Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 11:00

En lien avec nos amis brésiliens de Vitoria qui se réunissent tous les 23 du mois pour faire mémoire de Gaby et de tous les martyrs de la Caminhada :

 

Irmandade dos Màrtires da Caminhada, 2 janvier 2017

Le Père Francisco Jentel était un missionnaire français. Arrivé de France en 1954, pendant vingt ans il a défendu les Indigènes Tapirapé et les paysans du Mato Grosso, Etat de l’Ouest du Brésil, à la frontière de la Bolivie.

Avec les paysans, il avait fondé une coopérative, construit une école et un Centre de santé, avec techniciens, médecins et professeurs. Il avait pu obtenir le premier tracteur et la première machine à récolté le riz dans cette région. Mais, surtout, il avait éveillé, chez ces travailleurs ruraux, le sens de la justice pour qu'ils s'organisent dans un Syndicat des Travailleurs Ruraux.

Tout ceci avait empêché les grosses compagnies et les grands fazendeiros de s’approprier, avec l’aide de l’armée et de la police, les terres des paysans plus pauvres qui se sont courageusement défendus, s’appuyant sur le Père Francisco qui exigeait le respect de la Loi.

En 1973 il a été accusé d’incitation à la lutte des classes et hostilité contre les forces de l’ordre et pour cela il a été arrêté et condamné à dix ans de prison. Au bout d’un an un tribunal supérieur l’a alors déclaré innocent avec cependant l'obligation de quitter le pays

En 1975 il retourne pourtant au Brésil où il est séquestré et expulsé définitivement, par un décret du Président Geisel.

La nouvelle de sa mort, survenue subitement le jour même du retour du Brésil à la démocratie, a rempli de tristesse le cœur des Indigènes et des paysans. L’évêque, Dom Pedro Casaldaliga a décidé alors que, tous les ans, le 2 janvier serait un jour de célébration à la mémoire du Père Francisco Jentel.

Père Francisco Jentel martyr de la Caminhada

Francisco Jentel, missionário francês. Viveu durante 20 anos defendendo os índios e os camponeses do Mato Grosso.

Vítima da Segurança Nacional e do latifúndio, morreu repentinamente, durante seu desterro na França, aos 56 anos.

Pe. Jentel chegou no Brasil em 1954 para trabalhar na missão Tapirapé e em Santa Teresinha, na Prelazia de São Félix do Araguaia.

Fundou, com os camponeses uma cooperativa, construiu a escola e o Centro de Saúde. Levou técnicos, médicos, professores. Conseguiu o primeiro trator e a primeira máquina de colher arroz daquela área. Mas, sobretudo, despertou entre os camponeses o sentido de justiça, para se organizarem em Sindicato dos Trabalhadores Rurais.

Tudo isso impediu a Companhia de Desenvolvimento do Vale do Araguaia (CODEARA) de se apoderar das terras com o apoio do Exército e da Polícia.

Os camponeses defenderam-se corajosamente. Contavam com o Pe. Chico que exigiu respeito às leis.

Em 1973, foi acusado de "incitação à luta de classes e à animosidade contra as forças armadas", e por isso foi detido e condenado a 10 anos de prisão.

Ao cumprir um ano de condenação, foi declarado inocente por um tribunal superior, devendo, porém, deixar o país.

Em 1975 retorna ao Brasil, porém, foi sequestrado e expulso definitivamente, por decreto do presidente Geisel.

Chegou, depois, a notícia de sua morte ocorrida no mesmo dia da abertura democrática no Brasil. Os índios e os camponeses choraram de tristeza, e o bispo Dom Pedro Casaldáliga, determinou que o dia 2 de janeiro de todos os anos fosse "um dia de celebração" para todo o Povo de Deus da Prelazia, em memória do Pe. Francisco Jentel.

Texto elaborado por Tonny, da Irmandade dos Mártires da Caminhada,

a partir do livro: Sangue Pelo Povo.

 

Voir Galerie des martyrs : Clic

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Groupe du 23 martyrs Em Português
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 16:20

Trois massacres en moins d’une semaine, liés à une guerre entre deux factions criminelles, ont fait près de 100 morts au Brésil dans deux prisons du nord du pays.

Les mauvaises conditions de détention et la surpopulation carcérale sont pointées du doigt.

Dans le journal La Croix du 10/01/2017

Ci-dessous l'article écrit par Verônica Bezerra le 6 janvier, paru dans "A gazeta", traduit en français par Claudette et Paul.

“Não tinha nenhum santo...” essa foi a declaração do Governador do Amazonas ao se referir aos 56 presos mortos durante uma rebelião iniciada no dia 1º de Janeiro de 2017, no Complexo Penitenciário Anísio Jobim, em Manaus.

 

A história dos dois ladrões que foram crucificados com Jesus todos nós conhecemos e já ouvimos muitas vezes. Na narrativa dos evangelhos o personagem principal da história é o próprio Jesus e quase nenhuma atenção é dada a história destes coadjuvantes que ladeavam Jesus e eram figuras mal vistas pelos judeus, pois eram ladrões e malfeitores. Qualquer semelhança não será mera coincidência, pois a humanidade é repetitiva.

 

O nome destes dois personagens que ladeavam Jesus no momento de sua morte não estão citados nos Evangelhos. Coube ao Evangelho de Nicodemos, um livro apócrifo, não oficializado, considerado como não canônicos pela Igreja Católica, tendo surgido no século III, em seu capítulo 9, verso 5, a identificação dos dois malfeitores como sendo Dimas e Gestas.

 

Dimas e Gestas são: o bom e o mau ladrão, respectivamente. Eles eram considerados bandidos perigosos, o que explica crucificação, já que as leis romanas reservava esta punição somente aos grandes criminosos e aos escravos.

 

Atualizamos cotidianamente as crucificações, e nos acostumamos à elas, e não raro chancelamos as práticas romanas, como forma de resolução para o enfretamento à criminalidade e violência. Confirmado pelos dados levantados pelo G1 dando conta que o Brasil teve 392 mortes violentas registradas dentro dos presídios no ano de 2016 com base em dados fornecidos pelos governos dos 26 Estados e do Distrito Federal. O número equivale a uma média de mais de um morto por dia, e os dados se referem a todas as mortes consideradas não naturais – o que inclui homicídios e suicídios. Com essa contabilidade tivemos mais de três carandirus no ano de 2016.

 

Deixando no retrovisor os romanos e lançando luz na nossa realidade, convenhamos: se foi disputa de facções, má gestão e superfaturamento de recurso público, negligência, omissão ou ação deliberada, neste momento não me atrai a atenção. De certo, deverá ser apurada, individualizada e responsabilizada em sede de investigação e processo. O que temos agora são 56 pessoas mortas, com requintes de crueldade (algumas decapitadas), que experimentaram o inferno na terra, e que à exemplo de Dimas e Gestas, podem sim Senhor Governador, agora, serem santos. E nesta história, podemos também identificar Herodes e Pilatos, pois as Marias já estão ao pé da cruz.

 

Verônica Bezerra, Presidente da Comissão de Direitos Humanos da OAB-ES

À la prison de Manaus dimanche 8 décembre, des proches de détenus attendaient des informations après la mort de plusieurs d’entre eux. / Raphael Alves/AFP

À la prison de Manaus dimanche 8 décembre, des proches de détenus attendaient des informations après la mort de plusieurs d’entre eux. / Raphael Alves/AFP

"Il n'y avait aucun saint". Telle a été la déclaration du gouverneur de l'Etat d'Amazonas, se référant à la mort des 56 prisonniers tués au cours d'une rébellion qui avait débuté le 1er janvier 2017 , dans le Centre pénitencier Anisio Jobim de Manaus.

L'histoire des deux larrons crucifiés avec Jésus, nous la connaissons tous et l'avons entendu raconter de nombreuses fois. Dans les Evangiles, le personnage principal en est Jésus lui-même et peu d'attention a été portée à l'histoire de ces deux hommes qui se trouvaient de part et d'autre de Jésus (sur la croix) et étaient mal vus des Juifs car c'étaient des voleurs et des malfaiteurs. Toute ressemblance ne sera pas une simple coïncidence car l'humanité se répète.

Le nom de ces deux personnages qui encadraient Jésus au moment de sa mort ne sont cités dans aucun des quatre Evangiles. C'est Nicodème, dans son Evangile apocryphe, non officialisé, considéré comme non canonique par l'Eglise catholique, apparu au IIIème siècle, qui, au chapitre 9, verset 5, a identifié les deux larrons comme étant Dimas et Gestas

Dimas et Gestas sont, respectivement , le bon et le mauvais larron. Ils passaient pour être des bandits dangereux, ce qui explique leur crucifixion, les lois romaines réservant ce châtiment aux grands criminels et aux esclaves.

Nous entendons quotidiennement parler de crucifixion et nous nous y accoutumons, et il n'est pas rare que nous souscrivions à ces pratiques romaines destinées à venir à bout de la criminalité et de la violence. Selon des chiffres relevés sur le site G1, le Brésil a enregistré 392 morts violentes dans ses prisons en 2016 sur les bases de données fournies par les gouvernements des 26 Etats et du District fédéral. Ce nombre équivaut, en moyenne, à plus d'un mort par jour, et toutes se référant à des morts considérées comme non naturelles, ce qui inclut homicides et suicides. Ces chiffres correspondent à plus de trois "Carandiriu" (1) en 2016.

En oubliant les Romains et en portant le regard sur notre actualité, reconnaissons : S'il s'est agi d'une querelle de factions, de mauvaise gestion, de négligence, d'omission ou d'acte délibéré, ceci ne retient pas mon attention en ce moment. Assurément il faudra examiner, individualiser et responsabiliser dans le cadre d'une enquête et d'un procès. Ce que nous avons maintenant, ce sont 56 personnes tuées avec des raffinements de cruauté (certaines victimes ayant été décapitées) qui ont expérimenté l'enfer sur la terre et qui, oui, à l'exemple de Dimas et Gestas, peuvent maintenant, Monsieur le Gouverneur, être des saints. Et dans cette histoire, nous pouvons aussi identifier Hérode et Pilate, les "Marie" étant déjà au pied de la croix.

 

Verônica Bezerra, Presidente da Comissão de Direitos Humanos da OAB-ES

 

(1) Le massacre de Carandiru s'est produit en 1992 au pénitencier de Carandiru à São Paulo. La Police Militaire étant intervenue pour réprimer une rébellion, 111 prisonniers avaient été tués.

Nous vous invitons à lire l'article de la Croix dont nous emprunté l'introduction et la photo.

Un Clic et vous en saurez plus !

