela exploração de matéria-prima. O Programa de Aceleração do Crescimento, destinado a desenvolver a infraestrutura relacionada à energia e transporte, foi concebido para melhor explorar as riquezas naturais do Brasil. Os povos indígenas que vivem na Amazônia, região rica em matéria-prima, querem preservar suas terras, a única riqueza da qual eles podem  usufruir. Mas a violência não para de aumentar: o desmatamento sem limites, a criação de complexas hidrelétricas, e a exploração do petróleo ameaçam diretamente as populações indígenas. Privados de suas terras, eles não podem mais cultivar a mandioca, o arroz e o feijão que são os produtos de base de sua alimentação, nem continuar a criação de porcos e galinhas ou dedicar-se à pesca de março a setembro. Monsenhor Roque Paloschi (1), arcebispo de Porto Velho (Amazônia) desde outubro 2015, declarou ao CCFD (Comitê Católico contra a Fome e pelo Desenvolvimento) que « existem no Brasil grupos radicais, muito influentes na Câmara dos Deputados que, alimentados pelo oportunismo do agronegócio e do capital internacional, destroem tudo, a começar pelo que há de mais sagrado que é a vida dos povos do planeta ».

 

 

  1. Dom Roque Paloschi, originaire du Sud du Brésil, grand ami du frère Irénée, avait pu le visiter à Tournay lors d’une visite qu’il faisait à Rome. Leur rencontre avait été d’un grand réconfort pour notre frère déjà très atteint par la maladie.

Dom Roque Paloschi, originário do Sul do Brasil, grande amigo do Irmão Irineu, teve a oportunidade de lhe visitar em Tournay, durante uma visita que fazia a Roma. Sua vinda foi um grande consolo para o nosso irmão que já estava tão abatido pela doença.

Moines de Tournay

Moines de Tournay

Prions : Pour l’Église qui est au Brésil, ses pasteurs et tous ses missionnaires.

Qu’elle soit présente aux côtés des populations en souffrance et empêchées de vivre avec dignité.

Qu'elle puisse, sans entrave, assumer la mission que toi, Seigneur, tu lui as confiée.

Qu'elle soit témoin de ta tendresse et de ta miséricorde envers les plus faibles.

Rezemos : Pela Igreja no Brasil, seus pastores e todos os seus missionários. Que ela esteja presente ao lado das populações que sofrem, impedidas de viver dignamente.

Que ela possa, sem entraves, assumir a missão que Tu, Senhor, lhe confiaste.

Que ela seja testemunho de tua ternura e tua misericórdia em vista dos mais fracos.

Repost 0
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 13:55
BRÉSIL - La destruction du système de protection sociale par le gouvernement Temer

Il est encore trop tôt pour faire le bilan du gouvernement de Michel Temer devenu officiellement chef d’État du Brésil après la destitution de Dilma Rousseff, le 31 août 2016. Mais comme l’explique Grazielle David, les mesures prises font planer une menace importante sur les services publics et le système de protection sociale brésilien. 

 

Un Clic ici pour lire cet article 

 

Et nous nous associons au "groupe du 23" qui se réunit ce jour pour faire mémoire de Gaby, et trouver ensemble des chemins pour plus de solidarité.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire"
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 06:00
Assemblée Générale 2017

Assemblée Générale de l'association 

"Les amis de Gabriel Maire"

 1er juillet à Port-Lesney

 

Si vous êtes disponibles, venez manger à midi avec nous dans la salle des Fêtes où aura lieu ensuite la réunion, nous partagerons ce que chacun aura apporté, comme d’habitude.


• Vers 14 heures, un ami de Bernard Colombe nous présentera un film de quarante minutes, qui a été préparé par les évêques du Brésil sur l’écologie, pour la Campagne de Fraternité 2017 qui a lieu tous les ans pendant la période de Carême. Ce film, avec de très belles photos, met surtout l’accent sur les milieux ruraux du Brésil.


• Vers 15 heures 30, ce sera l’Assemblée générale elle-même. Plusieurs membres du conseil d’administration arrivent au terme de leur mandat. Les personnes qui voudraient faire partie de ce CA peuvent nous contacter dès maintenant ou bien se présenter directement le 1er juillet lors de l’AG.


• Puis nous irons ensemble sur la tombe de Gaby et de Joseph.


Venez nombreux.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans L'association "Les amis de Gabriel MAIRE"
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 22:22
Voici les EV n°89, avec des nouvelles de la famille de Gaby, de l'association "les amis de Gabriel Maire", de l'actualité du Brésil, de nos amis de Vitoria.
N'hésitez pas à faire part de vos réactions !
Bonne lecture à vous ! 
 

 

Echos de Vitoria n°89
Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Echos de Vitoria
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 08:08
Pieds nus sur le sol rouge

Un film à voir ou revoir sur France TV (France Ô) pendant toute la semaine...

Pieds nus sur le sol rouge

En 1988, le père Casaldaliga, évêque de São Félix, au Brésil, se rend à Rome pour y rencontrer le pape Jean Paul II et alerter ce dernier sur les conditions de pauvreté extrême que subit le Brésil. Il participe, au préalable, à une audience avec le cardinal Ratzinger, au cours de laquelle il raconte son arrivée au Brésil vingt ans plus tôt. Volontaire pour fonder une mission à São Felix et accompagné de Daniel, le père Casaldaliga se heurte très rapidement à la misère du peuple brésilien, à la tyrannie des propriétaires terriens et à la corruption des autorités. Révolté par ces injustices, il décide de lutter au côté du peuple...