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Nouvelles des amis de Vitoria Em Português
commenter cet article
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 08:53

Aujourd'hui 23 décembre, commémoration du 27ème anniversaire de l'assassinat de Gaby.

En attendant les photos que nos amis de Vitoria nous partageront, voici l'acrostiche écrit par Dárcio pour le 80ème anniversaire de la naissance de Gaby. (Dans sa version originale et en français sous la photo.)

 

Guerreiro

Amigo

Brasileiro de coração

Resistente

Incansável

Evangelizador

Legitimo

 

 

1-Guerreiro:

Lutou contra a ligadura de tropas com fins eleitoreiros. Incentivou a criação de grupos de mulheres buscando a libertação.

Lutou em várias frentes e levantou muitas bandeiras.

Levantou a voz pela PAZ e democracia em Cariacica, respeitem o voto do POVO. Denunciou a politicagem suja e conclamou o povo a ir as ruas. Não se calou. Foi profeta em tempos de desespero!

Apoiou os sem teto no direito de uma casa para morar.

Na pastoral operária conscientizava os trabalhadores e estimulava a sua organização por melhores salários e trabalho sem exploração. No boletim ferramenta ajudava a refletir sobre a realidade socioeconômica e política. Abria espaço para divulgar as greves e os avanços da classe trabalhadora.

Na pastoral da juventude provocava que ela fosse missionária e solidária.

Defendia e agia para que os cristãos e não cristãos lutassem pela transformação da sociedade e pelo fim das injustiças. Era preciso se comprometer na comunidade e na vida da sociedade através dos movimentos, partidos e sindicatos.

Não se acovardou diante da violência e chamou o povo a sair para a Rua da Boa Esperança, em via sacra e espantar o medo que se instalava no Bairro de Flexal em Cariacica. Os bandidos haviam tomado as casas e as pessoas estavam ameaçadas.O povo respondeu ao apelo e uma multidão se manifestou e orou.

Levantou a voz contra a violência institucionalizada, praticada pelo estado contra o povo. Violência nas cadeias, assassinatos de jovens e negros. Violência do poder ,o crime organizado...Meu Deus.

 

E cantamos:

“NOSSA ALEGRIA É SABER QUE UM DIA”

 

2-Amigo:

Você amava estar perto dos amigos e fez dos seus “paroquianos”, os seus amigos. Tanto aqui como na França tinha muitos amigos. Mas foi no Brasil, em Cariacica que conseguiu estar mais a vontade e entre os seus confiar e abrir o seu coração e conquistar tantos para uma causa comum. Não havia quem resistisse, quem não parasse para ouvir. Afinal era o AMIGO que estava falando.

 

Então... “amigo é coisa pra se guardar”

 

3-Brasileiro de coração: Adotou o Brasil como seu país e chegou a ficar um período estudando a língua portuguesa para melhor se comunicar. Fez curso de reciclagem em Brasília para conhecer os problemas brasileiros. Viajou no nordeste para conhecer a seca e a morte precoce de tantas crianças, enterradas em covas rasas. Viu de perto o poder do latifúndio e os contrastes entre as regiões muito pobres e outras bem ricas. Conheceu Crateús, terra de Dom fragoso e do querido Zé Vicente. Esteve em Goiás com Dom Tomas Balduino. Amava o Brasil mas não a sua pobreza. Não se conformava com o fatalismo resignação que os brasileiros tinham. Expressões do tipo: “foi Deus quem quis”, ou ainda : “é vontade de Deus” o incomodava muito. Dizia que Deus não queria a miséria do povo. Provocava em nós, brasileiros que lutássemos e não aceitássemos passivamente as regras que vinham de cima.

Nos momentos de descontração, Não recusava uma caipirinha brasileira, com muito limão e gelo.

Era um devoto de Nossa Senhora da Penha e todo participava a pé da Romaria dos homens junto a tantos peregrinos. Sabia da religiosidade popular dos brasileiros e respeitava.

 

4-Resistente: Gabriel não teve medo da morte e sua frase tão nossa conhecida:” prefiro morrer pela vida” o coloca a favor da resistência pacifica e o define como um padre de atitude frente as injustiças e a exploração que o sistema nos impõe. Resistiu bravamente contra o poder opressor, o comodismo, o egoísmo, o clericalismo. Sobretudo Gabriel resistiu contra o medo. Não fugiu. Caiu. Mas caiu lutando. Resistiu a morte. Preferiu ficar do lado da vida. Escolheu ficar do lado certo da história: do lado do povo. Da utopia que ora adormece, ora renasce em nossos corações.

 

5-Incansável: A agenda de padre Gabriel era intensa. Nos finais de semana costumava sair bem cedo de casa para celebrar e só voltava a noite. E entre uma missa e outra, muitas reuniões com o conselho da comunidade, com equipes de serviço...e ainda achava um tempo para visitar um enfermo, uma idosa, um amigo. Não dizia não para uma reunião. Divulgava uma agendinha da juventude operária católica e ele mesmo fazia uso dela. Mas ela era pequena para tantos compromissos.

De uma reunião nascia várias outras. Brotavam encontros de formação, assembleias, na comunidade, no setor, na área e a nível de arquidiocese. Gabriel não parava. No início de ônibus, depois com o seu fusca. Parecia que tinha pressa.

 

6-Evangelizador:

Dizia que todo membro de comunidade deveria ser missionário.

Anunciava um Jesus Cristo ligado a vida do povo e que morreu lutando pela libertação.

Defendia uma igreja de comunidade de base com equipes de serviços e conselhos organizados.

Dizia que uma igreja que não incomoda é uma igreja acomodada.

Preocupava-se com a organização das comunidades eclesiais de base. Mas a comunidade não pode ficar fechada em si mesma, afirmava ele. É o anuncio da palavra a todos para reafirmar a fé. Os cristãos devem transmitir a esperança. Mas lembrava que em vários lugares pessoas, leigos, lideres, religiosos, padres por assumirem a causa do evangelho são perseguidos, mortos, torturados. São pessoas que ao assumirem a cruz em sua totalidade doam a sua vida até a morte. Parece que Gabriel sabia o que ia acontecer com ele.

 

7-Legitimo:

Gabriel deixou uma marca única no jeito de celebrar a fé e a vida. Não se acovardou diante das ameaças sofridas. Muito atento aos acontecimentos de seu tempo, provocava nas comunidades reações e ações concretas no sentido de mudar aquele estado de coisas. Gabriel é legitimo, verdadeiro, irmão de Jesus Cristo encarnado, e com certeza é digno de estar na galeria dos mártires.

Acrostiche de GABRIEL

1 - GUERRIER (sans arme)

Il a lutté contre la ligature des trompes des femmes, organisée à des fins électorales. Il a encouragé la création de groupes de femmes cherchant à se rendre plus libres.

Il a lutté sur de nombreux fronts et a brandi beaucoup de drapeaux.

Il a élevé la voix pour établir la PAIX et la démocratie à Cariacica : "Respectez le vote du PEUPLE". Il a dénoncé la "sale" politique et réclamé à haute voix que le peuple descende dans la rue. Il ne s'est pas tu. Il a été prophète en des temps de désespérance !

Il a aidé les sans toit à obtenir leur droit à un logement.

A la Pastorale Ouvrière, il conscientisait les travailleurs et les stimulait dans leur recherche pour des salaires plus importants et un travail sans exploitation. Dans le bulletin "Ferramenta" il aidait à réfléchir sur la réalité socioéconomique et politique. Ce bulletin ouvrait ses colonnes aux appels à la grève ainsi qu'aux comptes-rendus des avancées de la classe ouvrière.

A la Pastorale des Jeunes, il les incitait à être missionnaires et solidaires.

Il luttait et agissait pour que les chrétiens et les non chrétiens luttent pour la transformation de la société et pour la fin des injustices. Il fallait s'engager dans la communauté et dans la vie de la société par le biais des mouvements, partis et syndicats.

Il ne s'est pas démonté face à la violence et a appelé le peuple à descendre dans la rue de Bonne Espérance, dans la voie sacrée et à faire fuir la peur qui s'installait dans le quartier de Flexal à Cariacica. Les "bandits" s'étaient emparés des maisons et les personnes étaient menacées. Le peuple a répondu à son appel et une multitude a manifesté et a prié.

Il a élevé la voix contre la violence institutionnalisée, pratiquée par l'Etat contre le peuple. Violence dans les prisons, assassinats de jeunes et de noirs. Violence du pouvoir, le crime organisé… Mon Dieu !

Et nous chantons :

"Notre joie est de savoir qu'un jour…"

 

2 - AMI

Tu aimais être près des amis et tu as fait de tes "paroissiens" tes amis. Aussi bien ici qu'en France, tu avais beaucoup d'amis. Mais c'est au Brésil, à Cariacica, que tu as réussi à être le plus à l'aise et parmi tes amis, à ouvrir ton cœur et rassembler tant de gens pour une cause commune. Il n'y avait personne qui te résistait ou qui refusait de s'arrêter pour t'écouter. En fin de compte, c'était l'AMI qui parlait.

Alors…"un ami est une chose à conserver"

 

3 – BRESILIEN DE CŒUR

Il a adopté le Brésil comme son pays et il a passé quelque temps à étudier la langue portugaise afin de pouvoir mieux communiquer. Il a suivi un cours de recyclage à Brasilia afin de connaître les problèmes brésiliens. Il a voyagé dans le Nordeste pour apprendre à connaître la sécheresse et la mort précoce de tant d'enfants, enterrés dans des fosses pleines à ras bord. Il a vu de près le pouvoir des grands propriétaires ruraux et les contrastes entre les régions très pauvres et d'autres bien riches. Il a découvert Crateus, terre de Dom Fragoso et du cher Zé Vicente. Il est allé à Goiás avec Dom Tomas Balduino. Il aimait le Brésil mais pas sa pauvreté. Il n'adhérait pas à la résignation fataliste des Brésiliens. Des expressions telles que : "C'est Dieu qui le veut", ou encore "C'est la volonté de Dieu" le dérangeait beaucoup. Il disait que Dieu ne voulait pas la misère du peuple. Il nous incitait, nous Brésiliens, à lutter et ne pas accepter passivement les règles qui venaient d'en haut.

Dans les moments de détente, il ne refusait pas une caipirinha brésilienne, avec beaucoup de citron et des glaçons.

Il était un fidèle de Notre Dame da Penha et participait à pied à chaque pèlerinage des hommes avec de nombreux pèlerins. Il connaissait la religiosité populaire des Brésiliens et la respectait.

 

4 – RESISTANT :

Gabriel n'avait pas peur de la mort et sa phrase que nous connaissons bien : "je préfère mourir pour la vie…" le place dans le camp des militants de la résistance non violente et le définit comme un prêtre qui s'oppose aux injustices et à l'exploitation que le système nous impose. Il a résisté courageusement à l'oppression du pouvoir, aux compromis, à l'égoïsme, au cléricalisme. Surtout, Gabriel a résisté à la peur. Il n'a pas fui. Il est tombé. Mais il est tombé en luttant. Il a résisté à la mort. Il a préféré rester du côté de la vie. Il a choisi de rester du vrai côté de l'histoire : du côté du peuple. Du côté de l'utopie qui, tantôt sommeille, tantôt renaît dans nos cœurs.

 

5 - INFATIGABLE :

Les journées du père Gabriel étaient très chargées. En fin de semaine il avait l'habitude de sortir très tôt pour célébrer la messe et il revenait seulement à la nuit. Et entre deux messes, beaucoup de réunions avec le conseil de la communauté, avec des équipes de service…et il trouvait encore du temps pour visiter un malade, une femme âgée, un ami. Il ne refusait jamais une réunion. Il distribuait un petit agenda de la jeunesse ouvrière et lui-même l'utilisait. Mais il était bien petit pour tant de rendez-vous.

D'une réunion en naissaient diverses autres. On voyait germer des rencontres de formation, des assemblées, dans la communauté, dans le secteur, dans celui de l'archidiocèse et à ce niveau. Gabriel ne s'arrêtait pas. Au début en bus, ensuite, avec sa Fusca. Il semblait pressé.

 

6 - EVANGELISATEUR

Il disait que tout membre d'une communauté devrait être missionnaire.

Il annonçait un Jésus Christ attaché à la vie du peuple et qui est mort en luttant pour la libération.

Il défendait une Eglise des communautés de base avec des équipes de services et des conseils organisés.

Il disait qu'une Eglise qui ne dérange pas est une Eglise d'arrangements.

Il se souciait de l'organisation des communautés ecclésiales de base. Mais la communauté ne peut pas rester fermée sur elle-même, affirmait-il. Elle doit annoncer la Parole à tous pour réaffirmer la foi. Les chrétiens doivent transmettre l'espérance. Mais il rappelait qu'en beaucoup de lieux, des personnes, des laïcs, des leaders, des religieux, des prêtres, sont persécutés, tués, torturés pour avoir défendu la cause de l'Evangile. Ce sont des personnes qui, en assumant la Croix dans sa totalité font don de leur vie jusqu'à la mort. Il semble que Gaby savait ce qui allait lui arriver.

 

7 - LEGITIME

Gabriel a laissé une trace unique dans sa façon de célébrer la foi et la vie. Il ne s'effrayait pas des menaces qu'il recevait. Très attentif aux événements de son temps, il provoquait dans les communautés des réactions et des actions concrètes en vue de changer cet état de choses. Gabriel est le frère légitime, véritable, de Jésus Christ incarné, et assurément, il est digne de figurer dans la galerie des martyrs.

Dárcio

Repost 1
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 13:38

L'association "Padre Gabriel Maire" partage des photos de leur journée anniversaire sur FB.

L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby
L'APGM a commémoré dimanche le martyr de Gaby

Celebrando a memória do martírio de 27 anos de Pe Gabriel, realizado com a comunidade de Nova Canaã. As comunidades católica de Santa Terezinha e Santa Marta, com o grupo Amigos do bem. Foi o maior prazer estar com essa comunidade que nos acolheu e se envolveu de forma brilhante. Parabéns a todos que colaboraram, aos que não puderam comparecer e a criançada que esteve presente, as pessoas que participaram com a gente.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Journées anniversaire APGM Em Português
commenter cet article
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 12:23

Ha veremos honrar todo aquele que caír lutando, contra os muroas morte e cercas da morte, jamais recuando.
Nous irons honorer tous ceux qui ont lutté contre les murs de la mort au péril de leur vie, sans jamais se décourager....

Invitation en mémoire des martyrs de la Caminhada : 27ème anniversaire du martyr du Père Gabriel.

18h30 : Rendez-vous dans le quartier Cobi de Cima à Vila Velha, lieu où le corps de Gaby a été retrouvé dans sa voiture.

Formation d'un cortège de voitures.

19h20 : Rendez-vous sur la place Padre Gabriel dans le quartier Vila Palestina à Cariacica

20h15 : lancement du livre "Echos de Vitoria" à l'APAE, quartier Campo Grande à Cariacica.

Convite : memória dos mártires da caminhada, 27° ano do martirio de Padre Gabriel
Convite : memória dos mártires da caminhada, 27° ano do martirio de Padre Gabriel
Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 22:53

Les amis de Gabriel Maire ont rejoint les paroissiens à l'église de Port-Lesney pour célébrer le 4ème dimanche de l'Avent.

Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney

Après la célébration, la plaque commémorative a été dévoilée par les pères Jean-Baptiste DOLE et Bernard COLOMBE.

Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney

Nous avons chanté "profeta Gabriel", ce chant écrit par Helder Salomão peu de temps après l'assassinat de Gaby. Il est chanté par Raquel Passos.

Il a été traduit en français par Claudette et Paul. Puis grâce à Caroline qui a fait la connaissance de Gabriel en janvier, les paroles ont été revues pour être chantées. Ce fut un petit travail d'équipe avec nos traducteurs, Caroline, Elisabeth et Jacques.

Pour être bien en lien avec les auteurs de ce chant, nous avons chanté repris le refrain en portugais.

1. "Je préfère mourir pour la vie que vivre pour la mort"

Parmi les gens qui souffrent, ta voix résonne encore très fort

Ton rêve de paix ne meurt pas,

Démocratie est à l’œuvre aujourd’hui. (bis)

 

Prophète Gabriel, ta lutte n’a pas été vaine.

Ton sang est semence de vie

Vienne le jour de la libération.

 

Profeta Gabriel, sua luta não foi em vao

Seu sangue é semente de vida

E vira o dia da libertação

 

2. Ta foi et tes engagements, ont dérangé les puissants.

Pour défendre le droit à la vie ou la lutte du travailleur

Ton rêve obstiné ne meurt pas :

Dieu toujours accompagne son peuple (bis)

 

3. Ils ont fait taire un prophète. Un frère encore est tombé

Ton cap nous le maintenons : éclosion d’un monde nouveau.

Ton rêve Gaby ne meurt pas

Le Royaume avec nous se construit (bis)

 

Le père Bernard Colombe et Soeur Raquel ont lu le texte de Claudio Vereza : Padre Gabriel Presente !

Quel est cet homme, au milieu des pauvres qui luttent pour survivre ?

Père Gabriel, présent !

Quel est cet homme, dans les luttes, les prières, les assemblées, les marches, les pèlerinages, les journées de formation, les spectacles, les retraites et les rencontres ?

Père Gabriel, présent !

Quel est cet homme, dans les assemblées du peuple de Dieu, organisées en Communautés ecclésiales de base, avec leurs conseillers et leurs équipes au service de la Pastorale ouvrière, de la JOC, pour le bulletin Ferramenta ?

Père Gabriel, présent !

Quel est cet homme, dans la lutte pour faire respecter la volonté du peuple de Cariacica, pour le retour de la démocratie bousculée par l'appétit corrompu des oligarchies locales, cet homme, menacé et poursuivi par ces forces politiciennes de Cariacica ?

Père Gabriel, présent

Quel est cet homme, tellement présent, dans les célébrations contre les assassinats de travailleurs tels que Francisco, Purinha, Verino, Léo, victimes du pouvoir des grands propriétaires et de l'UDR (organisation de propriétaires) ?

Père Gabriel, présent !

Quel est cet homme, toujours présent là où le peuple lutte, célèbre, proteste, se réunit, souffre, se réjouit ; toujours discret mais militant, toujours simple mais agissant, écoutant mais aussi questionnant, français mais devenu chaleureux comme un Brésilien ?

Père Gabriel, présent !

Mais quel est donc cet homme, espérant de l'espérance du peuple, frustré lui-même de la frustration du peuple (comme celle du deuxième tour), pleurant des larmes des vivants, menant le combat des justes, s'indignant toujours, face à l'injustice, face à la violence, à la misère et à l'autoritarisme ?

Père Gabriel, présent !

Père Gabriel, présent !

 

 

Prière au cimetière
Prière au cimetière

Prière au cimetière

Commémoration à Port-Lesney
Commémoration à Port-Lesney

Après-midi : les pères Bernard Colombe et Jean-Marie Bouhans font se croiser l'actualité sociale et politique au Brésil et en Argentine.

La journée se termine par l'Assemblée Générale de l'Association.

Repost 1
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 09:24

A la salle des fêtes de Port-Lesney, ce dimanche 18 décembre, un stand de presse vous proposera une sélection de livres édités par Karthala. S'ils vous intéressent, n'hésitez pas à les réserver.

 

 

L’itinéraire de François Glory est original à plus d’un titre. Prêtre de la Société des Missions étrangères de Paris, il était destiné aux missions en Asie. Pour son premier poste, il est envoyé au Laos en 1974. Mais à peine un an plus tard, la situation politique l’oblige, lui et ses confrères, à quitter l’Asie.

Il y a quarante ans qu’Alice Domon (Cathy en religion) a été assassinée à Buenos Aires, pour s’être solidarisée avec les Mères de la place de Mai. C’était au temps de la dictature initiée par le coup d’État militaire de 1976.

L’auteur(e) de ce livre a vécu et travaillé avec elles pendant plusieurs années. En compagnie de la cinéaste basque Audrey Hoc, créatrice du documentaire en forme de DVD qui accompagne cet ouvrage, elle a voulu retrouver les traces de leurs pas, parcourir les quartiers où elles ont partagé la vie des défavorisés.

Journal d'une fraternité.

Ce livre est le « récit au quotidien » des Petites Soeurs de Jésus qui font une analyse quasi ethnologique d'une tribu d’Indiens d’Amazonie.

 

Ce livre nous introduit dans l’histoire des Auxiliaires du Sacerdoce, une congrégation fondée entre les deux grandes guerres du XXe siècle. D’emblée, l’ouvrage est centré sur le Brésil qui va devenir l’un des terrains d’action des soeurs Auxiliaires.

Signes des Temps se fait un devoir de rééditer en un seul volume les deux témoignages des sœurs de Saint-Charles pour faire honneur à ces femmes qui ont vécu dans des conditions matérielles difficiles et qui se sont trouvées prises au cœur des mêlées politiques des pays et des populations qu’elles avaient épousées.