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans A lire - à voir ou écouter...
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 20:26

Amigos,

Apos anos de vida atribulada, Joseph passou desta vida para a outra dia 8 deste mês de maio de 2017. Lucido até a ultima hora, tendo recebido a comunhao, e conversado com Marie Thérèse um bom tempo, jantou e de repente entrou para a Vida a rever o Gabi de quem partilhou lutas e esperanças Na pequena igreja de Port Lesney, sexta-feira que vem, teremos, presentes e ausentes, um momento de comunhao e de açao de graças antes do sepultamento no cimeterio que muitos conhecem, ao lado do Gabi e dos antigos vigarios daquela pequena paroquia. Mais uma pagina deste grande livro das relaçoes entre a diocese do Jura e a de Vitoria, entre povos que poderiam ter se encontrado nunca. Pagina escrita dos dois lados, com alegrias, suor e sangue. Joseph nao deixou de trabalhar em prol deste espirito.

Que Joseph descanse em paz e dê forças e luzes a quem fica ainda dentro da Casa Comum.

Na certeza da comunhao mutua neste momento de emoçao, mando a cada um meu abraço fraterno

Bernard Colombe

Photo prise lors de la visite de Cleu, Darcio et Jovanir

Photo prise lors de la visite de Cleu, Darcio et Jovanir

Message traduit pour les amis français :

Amis, 


Après des années d’une vie de souffrance, Joseph est passé de cette vie à l’autre le 8 de ce mois de mai 2017. Lucide jusqu’à la dernière heure, ayant reçu la communion, et ayant conversé avec Marie-Thérèse un bon moment, il a pris son repas du soir et, tout de suite, est entré dans la Vie, retrouver Gaby dont il avait partagé les luttes et les espérances.
Dans la petite église de Port-Lesney, vendredi prochain (le 12 mai à 14h30) nous partagerons, présents et absents, un moment de communion et d’action de grâces avant d’aller, pour la sépulture, au cimetière que beaucoup connaissent, au côté de Gaby et des anciens prêtres de cette petite paroisse.
Une page de plus de ce grand livre des relations entre le diocèse du Jura et celui de Vitória, entre des peuples qui auraient pu ne jamais se rencontrer.
Une page écrite des deux côtés, avec des joies, de la sueur et du sang. Joseph n’a pas cessé de travailler en faveur de cet esprit-là.


Que Joseph repose en paix et donne force et lumière à ceux qui restent encore dans la Maison Commune.
Dans la certitude d’une communion mutuelle en ce moment d’émotion, j’envoie à chacun mon abraço fraternel.


Bernard Colombe

 
Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Em Português
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 19:44

Né le 26 novembre 1931, Joseph Maire est ordonné prêtre le 21 décembre 1957. Dès la rentrée de janvier 1958, il est nommé au Séminaire de Vaux-sur-Poligny.

En août 1963, la charge d’aumônier diocésain de l’Action catholique lui est confiée.

En juillet 1967, il devient responsable de la Maison des Œuvres et en 1972 il est nommé aumônier national du CMR.

Il devient curé de Saint-Laurent-en-Grandvaux et responsable de l’équipe sacerdotale en juillet 1977.

En 1984, il est appelé comme membre du Collège des consulteurs.

En 1985 il est nommé curé de la cathédrale de Saint-Claude, de Septmoncel et de La Rixouse avant d’être en 1994 curé de la nouvelle paroisse de Saint-Claude

En 1996 il devient délégué diocésain à la pastorale de la santé et des hôpitaux, charge qu’il gardera jusqu’en 2007, et aumônier de la FCPMH. Il vient alors résider au Sanctuaire Notre-Dame de  Mont-Roland.

En 2009, il prend sa retraite à la Maison Saint-Joseph de Dole.

Lundi 8 mai au soir, Joseph a rejoint dans la maison du Père son frère, le Père Gabriel Maire, assassiné le 23 décembre 1989 à Vitoria (Brésil).

 

Ses obsèques seront célébrées à Port-Lesney vendredi 12 mai à 14h30.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 22:16

En mémoire de Soeur Dorothy, assassinée le 12 février 2005, et en lien avec les amis de Vitoria qui font mémoire des martyrs de la Caminhada le 23 de chaque mois...

Soeur Dorothy

Des lointains espaces du Seigneur

C’est de là qu’elle est venue

Pour la Terre – Mère si fertile

Qui appartient aux femmes

Qui appartient aux hommes

Qui appartient à tous.

Ici elle a trouvé son port,

Elle a prié, elle a parlé, elle a conseillé.

Elle a pénétré dans les terres

Elle a fait naître l’arbre

Qui a couvert la forêt,

Elle a fait germer les fruits

Elle a parlé de Paix avant de tomber.

Qui a assistée Dorothy dans sa chute ?

Les arbres si secrets ?

Les fruits si terrifiés ?

Les rivières si figées ?

Les poissons tournant en rond ?

Les terres rouges ?

Si rouges…

Si rouges !

De ton sang.

Mais ta voix ne se taira pas !

Jamais, Jamais, Jamais !

Ta voix se multipliera

En ceux qui s’en sont déjà allés,

Qui aujourd’hui sont avec toi.

En nous qui restons là

Rendus plus forts

Faisant rimer aimer avec endurer.

Aimer la terre, aimer le droit d’avoir des droits.

Dans la douleur de la perte, dans la douleur de la lutte

Qui endeuille si cruellement !

Dorothy vit, elle vivra en chacune de nous, en chacun de nous !

En chacun de ceux qui crieront :

La terre est à qui en a besoin !

La Vie c’est la terre

La terre c’est la vie

Sœur Dorothy, nous te saluons !

 

Poème écrit par Fatima Matos (Forum de Femmes) le 16 février 2005

Irmã Dorothy, Presente !

Irmã Dorothy

 

Dos longínquos campos do Senhor,

De lá ela chegou

Pra mãe terra fértil,

Que é das mulheres

Que é dos homens

Que é de todos.

Aqui ela aportou.

Pregou, falou, aconselhou.

Andou terra adentro.

Fez nascer a árvore,

Que cobrou a floresta,

Germinou os frutos

De uma Amazônia de Paz

Falou de Paz antes de tombar.