12 pages de cahier photos et DVD. Michel Jeanne fait partie des quelque 300 prêtres diocésains français partis outre Atlantique au titre du « Pôle Amérique latine » de l’épiscopat de France (l’ancien CEFAL).

En 1984, Teresita crée dans la Sierra équatorienne la Mission indienne Flores, ouvre un centre de formation, des jardins d’enfants, un service de santé, un accompagnement aux vieillards abandonnés. C'est l'action de cette Fille de la Charité que ce livre retrace, une vie aux côtés des Indiens Puruháes, pauvres parmi les pauvres.

Repost 0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 10:01
XXVIIème anniversaire de la mort de Gabriel MAIRE
Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Journées anniversaire
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 13:11
Les échos de Vitoria n°88

Merci à la responsable du site internet du diocèse de Saint-Claude qui a publié les Echos de Vitoria. Pour le lire : clic sur le lien. 

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Echos de Vitoria Actualités
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 17:00

Gabriel Maire, un prêtre assassiné au Brésil, il y a 26 ans.

Le crime commandité restera-t-il impuni ?

(historique réalisé par Raymond Perrin, président de l'association "les amis de Gabriel Maire", novembre 2016)

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Gabriel MAIRE
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 15:38

Vous trouverez ci-joints les Echos de Vitoria de novembre 2016, en français et en partie en portugais :

Echos de Vitoria n°88
Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Echos de Vitoria Em Português Actualités
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 07:18

Jour férié le 8 septembre à Vitória pour l'anniversaire de sa fondation.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Nouvelles des amis de Vitoria
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 19:26

Quelques nouvelles de nos amis de Vitoria. Que de monde sur l'avenue qui longe la plage de Camburi ! 500 personnes ? un millier ?

On peut remarquer quelques amis de Gaby, certains avec le t-shirt réalisé à l'occasion du 25ème anniversaire de son assassinat.

La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio
La plupart des photos ont été prises par Dárcio

La plupart des photos ont été prises par Dárcio

En plus des manifestants qui condamnaient le "coup d'Etat", s'en prenant surtout au président Temer, on en remarquait tout spécialement d'autres qui protestaient contre la gestion de la catastrophe qui a fait suite à la rupture du barrage dans l'Etat du Minas Gerais (qui touche celui de l'Espirito Santo). Des boues toxiques se sont répandues jusqu'à Vitória où elles se sont jetées à la mer avec le rio Doce. Mais sur leur passage, les dégâts ont été considérables : entre autres, pollution par les boues puis par la poussière noire et dévastation de la faune et de la flore, les pêcheurs étant alors tout spécialement touchés par le chômage qui risque de durer très longtemps. Sur le parcours de la manif,  on peut voir les noms des gens tués par cette catastrophe, inscrits sur des croix et précédés par le spectre de la mort, ...
 
Alors bien sûr, les victimes s'en prennent aux gouvernants qui n'ont pratiquement rien fait pour eux.
Le plus grave est que cette catastrophe aurait pû être évitée si l'on avait respecté les consignes de précaution.
Les manifestants réclament :
 - la condamnation des gérants de la Vale ainsi que deux autres compagnies dont la Sonarco et la présentation de leurs crimes à la Justice Fédérale.
 - des indemnisations justes pour les familles touchées par ce désastre.
 - que le droit au recours des entreprises minières soit utilisé pour revitaliser l'environnement.
 - et aussi de meilleures règles de sécurité pour le secteur minier.

 

Pour ceux qui ont un compte FB, vous pouvez visionner une vidéo qui partage l'ambiance de cette manifestation sous le soleil...

 

Et voici un petit CR en portuguais écrit par Patricia.

 

Hoje dia 07 de setembro foi celebrado o Grito dos Excluídos. Um evento que a Igreja promove há 21 anos, e ao longo desse tempo vem fazendo denúncias contra situações de injustiças e que não condizem com o Reino de Deus. O lema deste ano " Este sistema é insuportável: exclui, degrada, mata" é inspirado em um discurso do Papa Francisco, onde ele critica este sistema que só pensa em lucros, deixando o cuidado com Vida e a Casa Comum de lado. Neste contexto lembramos da tragédia de Mariana, onde por ações irresponsáveis e visando apenas o lucro, a Vida Humana e o Meio Ambiente foram ignorados.

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Nouvelles des amis de Vitoria
commenter cet article
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 08:40

A la fin des années 90 et au début des années 2000 au Brésil, un ensemble de mouvements populaires, d'ONG et de pastorales sociales ont organisé plusieurs "plébiscites" sur divers problèmes sociaux de l'époque. Ceci en lien avec des recherches collectées lors des Semaines Sociales Brésiliennes (SSB). Sans doute la manifestation la plus vivante et la plus créatrice de tout ce processus d'approfondissement de la réalité brésilienne est-il le Cri des Exclus qui a lieu le 7 septembre chaque année, lors de la Fête Nationale. Il a surgi en septembre 1995 et subsiste jusqu'à la période actuelle.

Mélange de lutte et de fête, de larmes et de rires, cet événement est en fait un cadre où se retrouvent toutes les couleurs de la culture du pays, où se mélangent et s'entrelacent douleur et espérance, rêve et recherche, résistance et opiniâtreté.

A partir d'Adital du 1er février 2011

 

Le cri des exclu(e)s - Grito dos(as) Excluídos(as)

Vous pouvez voir ci-dessus l'affiche de cette année 2016.

La phrase tout en haut signifie : "Priorité à la Vie"

La devise de 2016 se rapporte aux événements dramatiques actuels avec la perte des droits acquis de nombreux citoyens, surtout parmi les plus démunis et est tirée d'une parole du pape François : "Ce système est insupportable. Il exclut, il dégrade, il tue !"

Les mots éparpillés sur l'affiche représentent les diverses luttes qu'ont à affronter les Brésiliens en cette période de crise :

Toit   Démocratie   Luttons   Travail   Dignité  Paix   Terre   Justice 

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 19:37
Mensagem da Presidenta da República Dilma Rousseff
AO SENADO FEDERAL E AO POVO BRASILEIRO
 
Brasília, 16 de agosto de 2016
 
Dirijo-me à população brasileira e às Senhoras Senadoras e aos Senhores Senadores para manifestar mais uma vez meu compromisso com a democracia e com as medidas necessárias à superação do impasse político que tantos prejuízos já causou ao País.
Meu retorno à Presidência, por decisão do Senado Federal, significará a afirmação do Estado Democrático de Direito e poderá contribuir decisivamente para o surgimento de uma nova e promissora realidade política.
Minha responsabilidade é grande. Na jornada para me defender doimpeachment me aproximei mais do povo, tive oportunidade de ouvir seu reconhecimento, de receber seu carinho. Ouvi também críticas duras ao meu governo, a erros que foram cometidos e a medidas e políticas que não foram adotadas. Acolho essas críticas com humildade e determinação para que possamos construir um novo caminho.
Precisamos fortalecer a democracia em nosso País e, para isto, será necessário que o Senado encerre o processo deimpeachment em curso, reconhecendo, diante das provas irrefutáveis, que não houve crime de responsabilidade. Que eu sou inocente.
No presidencialismo previsto em nossa Constituição, não basta a desconfiança política para afastar um Presidente. Há que se configurar crime de responsabilidade. E está claro que não houve tal crime.
Não é legítimo, como querem os meus acusadores, afastar o chefe de Estado e de governo pelo “conjunto da obra”. Quem afasta o Presidente pelo “conjunto da obra” é o povo e, só o povo, nas eleições.
Por isso, afirmamos que, se consumado oimpeachment sem crime de responsabilidade, teríamos um golpe de estado. O colégio eleitoral de 110 milhões de eleitores seria substituído, sem a devida sustentação constitucional, por um colégio eleitoral de 81 senadores. Seria um inequívoco golpe seguido de eleição indireta.
Ao invés disso, entendo que a solução para as crises política e econômica que enfrentamos passa pelo voto popular em eleições diretas. A democracia é o único caminho para a construção de um Pacto pela Unidade Nacional, o Desenvolvimento e a Justiça Social. É o único caminho para sairmos da crise.
Por isso, a importância de assumirmos um claro compromisso com o Plebiscito e pela Reforma Política.
Todos sabemos que há um impasse gerado pelo esgotamento do sistema político, seja pelo número excessivo de partidos, seja pelas práticas políticas questionáveis, a exigir uma profunda transformação nas regras vigentes.
Estou convencida da necessidade e darei meu apoio irrestrito à convocação de umPlebiscito, com o objetivo de consultar a população sobre a realização antecipada de eleições, bem como sobre a reforma política e eleitoral.
Devemos concentrar esforços para que seja realizada uma ampla e profunda reforma política, estabelecendo um novo quadro institucional que supere a fragmentação dos partidos, moralize o financiamento das campanhas eleitorais, fortaleça a fidelidade partidária e dê mais poder aos eleitores.
A restauração plena da democracia requer que a população decida qual é o melhor caminho para ampliar a governabilidade e aperfeiçoar o sistema político eleitoral brasileiro.
Devemos construir, para tanto, um amplo Pacto Nacional, baseado em eleições livres e diretas, que envolva todos os cidadãos e cidadãs brasileiros. Um Pacto que fortaleça os valores do Estado Democrático de Direito, a soberania nacional, o desenvolvimento econômico e as conquistas sociais.
Esse Pacto pela Unidade Nacional, o Desenvolvimento e a Justiça Socialpermitirá a pacificação do País. O desarmamento dos espíritos e o arrefecimento das paixões devem sobrepor-se a todo e qualquer sentimento de desunião.
A transição para esse novo momento democrático exige que seja aberto um amplo diálogo entre todas as forças vivas da Nação Brasileira com a clara consciência de que o que nos une é o Brasil.
Diálogo com o Congresso Nacional, para que, conjunta e responsavelmente, busquemos as melhores soluções para os problemas enfrentados pelo País.
Diálogo com a sociedade e os movimentos sociais, para que as demandas de nossa população sejam plenamente respondidas por políticas consistentes e eficazes. As forças produtivas, empresários e trabalhadores, devem participar de forma ativa na construção de propostas para a retomada do crescimento e para a elevação da competitividade de nossa economia.
Reafirmo meu compromisso com o respeito integral à Constituição Cidadã de 1988, com destaque aos direitos e garantias individuais e coletivos que nela estão estabelecidos. Nosso lema persistirá sendo “nenhum direito a menos”.
As políticas sociais que transformaram a vida de nossa população, assegurando oportunidades para todas as pessoas e valorizando a igualdade e a diversidade deverão ser mantidas e renovadas. A riqueza e a força de nossa cultura devem ser valorizadas como elemento fundador de nossa nacionalidade.
Gerar mais e melhores empregos, fortalecer a saúde pública, ampliar o acesso e elevar a qualidade da educação, assegurar o direito à moradia e expandir a mobilidade urbana são investimentos prioritários para o Brasil.
Todas as variáveis da economia e os instrumentos da política precisam ser canalizados para o País voltar a crescer e gerar empregos.
Isso é necessário porque, desde o início do meu segundo mandato, medidas, ações e reformas necessárias para o país enfrentar a grave crise econômica foram bloqueadas e as chamadas pautas-bomba foram impostas, sob a lógica irresponsável do “quanto pior, melhor”.
Houve um esforço obsessivo para desgastar o governo, pouco importando os resultados danosos impostos à população. Podemos superar esse momento e, juntos, buscar o crescimento econômico e a estabilidade, o fortalecimento da soberania nacional e a defesa do pré-sal e de nossas riquezas naturais e minerárias.
É fundamental a continuidade da luta contra a corrupção. Este é um compromisso inegociável. Não aceitaremos qualquer pacto em favor da impunidade daqueles que, comprovadamente, e após o exercício pleno do contraditório e da ampla defesa, tenham praticado ilícitos ou atos de improbidade.
Povo brasileiro, Senadoras e Senadores,
O Brasil vive um dos mais dramáticos momentos de sua história. Um momento que requer coragem e clareza de propósitos de todos nós. Um momento que não tolera omissões, enganos, ou falta de compromisso com o país.
Não devemos permitir que uma eventual ruptura da ordem democrática baseada no impeachment sem crime de responsabilidade fragilize nossa democracia, com o sacrifício dos direitos assegurados na Constituição de 1988. Unamos nossas forças e propósitos na defesa da democracia, o lado certo da História.
Tenho orgulho de ser a primeira mulher eleita presidenta do Brasil. Tenho orgulho de dizer que, nestes anos, exerci meu mandato de forma digna e honesta. Honrei os votos que recebi. Em nome desses votos e em nome de todo o povo do meu País, vou lutar com todos os instrumentos legais de que disponho para assegurar a democracia no Brasil.
A essa altura todos sabem que não cometi crime de responsabilidade, que não há razão legal para esse processo de impeachment, pois não há crime. Os atos que pratiquei foram atos legais, atos necessários, atos de governo. Atos idênticos foram executados pelos presidentes que me antecederam. Não era crime na época deles, e também não é crime agora.
Jamais se encontrará na minha vida registro de desonestidade, covardia ou traição. Ao contrário dos que deram início a este processo injusto e ilegal, não tenho contas secretas no exterior, nunca desviei um único centavo do patrimônio público para meu enriquecimento pessoal ou de terceiros e não recebi propina de ninguém.
Esse processo de impeachment é frágil, juridicamente inconsistente, um processo injusto, desencadeado contra uma pessoa honesta e inocente. O que peço às senadoras e aos senadores é que não se faça a injustiça de me condenar por um crime que não cometi. Não existe injustiça mais devastadora do que condenar um inocente.
A vida me ensinou o sentido mais profundo da esperança. Resisti ao cárcere e à tortura. Gostaria de não ter que resistir à fraude e à mais infame injustiça.
Minha esperança existe porque é também a esperança democrática do povo brasileiro, que me elegeu duas vezes Presidenta. Quem deve decidir o futuro do País é o nosso povo.
A democracia há de vencer.
 
Dilma Rousseff

 

Dilma face à ses bourreaux en 1970

Dilma face à ses bourreaux en 1970

Message de la Présidente de la République Dilma Roussef

AU SENAT FEDERAL ET AU PEUPLE BRESILIEN

 

Brasilia, 16 août 2016

Je m'adresse à la population brésilienne et à Mesdames et Messieurs les Sénateurs pour manifester une fois de plus mon engagement envers la démocratie en prenant les mesures nécessaires pour sortir de l'impasse politique qui a déjà causé tant de tort au Pays.

Mon retour à la Présidence, par décision du Sénat Fédéral, signifiera l'affirmation de l’État Démocratique de Droit et pourra contribuer d'une façon décisive à l'avènement d'une réalité politique nouvelle et pleine de promesses.

Ma responsabilité est grande. Dans ma tournée pour me défendre de la destitution, je me suis rapprochée davantage du peuple, j'ai eu l'opportunité d'entendre sa reconnaissance, de recevoir son affection. J'ai aussi entendu des critiques dures pour mon gouvernement, les erreurs qui ont été commises ainsi que les mesures et les politiques qui n'ont pas été adoptées. J'accueille ces critiques avec humilité et détermination afin que nous puissions avancer sur une nouvelle voie.

Nous avons besoin de renforcer la démocratie dans notre pays et, pour cela, le Sénat devra clore le procès de destitution en cours en reconnaissant, face à des preuves irréfutables, qu'il n'y a pas eu de crime de responsabilité. Que je suis innocente.

Dans le présidentialisme prévu par notre Constitution, il ne suffit pas d'une perte de confiance politique pour évincer un Président. Il faut qu'il y ait crime de responsabilité. Et il est clair qu'il n'y a pas eu un tel crime.

Il n'est pas légitime, comme le veulent mes accusateurs, d'évincer le chef de l'Etat et du gouvernement pour "l'ensemble de l'exercice ". Celui qui évince le Président pour ce motif, c'est le peuple, et le peuple seul, par les élections.

C'est pourquoi nous affirmons que, si la destitution est réalisée sans qu'il y ait crime de responsabilité, nous serions face à un coup d’État. Au collège électoral de 110 millions d'électeurs serait substitué, sans le dû soutien de la Constitution, un collège électoral de 81 sénateurs. Ce serait un coup d’État sans équivoque, suivi d'une élection indirecte.

A l'inverse de cela je pense que la solution pour venir à bout des crises politique et économique que nous affrontons passe par le vote populaire dans des élections directes. La démocratie est l'unique chemin pour la Construction d'un Pacte pour l'Unité nationale, le Développement et la Justice sociale. C'est le seul chemin pour que nous sortions de la crise.

D'où l'importance que nous nous engagions clairement dans ce Plébiscite pour la Réforme Politique.

Nous savons tous que nous sommes dans une impasse causée par l'épuisement du système politique, que ce soit par le nombre excessif de partis, ou que ce soit suite à des pratiques politiques discutables, (il nous faut exiger) une profonde transformation dans les règles en vigueur.

Je suis convaincue de la nécessité d'un plébiscite et c'est sans restriction que je donnerai mon appui à sa convocation, dans le but de consulter la population sur la réalisation anticipée des élections, de même que sur la réforme politique et électorale.

Nous devons concentrer nos efforts afin que soit réalisée une ample et profonde réforme politique, établissant un nouveau cadre institutionnel qui dépasse la fragmentation des partis, moralise le financement des campagnes électorales, consolide la fidélité aux partis et donne plus de pouvoir aux électeurs.

La pleine restauration de la démocratie requiert  que la population décide quel est le meilleur chemin pour faciliter le travail du gouvernement et perfectionner le système politico-électoral brésilien.

Nous devons construire,  pour cela, un grand Pacte National, fondé sur des élections libres et directes, qui implique tous les citoyens et citoyennes brésiliens. Un Pacte qui renforce les valeurs de l’État Démocratique de Droit, la souveraineté nationale, le développement économique et les conquêtes sociales.

 Ce Pacte pour l'Unité Nationale,le Développement et la Justice sociale permettra la pacification du Pays. Le désarmement des esprits et l'apaisement des passions doivent passer avant tout sentiment de désunion.

La transition vers ce nouveau mouvement  démocratique exige que s'ouvre un large dialogue entre toutes les forces vives de la Nation brésilienne avec une claire conscience que c'est le Brésil qui nous unit.

Dialogue avec le Congrès National, afin que, conjointement et d'une façon responsable nous cherchions les meilleures solutions aux problèmes auxquels le Pays est confronté.

Dialogue avec la société et les mouvements sociaux afin de répondre pleinement aux demandes de notre population par des politiques cohérentes et efficaces. Les forces productives, entrepreneurs et travailleurs, doivent participer activement à l'élaboration  de projets pour la reprise de la croissance et la hausse de la compétitivité de notre économie.

Je réaffirme mon engagement à respecter intégralement  la Constitution Citoyenne de 1988, avec une attention spéciale pour les droits et les garanties individuels et collectifs qui y sont mentionnés. Notre devise sera toujours "aucun droit en moins".

Les politiques sociales qui ont transformé la vie de notre peuple, assurant des opportunités à tous et valorisant l'égalité et la diversité devront être maintenues et rénovées. La richesse et la force de notre culture doivent être valorisées en tant qu'éléments fondateurs de notre nation.

Créer des emplois plus nombreux et meilleurs, consolider la santé publique, élargir l'accès à l'éducation et en améliorer la qualité, assurer un droit au logement et développer la mobilité urbaine sont des investissements prioritaires pour le Brésil.

Toutes les variables de l'économie et les instruments de la politique ont besoin d'être canalisés pour que le Pays retourne à la croissance et génère des emplois.

Ceci est indispensable parce que, depuis le début de mon second mandat, mesures, actions et réformes nécessaires pour que le pays affronte la grave crise économique ont été bloquées et ce qu'on a appelé les "mesures-explosives" ont été imposées, d'après la logique irresponsable du "quand c'est pire, c'est mieux". (la politique du pire (ndlt).

On s'est efforcé, d'une façon obsessionnelle, d'user le gouvernement ; peu importe les dommages qui en ont résulté et qui ont été imposés à la population. Nous pouvons maîtriser ce moment et, ensemble, rechercher la croissance économique et la stabilité, la consolidation de la souveraineté nationale et la défense du pré-sal  (nouveau gisement de pétrole de l'Atlantique sud ndlt) et de nos richesses naturelles et minérales.

Il est fondamental de continuer la lutte contre la corruption. C'est un engagement qui n'est pas négociable. Nous n'accepterons aucun pacte en faveur de l'impunité de ceux qui, preuves à l'appui, leurs contestations ayant été examinées et après leur avoir donné accès à une large défense, ont pratiqué des actes illicites ou frauduleux.

Peuple brésilien, Sénatrices et Sénateurs,

Le Brésil vit un des moments les plus dramatiques de son histoire. Un moment qui requiert de nous tous courage et clarté dans nos propositions. Un moment qui ne tolère ni fautes par omission, ni tromperies, ni désengagement par rapport au pays.

Nous ne devons pas permettre qu'une éventuelle rupture de l'ordre démocratique fondé sur la destitution, sans crime de responsabilité, fragilise notre démocratie en sacrifiant des droits assurés par la Constitution de 1988. Unissons nos forces et nos propositions pour la défense de la démocratie, visage authentique de l'Histoire.