Quem assistiu irmã Dorathy tombar?

As árvores tão caladas?

Os frutos tão assustados?

Os rios tão parados?

Os peixes encurralados?

As terras vermelhas?

Tão vermelhas...

Tão vermelhas!

Do teu sangue.

Mas, tua voz não se calará!

Jamais, Jamais, Jamais!

Tua voz se multiplicará

Nos que já se foram,

Que hoje estão contigo.

Nós que ficamos

Fortalecidos estamos,

A rimar amor com dor.

Amor pela terra, amor pelo direito a ter direito.

Na dor pela perda, na dor pela luta,

Que enluta tão bruta!

Dorothy vive, viverá em cada uma/um de nós!

Em cada um que gritar:

Terra é de quem precisa!

Vida é a terra!

Terra é a vida!

Salve irmã Dorothy!

 

 

Poema escrito por Fátima Matos - Fórum de Mulheres - 16/02/2005

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans martyrs Em Português
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 11:00

En lien avec nos amis brésiliens de Vitoria qui se réunissent tous les 23 du mois pour faire mémoire de Gaby et de tous les martyrs de la Caminhada :

 

Irmandade dos Màrtires da Caminhada, 2 janvier 2017

Le Père Francisco Jentel était un missionnaire français. Arrivé de France en 1954, pendant vingt ans il a défendu les Indigènes Tapirapé et les paysans du Mato Grosso, Etat de l’Ouest du Brésil, à la frontière de la Bolivie.

Avec les paysans, il avait fondé une coopérative, construit une école et un Centre de santé, avec techniciens, médecins et professeurs. Il avait pu obtenir le premier tracteur et la première machine à récolté le riz dans cette région. Mais, surtout, il avait éveillé, chez ces travailleurs ruraux, le sens de la justice pour qu'ils s'organisent dans un Syndicat des Travailleurs Ruraux.

Tout ceci avait empêché les grosses compagnies et les grands fazendeiros de s’approprier, avec l’aide de l’armée et de la police, les terres des paysans plus pauvres qui se sont courageusement défendus, s’appuyant sur le Père Francisco qui exigeait le respect de la Loi.

En 1973 il a été accusé d’incitation à la lutte des classes et hostilité contre les forces de l’ordre et pour cela il a été arrêté et condamné à dix ans de prison. Au bout d’un an un tribunal supérieur l’a alors déclaré innocent avec cependant l'obligation de quitter le pays

En 1975 il retourne pourtant au Brésil où il est séquestré et expulsé définitivement, par un décret du Président Geisel.

La nouvelle de sa mort, survenue subitement le jour même du retour du Brésil à la démocratie, a rempli de tristesse le cœur des Indigènes et des paysans. L’évêque, Dom Pedro Casaldaliga a décidé alors que, tous les ans, le 2 janvier serait un jour de célébration à la mémoire du Père Francisco Jentel.

Père Francisco Jentel martyr de la Caminhada

Francisco Jentel, missionário francês. Viveu durante 20 anos defendendo os índios e os camponeses do Mato Grosso.

Vítima da Segurança Nacional e do latifúndio, morreu repentinamente, durante seu desterro na França, aos 56 anos.

Pe. Jentel chegou no Brasil em 1954 para trabalhar na missão Tapirapé e em Santa Teresinha, na Prelazia de São Félix do Araguaia.

Fundou, com os camponeses uma cooperativa, construiu a escola e o Centro de Saúde. Levou técnicos, médicos, professores. Conseguiu o primeiro trator e a primeira máquina de colher arroz daquela área. Mas, sobretudo, despertou entre os camponeses o sentido de justiça, para se organizarem em Sindicato dos Trabalhadores Rurais.

Tudo isso impediu a Companhia de Desenvolvimento do Vale do Araguaia (CODEARA) de se apoderar das terras com o apoio do Exército e da Polícia.

Os camponeses defenderam-se corajosamente. Contavam com o Pe. Chico que exigiu respeito às leis.

Em 1973, foi acusado de "incitação à luta de classes e à animosidade contra as forças armadas", e por isso foi detido e condenado a 10 anos de prisão.

Ao cumprir um ano de condenação, foi declarado inocente por um tribunal superior, devendo, porém, deixar o país.

Em 1975 retorna ao Brasil, porém, foi sequestrado e expulso definitivamente, por decreto do presidente Geisel.

Chegou, depois, a notícia de sua morte ocorrida no mesmo dia da abertura democrática no Brasil. Os índios e os camponeses choraram de tristeza, e o bispo Dom Pedro Casaldáliga, determinou que o dia 2 de janeiro de todos os anos fosse "um dia de celebração" para todo o Povo de Deus da Prelazia, em memória do Pe. Francisco Jentel.

Texto elaborado por Tonny, da Irmandade dos Mártires da Caminhada,

a partir do livro: Sangue Pelo Povo.

 

Voir Galerie des martyrs : Clic

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Groupe du 23 martyrs Em Português
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 16:20

Trois massacres en moins d’une semaine, liés à une guerre entre deux factions criminelles, ont fait près de 100 morts au Brésil dans deux prisons du nord du pays.

Les mauvaises conditions de détention et la surpopulation carcérale sont pointées du doigt.

Dans le journal La Croix du 10/01/2017

Ci-dessous l'article écrit par Verônica Bezerra le 6 janvier, paru dans "A gazeta", traduit en français par Claudette et Paul.

“Não tinha nenhum santo...” essa foi a declaração do Governador do Amazonas ao se referir aos 56 presos mortos durante uma rebelião iniciada no dia 1º de Janeiro de 2017, no Complexo Penitenciário Anísio Jobim, em Manaus.

 

A história dos dois ladrões que foram crucificados com Jesus todos nós conhecemos e já ouvimos muitas vezes. Na narrativa dos evangelhos o personagem principal da história é o próprio Jesus e quase nenhuma atenção é dada a história destes coadjuvantes que ladeavam Jesus e eram figuras mal vistas pelos judeus, pois eram ladrões e malfeitores. Qualquer semelhança não será mera coincidência, pois a humanidade é repetitiva.

 

O nome destes dois personagens que ladeavam Jesus no momento de sua morte não estão citados nos Evangelhos. Coube ao Evangelho de Nicodemos, um livro apócrifo, não oficializado, considerado como não canônicos pela Igreja Católica, tendo surgido no século III, em seu capítulo 9, verso 5, a identificação dos dois malfeitores como sendo Dimas e Gestas.

 

Dimas e Gestas são: o bom e o mau ladrão, respectivamente. Eles eram considerados bandidos perigosos, o que explica crucificação, já que as leis romanas reservava esta punição somente aos grandes criminosos e aos escravos.

 

Atualizamos cotidianamente as crucificações, e nos acostumamos à elas, e não raro chancelamos as práticas romanas, como forma de resolução para o enfretamento à criminalidade e violência. Confirmado pelos dados levantados pelo G1 dando conta que o Brasil teve 392 mortes violentas registradas dentro dos presídios no ano de 2016 com base em dados fornecidos pelos governos dos 26 Estados e do Distrito Federal. O número equivale a uma média de mais de um morto por dia, e os dados se referem a todas as mortes consideradas não naturais – o que inclui homicídios e suicídios. Com essa contabilidade tivemos mais de três carandirus no ano de 2016.

 

Deixando no retrovisor os romanos e lançando luz na nossa realidade, convenhamos: se foi disputa de facções, má gestão e superfaturamento de recurso público, negligência, omissão ou ação deliberada, neste momento não me atrai a atenção. De certo, deverá ser apurada, individualizada e responsabilizada em sede de investigação e processo. O que temos agora são 56 pessoas mortas, com requintes de crueldade (algumas decapitadas), que experimentaram o inferno na terra, e que à exemplo de Dimas e Gestas, podem sim Senhor Governador, agora, serem santos. E nesta história, podemos também identificar Herodes e Pilatos, pois as Marias já estão ao pé da cruz.

 

Verônica Bezerra, Presidente da Comissão de Direitos Humanos da OAB-ES

À la prison de Manaus dimanche 8 décembre, des proches de détenus attendaient des informations après la mort de plusieurs d’entre eux. / Raphael Alves/AFP

À la prison de Manaus dimanche 8 décembre, des proches de détenus attendaient des informations après la mort de plusieurs d’entre eux. / Raphael Alves/AFP

"Il n'y avait aucun saint". Telle a été la déclaration du gouverneur de l'Etat d'Amazonas, se référant à la mort des 56 prisonniers tués au cours d'une rébellion qui avait débuté le 1er janvier 2017 , dans le Centre pénitencier Anisio Jobim de Manaus.

L'histoire des deux larrons crucifiés avec Jésus, nous la connaissons tous et l'avons entendu raconter de nombreuses fois. Dans les Evangiles, le personnage principal en est Jésus lui-même et peu d'attention a été portée à l'histoire de ces deux hommes qui se trouvaient de part et d'autre de Jésus (sur la croix) et étaient mal vus des Juifs car c'étaient des voleurs et des malfaiteurs. Toute ressemblance ne sera pas une simple coïncidence car l'humanité se répète.

Le nom de ces deux personnages qui encadraient Jésus au moment de sa mort ne sont cités dans aucun des quatre Evangiles. C'est Nicodème, dans son Evangile apocryphe, non officialisé, considéré comme non canonique par l'Eglise catholique, apparu au IIIème siècle, qui, au chapitre 9, verset 5, a identifié les deux larrons comme étant Dimas et Gestas

Dimas et Gestas sont, respectivement , le bon et le mauvais larron. Ils passaient pour être des bandits dangereux, ce qui explique leur crucifixion, les lois romaines réservant ce châtiment aux grands criminels et aux esclaves.

Nous entendons quotidiennement parler de crucifixion et nous nous y accoutumons, et il n'est pas rare que nous souscrivions à ces pratiques romaines destinées à venir à bout de la criminalité et de la violence. Selon des chiffres relevés sur le site G1, le Brésil a enregistré 392 morts violentes dans ses prisons en 2016 sur les bases de données fournies par les gouvernements des 26 Etats et du District fédéral. Ce nombre équivaut, en moyenne, à plus d'un mort par jour, et toutes se référant à des morts considérées comme non naturelles, ce qui inclut homicides et suicides. Ces chiffres correspondent à plus de trois "Carandiriu" (1) en 2016.

En oubliant les Romains et en portant le regard sur notre actualité, reconnaissons : S'il s'est agi d'une querelle de factions, de mauvaise gestion, de négligence, d'omission ou d'acte délibéré, ceci ne retient pas mon attention en ce moment. Assurément il faudra examiner, individualiser et responsabiliser dans le cadre d'une enquête et d'un procès. Ce que nous avons maintenant, ce sont 56 personnes tuées avec des raffinements de cruauté (certaines victimes ayant été décapitées) qui ont expérimenté l'enfer sur la terre et qui, oui, à l'exemple de Dimas et Gestas, peuvent maintenant, Monsieur le Gouverneur, être des saints. Et dans cette histoire, nous pouvons aussi identifier Hérode et Pilate, les "Marie" étant déjà au pied de la croix.

 

Verônica Bezerra, Presidente da Comissão de Direitos Humanos da OAB-ES

 

(1) Le massacre de Carandiru s'est produit en 1992 au pénitencier de Carandiru à São Paulo. La Police Militaire étant intervenue pour réprimer une rébellion, 111 prisonniers avaient été tués.

Nous vous invitons à lire l'article de la Croix dont nous emprunté l'introduction et la photo.

Un Clic et vous en saurez plus !