Je suis fière  d'être la première femme élue à la présidence du Brésil. Je suis fière de dire que, ces dernières années, j'ai exercé mon mandat d'une façon digne et honnête. J'ai honoré les votes que j'ai reçus. Au nom de ces votes et au nom de tout le peuple de mon Pays, je vais lutter avec tous les instruments légaux dont je dispose pour assurer la démocratie au Brésil.

A ce niveau, tous savent que je n'ai pas commis de crime de responsabilité, qu'il n'y a pas de raison légale pour ce procès en destitution, puisqu'il n'y a pas de crime. Les actions que j'ai pratiquées ont été des actions légales, actions nécessaires, actions de gouvernement.  Des actions identiques ont été effectuées par les présidents qui m'ont précédée. Ce n'était pas un crime à leur époque, et ce n'est pas non plus un crime maintenant.

Jamais dans ma vie on ne trouvera de témoignages de malhonnêteté, de lâcheté  ou de trahison. Contrairement à ceux qui ont fomenté ce procès inique et illégal, je n'ai pas de comptes secrets à l'étranger, je n'ai jamais détourné un seul cent du patrimoine public pour mon enrichissement personnel ou celui de tiers, et de personne je n'ai reçu de pots-de-vin.

Ce procès en destitution est fragile, juridiquement inconsistant, c'est un procès injuste, déclenché contre une personne honnête et innocente. Ce que je demande aux sénatrices et sénateurs c'est qu'on ne me fasse pas l'injustice de me condamner pour un crime que je n'ai pas commis . Il n'y a pas d'injustice plus dévastatrice que de condamner un innocent.

La vie m'a enseigné le sens profond de l'espérance.

J'ai résisté à la prison et à la torture. J'aimerais ne pas avoir à résister à la fraude et à l'injustice la plus infâme.

Mon espérance existe parce que c'est aussi l'espérance démocratique du peuple brésilien, qui m'a élue deux fois Présidente. Celui qui doit décider de l'avenir du Pays c'est notre peuple.

La démocratie vaincra.

Dilma Roussef

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Em Português
commenter cet article
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 13:59

Adital 3/08/2016

 

Aos dirigentes partidários, sindicais e dos movimentos populares!

Aos parlamentares dos partidos progressistas!

 

A hora de mobilizar é já e agora. Urgente!

Somos antigos e novos militantes, aliados ou simpatizantes dos partidos de esquerda, filiados ou não. Muitos vêm de lutas passadas, alguns fundadores do PT na gloriosa reunião do Colégio Sion nos idos de 1980. Enfim, somos todos alinhados ao campo progressista, co-responsáveis e herdeiros das conquistas democráticas e sociais das últimas décadas, em particular nos governos Lula e Dilma. Conscientes e convictos de estarmos do lado certo da História. Após as eleições de 2014, quando se iniciou esta escalada fascista para derrubar a Presidenta eleita, fomos para as ruas, para os sindicatos, para as associações profissionais e de bairros, culturais e acadêmicas e para os fóruns de discussão, em defesa do seu mandato e das nossas conquistas, de todas as formas ao nosso alcance. Após a instalação do processo de impeachment e afastamento da Presidenta Dilma, continuamos nas ruas e nos fóruns de resistência ao governo ilegítimo do traidor Temer e sua gangue – não desistimos nunca!

Agora, faltando pouco mais de um mês para o julgamento do impeachment pelo Senado, vemos nossas esperanças de reversão do quadro político se diluírem na inércia e quase omissão dos nossos dirigentes em chamar para si a mobilização efetiva dos militantes, dos movimentos sociais e dos trabalhadores, maiores vítimas do retrocesso e das medidas anti-sociais já implementadas ou propostas por este governo usurpador, corrupto e mesquinho.

Não compreendemos esta apatia e quase omissão – o momento político é o mais difícil dos últimos trinta anos, quase trágico, e exige de todos nós força e coragem para resistir – se tivermos que cair, que seja de pé!

São vocês, companheiros – da direção dos partidos, da CUT e outras Centrais, da Frente Brasil Popular, dos movimentos sociais organizados e da bancada de parlamentares através dos seus estados e bases eleitorais – que detêm o poder de organização, os mecanismos e a estrutura de comunicação apropriados para promover a mobilização necessária e urgente neste momento.

 

Mas as ruas estão vazias...

"Apesar da promessa de manifestações, ruas ficam esvaziadas”

(Manchete do Estadão online em 17/07)

Estamos convictos de que se o golpe se concretizar, teremos um retrocesso político, social e da soberania nacional de pelo menos cinco décadas em pouco tempo e que o país precisará de outras cinco para reverter este cenário de terra arrasada. Portanto, a hora de mobilizar e de lutar é agora e já! Por isto e para isto apelamos para o seu compromisso histórico.

A prioridade agora é reverter o impeachment – se haverá plebiscito ou eleições antecipadas, eleições de 2016 e 2018, tudo isto será consequência e decorrência deste divisor de águas – agora nós temos é que lutar e ocupar as ruas. Já!

A Presidenta Dilma vem lutando com extrema coerência e dignidade desde o seu afastamento – se for definitivo, a História certamente lhe reservará o papel de símbolo da resistência, pela segunda vez (1964 e 2016), mas não perdoará omissos e acomodados – especialmente os partidos, entidades e movimentos que lhe faltarem com o apoio irrestrito neste momento crucial...

Às ruas de todo o país, em defesa do mandato de Dilma Rousseff. Já!

E, principalmente, em defesa do Estado Democrático de Direito!

 

Carta aberta - Lettre ouverte

Adital 3 août 2016

 

Aux dirigeants des partis, des syndycats et des mouvements populaires !

Aux parlementaires des partis progressistes ! 

 

L'heure de la mobilisation est là et c'est maintenant. URGENT !

 

Nous sommes d'anciens et de nouveaux militants, alliés ou sympathisants des partis de gauche, affiliés ou non. Beaucoup viennent des luttes passées, quelques uns fondateurs du PT lors de l'illustre réunion du Collège Sion aux Ides de 1980. Enfin, nous sommes tous alignés dans le camp progressiste, coresponsables et héritiers des conquêtes démocratiques et sociales des dernières décennies, en particulier dans les gouvernements Lula et Dilma. Conscients et convaincus d'être du bon côté de l'histoire. Après les élections de 2014 quand a débuté cette escalade fasciste pour renverser la présidente élue, nous sommes descendus dans la rue, allés vers les syndicats, les associations professionnelles et de quartiers, culturelles et académiques, dans les forums de discussion pour défendre le mandat de Dilma ainsi que nos conquêtes, selon les modalités qui nous convenaient. Après l'installation du processus de destitution et l'éloignement de la présidente Dilma, nous avons continué nos manifestations dans la rue ainsi que nos forums de résistance au gouvernement illégitime du traître Temer et de sa bande – jamais nous n'avons renoncé !

Maintenant il ne reste qu'un peu plus d'un mois jusqu'au jugement en vue de la destitution par le Sénat, nous voyons notre espoir de renverser la situation politique se diluer dans l'inertie et presque le lâchage de nos dirigeants, renonçant  à appeler (…) la mobilisation effective des militants, des mouvements sociaux et des travailleurs, victimes principales du retour en arrière et des mesures anti-sociales déjà mises en place ou proposées par ce gouvernement usurpateur, corrompu et insignifiant.

Nous ne comprenons pas cette apathie et quasi lâchage – ce moment politique est le plus difficile de ces dernières trente années, presque tragique, et il exige de nous tous force  et courage pour résister – si nous devons tomber, que ce soit debout !

C'est vous, camarades – de la direction des partis, de la CUT et autres centrales syndicales, du Front Populaire du Brésil, des mouvements sociaux organisés et du groupe des parlementaires (progressistes) dans vos Etats et bases électorales – qui détenez le pouvoir d'organiser ainsi que les mécanismes et la structure de communication  appropriés pour mettre en place la mobilisation nécessaire et urgente en ce moment.

 

Mais les rues restent vides…

"Malgré la promesse de manifestations, les rues demeurent vides."

(Manchette de l'Estadão on line le 17 juillet 2016)

Nous sommes convaincus que si le coup d'Etat se concrétise nous aurons un recul politique, social et de la souveraineté nationale d'au moins cinq décennies en peu de temps et que le pays aura besoin de cinq autres décennies pour renverser ce scénario de la terre brûlée. Donc, l'heure de mobiliser les gens et de lutter, c'est maintenant et tout de suite. A cause de cela et pour cela nous faisons appel à votre engagement historique.

La priorité maintenant est de retourner le processus de destitution – s'il y a un plébiscite ou des élections anticipées, élections de 2016 ou de 2018, tout ceci sera la conséquence et le résultat de cette ligne de fracture – maintenant, ce que nous avons à faire, c'est lutter et occuper la rue. Tout de suite !

La présidente Dilma continue à lutter avec une extrême cohérence et dignité depuis qu'elle a été évincée – si cela doit être définitif, l'Histoire lui réservera le rôle de symbole de la résistance, pour la seconde fois (1964 et 2016), mais elle ne pardonnera pas ceux qui se sont abstenus ou accommodés – spécialement les partis, associations et mouvements qui ne la soutiennent pas à fond en ce moment crucial…

Allons dans les rues du pays tout entier, pour défendre le mandat de Dilma Roussef. Maintenant !

Et, principalement pour la défense de l'Etat Démocratique de Droit !

Dehors, Temer ! Aucun droit en moins !

Suivent une centaine de signatures.

 

Clic pour retrouver cet article

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Em Português
commenter cet article
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 07:49
A bomba atômica e os jogos olímpicos

No exato momento em que no dia 6 de agosto de 2016 às 20.00 horas se inaugurarão os Jogos Olímpicos no Rio de Janeiro, há 71 anos, no mesmo dia 6 de agosto de 1945 e na mesma hora correspondendo às 8.15 da manhã, será recordada em Hiroshima no Japão, a nefasta data do lançamento da bomba atômica sobre a cidade. Vitimou 242.437 pessoas entre as que morreram na hora e as que posteriormente vieram a falecer em consequência da radiação nuclear.

 

O imperador Hirohito reconheceu, no texto de rendição no dia 14 de agosto, que se "tratava de uma arma que levaria à total extinção da civilização humana”. Dias após, ao aduzir, numa declaração ao povo, as razões da rendição, a principal delas era que a bomba atômica "provocaria a morte de todo o povo japonês”. Em sua sabedoria ancestral tinha razão.