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Nouvelles des amis de Vitoria Em Português
commenter cet article
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 08:53

Aujourd'hui 23 décembre, commémoration du 27ème anniversaire de l'assassinat de Gaby.

En attendant les photos que nos amis de Vitoria nous partageront, voici l'acrostiche écrit par Dárcio pour le 80ème anniversaire de la naissance de Gaby. (Dans sa version originale et en français sous la photo.)

 

Guerreiro

Amigo

Brasileiro de coração

Resistente

Incansável

Evangelizador

Legitimo

 

 

1-Guerreiro:

Lutou contra a ligadura de tropas com fins eleitoreiros. Incentivou a criação de grupos de mulheres buscando a libertação.

Lutou em várias frentes e levantou muitas bandeiras.

Levantou a voz pela PAZ e democracia em Cariacica, respeitem o voto do POVO. Denunciou a politicagem suja e conclamou o povo a ir as ruas. Não se calou. Foi profeta em tempos de desespero!

Apoiou os sem teto no direito de uma casa para morar.

Na pastoral operária conscientizava os trabalhadores e estimulava a sua organização por melhores salários e trabalho sem exploração. No boletim ferramenta ajudava a refletir sobre a realidade socioeconômica e política. Abria espaço para divulgar as greves e os avanços da classe trabalhadora.

Na pastoral da juventude provocava que ela fosse missionária e solidária.

Defendia e agia para que os cristãos e não cristãos lutassem pela transformação da sociedade e pelo fim das injustiças. Era preciso se comprometer na comunidade e na vida da sociedade através dos movimentos, partidos e sindicatos.

Não se acovardou diante da violência e chamou o povo a sair para a Rua da Boa Esperança, em via sacra e espantar o medo que se instalava no Bairro de Flexal em Cariacica. Os bandidos haviam tomado as casas e as pessoas estavam ameaçadas.O povo respondeu ao apelo e uma multidão se manifestou e orou.

Levantou a voz contra a violência institucionalizada, praticada pelo estado contra o povo. Violência nas cadeias, assassinatos de jovens e negros. Violência do poder ,o crime organizado...Meu Deus.

 

E cantamos:

“NOSSA ALEGRIA É SABER QUE UM DIA”

 

2-Amigo:

Você amava estar perto dos amigos e fez dos seus “paroquianos”, os seus amigos. Tanto aqui como na França tinha muitos amigos. Mas foi no Brasil, em Cariacica que conseguiu estar mais a vontade e entre os seus confiar e abrir o seu coração e conquistar tantos para uma causa comum. Não havia quem resistisse, quem não parasse para ouvir. Afinal era o AMIGO que estava falando.

 

Então... “amigo é coisa pra se guardar”

 

3-Brasileiro de coração: Adotou o Brasil como seu país e chegou a ficar um período estudando a língua portuguesa para melhor se comunicar. Fez curso de reciclagem em Brasília para conhecer os problemas brasileiros. Viajou no nordeste para conhecer a seca e a morte precoce de tantas crianças, enterradas em covas rasas. Viu de perto o poder do latifúndio e os contrastes entre as regiões muito pobres e outras bem ricas. Conheceu Crateús, terra de Dom fragoso e do querido Zé Vicente. Esteve em Goiás com Dom Tomas Balduino. Amava o Brasil mas não a sua pobreza. Não se conformava com o fatalismo resignação que os brasileiros tinham. Expressões do tipo: “foi Deus quem quis”, ou ainda : “é vontade de Deus” o incomodava muito. Dizia que Deus não queria a miséria do povo. Provocava em nós, brasileiros que lutássemos e não aceitássemos passivamente as regras que vinham de cima.

Nos momentos de descontração, Não recusava uma caipirinha brasileira, com muito limão e gelo.

Era um devoto de Nossa Senhora da Penha e todo participava a pé da Romaria dos homens junto a tantos peregrinos. Sabia da religiosidade popular dos brasileiros e respeitava.

 

4-Resistente: Gabriel não teve medo da morte e sua frase tão nossa conhecida:” prefiro morrer pela vida” o coloca a favor da resistência pacifica e o define como um padre de atitude frente as injustiças e a exploração que o sistema nos impõe. Resistiu bravamente contra o poder opressor, o comodismo, o egoísmo, o clericalismo. Sobretudo Gabriel resistiu contra o medo. Não fugiu. Caiu. Mas caiu lutando. Resistiu a morte. Preferiu ficar do lado da vida. Escolheu ficar do lado certo da história: do lado do povo. Da utopia que ora adormece, ora renasce em nossos corações.

 

5-Incansável: A agenda de padre Gabriel era intensa. Nos finais de semana costumava sair bem cedo de casa para celebrar e só voltava a noite. E entre uma missa e outra, muitas reuniões com o conselho da comunidade, com equipes de serviço...e ainda achava um tempo para visitar um enfermo, uma idosa, um amigo. Não dizia não para uma reunião. Divulgava uma agendinha da juventude operária católica e ele mesmo fazia uso dela. Mas ela era pequena para tantos compromissos.

De uma reunião nascia várias outras. Brotavam encontros de formação, assembleias, na comunidade, no setor, na área e a nível de arquidiocese. Gabriel não parava. No início de ônibus, depois com o seu fusca. Parecia que tinha pressa.

 

6-Evangelizador:

Dizia que todo membro de comunidade deveria ser missionário.

Anunciava um Jesus Cristo ligado a vida do povo e que morreu lutando pela libertação.

Defendia uma igreja de comunidade de base com equipes de serviços e conselhos organizados.

Dizia que uma igreja que não incomoda é uma igreja acomodada.