 

A humanidade estremeceu. De repente deu-se conta de que, segundo o cosmólogo Carl Sagan, criamos para nós próprios o princípio de autodestruição. Não disse outra coisa Jean-Paul Sartre: ”os seres humanos se apropriaram dos instrumentos de sua própria exterminação”. O grande historiador inglês, Arnold Toynbee, o último a escrever 12 tomos sobre a história das civilizações, aterrado, deixou escrito em suas memórias (Experiências 1969) :”Vivi para ver o fim da história humana tornar-se uma possibilidade intra-histórica, capaz de ser traduzida em fato, não por um ato de Deus mas do homem”. O grande naturalista francês Thódore Monod disse enfaticamente: ”somos capazes de uma conduta insensata e demente; pode-se a partir de agora temer tudo, tudo mesmo, inclusive a aniquilação da raça humana” (E se a aventura humana vier a falhar, 2000).

 

Com efeito, de pouco valeu o estarrecimento, pois continuaram a desenvolver armas nucleares mais potentes ainda, capazes de erradicar toda a vida do planeta e pôr um fim à espécie humana.

 

Atualmente há 9 países detentores de armas nucleares que, conjuntamente, somam mais ou menos 17.000. E sabemos que nenhuma segurança é total. Os desastres de Tree Islands nos USA, de Chernobyl na Ucrânia e de Fukushima no Japão nos dão uma amostra convincente.

 

Pela primeira vez um Presidente norte-americano, Obama, visitou há dias, Hiroshima. Apenas lamentou o fato e disse: ”a morte caiu do céu e o mundo mudou...começou o nosso despertar moral”. Mas não teve a coragem de pedir perdão ao povo japonês pelas cenas apocalípticas que lá ocorreram.

 

Vigora uma vasta discussão mundial sobre como avaliar tal gesto bélico. Muitos pragmaticamente afirmam que foi a forma encontrada de levar o Japão à rendição e poupar milhares de vidas de ambos os lados. Outros consideram o uso desta arma letal, na versão oficial japonesa, como "um ato ilegal de hostilidade consoante as regras do direito internacional”. Outros vão mais longe e afirmam tratar-se de um "crime de guerra” e até de "um terrorismo de Estado”.

 

Hoje estamos inclinados a dizer que foi um ato criminoso anti-vida, de nenhuma forma justificável, pois, pensando em termos ecológicos, a bomba matou muito mais do que pessoas, mas todas as formas de vida vegetal, animal e orgânica, além da destruição total dos bens culturais. Geralmente as guerras são feitas de exércitos contra exércitos, de aviões contra aviões, de navios contra navios. Aqui não. Tratou-se de uma "totaler Krieg” (guerra total) no estilo nazista de matar tudo o que se move, envenenar águas, poluir os ares e dizimar as bases físico-químicas que sustentam a vida. Porque Albert Einstein tinha consciência desta barbaridade se negou a participar no projeto da bomba atômica e a condenou, veementemente, junto com Bertrand Russel.

 

Ao lado de outras ameaças letais que pesam sobre o sistema-vida e o sistema-Terra, este nuclear continua sendo uma dos mais amedrontadores, verdadeira espada de Dâmocles colocada sobre a cabeça da humanidade. Quem poderá conter a irracionalidade da Coréia do Norte de deslanchar um ataque nuclear avassaladora?

 

Há uma proposta profundamente humanitária que nos vem de São Paulo, da Associação dos Sobreviventes de Hiroshima e Nagasaki (chamados de hibakusha, presume-se que haja uns 118 no Brasil), animada pelo militante contra a energia nuclear Chico Whitaker que no dia 6 de agosto, no momento da abertura dos Jogos Olímpicos, faça-se um minuto de silêncio pensando nas vítimas de Hiroshima. Mas não só. Também voltando nossas mentes para a violência contra as mulheres, os refugiados, os negros e pobres que são sistematicamente dizimados (só no Brasil em 2015 60 mil jovens negros), os indígenas, os quilombola e os sem-terra e sem-teto, em fim, todas as vítimas da voracidade de nosso sistema de acumulação.

 

O prefeito de Hiroshima, nesse sentido, já encaminhou carta ao Comité Organizador dos Jogos no Rio de Janeiro. Esperamos que ele se sensibilize e promova esse grito silencioso contra as guerras de todo tipo e pela paz entre todos os povos.

 

Leonardo Boff 14.06.2016 Adital

 

Traduction en français Ici

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Hiroshima-Nagasaki Actualités
commenter cet article
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 11:08

Hoje,1° de agosto Gaby completaria 80 anos  Seu assassinato não apagou a sede de Justiça.

Aujourd'hui, 1er août, Gaby aurait 80 ans. Son assassinat n'a pas effacé la soif de justice. 

 

Padre Gabriel ! Presente !

 

Pour le 80ème anniversaire de la naissance de Gaby, nous vous invitons à livrer votre témoignage : 

- Comment avez-vous connu Gaby ?

- Comment a-t-il marqué votre vie ?

 

 

Para o 80º aniversário do nascimento de Gaby, nós te convidamos a deixar aqui o seu testemunho:
- Como você conheceu Gaby ?
- Como ele marcou sua vida ?

 

Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936
Gaby est né le 1er août 1936

Voici quelques photos de Gaby.

Peut-être avez-vous aussi des photos à partager.

Témoignages et photos sont à envoyer à l'adresse : amisgaby@yahoo.fr. Merci !

 

Eis algumas fotos de Gabi.
Tem outras ?
Obrigados por enviá-las para amisgaby@yahoo.fr.

Dans le sanctuaire des martyrs de la Caminhada. On voit Gaby à 6:46

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Gabriel MAIRE
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 14:21

Traduzido do Inglês para o Francês e Português para os amigos brasileiros.

Traduit de l'anglais en français et en portugais pour les amis brésiliens.

 

En 1989, Varghese Alengaden découvrait la communauté de Taizé. Très marqué par ce qui s'y vivait, il a créé le Mouvement pour la Solidarité Universelle en Inde en 1992. Par l'intermédiaire de Rachel, partie à sa rencontre et de celle de ce mouvement, il envoie un message aux Français après les attentats de Nice. Habité par 24 ans d'expérience au service de la paix, il nous partage quelques clés pour être chacun et chacune artisan de paix.

Varghese Alengaden, lors d'un séminaire pour parents et enseignants (photo http://youthaction.in/

Varghese Alengaden, lors d'un séminaire pour parents et enseignants (photo http://youthaction.in/

Receba nossos votos e preces daqui da Comunidade USM, de Indore (Movimento para a Solidariedade Universal)!  No momento em que nos preparávamos para celebrar o 24º aniversário da fundação de nosso Movimento, 16 de julho, ficamos mais uma vez chocados pela trágica notícia do atentado de Nice. Durante o encontro esse assunto foi abordado e rezamos pelas famílias das vítimas e por todo o povo da França. Sentimos a necessidade de intensificar e acelerar nossos esforços em promover a paz atingindo o maior número possível de pessoas.

Reçois nos meilleurs souhaits et nos prières de la part de la Communauté USM, à Indore (Mouvement pour la Solidarité Universelle) ! Tandis que nous nous préparions à célébrer le 24ème anniversaire de la fondation de notre Mouvement, le 16 juillet, nous avons été une fois de plus choqués par la tragique nouvelle de l'attentat de Nice. Pendant la réunion nous en avons parlé et avons prié pour les familles des victimes et pour tout le peuple de France. Nous avons ressenti le besoin d'intensifier nos efforts pour faire la paix en touchant le plus grand nombre possible de gens.

 

Mais uma vez o fundamentalismo religioso atacou a herança leiga, mas também espiritual da solidariedade humana, o 14 de julho, assassinando mais de 80 pessoas em Nice, na França. Como eu li nos jornaus a propósito dos últimos atentados em uma cidade francesa, dirigidos contra seus princípios democráticos leigos e seus policiais. Eu desejo somente que o povo da França e de outras partes do mundo não reagissem de forma negativa contra essa loucura. Os nobres valores de liberdade, igualdade e fraternidade mudaram radicalmente as coisas no mundo inteiro. Nosso Movimento pela paz, o Movimento de Solidariedade Universal pela educação para a Paz, tem por objetivo o de construir uma civilização de amor, fundada sobre esses princípios. O Preâmbulo da constituição da Índia também está fundamentado sobre esses princípios. Pior que isso, dois dias mais tarde, no dia 16 de julho, mais de 250 pessoas foram mortas na Turquia. Continuam a matar inocentes nas mais diferentes partes do mundo, em nome de Deus.

Une fois encore le fondamentalisme religieux a attaqué l'héritage laïc, mais aussi spirituel de la solidarité humaine, le 14 juillet, en assassinant plus de 80 personnes à Nice, en France. Comme je l'ai lu dans les journaux à propos des derniers attentats dans une ville française, dirigés contre ses principes démocratiques laïques et ses policiers. Je souhaite seulement que le peuple de France et d'autres parties du monde ne réagissent pas d'une façon négative contre cette folie. Les valeurs nobles de liberté, égalité et fraternité ont changé radicalement les choses partout dans le monde. Notre mouvement pour la paix, le Mouvement de Solidarité Universelle pour l'Education à la Paix a pour but d'édifier une civilisation de l'amour fondée sur ces principes. Le préambule de la Constitution de l'Inde est lui aussi fondé sur ces principes. Encore pire, deux jours plus tard, le 16 juillet, plus de 250 personnes ont été tuées en Turquie. On continue à tuer des innocents dans différentes parties du monde, au nom de Dieu.

 

Nesse mesmo dia nós estávamos celebrando o 24º aniversário da fundação de nosso Movimento que tem o objetivo de construir a paz e a solidariedade universal. Esse Movimento foi fundado em resposta ativa à violência, e seus educadores começaram a conceber a necessidade de paz e solidariedade humanas abandonando suas personalidades mesquinhas e sua estreiteza de espírito. O número crescente de ataques a bomba e de massacres de inocentes nos diversos países do planeta só faz confirmar a urgência de nossa visão de mundo e de nossa missão de edificação de uma civilização do amor. Eu me dou conta, certamente, de que essa missão precisa ir mais rápida e que mais pessoas dela participem afim de agir diante das ameaças crescentes de violência, preconceito e ódio.