Preocupava-se com a organização das comunidades eclesiais de base. Mas a comunidade não pode ficar fechada em si mesma, afirmava ele. É o anuncio da palavra a todos para reafirmar a fé. Os cristãos devem transmitir a esperança. Mas lembrava que em vários lugares pessoas, leigos, lideres, religiosos, padres por assumirem a causa do evangelho são perseguidos, mortos, torturados. São pessoas que ao assumirem a cruz em sua totalidade doam a sua vida até a morte. Parece que Gabriel sabia o que ia acontecer com ele.

 

7-Legitimo:

Gabriel deixou uma marca única no jeito de celebrar a fé e a vida. Não se acovardou diante das ameaças sofridas. Muito atento aos acontecimentos de seu tempo, provocava nas comunidades reações e ações concretas no sentido de mudar aquele estado de coisas. Gabriel é legitimo, verdadeiro, irmão de Jesus Cristo encarnado, e com certeza é digno de estar na galeria dos mártires.

Acrostiche de GABRIEL

1 - GUERRIER (sans arme)

Il a lutté contre la ligature des trompes des femmes, organisée à des fins électorales. Il a encouragé la création de groupes de femmes cherchant à se rendre plus libres.

Il a lutté sur de nombreux fronts et a brandi beaucoup de drapeaux.

Il a élevé la voix pour établir la PAIX et la démocratie à Cariacica : "Respectez le vote du PEUPLE". Il a dénoncé la "sale" politique et réclamé à haute voix que le peuple descende dans la rue. Il ne s'est pas tu. Il a été prophète en des temps de désespérance !

Il a aidé les sans toit à obtenir leur droit à un logement.

A la Pastorale Ouvrière, il conscientisait les travailleurs et les stimulait dans leur recherche pour des salaires plus importants et un travail sans exploitation. Dans le bulletin "Ferramenta" il aidait à réfléchir sur la réalité socioéconomique et politique. Ce bulletin ouvrait ses colonnes aux appels à la grève ainsi qu'aux comptes-rendus des avancées de la classe ouvrière.

A la Pastorale des Jeunes, il les incitait à être missionnaires et solidaires.

Il luttait et agissait pour que les chrétiens et les non chrétiens luttent pour la transformation de la société et pour la fin des injustices. Il fallait s'engager dans la communauté et dans la vie de la société par le biais des mouvements, partis et syndicats.

Il ne s'est pas démonté face à la violence et a appelé le peuple à descendre dans la rue de Bonne Espérance, dans la voie sacrée et à faire fuir la peur qui s'installait dans le quartier de Flexal à Cariacica. Les "bandits" s'étaient emparés des maisons et les personnes étaient menacées. Le peuple a répondu à son appel et une multitude a manifesté et a prié.

Il a élevé la voix contre la violence institutionnalisée, pratiquée par l'Etat contre le peuple. Violence dans les prisons, assassinats de jeunes et de noirs. Violence du pouvoir, le crime organisé… Mon Dieu !

Et nous chantons :

"Notre joie est de savoir qu'un jour…"

 

2 - AMI

Tu aimais être près des amis et tu as fait de tes "paroissiens" tes amis. Aussi bien ici qu'en France, tu avais beaucoup d'amis. Mais c'est au Brésil, à Cariacica, que tu as réussi à être le plus à l'aise et parmi tes amis, à ouvrir ton cœur et rassembler tant de gens pour une cause commune. Il n'y avait personne qui te résistait ou qui refusait de s'arrêter pour t'écouter. En fin de compte, c'était l'AMI qui parlait.

Alors…"un ami est une chose à conserver"

 

3 – BRESILIEN DE CŒUR

Il a adopté le Brésil comme son pays et il a passé quelque temps à étudier la langue portugaise afin de pouvoir mieux communiquer. Il a suivi un cours de recyclage à Brasilia afin de connaître les problèmes brésiliens. Il a voyagé dans le Nordeste pour apprendre à connaître la sécheresse et la mort précoce de tant d'enfants, enterrés dans des fosses pleines à ras bord. Il a vu de près le pouvoir des grands propriétaires ruraux et les contrastes entre les régions très pauvres et d'autres bien riches. Il a découvert Crateus, terre de Dom Fragoso et du cher Zé Vicente. Il est allé à Goiás avec Dom Tomas Balduino. Il aimait le Brésil mais pas sa pauvreté. Il n'adhérait pas à la résignation fataliste des Brésiliens. Des expressions telles que : "C'est Dieu qui le veut", ou encore "C'est la volonté de Dieu" le dérangeait beaucoup. Il disait que Dieu ne voulait pas la misère du peuple. Il nous incitait, nous Brésiliens, à lutter et ne pas accepter passivement les règles qui venaient d'en haut.

Dans les moments de détente, il ne refusait pas une caipirinha brésilienne, avec beaucoup de citron et des glaçons.

Il était un fidèle de Notre Dame da Penha et participait à pied à chaque pèlerinage des hommes avec de nombreux pèlerins. Il connaissait la religiosité populaire des Brésiliens et la respectait.

 

4 – RESISTANT :

Gabriel n'avait pas peur de la mort et sa phrase que nous connaissons bien : "je préfère mourir pour la vie…" le place dans le camp des militants de la résistance non violente et le définit comme un prêtre qui s'oppose aux injustices et à l'exploitation que le système nous impose. Il a résisté courageusement à l'oppression du pouvoir, aux compromis, à l'égoïsme, au cléricalisme. Surtout, Gabriel a résisté à la peur. Il n'a pas fui. Il est tombé. Mais il est tombé en luttant. Il a résisté à la mort. Il a préféré rester du côté de la vie. Il a choisi de rester du vrai côté de l'histoire : du côté du peuple. Du côté de l'utopie qui, tantôt sommeille, tantôt renaît dans nos cœurs.

 

5 - INFATIGABLE :

Les journées du père Gabriel étaient très chargées. En fin de semaine il avait l'habitude de sortir très tôt pour célébrer la messe et il revenait seulement à la nuit. Et entre deux messes, beaucoup de réunions avec le conseil de la communauté, avec des équipes de service…et il trouvait encore du temps pour visiter un malade, une femme âgée, un ami. Il ne refusait jamais une réunion. Il distribuait un petit agenda de la jeunesse ouvrière et lui-même l'utilisait. Mais il était bien petit pour tant de rendez-vous.