Ce même jour nous étions occupés à célébrer le 24ème anniversaire de la Fondation de notre Mouvement dont le but est de construire la paix et la solidarité universelle. Ce mouvement a été fondé  en réaction à la violence et ses éducateurs ont commencé à concevoir le besoin de paix et de solidarité humaine en se dépouillant de leurs personnalités mesquines et de leur étroitesse d'esprit. Le nombre croissant d'attaques à la bombe et de massacres d' innocents dans divers pays de la planète  ne fait que confirmer l'urgence de notre vision du monde et de notre mission d' édification d'une civilisation de l'amour. Je me rends bien compte que cette mission a besoin d'aller plus vite et que plus de gens y participent afin de faire face aux menaces croissantes de violence, de préjugés et de haine.

 

Eu sempre acreditei que a resposta às forças negativas não pode ser deixada somente aos governantes. Cada cidadão de cada país deveria  preparar seu plano. O Movimento pela Solidariedade Universal se engaja a mobilisar pessoas, especialmente os jovens, para esse desafio. Está na hora de cada um reunir mais 5 ou 10 amigos, organise encontros regulares e planeje ações afim de sensibilizar a população. Esse grupo deve tentar se encontrar uma vez por semana, durante uma hora, ou uma vez por mês para discutir problemas que dizem respeitos às pessoas e promover ações positivas. Esses grupos deveriam se multiplicar em cada bairro. Isso deveria se tornar uma prioridade para todos aqueles que amam a paz.

J'ai toujours cru que la réponse aux forces négatives ne peut être laissée aux gouvernements seuls. Chaque citoyen de chaque pays devrait préparer ses plans. Le Mouvement pour la Solidarité Universelle s'engage à mobiliser les gens, spécialement les jeunes, pour ce défi. Il est temps que chacun rassemble au moins 5 ou 10 amis, organise des rencontres régulières et planifie des actions afin de sensibiliser la population. Ce groupe devrait s'engager à se rencontrer une fois par semaine pendant une heure ou une fois par mois pour discuter des problèmes qui concernent les gens et lancer des actions positives Ces groupes devraient se multiplier dans chaque quartier. Ceci devrait devenir une priorité pour tous ceux qui aiment la paix.

 

Medo, suspeita, reações negativas e ódio não vão ajudar a instaurar a paz. Cada um precisa ter audácia para fazer nascer a esperança nos espíritos nesse tempo de crise. A laicidade e a solidariedade humana não deveriam ser reprimidas pela violência e a loucura de fanáticos religiosos.

Peur, suspicion, réactions négatives et haine n'aideront pas à installer la paix. Chacun a besoin d'audace pour faire naître l'espoir dans les esprits en ce temps de crise. La laïcité et la solidarité humaine ne devraient pas être réprimés par la violence et la folie de fanatiques religieux .

 

Nós, de nossa parte, estamos decididos a intensificar nossos esforços de construção da paz e da solidariedade humana por meio de atividades diversas. Uma atividade particular: a Convenção Nacional para a Paz, é organizada a cada ano nas diferentes partes do país. Nós tivemos duas manifestações similares nos dois anos anteriores: uma em Indore, no centro da Índia, outro a Nagaland (Nordeste da Índia) e a terceira será em Goa (Oeste) de 30 de janeiro a 1º de fevereiro de 2017. Mesmo que se trate de um evento nacional, acolheremos delegados vindos do mundo inteiro. Mais de 400 delegados vindos de diferentes partes da Índia, pertencentes a diversas religiões, etnias e profissões, se reunirão para debater problemas variados referentes à vida humana e proporão planos de ações construtivas. Sendo que os atentados e o fundamentalismo aumentam, tais reuniões em vista de buscar meios para se construir uma civilização de amor se tornam uma urgente necessidade.

Nous, de notre côté, sommes décidés à intensifier nos efforts de construction de la paix et de la solidarité humaine au moyen de diverses activités. Une activité particulière : la Convention Nationale pour la Paix, est organisée chaque année dans différentes parties du pays. Nous avons eu deux manifestations similaires les deux dernières années : l'une à Indore, dans le centre de l'Inde, une autre à Nagaland (dans le nord-est de l'Inde) et la troisième se tiendra à Goa (Inde de l'ouest) du 30 janvier au 1er février 2017. Bien qu'il s'agisse d'un événement national nous accueillerons des délégués venus du monde entier. Plus de 400 délégués de différentes parties de  l'Inde, appartenant à diverses religions, ethnies et professions , se rassembleront pour débattre de problèmes variés concernant la vie humaine et proposeront des plans d'action constructifs. Etant donné que les attentats et le fondamentalisme sont en augmentation, de tels rassemblements pour explorer les moyens de construire une civilisation de l'amour sont devenus une urgente nécessité.

 

Fiquem certos de minhas orações e meus melhores votos para você, sua família e seus próximos.

En vous assurant de mes prières et de mes meilleurs vœux pour vous, votre famille et vos proches.

Varghese Alengaden

 

Texte original en anglais

 

My dear 
 
Prayerful best wishes from USM community, Indore!  While we were getting ready to celebrate the 24th Foundation Day   of  our Movement  on 16th  we were once again shocked by the tragic news of  the terrorist attack in Nice.  During the meetings we spoke about and prayed for the families of victims and whole people of France. We felt that we need to speed up our efforts of peacemaking to reach to the maximum people.
 
Once again religious fundamentalism has attacked the secular, rather spiritual heritage of human solidarity on July 14 by murdering more than 80 people in Nice, France. As I read in the news papers about the recent attacks in French city which was directed against its secular democratic principles and polices. I only wish that the people of France and other parts of the world may not react  against this madness  negatively.  The noble values of liberty, equality and fraternity have made radical changes all over the world. Our peace movement, Universal Solidarity Movement of Value Education for Peace, aims to build a civilization of love based on these principles. The preamble of Indian Constitution also is based on these principles. To make things worse within two days, on 16 July, more than 250 people were killed in Turkey. Killing of innocent people continue  in different parts of the world in the name of God  .
 
On the same day  we were busy in celebrating  the 24th Foundation  of our Movement aimed at building peace and universal solidarity. It was founded as a proactive response to violence and their teachers have started realizing the need for peace and human solidarity by shedding their  petty identities and narrow mind set. The increasing number of bombing and murdering  of innocent people in different countries in the world  only confirm the urgency of  our vision and  mission to build a civilization of love. I realize that this mission needs speed and  more participation of people to meet the growing threats  of violence, prejudice and hatred.
 
I always believed that the response against negative forces cannot be left to Governments alone. Each citizen of every country should make his/her plans. The Universal Solidarity Movement  is engaged in mobilizing people , especially the youth, for this challenging mission.  It is time for each one to gather at least 5 to 10 friends and meet regularly  and plan out action plans which can be implemented  to  sensitize people. This group should commit  to meet  once a week for an hour or once a month  to discuss about the issues which affect people  and  launch  positive  actions.  These groups should be multiplied in every neighborhood. This should be made a priority by all peace -loving people.
Fear, suspicion, negative reaction  and hatred  will not help the peace mission. Each one needs boldness  to instill hope in people during the time of crisis .  Secularism  and  human solidarity should not be suppressed  by violence  and madness of religious fanatics.
 
We, from our part, have decided to intensify our efforts of building peace and human solidarity through various activities.  A special activity, National Peace Convention, is organized every year in different parts of the country. We had two similar events  in the last two years : one in Indore (central India) , another one in Nagaland ( North East India ) and the third will be held in Goa (western India ) this year  from 30 January to 1 February 2017.  Though it is a national event we welcome delegates from all over the world . Over 400 delegates from different parts of India belonging to diverse religious, ethnic and professional background will gather to discuss about various issues affecting human lives and will propose constructive action plans. As the terrorist attacks and fundamentalism are increasing such gatherings to explore the ways to build civilization of love has become urgent necessity.
 
Assuring my prayers and best wishes  to your and all your dear and near ones.
 
 
Varghese Alengaden
Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Actualités Em Português
commenter cet article
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 09:47

A cada 5 anos acontece a Romaria dos Mártires da Caminhada na Prelazia de São Felix do Araguaia, no município de Ribeirão Cascalheira, no Mato Grosso. Esse ano o tema escolhido foi Profetas do Reino. Na sexta-feira passada, 15, neste horário, inúmeras caravanas já haviam chegado ou estavam a caminho da terrinha de dom Pedro Casaldáliga. A programação da Romaria teve início na sexta-feira e foi até domingo, 17. Presença de Pedro, roda de conversa sobre os conflitos no Cerrado, caminhada dos romeiros e romeiras até o Santuário dos Mártires. Todos esses momentos acompanhados por alguns milhares de romeiros e romeiras. 

“Bem-aventurados/as as/os que são perseguidos/as por causa da justiça, porque deles/delas é o Reino do Céu”. (Cf. Mateus 5,10)

Confira o vídeo abaixo e sinta um pouco da energia dessa Romaria

 

Tous les 5 ans a lieu la Procession des Martyrs de la Caminhada* dans le diocèse de São Felix do Araguaia, à Ribeirão Cascalheira, (Mato Grosso). Cette année, le thème retenu était « prophètes du Royaume ». Vendredi 15 juillet, de nombreux groupes arrivaient sur la terre où avait œuvré Dom Pedro Casaldáliga. Le pélerinage a duré du 15 au 17 juillet. En présence de Dom Pedro, les carrefours portaient sur les conflits de la terre, et la marche de milliers de pélerins les a menés jusqu'au sanctuaire des martyrs.

"Bénis ceux qui sont persécutés pour la justice, le royaume de Dieu est à eux". (cf. Matthieu 5,10)

 

Ci-desssus une vidéo qui nous montre l'importance de cette Caminhada.
 

Caminhada : Action de marcher sur le Chemin qui est le Christ, les 1ers chrétiens disaient « nous sommes du Chemin, nous sommes du Christ !" (explicatons de Jovanir)

 

Repost 0
Published by "Les amis de Gabriel Maire" - dans Em Português martyrs Nouvelles des amis de Vitoria
commenter cet article

Présentation

  • : Les amis de Gabriel MAIRE
  • Les amis de Gabriel MAIRE
  • : L'association "Les amis de Gabriel MAIRE" a été créée après l'assassinat de Gaby au Brésil le 23 décembre 1989. . A associação "les Amis de Gabriel Maire" foi criada depois da morte do Padre Gabriel em Brasil o 23 de dezembro de 1989.
  • Contact

A partir de novembre 2014, le blog devient bilingue. Les pages pour nos amis brésiliens sont visibles à partir du lien "Em portuguès" N'hésitez pas à vous inscrire ci-dessous pour être informé des mises à jour. Merci !

A partir de novembro de 2014 o blog se torna bílingue. As páginas para os nossos amigos brasileiros ficarão disponíveis com o "vínculo "Em português". Não hesitem em inscriverem-se para serem informados das notícias actualizadas.Obrigada !

Recherche