D'une réunion en naissaient diverses autres. On voyait germer des rencontres de formation, des assemblées, dans la communauté, dans le secteur, dans celui de l'archidiocèse et à ce niveau. Gabriel ne s'arrêtait pas. Au début en bus, ensuite, avec sa Fusca. Il semblait pressé.

 

6 - EVANGELISATEUR

Il disait que tout membre d'une communauté devrait être missionnaire.

Il annonçait un Jésus Christ attaché à la vie du peuple et qui est mort en luttant pour la libération.

Il défendait une Eglise des communautés de base avec des équipes de services et des conseils organisés.

Il disait qu'une Eglise qui ne dérange pas est une Eglise d'arrangements.

Il se souciait de l'organisation des communautés ecclésiales de base. Mais la communauté ne peut pas rester fermée sur elle-même, affirmait-il. Elle doit annoncer la Parole à tous pour réaffirmer la foi. Les chrétiens doivent transmettre l'espérance. Mais il rappelait qu'en beaucoup de lieux, des personnes, des laïcs, des leaders, des religieux, des prêtres, sont persécutés, tués, torturés pour avoir défendu la cause de l'Evangile. Ce sont des personnes qui, en assumant la Croix dans sa totalité font don de leur vie jusqu'à la mort. Il semble que Gaby savait ce qui allait lui arriver.

 

7 - LEGITIME

Gabriel a laissé une trace unique dans sa façon de célébrer la foi et la vie. Il ne s'effrayait pas des menaces qu'il recevait. Très attentif aux événements de son temps, il provoquait dans les communautés des réactions et des actions concrètes en vue de changer cet état de choses. Gabriel est le frère légitime, véritable, de Jésus Christ incarné, et assurément, il est digne de figurer dans la galerie des martyrs.

Dárcio

Repost 1
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 13:38

L'association "Padre Gabriel Maire" partage des photos de leur journée anniversaire sur FB.

L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby

Celebrando a memória do martírio de 27 anos de Pe Gabriel, realizado com a comunidade de Nova Canaã. As comunidades católica de Santa Terezinha e Santa Marta, com o grupo Amigos do bem. Foi o maior prazer estar com essa comunidade que nos acolheu e se envolveu de forma brilhante. Parabéns a todos que colaboraram, aos que não puderam comparecer e a criançada que esteve presente, as pessoas que participaram com a gente.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Journées anniversaire APGM Em Português
commenter cet article
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 12:23

Ha veremos honrar todo aquele que caír lutando, contra os muroas morte e cercas da morte, jamais recuando.
Nous irons honorer tous ceux qui ont lutté contre les murs de la mort au péril de leur vie, sans jamais se décourager....

Invitation en mémoire des martyrs de la Caminhada : 27ème anniversaire du martyr du Père Gabriel.

18h30 : Rendez-vous dans le quartier Cobi de Cima à Vila Velha, lieu où le corps de Gaby a été retrouvé dans sa voiture.

Formation d'un cortège de voitures.

19h20 : Rendez-vous sur la place Padre Gabriel dans le quartier Vila Palestina à Cariacica

20h15 : lancement du livre "Echos de Vitoria" à l'APAE, quartier Campo Grande à Cariacica.

Convite : memória dos mártires da caminhada, 27° ano do martirio de Padre Gabriel
Convite : memória dos mártires da caminhada, 27° ano do martirio de Padre Gabriel
Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 22:53

Les amis de Gabriel Maire ont rejoint les paroissiens à l'église de Port-Lesney pour célébrer le 4ème dimanche de l'Avent.

Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney

Après la célébration, la plaque commémorative a été dévoilée par les pères Jean-Baptiste DOLE et Bernard COLOMBE.

Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney

Nous avons chanté "profeta Gabriel", ce chant écrit par Helder Salomão peu de temps après l'assassinat de Gaby. Il est chanté par Raquel Passos.

Il a été traduit en français par Claudette et Paul. Puis grâce à Caroline qui a fait la connaissance de Gabriel en janvier, les paroles ont été revues pour être chantées. Ce fut un petit travail d'équipe avec nos traducteurs, Caroline, Elisabeth et Jacques.

Pour être bien en lien avec les auteurs de ce chant, nous avons chanté repris le refrain en portugais.

1. "Je préfère mourir pour la vie que vivre pour la mort"

Parmi les gens qui souffrent, ta voix résonne encore très fort

Ton rêve de paix ne meurt pas,

Démocratie est à l’œuvre aujourd’hui. (bis)

 

Prophète Gabriel, ta lutte n’a pas été vaine.

Ton sang est semence de vie

Vienne le jour de la libération.

 

Profeta Gabriel, sua luta não foi em vao

Seu sangue é semente de vida

E vira o dia da libertação

 

2. Ta foi et tes engagements, ont dérangé les puissants.

Pour défendre le droit à la vie ou la lutte du travailleur

Ton rêve obstiné ne meurt pas :

Dieu toujours accompagne son peuple (bis)

 

3. Ils ont fait taire un prophète. Un frère encore est tombé

Ton cap nous le maintenons : éclosion d’un monde nouveau.

Ton rêve Gaby ne meurt pas

Le Royaume avec nous se construit (bis)

 

Le père Bernard Colombe et Soeur Raquel ont lu le texte de Claudio Vereza : Padre Gabriel Presente !

Quel est cet homme, au milieu des pauvres qui luttent pour survivre ?

Père Gabriel, présent !

Quel est cet homme, dans les luttes, les prières, les assemblées, les marches, les pèlerinages, les journées de formation, les spectacles, les retraites et les rencontres ?

Père Gabriel, présent !

Quel est cet homme, dans les assemblées du peuple de Dieu, organisées en Communautés ecclésiales de base, avec leurs conseillers et leurs équipes au service de la Pastorale ouvrière, de la JOC, pour le bulletin Ferramenta ?

Père Gabriel, présent !

Quel est cet homme, dans la lutte pour faire respecter la volonté du peuple de Cariacica, pour le retour de la démocratie bousculée par l'appétit corrompu des oligarchies locales, cet homme, menacé et poursuivi par ces forces politiciennes de Cariacica ?

Père Gabriel, présent

Quel est cet homme, tellement présent, dans les célébrations contre les assassinats de travailleurs tels que Francisco, Purinha, Verino, Léo, victimes du pouvoir des grands propriétaires et de l'UDR (organisation de propriétaires) ?

Père Gabriel, présent !

Quel est cet homme, toujours présent là où le peuple lutte, célèbre, proteste, se réunit, souffre, se réjouit ; toujours discret mais militant, toujours simple mais agissant, écoutant mais aussi questionnant, français mais devenu chaleureux comme un Brésilien ?

Père Gabriel, présent !

Mais quel est donc cet homme, espérant de l'espérance du peuple, frustré lui-même de la frustration du peuple (comme celle du deuxième tour), pleurant des larmes des vivants, menant le combat des justes, s'indignant toujours, face à l'injustice, face à la violence, à la misère et à l'autoritarisme ?

Père Gabriel, présent !

Père Gabriel, présent !

 

 

Prière au cimetière
Prière au cimetière

Prière au cimetière

Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney

Après-midi : les pères Bernard Colombe et Jean-Marie Bouhans font se croiser l'actualité sociale et politique au Brésil et en Argentine.

La journée se termine par l'Assemblée Générale de l'Association.

Repost 1
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 09:24

A la salle des fêtes de Port-Lesney, ce dimanche 18 décembre, un stand de presse vous proposera une sélection de livres édités par Karthala. S'ils vous intéressent, n'hésitez pas à les réserver.

 

 

L’itinéraire de François Glory est original à plus d’un titre. Prêtre de la Société des Missions étrangères de Paris, il était destiné aux missions en Asie. Pour son premier poste, il est envoyé au Laos en 1974. Mais à peine un an plus tard, la situation politique l’oblige, lui et ses confrères, à quitter l’Asie.

Il y a quarante ans qu’Alice Domon (Cathy en religion) a été assassinée à Buenos Aires, pour s’être solidarisée avec les Mères de la place de Mai. C’était au temps de la dictature initiée par le coup d’État militaire de 1976.

L’auteur(e) de ce livre a vécu et travaillé avec elles pendant plusieurs années. En compagnie de la cinéaste basque Audrey Hoc, créatrice du documentaire en forme de DVD qui accompagne cet ouvrage, elle a voulu retrouver les traces de leurs pas, parcourir les quartiers où elles ont partagé la vie des défavorisés.

Journal d'une fraternité.

Ce livre est le « récit au quotidien » des Petites Soeurs de Jésus qui font une analyse quasi ethnologique d'une tribu d’Indiens d’Amazonie.

 

Ce livre nous introduit dans l’histoire des Auxiliaires du Sacerdoce, une congrégation fondée entre les deux grandes guerres du XXe siècle. D’emblée, l’ouvrage est centré sur le Brésil qui va devenir l’un des terrains d’action des soeurs Auxiliaires.

Signes des Temps se fait un devoir de rééditer en un seul volume les deux témoignages des sœurs de Saint-Charles pour faire honneur à ces femmes qui ont vécu dans des conditions matérielles difficiles et qui se sont trouvées prises au cœur des mêlées politiques des pays et des populations qu’elles avaient épousées.

12 pages de cahier photos et DVD. Michel Jeanne fait partie des quelque 300 prêtres diocésains français partis outre Atlantique au titre du « Pôle Amérique latine » de l’épiscopat de France (l’ancien CEFAL).

En 1984, Teresita crée dans la Sierra équatorienne la Mission indienne Flores, ouvre un centre de formation, des jardins d’enfants, un service de santé, un accompagnement aux vieillards abandonnés. C'est l'action de cette Fille de la Charité que ce livre retrace, une vie aux côtés des Indiens Puruháes, pauvres parmi les pauvres.

Repost 0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 10:01
XXVIIème anniversaire de la mort de Gabriel MAIRE
Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Journées anniversaire
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 13:11
Les échos de Vitoria n°88

Merci à la responsable du site internet du diocèse de Saint-Claude qui a publié les Echos de Vitoria. Pour le lire : clic sur le lien. 

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Echos de Vitoria Actualités
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 17:00

Gabriel Maire, un prêtre assassiné au Brésil, il y a 26 ans.

Le crime commandité restera-t-il impuni ?

(historique réalisé par Raymond Perrin, président de l'association "les amis de Gabriel Maire", novembre 2016)

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Gabriel MAIRE
commenter cet article

Présentation

  • : Les amis de Gabriel MAIRE
  • Les amis de Gabriel MAIRE
  • : L'association "Les amis de Gabriel MAIRE" a été créée après l'assassinat de Gaby au Brésil le 23 décembre 1989. . A associação "les Amis de Gabriel Maire" foi criada depois da morte do Padre Gabriel em Brasil o 23 de dezembro de 1989.
  • Contact

A partir de novembre 2014, le blog devient bilingue. Les pages pour nos amis brésiliens sont visibles à partir du lien "Em portuguès" N'hésitez pas à vous inscrire ci-dessous pour être informé des mises à jour. Merci !

A partir de novembro de 2014 o blog se torna bílingue. As páginas para os nossos amigos brasileiros ficarão disponíveis com o "vínculo "Em português". Não hesitem em inscriverem-se para serem informados das notícias actualizadas.Obrigada !

Recherche